La belle image évangélique

Dans la belle famille élargie de la mouvance évangélique, les conducteurs se font eux-mêmes les porte-paroles de ce que devrait être un chrétien et l’image de sa famille. Voici ce que l’on veut véhiculer et qui ne doit pas sortir du cadre de la propreté extérieure de ce qu’on s’imagine comme chrétien:

20170103_085332

Voilà une belle photo de profil pour passer partout dans toutes les églises, dans tous les réseaux sociaux chrétiens, sur le TopC et tous les sites gna-gna à lunettes roses d’un évangélisme qui pue l’hypocrisie du culte de l’image.

 

Maintenant, laissez-moi vous présenter trois crasseux du merveilleux monde évangélique, dont moi, et je vous ferai faire un petit test par la suite:

1er crasseux:

xvmb3c94232-3325-11e6-a997-3eba7dda292e-400x265

Brian Welch est le cofondateur du groupe métal, Korn. Ce dernier a des problèmes personnels, se sépare de sa femme, s’enfonce dans les drogues dures, puis en 2005, il rencontre Christ. Sa vie en est transformée, mais le christianisme puritain et idolâtre de la propreté de l’image, voit en Brian Welch un faux chrétien, car il est tatoué et continue dans la musique métal, mais version « louange à Christ ».

 

2ième crasseux

morgan-priest-festival-cannes

Figure gothique du christianisme en France, récipiendaire du festival de Cannes, Morgan Priest fait parler de lui et ne laisse personne indifférent. Il enseigne la Bible, produit des capsules vidéos, tant humoristiques que bibliques. Il fut même rejeté de la fête chrétienne pour l’évangile en juillet 2016, car on ne veut pas être associé à un tel crasseux. Le prétexte étant que Morgan distribuait des « flyers » pour le compte de son site. Big deal!

 

3ième crasseux

15894753_1808316236079633_8985430696246975512_n

Voilà un autre malpropre issus de la mouvance gothique et qui enseigne lui aussi la Bible de manière contextuelle. C’est dans sa forme la plus noire de la mouvance gothique qu’il rencontra Jésus et qui transforma sa vie, à un tel point qu’il est difficile de l’imaginer dans son ancienne vie. Ce personnage ne fait pas non plus l’unanimité au sein de la mouvance évangélique, particulièrement pour son ton parfois incendiaire sur l’esprit sectaire de nos milieux.

 

Notes: des crasseux dans le monde évangélique, il y en a de plus en plus. Beaucoup de chrétiens commencent à en avoir marre de cette fausseté d’image que l’on veut projeter, surtout pour le « paraître chrétien ».

 

TEST

Maintenant, imaginez-vous devant l’un de ces trois crasseux, et demandez-vous ceci:

  • serais-je capable de les écouter enseigner?
  • suis-je capable de les considérer de la même manière que les autres?
  • Suis-je dérangé par l’image qu’ils projettent?
  • pourrais-je lui faire minimalement confiance?
  • si l’église se faisait voler de l’argent, aurais-je un des trois crasseux comme image dans ma tête, comme potentiel voleur?

 

CONCLUSION

Dans un évangélisme à l’eau-de-rose, on préfère ce qui est bien soigné, rangé, ordonné, que rien ne dépasse, rien ne se distingue. On veut du monocorde, du monochrome, de l’effacement total, du brun, du beige, du beige pâle, un costard sobre, une coupe de cheveux qui passe inaperçu. Ainsi, comme de bon lèche-culs, ils se procureront un job de pasteur et une position de choix dans une élite auto-proclamée.

 

Mais n’oublions pas que Dieu s’est choisis des choses folles de ce monde, les inconsidérés, les déchets sociaux, les méprisés et des crasseux. Pas seulement les tout propre et les tout gentil avec de belles lunettes roses.

 

 

Patrick Galarneau

Les apôtres: des messagers, des témoins.

Pierre, apôtre de Jésus Christ, à ceux qui sont étrangers et dispersés dans le Pont, la Galatie, la Cappadoce, l’Asie et la Bithynie,

Jésus avait dit à Thomas:

  • « Heureux celui qui croit sans avoir vu ».

Et bien, cela présageait déjà l’envoie de messagers vers la diaspora juive dans les contrées lointaines des nations soumises à l’empire romain.

 

DES HOMMES CHOISIS POUR CE QU’ILS SONT, NON PARCE QU’ILS ÉTAIENT QUALIFIÉS

Jésus a-t-il choisi ces hommes pour leurs qualités de théologiens? Pourquoi ne pas avoir choisi des religieux juifs, afin d’avoir de son côté des gens d’influences pour le peuple? Il est trop facile de faire porter le fardeaux de tous les maux et la malhonnêteté sur les religieux juifs, même si cela est vrai. Croyez-vous que les apôtres étaient mieux et de meilleures personnes que ces religieux?

