La belle image évangélique

Dans la belle famille élargie de la mouvance évangélique, les conducteurs se font eux-mêmes les porte-paroles de ce que devrait être un chrétien et l’image de sa famille. Voici ce que l’on veut véhiculer et qui ne doit pas sortir du cadre de la propreté extérieure de ce qu’on s’imagine comme chrétien:

20170103_085332

Voilà une belle photo de profil pour passer partout dans toutes les églises, dans tous les réseaux sociaux chrétiens, sur le TopC et tous les sites gna-gna à lunettes roses d’un évangélisme qui pue l’hypocrisie du culte de l’image.

 

Maintenant, laissez-moi vous présenter trois crasseux du merveilleux monde évangélique, dont moi, et je vous ferai faire un petit test par la suite:

1er crasseux:

xvmb3c94232-3325-11e6-a997-3eba7dda292e-400x265

Brian Welch est le cofondateur du groupe métal, Korn. Ce dernier a des problèmes personnels, se sépare de sa femme, s’enfonce dans les drogues dures, puis en 2005, il rencontre Christ. Sa vie en est transformée, mais le christianisme puritain et idolâtre de la propreté de l’image, voit en Brian Welch un faux chrétien, car il est tatoué et continue dans la musique métal, mais version « louange à Christ ».

 

2ième crasseux

morgan-priest-festival-cannes

Figure gothique du christianisme en France, récipiendaire du festival de Cannes, Morgan Priest fait parler de lui et ne laisse personne indifférent. Il enseigne la Bible, produit des capsules vidéos, tant humoristiques que bibliques. Il fut même rejeté de la fête chrétienne pour l’évangile en juillet 2016, car on ne veut pas être associé à un tel crasseux. Le prétexte étant que Morgan distribuait des « flyers » pour le compte de son site. Big deal!

 

3ième crasseux

15894753_1808316236079633_8985430696246975512_n

Voilà un autre malpropre issus de la mouvance gothique et qui enseigne lui aussi la Bible de manière contextuelle. C’est dans sa forme la plus noire de la mouvance gothique qu’il rencontra Jésus et qui transforma sa vie, à un tel point qu’il est difficile de l’imaginer dans son ancienne vie. Ce personnage ne fait pas non plus l’unanimité au sein de la mouvance évangélique, particulièrement pour son ton parfois incendiaire sur l’esprit sectaire de nos milieux.

 

Notes: des crasseux dans le monde évangélique, il y en a de plus en plus. Beaucoup de chrétiens commencent à en avoir marre de cette fausseté d’image que l’on veut projeter, surtout pour le « paraître chrétien ».

 

TEST

Maintenant, imaginez-vous devant l’un de ces trois crasseux, et demandez-vous ceci:

  • serais-je capable de les écouter enseigner?
  • suis-je capable de les considérer de la même manière que les autres?
  • Suis-je dérangé par l’image qu’ils projettent?
  • pourrais-je lui faire minimalement confiance?
  • si l’église se faisait voler de l’argent, aurais-je un des trois crasseux comme image dans ma tête, comme potentiel voleur?

 

CONCLUSION

Dans un évangélisme à l’eau-de-rose, on préfère ce qui est bien soigné, rangé, ordonné, que rien ne dépasse, rien ne se distingue. On veut du monocorde, du monochrome, de l’effacement total, du brun, du beige, du beige pâle, un costard sobre, une coupe de cheveux qui passe inaperçu. Ainsi, comme de bon lèche-culs, ils se procureront un job de pasteur et une position de choix dans une élite auto-proclamée.

 

Mais n’oublions pas que Dieu s’est choisis des choses folles de ce monde, les inconsidérés, les déchets sociaux, les méprisés et des crasseux. Pas seulement les tout propre et les tout gentil avec de belles lunettes roses.

 

 

Patrick Galarneau

Église Roi des rois: une rencontre, une relation.

Introduction

Ce matin, je me suis levé en retard. C’est ma femme qui s’est vu dans l’obligation de me réveiller. J’ai donc ouvert les yeux à 9:43 exactement. Ma première réaction fut d’être déçu de ne pas m’être levé plus tôt, car je tenais fermement à visiter cette assemblée, dont le pasteur est Michel Monette, cette église qui a défrayée les manchettes pour son… altruisme! Je n’ai fais ni une ni deux. Je me suis empressé à me vêtir et partir rapidement. Je suis arrivé à l’assemblée à 10:25. Mais c’est avec une grande joie que je vous partage cette agréable critique positive. Je n’ai rien de négatif à vous partager dans cet article. Je n’ai rien de spectaculaire non plus. Juste de la simplicité.

 

Une église chaleureuse

Lorsque je suis entré, j’ai eu l’impression d’interrompre une rencontre familiale en plein déjeuner. J’étais comme l’étranger qui entre par la porte d’entrée de la cuisine, mais qui était attendu de bon coeur. Il faut dire aussi que j’avais déjà préalablement averti monsieur Monette de ma visite de ce matin. Ça aide. La disposition de la salle de culte n’a rien à voir avec les églises conventionnelles. Plusieurs tables rondes, où chacun discute et déguste son petit déjeuner offert par la « maison », au modique coût d’un dollar. Et si vous êtes chanceux, vous aurez même droit à une deuxième assiette, sans même débourser à nouveau.

