Attentat terroriste, Charlie Hebdo: Liberté, Égalité, Fraternité, Bafouées et Envolées

Le titre de l’article aurait pu être le suivant: « Où est Charlie »? Mais ce genre de titre aurait insinué qu’il s’agit d’un acte isolé, perpétré par des fous en recherche de notoriété, trouvant un écho favorable auprès de tous les extrémiste religieux, particulièrement ceux qui tentent de reproduire l’ancien empire Ottoman, mais de manière radicale par l’État Islamique.

Tristesse, compassion et condoléances

D’abord, je tiens à offrir mes plus sincères condoléances aux familles des victimes, des parisiens et de tous les français, pour qui les valeurs de Liberté, Égalité, Fraternité, figurant dans l’article 2 de la constitution française depuis 1958 et qui trouvent ses origines suite à la révolution française, ont été bafouées sans vergogne par des assassins sans scrupule et qui méprisent la liberté d’expression. Je compatis sincèrement avec vous tous, amis français, mes pensées et mes prières vous accompagnent en ce triste jour de deuil. Je suis profondément choqué par cet horrible geste et je dénonce vivement cet acte sur votre territoire, comme tout acte terroriste.

Liberté, Égalité, Fraternité, Bafouées et Envolées

Le Charlie Hebdo, un journal satirique français qui a été fondé en 1970, a été la cible d’un attentat des plus meurtriers aujourd’hui, en ce 7 janvier 2015, et dont les motifs sont clairs, si on tient compte des vidéos publiées et qui font le tour de la toile virtuelle: venger la dignité du prophète Mahomet, après que celui-ci eut été l’objet de caricatures en 2011. Les extrémistes religieux ont décidé de débuté l’année 2015 comme ils l’ont fait en 2014: en bafouant nos droits et libertés. Bien que je sois québécois, je suis d’abord un être humain et un citoyen du monde libre, cette liberté que nous chérissons tous, sans l’apport de cet obscurantisme religieux qui tient captif ces fanatiques religieux qui tuent, d’abord au nom d’un dieu qu’ils ne peuvent prouver son existence, puis d’un prophète sacralisé par l’Islam, un tueur et pédophile notoire et qui aurait reçu des visions de l’ange Gabriel sur une période de 22 ans, dans une grotte, seul, sans témoin, mais qui a su se rallier des gens aussi fanatiques que lui, afin d’obliger les populaces à embrasser cette nouvelle religion, au huitième siècle de notre ère.

Un attentat pas comme les autres

La différence dans cet attentat comparativement à plusieurs autres attentats perpétrés sur les territoires d’états non-islamiques, c’est que ces radicaux ont bien prémédité leurs gestes barbares en planifiant soigneusement de ne pas se faire prendre, prenant la fuite dans une seconde voiture après avoir laissé la première. Il semble que ces Djihadistes n’avaient pas l’intention de mourir sur place, comme l’on fait des centaines d’autres avant eux, alors qu’ils sont disposés à offrir leur vie en rançon, afin d’accomplir la volonté de leur dieu. Non seulement cela, mais c’est avec un calme désarmant et un sang-froid inébranlable qu’ils ont assassinés deux policiers français, dont la toute dernière dépêche confirme l’identité d’un des deux policiers et qui porterait un nom à consonance arabe. Ajoutons à cela les 10 journalistes du Charlie Hebdo et nous avons maintenant 12 victimes confirmées.

L’illusion de la paix fait place au traumatisme collectif

Mais la question qui se pose en ce moment: quels étaient les dispositifs de sécurité? Le Charlie Hebdo venait tout juste de s’installer dans leur nouveau domicile du 10 r nicolas appert, 75011 PARIS. Connaissant la réputation de ce journal, de ses antécédents et des menaces dont l’hebdomadaire a été la cible suite aux caricatures du fameux printemps arabe en 2011, le corps policier français fut mis à contribution autour des locaux du Charlie Hebdo, par mesure de précaution. Or, 12 morts assassinés en Plein Paris, ce n’est pas ce que l’on peut considérer comme un dispositif de sécurité adéquat. Bien entendu, on ne peut jamais pleinement mesurer le spectre d’un attentat, mais l’état français est menacé depuis que François Hollande s’est impliqué dans cette nouvelle guerre contre l’État Islamique, ce qui est tout à fait justifié. Néanmoins, la preuve est faite: les français ne sont pas en sécurité sur leur propre territoire, constatant que leur devise qu’ils ont acquis si chèrement au prix des vies de leurs lointains ancêtres, a été bafouée et ne représente plus qu’un souvenir. Les français sont devant un fait accompli: la paix et la sécurité sont illusoires, bien plus que la menace d’un état de siège nazi au tout début de la seconde guerre mondiale, car l’ennemi actuel peut être partout à la fois, à l’intérieur de nos frontières, que nous soyons français, canadiens, anglais, américains ou toutes autres démocraties dont les valeurs de libertés figurent au premier plan.

Nouvelle dynamique de guerre

Lorsque Paris fut assiégé par les nazis à Paris, les français connaissaient leurs ennemis. Ils venaient de l’extérieur, bien que ce soit un état limitrophe. Mais la dynamique de guerre a changé depuis les attentats du 11 septembre 2001. La guerre n’est plus entre nations, mais entre idéologies. Les uns sont pour la liberté et offrent l’asile politique aux réfugiés, puis un havre de paix aux musulmans du monde arabe. Attention aux amalgames cependant: il ne s’agit pas de musulmans ni d’arabes en soit, car l’idéologie qui est promulguée n’a pas de frontière ni d’appartenance ethnique, mais bien d’extrémistes radicaux et d’obscurantistes religieux. Rajoutez à cela tous les français de souche qui ne trouvent pas leur place dans la société française et dont la frustration est exacerbée par les discours de ces fanatiques, faisant miroiter une valorisation dont ces français vulnérables n’ont jamais reçu des leurs. L’extrémisme religieux devient un moyen palliatif immédiat pour soulager cette frustration ou ce prétendu ostracisme dont ils font l’objet de la part de leur patrie. Plusieurs de ces français se sont joint au djihad de l’État Islamique, parfois avec une nouvelle identité, signe de rejet et de mépris envers leur patrie.

Un avenir sombre

Que restera-t-il après cet attentat qui s’inscrit maintenant dans l’histoire récente des déboires de l’Occident à faire face à ses responsabilités? Il semble que nos états démocratiques soient frileux quant à un resserrement des lois, d’abord par des mesures de sécurité nationale, puis des critères d’admissibilité du département de l’immigration. Mais l’une des craintes qui risquent de se produire concrètement, c’est que nos démocraties deviennent des états policiers et que nos droits et libertés en soient grandement affectés. Si l’ennemi se trouve à l’intérieur de nos frontières, une ère de suspicion contribuera à une paranoïa collective et exacerbée par les réseaux médiatiques qui font passer en boucles 24/24 l’actualité internationale par le moindre fait divers concernant de près ou de loin le monde musulman. De plus, les populations de nos états libres accepteront d’emblée tout projet de lois qui restreindront nos droits et nos libertés, sous le prétexte de la sécurité nationale et le « vivre en paix » Mais tout ceci ne sera qu’une triste illusion, car si la paix et la sécurité passe par un état policier et suspicieux, où se trouvera la vraie liberté?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s