Nous ne savons pas trop quelles étaient les raisons de ce choix plus que douteux (douteux pour le peuple et pour le Sanhédrin), mais n’est-ce pas une bonne nouvelle pour beaucoup de gens qui ne se sentent aucunement qualifiés? Si Jésus n’attachaient pas trop d’importance aux qualifications des hommes qu’il a choisi, il ne faut pas non plus penser que Jésus nivelait par le bas en choisissant la voie du misérabilisme: il les a choisi parmi le peuple. Des hommes qui n’étaient probablement pas corrompu par le système en place. Car en effet, les religieux juifs forniquaient avec les autorités romaines dans le but d’obtenir des privilèges spéciaux, en plus de garantir la paix sur la Judée et de repousser les menaces de destructions du Temple, objet et lieu ostentatoire de l’aboutissement des prophéties anciennes. Si les apôtres étaient corrompus, c’est simplement parce qu’ils étaient des humains au même titre que vous et moi. Tous sont corrompus.

Non seulement les religieux juifs n’ont-ils pas voulu reconnaître celui qui fut porteur des promesses, mais ils ont provoqué indirectement la destruction du Temple qu’ils tentaient de protéger avec leurs stratégies aussi nébuleuses que malhonnêtes. Ces religieux devaient maintenir l’ordre par la manipulation, faute de quoi, non seulement retirerait-on leurs privilèges, mais qui plus est, les romains s’occuperaient eux-même de l’ordre par le désordre et le chaos qu’ils menaçaient de semer sur toute la région. Il faut comprendre que les romains ont déjà eu maille à partir avec les soulèvements de juifs avant la révélation faite chair en la personne de Jésus-Christ. Jésus n’allait certainement pas choisir ces hommes corrompu par le pouvoir et l’avidité.

 

CHOISIS POUR ÊTRE PORTEUR DE LA MEILLEURE NOUVELLE QUI SOIT

Quoi qu’il en soit, Jésus avait prévu à l’avance que ces hommes choisis allaient être envoyés et/ou en contact avec la diaspora juive des contrées lointaines de l’empire romain. Ces hommes, appelés « apôtres », allaient devenir les piliers du christianisme en étant les témoins privilégiés des manifestations de la révélation en Jésus et cela, par l’accomplissement des promesses anciennes. Si l’enseignement des apôtres est devenu le socle sur lequel repose l’ensemble de l’Église de Christ, il n’en demeure pas moins que c’est uniquement parce que cela leur fut révélé parce qu’ils furent des témoins privilégiés. Chaque action notable de Jésus trouve sa source dans les prophéties, comme il devait les accomplir. C’est ainsi qu’ils ont constaté que Dieu a dit, Dieu a accomplit. L’enseignement ne vient pas d’une inspiration personnelle des apôtres, mais de ce qu’ils ont vu et entendu, et cela est corroboré et confirmé par les prophéties anciennes, que ces même apôtres ont cité lors de leur évangélisation des juifs de la diaspora.

 

LEUR RAISON D’ÊTRE A CHANGÉ POUR CELLE DONT ILS ALLAIENT SACRIFIER LEURS VIES

Les apôtres sont les messagers, le lien qui relie les faits et le monde de la diaspora juive. Ils devinrent les yeux et les oreilles pour les juifs hors-Judée. Ce sont ces juifs qui furent les plus concernés, puisque ceux et celles qui furent témoins de la révélation et qui, parmi eux, l’ont volontairement rejeté, étaient voués à la condamnation et la destruction (Hé.10.25-39), ce qui se produisit lors de l’assaut final des romains en Judée en l’an 70. Le témoignage des apôtres est le plus précieux qui soit! Nous sommes dans les temps de la fin, celle d’Israël tel que nous l’avons connu. Une nouvelle Jérusalem se mit en place lorsque Dieu est entré en jugement contre le peuple qui l’a rejeté. En excluant l’apôtre Jean, tous les autres ont trouvé la mort avant que ne surviennent le jugement sur Israël. Plusieurs d’entre eux (les apôtres et disciples directes), furent tués tout juste avant et pendant les révoltes juives.

 

LES APÔTRES: BÉNÉDICTION POUR LA DIASPORA JUIVE ET POUR LE MONDE

Les apôtres furent le pont entre la Judée et la diaspora juive du monde connu. Ils furent également le lien de transition entre l’ancienne et la nouvelle alliance. Leur foi ne se reposait pas sur le témoignage des apôtres cependant, comme le veut la tradition chrétienne : la foi de ces juifs auraient été intacte, même s’ils n’avaient pas entendu la bonne nouvelle. Leur foi consistait à croire Dieu lorsqu’il a promis un Messie pour Israël. Le fait d’avoir accepté avec joie le témoignage des apôtres n’a fait que démontrer et confirmer l’authenticité de leur foi véritable, contrairement à ces juifs religieux. D’ailleurs, il est intéressant de réaliser que les plus opposants des juifs envers la bonne nouvelle, ce sont justement des chefs religieux, pour la très grande majorité. Mais quelle bénédiction pour ces juifs de la diaspora que d’entendre de leurs oreilles cette merveilleuse nouvelle!!