 

Le quartier

L’église roi des rois est située en plein coeur de Montréal, dans un des quartiers les plus pauvres de la ville. D’ailleurs, lorsque je suis sortie de la salle de culte, certains éléments du paysage m’ont frappé de plein fouet: il y a quatre commerces de prêteurs sur gage, d’un coin de rue à l’autre. Il y en a un directement en face de l’église, sur l’autre côté de la rue; il y en a un à gauche de l’église de l’autre côté de la rue, puis deux à droite de l’église, l’un en face de l’autre. Tout cela sur deux coins de rue entourant l’église. Les prêteurs sur gage sont le genre de commerces où, quand vous manquez de liquidité pour vous nourrir ou payer votre loyer, vous prêtre de l’argent avec intérêt, en échange d’appareils ou d’objets de valeurs. Ainsi, vous laissez vos bijoux, vos appareils électroniques ou autres biens, afin de retirer quelques dollars pour arrondir vos fins de mois difficiles, puis, vous reprenez vos objets de valeurs en remboursant le prêt, plus les intérêts élevés, faute de quoi, ils deviennent la propriété du commerce. On s’entend, il s’agit d’un quartier pauvre. Jamais dans toute ma vie je n’ai vu autant de prêteur sur gage, et encore moins sur un court tronçon de rue. J’en fus estomaqué! Pendant que l’église roi des rois cherche à venir en aide aux plus misérables de ce quartier, il y a ces commerces profiteurs de la misère humaine pour leur soutirer le peu qu’ils ont. Affligeant!

 

Le culte

Je dois vous l’admettre, je résiste rarement à l’envie de quitter en plein milieux d’un culte. C’est si soporifique, ennuyant et impersonnel, que je n’arrive pas à demeurer en place jusqu’à la fin. Il s’agit pour moi d’une véritable torture. Et c’est peu dire! Mais ce matin, il m’est arrivé de sourire, d’acquiescer, d’avoir eu envie de répondre « amen », et même de participer. Comme simple observateur, je me suis retenu et j’ai gardé mes distances. Mais j’ai aimé ma matinée. Je ne regrette pas d’y être allé. C’est convivial et chaleureux. Les gens présents, pour la plupart, ne seraient pas considérés dans les autres assemblées plus conventionnelles. Et encore moins sollicités pour participer et être actifs. Croyez-moi, je ne porte vraiment aucun jugement de valeur, au contraire. Mais en regardant l’apparence et le physique de plusieurs, il est certain qu’on ne ferais pas appel à leurs services dans une assemblée conventionnelle. Je sais que ce n’est pas bien vu de le dire, je comprend. Mais croyez-moi, ce n’est pas mon jugement à moi. Mais comme je suis issus de la mouvance évangélique et que je les connais depuis maintenant 33 ans, je sais quels sont les standards à acquérir minimalement pour être considérés, ne serait-ce qu’un tout petit peu. D’ailleurs, mon apparence actuelle ne me permettrait plus d’être pasteur de l’une de ces assemblées.

 

Relation, pas religion

J’ai été bien reçu. Personne ne m’a harcelé, personne ne m’a ignoré. On s’est présenté avec simplicité et sobriété, représentatif de cette communauté et du culte offert en cette journée. J’ai discuté avec monsieur Monette, pasteur de cette assemblée. Simple et sans superflu, on a simplement fait connaissance. Ni trop enthousiaste, ni trop flegme. Juste suffisant et équilibré. Il est vrai, nous partageons sensiblement la même philosophie du ministère. Nous partageons les mêmes points de vues. Nous sommes en phase sur les nombreux constats de l’Église actuelle. Il s’agit d’une église organique, communautariste, qui met l’accent sur l’aspect relationnel, élément de la plus grande importance qui fait tant défaut dans notre merveilleux christianisme. Si Dieu a créé l’homme, ce n’est pas pour le soumettre à une obéissance servile, mais bien pour être en relation avec lui. Si Dieu a créé la femme, ce n’est pas pour en faire un objet de soumission pour l’homme, mais bien pour que celui-ci ne soit pas seul, mais en relation avec elle, main dans la main. S’il y a bien un principe immuable qui est bafoué dans nos assemblée, c’est celui de « les uns les autres ». Autrement dit, la vraie communion, l’aspect relationnel, c’est chose secondaire dans ces assemblée trop cultuelles, trop ritualistes, trop dogmatiques.

 

Le message

Quand le pasteur invita le prédicateur à s’avancer pour prendre la parole, j’ai eu une certaine appréhension. Oui, j’ai eu une crainte. Alors que tout se déroulait de manière exemplaire, j’ai eu peur d’avoir à rédiger une critique négative à la fin. La prédication est souvent ce qui achoppe. C’est ce qui décrédibilise tout le reste. Qu’on le veuille ou non, la prédication est considérée comme le plat principal des assemblées. Je ne vous dis pas que je suis d’accord avec une telle façon de voir, je dis simplement que c’est ce qui fait la marque de commerce des assemblées évangéliques. Et Dieu sait à quel point j’ai été parfois déçu, parfois étonné par les inepties exprimées lors de prédications, et d’autres fois où je fus choqué de constater que le Jésus prêché est aux antipodes du Jésus présenté dans les évangiles.

