Ne plus croire en Dieu peut vous valoir la prison dans certains pays,

https://www.actualitte.com/critiques/waleed-al-husseini-livre-coup-de-poing-par-des-mots-au-point-2584.htm

Le monde de l’édition > CritiquesWaleed Al-Husseini : Livre coup de poing par des mots au pointLe mardi 17 mars 2015 à 12:12:59 – 1 commentaire
Zoom moinsZoom plusSignaler erreurImprimerEnvoyer à un(e) ami(e)
illustration
ISBN :
Prix eBook : 12,99 €
Prix papier : 18 €
Pages :
Editeur : Grasset
Traduit de : l’arabe
Traduit par : Chawki Freiha
Retrouver Blasphémateur ! de Waleed Al Husseini sur la librairie de ActuaLitté
Il est difficile d’ordinaire de faire une critique quand on ne lit pas la langue. Cette fois-ci, la traduction n’a pas été un problème tant le livre est brutal, vivant et nous met pied et tête dans la réalité de la religion musulmane. Blasphémateur Les Prisons d’Allah, le titre qui semble accrocheur résume à lui seul fort bien le livre : Waleed Al-Husseini est un blasphémateur parce qu’il a osé penser dans une société où l’obscurantisme fait loi.

Ce jeune homme de vingt-cinq ans parce qu’il s’est révélé athée s’est retrouvé derrière les barreaux à Qualqilya en Cisjordanie, torturé physiquement et moralement parce qu’il avait juste osé ne plus croire en Dieu et l’affirmer sur différents supports internet.

Dès les premiers chapitres Waleed nous explique le quotidien ordinaire d’une jeune palestinien.
École primaire sans mixité, sexualité dont on ne parle pas et quasi interdite puisque les femmes doivent arriver vierges au mariage et emprise de la religion sur la vie quotidienne, et ce dès l’enfance.

À l’université il se sent plus libre et quand il se découvre athée, après de longues réflexions sur le Coran et le prophète, mais lorsqu’il le dit à ses amis et, ce, à son grand étonnement ceux-ci lui tournent le dos.
Il l’avoue à sa mère qui lui répond, je le cite : « elle m’a répondu qu’elle s’en doutait, mais qu’elle priait tous les jours Dieu pour qu’il m’éclaire et me remette sur le droit chemin de l’Islam. Pour autant elle ne m’a pas renié. La force de son amour maternel m’a permis de retrouver une certaine paix intérieure et de me consacrer à mes études ».

« Elle ne m’a pas renié », il parle ainsi de sa propre mère, le poids de l’Islam est tel que sa propre mère aurait pu lui tourner le dos.

Il se lance, alors, à cœur et à corps perdus dans une explication de son athéisme, ne pouvant en parler dans la vie, il choisit le virtuel afin de communiquer avec le plus grand nombre de musulmans.
En effet, c’est grâce au net qui n’a pas de frontières que le jeune étudiant qui devient professeur trouve des réponses aux questions qu’il se pose sur Dieu dont il parle dans son livre un peu comme d’un père qu’il aurait renié et qui n’aurait jamais existé. Qu’il trouve des réponses aux questions et découvre que la religion est pleine d’illusions, de mensonges.

Les blogs qu’il crée, et les réponses à ses articles et les discussions échangées dans le virtuel lui démontrent qu’il n’est pas le seul à douter, à s’interroger sur le bien-fondé de la religion. De même, il trouve écho, sur la Toile, dans ses échanges avec des musulmans ou des musulmans devenus athées tout comme lui afin de se défaire du poids d’une religion qui les avaient plongés dans une ignorance et qui aspirent à une liberté de pensée loin des dogmes et des pratiques islamistes invalidantes.

En mars 2010, le jeune homme crée une page Facebook au titre provocateur : « Anna Allah » qui signifie je suis Allah.

Dès lors, cette page alerte les autorités musulmanes puisque l’auteur lance le défi ultime. En effet, pour les musulmans Allah ne doit pas être incarné, et les muftis, imams et la police surveillent de près toutes les publications et les commentaires et finissent par emprisonner l’auteur le 2 novembre 2010.
« Derrière les barreaux » titre du chapitre qui décrit son incarcération est bouleversant de justesse et pour les occidentaux que nous sommes incroyables.

Publicités

Témoignage intégral d’une musulmane ouvertement lesbienne

Je n’ai rien changé au texte, afin de conserver son authenticité. Je ne suis donc pas l’auteur de ce texte ni responsable de son orthographe.