 

CONCLUSION

Sans le témoignage des apôtres, le monde aurait survécu. Dieu n’est pas sans ressource. Les juifs de la diaspora qui ont cru en Jésus, auraient tout de même continué à avoir la foi, car elle ne se perd pas pour celui qui la possède. Cependant, leur témoignage est précieux et porteur de la meilleure nouvelle qui soit: le Messie s’est révélé, a accomplit les prophéties, la mort fut vaincue et ils eurent accès directement à Dieu.

Par extension, tous ceux et celles qui croient ce témoignage et que Dieu a bel et bien accomplit tout ce qu’il avait annoncé, sont, par le fait même, détenteur de cette foi que Dieu distribue à qui le veut bien, dans son décret et par sa grâce. Ne pas croire que Dieu a bel et bien tout accompli, c’est faire Dieu menteur, mais je ne me risquerais pas à mettre en doute le salut des uns et des autres. Dieu connaît les cœurs mieux que quiconque. Laissons-lui ce jugement.

Pour les apôtres? Merci Seigneur pour ce merveilleux témoignage. Nous avons le loisir de constater que lorsque Dieu dit, il accomplit 🙂

 

 

Patrick Galarneau

Publicités

Signes religieux et « ostentatoirisme »: les médias et leur jeu de manipulation.

INTRODUCTION

Au Québec, les gens sont passablement silencieux et ne provoquent pas de grands remous. Contrairement aux français, nous ne sommes pas reconnus comme un peuple qui aime se quereller. Désolé pour mes amis français, c’est ce qu’on dit ici. En France, les masses n’hésitent pas à prendre d’assaut les rues et les places de choix pour faire connaître leur mécontentement et les injustices qu’ils affirment subir de la part de leur gouvernement. Que l’on pense à Mai 68′ ou aux gilets jaunes en 2019, les français ne lésinent pas sur les moyens à prendre. On appelle ça «une révolution». Les québécois descendent dans les rues par centaines de milliers lorsque les Canadiens de Montréal remportent la Coupe Stanley, mais demeurent chez eux en se contentant de maugréer en famille lorsqu’ils s’agit de véritables grands enjeux qui les touchent directement. Nos priorités ne sont pas aux mêmes endroits.

 

«TORSIONNER» LA PERCEPTION DES QUÉBÉCOIS

Lorsque des groupes de résistance au Québec s’organisent pour dénoncer sensiblement les mêmes difficultés sociales que les français, on les étiquette automatiquement d’extrémistes de droite. Les médias québécois n’hésitent pas non plus à juger les groupes du même acabit en France de ce jolie sobriquet. Parce que le Québec est si docilement soumis, s’il se lève avec le poing dans les airs, c’est parce qu’il est nécessairement un extrémiste de droite. Lorsqu’un groupe d’extrême gauche prend les rues avec agressivité et parfois même, avec violence, les médias le considère comme «la voix du peuple». Or, le peuple a parlé. L’ensemble du Québec ne partage pas la vision de ces médias qui aiment déformer la réalité. Il ne partage pas non plus les idées extrémistes de la gauche condescendante qui s’imagine mieux connaître les enjeux au Québec. Les extrémistes de gauche se retrouvent principalement dans la seule grande métropole du Québec: Montréal. Et c’est connu: si vous êtes un résidents de Montréal, plus précisément dans Montréal-Centre, le Plateau, Rosemont et l’ouest de l’île, vous possédez de plus grandes connaissances du monde que le reste du Québec. Vous avez une plus grande ouverture d’esprit et vous êtes un meilleur être humain.

 

LA VICTIMISATION MÉDIATIQUE

Je suis en plein cœur de la métropole et pourtant, je ne me retrouve pas parmi ces gens. Je les considère aussi condescendants que méprisants. Mais le grand défi au Québec, c’est que les citoyens du reste du Québec et même, beaucoup de citoyens de Montréal, se fasse également entendre, car ici, au Québec, ceux et celles que l’on entend le plus, ce sont les groupuscules de l’extrême gauche. Les médias veulent les instrumentaliser pour donner l’impression que leurs voix sont celles de la majorité silencieuse. Mais la majorité silencieuse, elle, on ne l’entend pratiquement jamais. Il n’y a que les marginaux du Plateau Mont-Royal, de l’ouest de l’île et de Montréal-Centre que l’on entend, parce que les médias ciblent précisément ces groupes. Croyez-vous que l’on entendrait dans les médias des groupes de manifestants qui descendent dans les rues de Trois-Rivières ou Drummondville et qui manifestent pour appuyer le projet de loi sur la laïcité du gouvernement Legault? Mais on entend partout dans nos médias qu’une école de Westmount, dans l’ouest de Montréal, que non seulement ils manifestent contre le projet de loi, mais ils ont clairement et explicitement claironné qu’ils ne le feront pas respecter dans leur institution scolaire. Nos médias cherchent ainsi à faire croire à la majorité silencieuse qu’elle est ignorante et intolérante si elle appuie ce projet de loi sur la laïcité et ce, en instrumentalisant une très faible minorité de 150 personnes. J’aimerais rappeler que notre gouvernement subventionne à 100% les écoles publiques et que de contrevenir à la loi dans les murs de l’école publique, c’est porter atteinte à l’institution gouvernementale. Rien que ça.