 

Le prédicateur, bien qu’il ne fut pas présenté ainsi, est un haïtien au visage sympathique, simple, vêtu convenablement, ou si vous préférez: son apparence passe partout. Sa présence est rassurante, pas imbu de lui-même. Son message n’est pas extraordinaire. Son message est simple. Mais son message est clair, limpide, fluide, sans tomber dans l’élitisme de la grande théologie et l’exégèse biblique. Ce n’est d’ailleurs pas le lieu pour ça. Son message peut être compris et intéresser le néophyte comme le plus érudit. C’est la base même de l’évangile: rencontrer Christ, mais davantage: le connaître, être son ami bien plus qu’un serviteur. Être en relation avec Christ bien plus qu’un simple exécutant de sa loi ancien-testamentaire.

 

Son message n’est pas que limpide. Il est approprié pour l’auditoire. Parlant d’auditoire: je dois absolument mentionner que l’auditoire participe. En effet, le prédicateur fait participer son auditoire. Ça me rappelle quelqu’un que j’ai connu comme pasteur. Tellement que, lorsque je me regarde dans le miroir, je le reconnais. Effectivement, je suis un grand partisan de la prédication par interaction. Je dois admettre que c’est l’élément qui me manque le plus et ce, cruellement, car j’aime entrer en contact avec les gens dans l’enseignement. Étant donné que je le fais sur le net, la seule interaction que j’ai actuellement, c’est lorsque je publie mes enseignements sur facebook. Alors, je félicite ce prédicateur et cette assemblée de le faire, car c’est un autre élément extrêmement important de l’aspect relationnel: faire participer les gens. De cette manière, les gens se sentent, non seulement impliqués, mais de plus, ils apprennent davantage de cette manière car on les interpelle directement.

 

Conclusion

Convivialité, altruisme, compassion, ouverture sur leur quartier, prédication simple mais avec justesse, pas d’idée de grandeur, pas de harcèlement, de la simplicité, de la convivialité (je sais, je me répète, mais c’est voulu), de la bonne humeur, pas de religiosité, des gens simples et faciles à aborder, un pasteur tout aussi simple et sans superflu; une église qui vient en aide aux gens du quartier et ce, de manière concrète, et non en se faisant intrusif et cassant les oreilles des gens avec une évangélisation agressive. D’ailleurs, monsieur Monette me confiait qu’ils font de l’évangélisation par le mime. J’ai beaucoup ri, mais c’était un rire approbateur. Très intéressant.

 

Si je n’ai qu’une chose à vous dire, ce serait ceci: vous savez à quel point je suis très critique vis-à-vis les églises. Vous savez que je suis, pour certains, l’ennemi numéro un de certaines églises et associations d’églises évangéliques. Je crois avoir un sens aiguisé, pas seulement pour la polémique, mais pour l’analyse et un discernement juste des choses. Je vous recommande donc très fortement cette assemblée. Je souhaite de tout coeur que cette assemblée puissent fleurir dans ce quartier. Je souhaite aussi que son nombre soit grandissant et puisse avoir un impact grandiose dans ce quartier défavorisé. Ce quartier a grandement besoin de Christ, mais aussi de vous, de nous, de tous et chacun. Car voyez-vous, contrairement à bien des assemblées qui se cachent dans un beau quartier cossue de la ville pour fuir la « racaille » de la ville, cette assemblée se trouve en plein coeur de celle-ci. C’est là que Christ se trouverait, c’est là qu’il se trouve actuellement.

 

 

Patrick Galarneau

JÉSUS: DOUX, BON, TOUJOURS GENTIL? CET ARTICLE NE PLAIRA PAS AUX CHRÉTIENS BISOUNOURS. LECTURE POUR GENS AVERTIS.

Au moment d’écrire ces lignes, il y a, au Québec, tout plein de chiens de gardes pastoraux qui défendent à leurs ouailles de consulter mes écrits et mes enseignements. Ces chiens de gardes sont un peu comme les hommes qui protègent une personnalité importante, mais payés pour le faire. Un peu comme le syndrome de Stockholm, ils défendent la cause de ceux qui les tiennent en otage. Ces gens se font leur propre film. Leurs scénarios sont remplis de cascades et de personnages fictifs. Ils inventent des histoires, les enjolivent à leur sauce et voilà, ils vomissent leur fiel amer en cachette du principal intéressé, car le manipulateur ne se manifeste jamais en plein jour et devant celui qui lui reflète son mensonge. Ainsi, ils iront manipuler les esprits faibles et leur raconter un tas d’inepties sur l’auteur de ces lignes.

 

Oui, l’auteur de ces lignes n’épargne ni les paroles dures ni les termes peu élogieux pour dénoncer la supercherie de ces faux frères se déguisant en brebis. Des brebis galeuses, assurément. Ces faux chrétiens qui instrumentalisent Christ comme si ce dernier les approuvait, ont des langues de vipères, tiennent les esprits faibles en captivité, sont des manipulateurs, des médisants, des calomniateurs et des menteurs. Ils sont prêts à tout pour défendre leurs intérêts personnels et religieux. Ils pratiquent l’omerta, étouffent le zèle de plusieurs, obligent leurs ouailles à se taire et faire ce qu’on leur dit. On a supprimé toute volonté parmi les adeptes, les rendant passifs et impotents. Ils leur refusent une autonomie spirituelle. Ces vipères désirent être suivis par les masses, être adulés, payés pour leurs « bons services », mais ils ne travaillent pas pour ceux et celles qui les payent, ils travaillent pour leur propre ventre, et celui de leur organisation à qui ils doivent lécher les bottes pour conserver leur place dans la hiérarchie de l’organisation religieuse frauduleuse.

 

IL N’A PAS D’AMOUR, IL PARLE AVEC DURETÉ.

Voyons voir comment Jésus manquait à ce point d’amour. Car voyez-vous, certaines paroles ci-bas seraient considérées comme un total manque de compassion de la part de Jésus, si ce n’était pas lui qui les avait dite.

« Si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui aussi l’autre » (Mt 5,39-40). Ou encore: « Si quelqu’un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, ses soeurs, et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple. » (Lc 14,25-26).

« Si ta main entraîne ta chute, coupe-la;… et si ton oeil entraîne ta chute, arrache-le » (Lc 8,43-47)

« Seigneur, permets-moi d’aller d’abord enterrer mon père. » Et il se fait répondre « Suis-moi et laisse les morts enterrer leurs morts » (Mt 8,21-22). À un autre qui lui dit: « Je vais te suivre, Seigneur, mais d’abord permets-moi de faire mes adieux à ceux de ma maison ». Et Jésus répond: « Quiconque met la main à la charrue, puis regarde en arrière, n’est pas fait pour le Royaume de Dieu » (Lc 9,62).

« Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il se renie lui-même et qu’il me suive. En effet, qui veut sauver sa vie, la perdra; mais qui perdra sa vie à cause de moi et de l’Évangile, la sauvera » (Mc 8,34-35)

Ne me faites pas croire que ces paroles sont remplies de tendresse. Les évangélico-rose-nanane tentent de rendent ces paroles le plus acceptables possibles en niant la dureté de celles-ci. Ces porteurs de lunettes roses à l’évangile de prospérité aiment donner l’image d’un Jésus uniquement doux et bonasse. Donc, quand il a prononcé ces paroles, Jésus n’avait rien de viril ni d’autorité. Il était, pour ces cracheux de faux évangiles, un personnage doux, rose et mielleux, nous le présentant quasiment comme si Jésus était un efféminé.

 

LES PAROLES DURES DE JÉSUS AUX PHARISIENS… EN PUBLIC!

Mt.15.1  Alors des pharisiens et des scribes vinrent de Jérusalem auprès de Jésus, et dirent:
2 Pourquoi tes disciples transgressent-ils la tradition des anciens ? Car ils ne se lavent pas les mains, quand ils prennent leurs repas.
3 Il leur répondit : Et vous, pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition ?
4 Car Dieu a dit : Honore ton père et ta mère ; et : Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort.
5 Mais vous, vous dites : Celui qui dira à son père ou à sa mère : Ce dont j’aurais pu t’assister est une offrande à Dieu,
6 (15-5) n’est pas tenu d’honorer son père ou sa mère. (15-6) Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition.
7 Hypocrites, Esaïe a bien prophétisé sur vous, quand il a dit:
8 Ce peuple m’honore des lèvres, Mais son cœur est éloigné de moi.
9 C’est en vain qu’ils m’honorent, en enseignant des préceptes qui sont des commandements d’hommes.
10  Ayant appelé à lui la foule, il lui dit : Ecoutez, et comprenez.
11 Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme ; mais ce qui sort de la bouche, c’est ce qui souille l’homme.
12 Alors ses disciples s’approchèrent, et lui dirent : Sais-tu que les pharisiens ont été scandalisés des paroles qu’ils ont entendues ?

Notes: Jésus a-t-il été tendre, doux et gentil? Jésus a fait preuve de fermeté en dénonçant les pharisiens directement, frontalement et sans détour. Jésus a scandalisé les religieux devant tous.

 

MAIS CE N’EST PAS TOUT

Jésus dénonce l’enseignement des pharisiens. Il demande même à ce que tous évitent ces religieux:

Mt.16.1  Les pharisiens et les sadducéens abordèrent Jésus et, pour l’éprouver, lui demandèrent de leur faire voir un signe venant du ciel.
2 Jésus leur répondit : Le soir, vous dites : Il fera beau, car le ciel est rouge ;
3 (16-2) et le matin : (16-3) Il y aura de l’orage aujourd’hui, car le ciel est d’un rouge sombre. Vous savez discerner l’aspect du ciel, et vous ne pouvez discerner les signes des temps.
4 Une génération méchante et adultère demande un miracle ; il ne lui sera donné d’autre miracle que celui de Jonas. Puis il les quitta, et s’en alla.
5  Les disciples, en passant à l’autre bord, avaient oublié de prendre des pains.
6 Jésus leur dit : Gardez-vous avec soin du levain des pharisiens et des sadducéens.
7 Les disciples raisonnaient en eux-mêmes, et disaient : C’est parce que nous n’avons pas pris de pains.
8 Jésus, l’ayant connu, dit: Pourquoi raisonnez-vous en vous-mêmes, gens de peu de foi, sur ce que vous n’avez pas pris de pains ?
9 Etes-vous encore sans intelligence, et ne vous rappelez-vous plus les cinq pains des cinq mille hommes et combien de paniers vous avez emportés,
10 ni les sept pains des quatre mille hommes et combien de corbeilles vous avez emportées ?
11 Comment ne comprenez-vous pas que ce n’est pas au sujet de pains que je vous ai parlé ? Gardez-vous du levain des pharisiens et des sadducéens.
12 Alors ils comprirent que ce n’était pas du levain du pain qu’il avait dit de se garder, mais de l’enseignement des pharisiens et des sadducéens.