 

Mais comme moi, vous n’avez pas le droit de cibler les médias, ils ont le dernier mot. Ni moi ni vous pouvez avoir raison. Les médias ont raison, parce qu’ils ont le monopole de la voix de la raison. Si je réussissais à faire connaître suffisamment cet article pour qu’une stagiaire ou un pigiste dans une boîte journalistique à qui ont donne les restant s’y intéresse, le résultat est que le médias se victimisera en affirmant que moi et bien d’autres, sommes cyniques et qu’eux, font leur travail avec éthique. Mais c’est le lot des manipulateurs. Les médias se perfectionnent en manipulation de masse. Mais c’est sûrement parce que je suis un complotiste. Ben oui: mon blog est rempli de complots 😉

 

Et ajoutons à cela que les «merdias» rapportent des citations du Maire de Calgary et un ministre du Nouveau-Brunswick, qui affirment qu’ils accueilleraient chez eux les québécois et les immigrants mécontents du Québec concernant ce projet de loi. Le but de ces médias: faire naître ou insister sur le sentiment de culpabilité collectif. Faire sentir la majorité comme des intolérants. Pour le compte de qui? Pour quelle raison? Je ne le sais pas encore, mais nous aurons peut-être les réponses un jour.

 

CONCLUSION

Pourtant, cette masse silencieuse se fait entendre, mais uniquement par les firmes de sondages et non par leur courage à tout laisser derrière eux pour aller manifester, comme le font les français. C’est pourquoi les firmes de sondages sont nombreuses au Québec. Comment connaître le pouls des québécois s’ils ne se manifestent qu’en chuchotant? Et ces sondages sont tout de même éloquents: la majorité québécoise, à 68%, est en faveur du retrait des signes religieux pour les employés en position d’autorité. La grande région métropolitaine fut sondée et le résultat se rapproche de l’ensemble du Québec: 64%. Les francophones sont en faveur du projet de loi à 75%, alors que les anglophones et allophones le sont à 46% au Québec. Même à 46% pour les non-francophones, c’est beaucoup! Alors, quand les médias nous présentent strictement les mécontents, il faut nuancer et relativiser. Le gouvernement Legault de la CAQ a fait ses devoirs et se fait le porte-parole de la majorité.

 

Si le gouvernement Legault veut conserver le crucifix, c’est parce que la majorité québécoise s’est prononcée et la CAQ l’a écouté. Si le gouvernement Legault a émis la possibilité d’une clause grand-père dans l’application de la loi sur la laïcité, c’est par souci des minorités religieuses actuellement en poste. Avec le temps, ces minorités religieuses qui désirent entrer dans la fonction publique seront déjà habitués avec le fait laïc dans nos institutions. Si le gouvernement Legault a fait part de son désir de mettre en place une loi sur la laïcité, c’est parce que le peuple l’a voté majoritairement comme gouvernement et que le peuple a également appuyé cette promesse électorale.

 

Fin du débat.

 

 

Patrick Galarneau

Laïcité ou anti-musulmans?

INTRODUCTION

Au Québec, le nouveau gouvernement de François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec (CAQ), a tenu ses promesses en matière de laïcité, avec certaines nuances, mais je n’entrerai pas dans les détails ni les particularités de ce projet de loi. Je ne vais pas non plus évoquer les critiques pour et contre le projet de loi. Ce ne sera pas non plus un bref cours d’histoire. Ce qui importe, ce sont les impacts.

 

CRUCIFIX: SA RÉELLE PORTÉE HISTORIQUE

Beaucoup de québécois, selon différents sondages, sont pour le crucifix à l’assemblée nationale. Plus les personnes sont âgées, plus ils tiennent au crucifix dans une bonne proportion d’entre eux (plus de 60%). Pour les plus jeunes (18-34 ans), ça se situe autour de 50-50. L’argument qui revient le plus souvent, c’est le patrimoine historique. Ceux et celles qui sont pour, veulent que l’on se rappelle notre culture identitaire chrétienne-catholique. Peu d’entre les « sondés » sont des croyants-pratiquants, mais ils y tiennent. Les raisons? L’actualité des dernières années a donné beaucoup d’espace médiatique aux communautés religieuses. Qu’elles soient Sikhs, juives ou musulmanes, ces communautés ont retenu l’attention des médias pour des raisons trop souvent négatives au goût de la population. Une réaffirmation de son identité nationale de manière modérée semblait être de mise, si l’on se fie à l’opinion publique.

Toutefois, je ne suis pas certain que les québécois s’intéressent tellement à leur propre histoire. Savent-ils ce que représente réellement le crucifix à l’assemblée nationale, sous Maurice Duplessis, ancien gouvernement du Québec dans l’une des périodes les plus sombres de son histoire? Si c’est pour se dire « plus jamais », alors, dans un tel cas, la présence du crucifix se justifierait aisément.

Par contre, des groupes d’extrême gauche se sont également manifestés en instrumentalisant le phénomène religieux en créant un faux problème québécois: le racisme endémique

 

TERMINOLOGIE ET PRÉCISIONS

L’un des arguments massue des groupuscules d’extrême gauche, c’est que si vous critiquez l’Islam, vous êtes racistes et islamophobe. J’aimerais vous partager brièvement l’étymologie de ces deux termes:

Racisme: https://fr.wiktionary.org/wiki/racisme

1- Conviction qu’on peut catégoriser les êtres humains en une série de races en se basant sur des critères physiques scientifiques, surtout quand cela s’accompagne d’une hiérarchisation, consciente ou inconsciente, entre ces races.

2- (Spécialement) Doctrine politique préconisant la domination d’une race (dite pure ou supérieure) sur les autres (dites impures ou inférieures).

3- Attitude de mépris ou d’hostilité, pouvant aller jusqu’à la violence, envers des individus en raison de leur race, de leur ethnie ou de leur culture.

 

Islamophobie

1- Qui a peur de l’Islam

Notes: pour ce terme, ce sont des islamistes qui ont donné un sens différent à ce terme, faisant dévier sa vraie définition à une définition à saveur politique.

 

L’OSTENTATOIRISME

Notes: Ne cherchez pas le mot, je viens de l’inventer.

Est un tissus de superstitions ancestrales qui ne trouvent de fondement nul part. Si vous croyez aux martiens, vous finirez par en voir. Ou quelqu’un affirmera qu’il en a vu. Si vous croyez en Dieu, il y a quelqu’un parmi vous qui entendra des voix et s’autoproclamera comme prophète de son dieu. En fait, vous ou quelqu’un comme vous verra ce en quoi il croit. C’est ce qu’on appelle « du conditionnement ». Vous croyez aux miracles? Vous verrez un jour ou l’autre un miracle. Cela ne signifie pas que ça en soit un, mais l’impression d’en être un est une torsion de la vérité, comme celui qui est assoiffé dans le désert et voit un mirage à l’horizon. Ce qu’il voit, il le voit, mais ce qu’il voit est le fruit de son imagination.

Voyez-vous, certains croyants catholiques croient que de rouler dans leurs doigts des morceaux de leurs chapelets, ça va les rapprocher de Dieu et que ce dieu « obéira » aux volontés du croyants. D’autres croient que de placer un crucifix éloignera le malheur de leur maison. Personnellement, j’opterais pour un détecteur de fumée: c’est plus fiable et c’est pratico-pratique. D’autres religieux croient que d’écrire « D.ieu » au lieu de « Dieu », c’est lui vouer un plus grand respect. D’autres croient qu’il faut donner son offrande à l’église, afin que Dieu les bénisse encore davantage que ce que le croyant a donné. Porter un voile, une croix, un turban, un couteau, une kippa, adorer une statuette, représenter le Christ sur une croix, dire « paix à son âme » à chaque fois que l’on prononce le nom de Muhammad, avoir un lieu de culte, embrasser le sol de Jérusalem, pleurer au mur des lamentations, offrir des sacrifices d’animaux, s’abstenir de manger durant certaines périodes, s’abstenir de certains aliments, de prier à des heures précises, faire des ablutions, aller se confesser à quelqu’un en autorité religieuse, se flageller en public en retraçant le chemin de croix, se faire violence dans son corps et son âme, être rempli de privation pour être pieux, lire la bible, le coran ou la torah pour être un bon religieux accepté de Dieu, bref… tout ça ne sont que des signes extérieurs qui ne changent en rien l’aspect nauséabond de l’intérieur. C’est exactement ce que dénonçait Jésus auprès de qui??? Des religieux! En particulier, les chefs religieux juifs!! Pourquoi Jésus dénonçait-il les chefs religieux juifs, au lieu de ces vulgaires prostituées, publicains, lépreux, malades mentaux et infirmes? Parce que les apparences sont toujours extérieures. La religion est fondée sur les apparences, camouflant ses rides intérieures.

Mais revenons à ce qui est ostentatoires dans l’espace public:

Les noms de rues, la croix du Mont-Royal, les noms de municipalités, les lieux de cultes, tous ces éléments de l’histoire religieuse du Québec sont encore bien présents, bien que, trop habitués, les québécois en sont rendus à les nommer dans la plus grande indifférence sans pour autant les mépriser. Ils sont simplement indifférents de manière un peu involontaire.