 

MAIS ENCORE…

Jésus dénonce vertement les scribes et les pharisiens et ce, devant tout le peuple qui avait l’habitude d’écouter les chefs religieux d’Israël. Ici, c’est comme si Jésus volait la vedette aux religieux en les dénonçant, mais aussi, en dénonçant leurs actions, en nommant ces actions par un terme précis chaque fois.

Mt.23.1  Alors Jésus, parlant à la foule et à ses disciples,
2 (23-1) dit : (23-2) Les scribes et les pharisiens sont assis dans la chaire de Moïse.
3 Faites donc et observez tout ce qu’ils vous disent ; mais n’agissez pas selon leurs œuvres. Car ils disent, et ne font pas.
4 Ils lient des fardeaux pesants, et les mettent sur les épaules des hommes, mais ils ne veulent pas les remuer du doigt.
5 Ils font toutes leurs actions pour être vus des hommes. Ainsi, ils portent de larges phylactères, et ils ont de longues franges à leurs vêtements ;
6 ils aiment la première place dans les festins, et les premiers sièges dans les synagogues ;
7 ils aiment à être salués dans les places publiques, et à être appelés par les hommes Rabbi, Rabbi.
8 Mais vous, ne vous faites pas appeler Rabbi ; car un seul est votre Maître, et vous êtes tous frères.
9 Et n’appelez personne sur la terre votre père ; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux.
10 Ne vous faites pas appeler directeurs ; car un seul est votre Directeur, le Christ.
11 Le plus grand parmi vous sera votre serviteur.
12 Quiconque s’élèvera sera abaissé, et quiconque s’abaissera sera élevé.

Jésus a-t-il été doux avec eux? Jésus a-t-il été mielleux? Jésus s’est-il contenté d’aller voir les pharisiens et les scribes dans le privé pour tenter de « ramener un frère à la raison », comme le disent les chrétiens bisounours? Jésus a-t-il gagné en popularité de « faiseurs de paix »? Jésus s’est-il montré compréhensif? Jésus s’est-il montré conciliant avec eux? Jésus a-t-il invité à prier pour eux, ou bien, était-il plus en faveur que l’on prie pour les victimes de ces loups ravisseurs?

Chrétiens endormis au gaz, réveillez-vous!!

 

JUGEMENT DE JÉSUS SUR LES PHARISIENS

Le discours de Jésus est public. Il dénonce et crache sur les religieux en les traitant 5 fois d’hypocrites, 2 fois de conducteurs aveugles, de fils de la Géhenne, et le mot « aveugles » revient à 4 reprises. Non seulement cela, mais Jésus fait peser une condamnation sur les pharisiens et les scribes et ce, toujours en public. À 6 reprises, Jésus leur dit « malheur », faisant ainsi porter la condamnation sur eux, en mentionnant chaque fois de quoi ces religieux et scribes se rendaient coupables. Je me répète: JÉSUS DISAIT CELA EN PUBLIC ET NON EN PRIVÉ!
13 ¶ Malheur(1) à vous, scribes et pharisiens hypocrites(1) ! parce que vous fermez aux hommes le royaume des cieux ; vous n’y entrez pas vous-mêmes, et vous n’y laissez pas entrer ceux qui veulent entrer.
14 Malheur(2) à vous, scribes et pharisiens hypocrites(2) ! parce que vous dévorez les maisons des veuves, et que vous faites pour l’apparence de longues prières ; à cause de cela, vous serez jugés plus sévèrement.
15 Malheur(3) à vous, scribes et pharisiens hypocrites(3) ! parce que vous courez la mer et la terre pour faire un prosélyte ; et, quand il l’est devenu, vous en faites un fils de la géhenne deux fois plus que vous.
16 Malheur(4) à vous, conducteurs aveugles(1) ! qui dites : Si quelqu’un jure par le temple, ce n’est rien ; mais, si quelqu’un jure par l’or du temple, il est engagé.
17 Insensés et aveugles ! lequel est le plus grand, l’or, ou le temple qui sanctifie l’or ?
18 Si quelqu’un, dites-vous encore, jure par l’autel, ce n’est rien ; mais, si quelqu’un jure par l’offrande qui est sur l’autel, il est engagé.
19 Aveugles ! lequel est le plus grand, l’offrande, ou l’autel qui sanctifie l’offrande ?
20 Celui qui jure par l’autel jure par l’autel et par tout ce qui est dessus ;
21 celui qui jure par le temple jure par le temple et par celui qui l’habite ;
22 et celui qui jure par le ciel jure par le trône de Dieu et par celui qui y est assis.
23 Malheur(5) à vous, scribes et pharisiens hypocrites(4) ! parce que vous payez la dîme de la menthe, de l’aneth et du cumin, et que vous laissez ce qui est plus important dans la loi, la justice, la miséricorde et la fidélité : c’est là ce qu’il fallait pratiquer, sans négliger les autres choses.
24 Conducteurs aveugles(2) ! qui coulez le moucheron, et qui avalez le chameau.
25 Malheur(6) à vous, scribes et pharisiens hypocrites(5) ! parce que vous nettoyez le dehors de la coupe et du plat, et qu’au dedans ils sont pleins de rapine et d’intempérance.