Personne ne se rappelle avec émotion les noms des saints catholiques à qui leurs noms furent attribués à des rues, des municipalités ou des villages. Le cours d’histoire du Québec n’est pas le plus populaire de nos jours et même, il y a 30 ans ou 40 ans, ce cours n’était pas plus en vogue qu’aujourd’hui.

 

Si l’on veut absolument se débarrasser de tout ce qui est ostentatoires, il faudra changer les noms de rues, de villages, de municipalités et détruire les lieux de cultes. Là, on pourrait se nommer la « Nouvelle Corée du Nord ». Je ne crois pas que c’est ce que l’on veut collectivement. Personnellement, ça me ferait bien plaisir de voir toutes ces inutilités être enlevées, mais je me questionnerait sur les motivations d’un parti politique allant dans cette direction. Alors, oui à une certaine forme d’ostentatoirisme, mais par respect pour l’histoire qui a fondé le Québec.

 

ISLAMOPHOBIE: L’ARGUMENT D’AUTORITÉ

Les gens n’ont pas peur de l’Islam, ils n’en veulent pas. Parce qu’ils sont islamophobe? Parce qu’ils détestent l’Islam? Non: parce que les québécois se sont débarrassés des superstitions de la religion chrétienne.

Un autre argument de l’extrême gauche: les québécois ont peur de ce qu’ils ne connaissent pas. Hum… argument qui déguise la condescendance et la vantardise de celui qui le prononce.

Cependant, ce n’est pas la peur de l’inconnu qui motive les québécois à un refus de l’Islam. C’est justement parce que les québécois connaissent les impacts de la religion qu’ils ne veulent pas de la religion au sens large. Pensez-vous vraiment que les québécois seraient heureux de se faire christianiser encore de nos jours? Et bien, si vous connaissez la réponse, vous allez également constater que l’Islam, le judaïsme ou toute autre forme de religion, ne seront pas les bienvenus dans la sphère publique. Le traumatisme collectif est encore récent dans l’histoire du Québec. La religion avait ses tentacules dans toutes les sphères de la société québécoise. On ne veut pas avoir à nouveau d’anciens problèmes qui se présentent, comme c’est le cas actuellement avec les différents griefs des minorités religieuses et des groupes d’extrêmes gauche.

 

CONCLUSION

Les québécois sont de grands connaisseurs du fait religieux. Pas besoin d’avoir été musulman pour ne pas aimer l’Islam, tout comme le christianisme ou le judaïsme. Je n’ai pas besoin d’avoir fait la guerre pour avoir le droit d’affirmer que la guerre, c’est mal et/ou ça fait mal. Je n’ai pas besoin de goûter à de la merde pour savoir que c’est vraiment dégueulasse. Je n’ai pas besoin de connaître chaque chose pour avoir le droit d’en parler. J’ai parfaitement le droit de ne pas aimer sans me faire traiter de raciste, de xénophobe ou d’Islamophobe.

Les québécois, comme beaucoup de peuples occidentaux, ne veulent pas de l’Islam ni du christianisme. Dans le dernier cas, ils acceptent le christianisme comme patrimoine, pas comme croyance. Mais ne demandez pas aux occidentaux de régresser dans l’histoire de l’évolution humaine. Si, à une certaine époque, les superstitions religieuses permettaient de s’accrocher à la vie, ce n’est plus le cas de nos jours. La science a maintes fois prouver plusieurs des fausses croyances des différentes religions. Pourquoi les gens reviendraient-ils en arrière dans l’évolution humaine? C’est un non-sens.

Discrimination contre les musulmans? La victimisation est au cœur de la construction de pensée religieuse, qu’importe la dénomination religieuse. La majorité québécoise voulait un gouvernement courageux pour se doter d’une charte de la laïcité qui représenterait ses valeurs actuelles. C’est fait.

 

 

 

Patrick Galarneau

 

Les dirigeants chrétiens « seraient » athées!

INTRODUCTION

Quelqu’un de mon entourage, que je ne nommerai pas afin de préserver son anonymat, m’a partagé son point de vue au sujet de différents leaders chrétiens bien en vue au Québec (en dans la francophonie). En fait, je ne m’attendais pas du tout à ce que cette personne me dise une telle chose, car c’est la dernière personne qui oserait porter un jugement sur qui que ce soit.

 

LES LEADERS CHRÉTIENS, DES ATHÉES CONSENTANTS

Cette personne donc, affirma de manière tout aussi candide que lucide, que les dirigeants chrétiens seraient athées. Au départ, cette personne m’a dit que ces religieux n’étaient pas des croyants. Je lui ai répondu que je suis persuadé que c’est fort possible, que ces gens n’ont pas connu le salut en Jésus-Christ, en effet. Mais non. Ce n’est pas ce qu’elle voulait dire. En fait, ça va beaucoup plus loin et je la cite:

« Les dirigeants chrétiens savent qu’ils ne sont pas croyants, qu’ils ne croient pas et qu’ils ne veulent pas croire en Jésus-Christ. Ils utilisent la religion pour parvenir à leurs fins, dont celui financier »

OH!!! Ça, ça va bien plus loin que ce que j’ai pu oser dénoncer jusqu’à maintenant. Nous étions en voiture. Cette personne conduisait à ce moment-là. J’ai pris quelques secondes de réflexion. Je trouvais ça plutôt logique. Car dans le fond, pourquoi vouloir absolument être au pouvoir d’une organisation, qui plus est, peut se soustraire aux obligations fiscales et passer sous le radar du ministère des finances en recevant différents dons de ses adeptes sans avoir l’obligation de les déclarer, si les reçus d’impôts ne sont rien d’autre qu’une option de l’adepte?