 

CONCLUSION

Personne n’a de leçon à me donner sur le ton employé envers ces hypocrites religieux d’aujourd’hui. Personne n’a même le droit d’intervenir en leur faveur. Vous ne pouvez même pas oser demander à ce que l’on prie pour eux. Si vous voulez prier pour quelqu’un, priez pour ceux et celles qui sont leurs victimes. Priez pour vous-mêmes, afin de ne pas tomber dans leurs sales griffes de faux frères. Vous n’avez aucune leçon à faire sur ce qu’est avoir de l’amour, car l’amour ne se résume pas à de belles paroles, mais aussi, à de l’intransigeance face au mal.

 

 

Patrick Galarneau

 

Témoin de Jehovah, réveille-toi, toi qui dors… au gaz!

A l’attention de Monsieur Willy Fautré – Droits de l’Homme sans frontières

Cher Monsieur Fautré,

Nous avons pris connaissance de votre nom en examinant l’exemplaire du journal européen des Droits de l’Homme ayant pour thème  » L’Etat belge et les sectes ».

Permettez-nous de nous présenter, mon épouse et moi-même. Pendant 41 ans, de 1956 à 1997 nous avons été Témoins de Jéhovah.

Si nous les avons quittés, c’est pour de sérieuses raisons, tant historiques que doctrinales. Nous n’en voulons individuellement à aucun de nos anciens coreligionnaires, car nous estimons qu’ils se sont fait piéger comme nous l’avons été.

Notre démarche porte uniquement sur les agissements d’une organisation qui parait souvent sous un jour favorable à ceux qui ne la connaissent que superficiellement.

Depuis quelques mois nous nous sommes attachés, non seulement à mieux comprendre le mécanisme gérant le mouvement des Témoins de Jéhovah, mais aussi à aider ceux qui veulent se libérer de l’enfermement mental dans lequel ce mouvement les a plongés.

Nous avons eu des rapports très constructifs avec l’ADIF et Mme Julia Nyssens, avec le Centre Marconi et Mr Jean-Claude Maes, ainsi qu’avec d’autres mouvements comme le CIGS et l’ASFVS (Association de Soutien aux Familles Victimes de Sectes). Nous avons été reçus deux fois par l’inspecteur principal à la Sûreté de l’Etat, section rapport et observatoire des sectes, qui nous a interrogé sur les Témoins, et surtout sur l’impact provoqué sur les jeunes enfants dont les parents sont Témoins.

Nous avons aussi des contacts avec l’ADFI Nord et avec l’ADFI Paris. Entre parenthèses Madame Delporte vient de publier en Juin 1998 – aux Editions Fayard:  » Témoins de Jéhovah – Les victimes parlent  » – Un ouvrage édifiant.

Comme vous le savez certainement, le fisc français réclame 303 millions de FF à l’Association des Témoins de Jéhovah de France en guise de relèvement fiscal sur une période de cinq ans. Ceci représente une taxe de 60% sur un gain de plus ou moins 3 milliards de FB sur ladite période, soit 600 millions de F par an.

Nous comprenons que certains défenseurs des Droits de l’Homme voudraient, sans doute de bonne foi, aider les Témoins à échapper à ce relèvement d’impôts. Nous avons appris qu’une réunion de protestation s’est tenue sur l’Esplanade des Droits de l’Homme à Paris et qu’une lettre a été envoyée par le « Collège Central » des Témoins de Jéhovah (Brooklyn) au président Chirac, afin de plaider la cause de la Watch Tower. (Cette lettre a été reproduite en pleine page dans le New York Times du 5 juillet 1998).

Ce qui est plutôt ahurissant, c’est que ce « Collège Central » fait entendre bien haut que cette procédure discriminatoire pourrait créer un précèdent pour d’autres religions. Or, Monsieur Fautré, vous le savez sans doute, dans ses nombreuses publications, et ceci d’une façon ininterrompue, la Watch Tower ne fait que lancer des invectives envers les autres croyances, qu’elles soient majoritaires ou minoritaires, les traitant de suppôts de Satan, les englobant toutes sans exception dans cette fameuse expression tirée de la Bible: « Babylone la Grande, la prostituée qui sera bientôt anéantie par la colère divine ». Voilà donc que, pour protéger ses propres intérêts elle s’inquiète du sort des autres religions qu’elle abhorre!

L’organisation des Témoins de Jéhovah, nous en sommes absolument convaincus, récolte énormément d’argent. Les recettes s’y amoncellent par milliards, grâce à l’évasion massive de capitaux vers les banques américaines. J’étais un des responsables dans l’organisation des Témoins et je sais de quoi je parle. Pris dans l’engrenage, j’ai moi-même essayé de « détourner » l’argent d’une vieille personne qui n’avait, comme on dit, « plus toute sa tête ». Je lui ai proposé de signer des papiers pour qu’elle fasse don de son argent aux témoins. Heureusement, son transfert soudain dans un home situé dans un autre coin de la Belgique a fait échouer le projet. Nous avons connu une autre dame âgée qui a vendu une de ses maisons, donné l’argent aux témoins, a caché avoir fait ce don à ses enfants (non-témoins). De plus, les responsables de la congrégation qui avaient réceptionné l’argent résultant de la vente de la maison, ne lui ont jamais donné de reçu pour la somme versée. Vous pouvez le lui demander.