 

MAIS ÇA VA PLUS LOIN

Imaginons la WatchTower (Témoins de Jéhovah) avec leurs inepties et élucubrations apocalyptiques d’une fin du monde; Les mormons, avec leur histoire tirée par les cheveux d’un ange Moroni qui aurait rédigé des révélations de Jésus sur huit plaques d’Or, caché dans une grotte de l’Utah (quelque chose comme ça), puis découvertes par un certain Joseph Smith au 19ième siècle. Pensons également aux nombreuses sectes chrétiennes à la Jim Jones, l’Ordre du Temple Solaire, Rock «Moïse» Thériault et autres hurluberlus du genre.

Croyez-vous réellement que ces dirigeants puissent être vraiment des chrétiens qui sont simplement dans l’erreur? L’erreur va beaucoup trop loin pour parler d’un simple hasard. Si les évangéliques croient dur comme fer qu’un Mormon ou un TJ’s ne peut alors être sauvé, quel est donc l’intérêt de faire des cultes à toutes les fins de semaines dans leurs temples respectifs? Puisque personne ne cherche Dieu au fond, pourquoi des personnes non sauvées pourraient-elles s’intéresser à participer activement à la vie communautaire religieuse, au prosélytisme et à mettre en pratique des règles inhérentes à une certaine interprétation dite biblique et au crédo de leur religion? N’est-ce pas une perte de temps? Ne vaut-il pas mieux pour ces masses naïves de passer tout leur temps en famille et faire des activités moins ennuyantes que leurs cultes soporifiques?

 

ÉVANGÉLIQUES, SUR LES TRACES DU SANHÉDRIN

Mais la personne qui m’a dit cela ne faisait pas cette réflexion: elle identifiait, dont certains par leurs noms, les leaders… ÉVANGÉLIQUES! Les leaders bien en vue dans le monde évangélique seraient en fait des gens athées, ayant une forte personnalité narcissique et qui ont besoin de pouvoir, d’admiration et… d’argent!

C’est à ce moment que je me suis rappelé tout ce que j’ai dis depuis les deux dernières années concernant le vrai visage des religieux juifs du temps de Jésus. Vérifiez par vous-mêmes: les religieux juifs connaissaient les prophéties, mais ont tenté, par ordre du Roi Hérode, de faire tuer le Christ, alors bébé naissant. Jésus a guéri un aveugle-né, signe évident que c’était bien lui le Christ, mais les religieux juifs cherchaient à le faire mourir. Les religieux juifs ont accusé Jésus de chasser les démons car il est un démon, sachant très bien que seul, celui qui peut être le Messie, va opérer une telle chose.

Il y a de nombreux exemples comme ceux-là qui prouvent une chose bien évidente, et que Jésus lui-même a dénoncé au sujet de ces religieux:

  • Non seulement les chefs religieux juifs n’étaient pas des croyants, mais ils ont été démasqué par Jésus comme des personnes qui avaient les apparences de la piété, mais qu’au fond, ce sont des athées qui ne veulent pas entendre parler de Dieu. Ils ont pour père le Diable, et non le Dieu d’Abraham. En refusant le fils, ils ont démontré qu’ils n’ont jamais été le moindrement attaché à Dieu et que c’est volontairement un choix athéiste de leur part.

 

OBJECTIF DES CHEFS RELIGIEUX

Avoir du pouvoir, de l’argent, être admiré, mais aucun de ces dirigeants ne mourraient pour l’une des brebis du troupeau. En fait, ce sont des mercenaires qui reniflent l’odeur de l’argent; des dictateurs, qui flairent l’odeur du pouvoir; des pervers-narcissiques, qui ont un cruel besoin de remplir leur besoin abyssale d’être adulés, voir, adorés. Parfois, il y a des objectifs politiques, comme ont le constate aux États-Unis. Le lobby évangélique est très puissant et parasite la Maison Blanche afin de parvenir à ses objectifs. Le mouvement évangélique est issus d’une doctrine absolument contraire à l’essence même du N-T: le dispensationnalisme. Une doctrine de peur et de manipulation religieuse qui met l’accent sur un Jésus personnel qui sauve si nous désirons adhérer à sa religion, faute de quoi, ce sont les feux de l’enfer qui s’abattront sur nous. Mais ces chefs religieux ne croiraient en rien de cela. Il s’agirait simplement d’une tactique de manipulation pour contrôler les masses et leur faire faire ce que EUX désirent.