L’organisation des Témoins bâtit à n’en plus finir, et ce dans le monde entier. Une profusion de buildings de taille impressionnante. En Amérique, elle rachète aussi d’anciens hôtels ou théâtres prestigieux. Par exemple, son dernier complexe de Patterson, à 140 km de New York, a une valeur intrinsèque de 5 milliards de FB.

Pour mener à bonne fin ce gigantesque plan de construction mondial elle utilise une main d’œuvre gratuite constituée par les adeptes qui, bien sûr, le font « pour servir Dieu ». Cette main d’œuvre représente une somme colossale de travail au noir à l’échelle internationale.

En Belgique elle construit aussi quantité de « salles du royaume ». De plus, remarquez que les Témoins, contrairement à la plupart des autres religions, ne contribuent à aucune action humanitaire, sauf lorsqu’il s’agit d’aider leurs propres troupes. Dans certaines circonstances, ils étendront, exceptionnellement leur aide « aux gens du monde « . Par exemple, lorsque la Watch Tower vient au secours de Témoins victimes d’un tremblement de terre, s’il y a du surplus, elle aidera probablement les voisins de ces victimes. Mais en principe, tout l’argent récolté dans l’organisation tourne en circuit fermé.

Permettez-nous de vous dire encore ceci : il fut un temps où la Watch Tower interdisait les vaccinations et les qreffes d’organes. De nombreux Témoins, pour « rester fidèles à Dieu », y ont laissés leur vie. Puis, un jour, éclairée par une sorte de lumière divine, la Watch Tower est revenue sur sa doctrine et a permis l’administration de vaccins et les greffes. Mais les morts, eux, l’étaient bien ! A présent, la transfusion de sang est toujours interdite et on estime que 3 Témoins meurent chaque jour pour refus de transfusion, soit plus de 1.000 par an. Dans ces conditions, ne trouvez-vous pas cette organisation plus répréhensible que le « Temple Solaire » ou autre mouvement destructeur ?

Sans parler de nombreux Témoins qui se suicident après avoir été exclus de l’organisation. Car vous n’ignorez pas qu’après cette procédure douloureuse et destructrice, il est interdit aux « fidèles » d’encore adresser la parole à l’exclu.

Ne voilà-t-il pas à présent que pour protéger ses intérêts en Bulgarie, la société Watch Tower passe un compromis avec le gouvernement bulgare (2). Dans ce pays, la transfusion sanguine ne sera plus interdite aux adeptes. C’était un obstacle à l’obtention du label « religion ». (Voir la note 148 de la Commission Européenne des Droits de l’homme à Strasbourg, … Mais, dans les autres pays, la transfusion reste prohibée !

Peut-être la Watch Tower passera-t-elle un compromis semblable avec le gouvernement français afin d’être reconnue comme religion et d’éviter ainsi le paiement des 303 millions ? C’est une piste à creuser !

Vraiment, cher Monsieur Fautré, l’organisation des Témoins dé Jéhovah mérite-t-elle le soutien des défenseurs des Droits de l’Homme ? Nous sommes persuadés que les responsables des mouvements pour la protection des droits fondamentaux humains font d’excellentes choses. Mais sont-ils toujours au courant des agissements occultes de ceux qu’ils veulent défendre ?

Dans tous les cas, par rapport aux cinq critères formulés par le ministre de la Justice et cités dans les « Recommandations » en fin de votre brochure, il y en a au moins un que l’organisation des Témoins de Jéhovah ne remplit pas pour être acceptée comme culte reconnu, c’est « présenter un intérêt social ».

Sur ce point spécifique, nous pourrons vous donner de très nombreuses preuves si vous le désirez.

Nous vous remercions pour la bonne attention que vous réserverez à ce message.

Chrétiens, pourquoi vas-tu dans ce qu’on appelle « à l’église »?

Sérieusement, tu trouves ça intéressant le faux spectacle que l’on t’offre sur scène? Tu te lèves le matin avec ton conjoint et les enfants, vous prenez le petit déjeuner en famille, les enfants vous démontrent à quel point ils sont heureux de se lever encore très tôt le matin pour aller dans une autre sorte d’école, mais encore plus ennuyante que celle qu’ils fréquentent du lundi au vendredi. Mais attendez… vous allez tenter de faire croire à l’auteur de ces lignes que vos enfants sont enchantés d’aller à ce somnifère que représente votre église? Vous allez me dire qu’ils ont aussi hâte que vous, alors qu’ils pourraient se prélasser dans le lit, aller sur leur console de jeux vidéos ou encore, aller voir leurs amis? Vous allez vraiment me faire croire cela? êtes-vous naïfs ou bien stupides?

 

J’ai 45 ans, j’ai été un enfant et je travaille avec des enfants. Ne tentez pas de me leurrer, je vais le deviner et vous le mettre sur le nez. Ne perdez pas votre précieux temps à venir commenter en me disant que vos enfants sont heureux d’adhérer de force à votre obscurantisme religieux qui vous appartient à vous seul. Le seul fait de les obliger à subir ce calvaire devrait suffire à encourager vos enfants à contacter la protection de la jeunesse afin d’être placés dans une famille d’accueil mieux équilibrée psychologiquement…. Quoi? Vous allez encore me faire croire que vos enfants sont heureux de vous accompagner??? Mon père aussi a déjà fait le coup à qui voulait bien l’entendre. Paraît-il que j’étais heureux de l’accompagner. Il faisait dire que je me portais bien dans cette église merdique à la noix, que j’avais hâte de retrouver mes amis de l’école du dimanche. Mon père disait même que j’étais un bon petit chrétien, que j’avais accepté Jésus. Tout cela était totalement faux. Et puis, vos enfants ont hâte d’entendre un p’tit vieux en cravate déblatérer ses inepties et dont l’habit est de la même couleur et la même texture qu’un tapis de bureau commercial, c’est ça?

 

Pendant que vous, vous allez à l’église pour pallier à la platitude de votre vie, vos enfants, eux, ont toute la vie devant eux et n’ont pas à subir votre obscurantisme religieux terne et sans vie. J’ai 34 ans d’expérience de vie d’église. J’ai été pasteur. J’ai été à l’école du dimanche. J’ai enseigné les jeunes, les adultes, les réunions de prières, participé aux différentes réunions. Vous ne lisez pas un blog d’un simple critiqueux de merde qui n’a pas de vie et se pètent les boutons d’acnés devant l’application de miroir sur son téléphone portable. Je ne suis pas non plus un petit frustré de la vie qui est solitaire et sans amour. Non. J’ai une magnifique femme que j’aime plus que tout, deux beaux enfants merveilleusement brillants, allumés et d’une intelligence débordante. J’ai un emploi que j’aime et qui est de l’autre côté de la rue où j’habite (je travaille avec des enfants) et j’exerce ce que j’aime le plus au monde: l’enseignement biblique! Alors, aussi bien vous bouchez un coin tout de suite, vous n’avez pas affaire à un petit abruti qui se cache derrière son écran pour exprimer ses colères par cet exutoire.

 

CONCLUSION

Mais j’y reviendrai dans le prochain article. Je dois justement aller jouer au hockey à la patinoire avec mes magnifiques enfants 😉

 

 

Patrick Galarneau

Pasteur, pourquoi prêches-tu!

Dans une publication récente sur mon compte facebook, j’ai ajouté « le dimanche matin », à la phrase de ce titre. Or, il semble que je me sois mal exprimé. Ce que je tenais à dire, c’est ceci:

« pasteur, pourquoi le dimanche matin, lors des cultes sensés être rendus à Dieu, prêches-tu »?

Puis, questions sous-jacentes:
– pourquoi prêcher à des gens déjà convaincus?
– pourquoi ne pas enseigner de manière interactive (je connais déjà la réponse )
– Comment mesurez-vous les résultats, court, moyen ou long terme, de ce que vous prêchez?
– Quel est l’impact de votre simple présence, de votre prédication?
– Quelle place croyez-vous avoir dans l’échelle d’importance dans votre église?

 

Ces questions n’étaient aucunement empreinte de sarcasme ou d’une quelconque critique. Il s’agit d’atteindre deux objectifs:

1- que les pasteurs réalisent quelles sont leurs véritables motivations de prêcher, au lieu de le faire de manière systématique

2- revoir la manière de faire l’église

 

Sommes-nous encore aux temps des sermons sur la montagne? Les prédications font-elles des disciples de Christ? Je ne parle pas de disciples du pasteur, ni disciple de la dénomination ou disciple du conseil d’église ou d’association, mais bien DISCIPLE DE CHRIST!

Et si c’est un culte que l’on rend à Dieu, à quoi la prédication offerte à ceux et celles à qui l’on campe le seul rôle de spectateur passif-auditif, puisse-t-il être un culte rendu à Dieu?

 

Avouons-le: ce n’est que de la tradition religieuse. Là, on peut penser que j’émet une critique. Mais la question initiale ne l’est pas. La prédication nous vient du temps de la réforme, en particulier, de Jean Calvin, alors que ce dernier offrait des sermons d’encouragement, devant la contre-réforme orchestrée par les catholiques. C’était une manière de motiver et mobiliser les troupes à ne pas succomber au découragement, devant la féroce opposition religieuse traditionnelle.

 

Cependant, tout cela était circonstanciel. À quoi bon la prédication de nos jours, alors que nous savons pertinemment que les gens ne retiennent que 10% de ce qui a été dit? Tant et aussi longtemps que les pasteurs prêcheront, les chrétiens passifs-auditifs ne changeront pas, n’avanceront pas, ne progresseront pas, puis ne deviendront jamais matures. Ce que je dis est une ferme assurance, pas une opinion. Pour progresser en Christ, il FAUT sortir de ces églises castratrices. C’est la seule manière de progresser. Si vous prenez votre vie en main, vous ne pourrez plus demeurer assis dans un bâtiment que l’on nomme faussement « église locale ». Vous ne pourrez pas concilier « prise en main » et « membre d’une assemblée locale ». Il vous faut adhérer à l’un des deux, mais pas les deux. Ils sont inconciliables.

 

Conclusion

J’attend les réponses de pasteurs. J’attends qu’ils me parlent des bien-faits de leurs prédications, avec preuves à l’appuis. Pour le moment, la prédication a l’effet totalement inverse: elle est un mur qui se dresse entre le croyant né de nouveau et Christ. Le croyant n’est pas le disciple du pasteur ni de sa prédication. Le croyant né de nouveau n’a pas été racheté par un crédo de l’association d’églises. Le croyant est la « propriété exclusive » de celui qui l’a racheté.

 

 

Patrick Galarneau