 

Enfin bref, cela donne matière à réflexion 😉

 

 

 

Patrick Galarneau

 

Fin des temps: à qui cela s’adresse-t-il?

La fin des temps est le thème qui se vend le plus dans les librairies mercantiles évangéliques. Oui, c’est une vraie mine d’or pour ces adorateurs de Mammon, qui n’ont cure de la vérité toute simple. Pourquoi faire simple lorsque l’on peut faire compliqué?

Dans ce premier article, je propose d’abord un passage pour que les chrétiens puissent réaliser à qui cela s’adresse. C’est primordial avant de continuer plus loin.

 

Je vous suggère donc un passage avec ce thème:

1.P.1.15 Mais, puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite, selon qu’il est écrit:

16 Vous serez saints, car je suis saint.

17 Et si vous invoquez comme Père celui qui juge selon l’oeuvre de chacun, sans acception de personnes, conduisez-vous avec crainte pendant le temps de votre pèlerinage,

18 sachant que ce n’est pas par des choses périssables, par de l’argent ou de l’or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous avez héritée de vos pères,

19 mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache,

20 prédestiné avant la fondation du monde, et manifesté à la fin des temps, à cause de vous,

21 qui par lui croyez en Dieu, lequel l’a ressuscité des morts et lui a donné la gloire, en sorte que votre foi et votre espérance reposent sur Dieu.

 

Dans ce texte, l’auteur est l’apôtre Pierre. À qui s’adresse-t-il? La réponse est aussi dans le texte:

1P.1.1  Pierre, apôtre de Jésus Christ, à ceux qui sont étrangers et dispersés dans le Pont, la Galatie, la Cappadoce, l’Asie et la Bithynie,

Ainsi, l’apôtre Pierre s’adresse à ceux qui sont étrangers ET dispersés. Où?

  • Dans le Pont
  • La Galatie
  • La Cappadoce
  • L’Asie
  • La Bithynie

L’apôtre Pierre s’adresse à des juifs dans ces régions. Pourquoi des juifs?

  • Le mot traduit est « dispersés ». Il s’agit d’une diaspora, donc, des étrangers dans les cités mentionnées.
  • Le verset 2 nous éclaire davantage: les élus, selon la prescience de Dieu. Le peuple élu, c’est Israël. La « prescience » de Dieu exprime donc l’idée d’un peuple qui a été élu bien longtemps avant. L’histoire d’Israël et l’histoire biblique nous confirment que le peuple élu est bien Israël. L’auteur de cette lettre informe donc les élus répartis à travers le monde romain, et plus précisément les juifs des régions mentionnées ci-haut.
  • Au v.2: Afin qu’ils deviennent obéissants: beaucoup de chrétiens font abstraction de la notion du gentilé, de l’adresse, du ou des destinataires. La Bible ne se lit pas comme un roman de fiction. L’apôtre Pierre désire que ces juifs contemporains, qui prendront connaissance des paroles de l’apôtre, soient participants à l’aspersion de Jésus-Christ.
  • Au v.4, l’apôtre parle « d’héritage »: la terre de Canaan était un héritage, une Israël terrestre. Ce que propose maintenant l’apôtre, c’est une Israël céleste, analogie pertinente pour ceux et celles qui sont des juifs, mais loin de leur patrie.
  • Le v.5 exprime encore l’idée des derniers temps. Assurément, seul les juifs connaissent ce terme, puisqu’ils se trouvent dans les promesses des prophètes anciens, et qui doivent s’accomplir comme s’est accompli les nombreuses prophéties à leur sujet dans leur histoire. Les juifs espéraient donc en ces promesses, à cause de leur foi, et c’est le salut qui est révélé dans les derniers temps, et non des catastrophes naturelles ou le chaos politique de notre époque. Le salut consiste en la révélation du Christ, expiant leurs péchés une fois pour toute, remplaçant ainsi les sacrifices annuels et perpétuels pour enfin être pleinement et éternellement dans l’obéissance par le sacrifice ultime de Christ, et le don de la foi par la grâce de ce Dieu qui le leur a promis depuis des siècles.

 

CONCLUSION DU 1ER ARTICLE

Il est important de comprendre les bases de l’interprétation biblique et n’importe lequel des documents anciens que nous étudions.

Il est logique de constater que l’apôtre Pierre s’adresse à ses contemporains, près ou éloignés géographiquement. La diaspora juive devait inévitablement être avertit de la réalisation finale des promesses adressées à Israël, il y a plus de 400 ans et en remontant dans le temps. Le dernier prophète, sans compter Jean le Baptiste, fut Malachie. Ce fut le plus long moment de disette prophétique dans l’histoire d’Israël.

 

Les juifs étaient donc les seuls concernés.

 

 

 

Patrick Galarneau