941765_323967411063812_1709883222_n

Implôsion Surchamps étant lesbienne musulmane… fervente pratiquante ….je te dis k non ….NNOOONNNN on ne peut pas être une lesbienne active et une musulmane pratiquante et engagée….Il y a un choix à faire….ou t’es actif sexuellement et passif religieusement….ou t’es actif religieusement et passif sexuellement….Personnellement , quand je succombe à mes sentiments…quand le désir et la passion me ravagent j’arrête de faire ma prière et même si je me perds au fond des yeux de ma bien aimée…que je m’énivre de sa volupté inavouée…que je me rassasie de sa peau ..de son corps à l’infini….que je ressuscite sous ses caresses à la sensualité mystique….n’empêche k la terreure du chatîment Divin me hante perpétuellement….y a des nuit ou je suis terrifiée rien qu’à l’idée de sombrer dans le sommeil…de peur de ne pas me réveiller …Alors que dirais-je au Seigneur au jour du jugement dernier???!!!!!….Au fil du temps la douleur surpasse le plaisir…défigure le désir…Et l’amour de ma bien-aimée mue en une intolérable souffrance…Et là je suis bien heureuse du fait que le seigneur se Nomme Le Misérocordieux…Alors je mets fin à ma relation avec elle et je reprends ma priére en suppliant Dieu de me pardonner …Avec l’espoir de ne plus jamais tomber amoureuse….Donc NNNNNNNNNNOOOOOOONNNNN….désolée mais on ne peut pas pratiquer l’islam et l’homosexualité en même temps…OOONN doit choisir c’est l’un ou l’autre…Mais on peut-être musulmane homosexuelle en aimant les femmes mais en refusant de succomber au désir physique …à la passion sublime et sensuelle qu’elles nous inspirent..Et mon Dieu ce k c’est difficile…Car pafois rien k le fait de penser à elles ..de contempler leur grâce transcendante….elles si merveilleusement femmes sans être parfaites méne à la jouissance…Telle est notre épreuve…Notre fardeau…Mais l’on pas le droit de succomber…Car même si je me consume à les aimer comme jamais corps ne fut désiré …QU’est-ce que la Passion aussi Dévastatrice soit-elle!!!…qu’est-ce que le désir aussi Ravageur soit-il!!!….qu’est-ce que le plaisir aussi Libérateur soit-il!!!…FACE à L’éTeRNITé …Et croyez-moi j’ai tout lû…cherché pendant plus de 20 ans dans les textes religieux un minuscule espoir qui me dirait c’est Permis …c’est HaLal…vas-y lâche toi ! …fais toi plaisir !…octroye-toi le droit d’aimer et d’être aimée…Mais Noon à MON GRAND DESESPOIR JE N’AI ABSOLUMENT RIEN TROUVé QUI DISE QUE C’EST PERMIS OU HALAL…Et croyez moi c’est pas facile pour moi de dire ça ou de l’accepter…C’est un suicide sexuel …voilà comment je le vis…et voici mon expérience…à vous de voir..à vous de juger car finalement chacun sera seul dans sa tombe…Et tout ceux qui pour défendre l’islam se mettent à nous insulter…Nous traitent de tous les mots et maux….. je leur dis k c’est vraiment con et k l’islam ne leur donne pas le droit de nous juger…Seul le Seigneur à ce pouvoir…Mais qu’en plus L’islam leur ordonne la compassion et la tolérance…Et k si je les avait rencontré avant de rencontrer Dieu je serais devenue une lesbienne athée…Au lieu d’être une fervente musulmane lesbienne active religieusement passive sexuellement…Et à mes soeurs d’armes lesbiennes je dis ne poussez pas le bouchon trop loin !!!…pourkoi jouer la carte de la provocation…la liberté c’est aussi le respect de celle des autres et le vivre ensemble implique de se conformer aux normes de la majorité….alors un peu de bon sens…Si t’es à paris tu fais comme les français…si t’es à new york tu t’adaptes made in usa…Si t’es au bled au pays du commandeur des croyants tu ne parle pas des droits des homosexuels !! …Attention ! « Là » je parle de la sphére publique…de droits légaux et constitutionnaux…Absolument pas de la sphére privée car là personne n’a le droit d’intervenir…tu fais ce k tu veux chez toi…t’es reine en ton royaume…D’ailleurs c’est la position de l’islam …C’est ton choix , ta vie, ton éternité, ta tombe avec à la clef : Ton Paradis ou Ton Enfer… à toi seule de décider et pesonne « absolument personne » n’a le droit de s’interposer ou de t’imposer Quoi QUE se soit « LA IKRAHA FI DINI verset à la fin de sourate el baqara »…Y a tellement de choses à dire …mais bon vaut mieux k j m’arrête là car je pense k j vous ai déjà assez saoulé…
Amicalement

Recommandé ou recommandable?

Dans une conversation engagé avec monsieur Thierry Kopp​ sur l’un des fils de discussions que j’ai initié sur mon mur facebook, nous avons évoqué cette notion de recommandation. Il s’agit, en fait, de distinguer ceux et celles qui ont reçu l’approbation ou non d’exercer un ministère pour le service de Dieu et des saints. Quelqu’un peut-il se recommander soi-même? Prenons quelques textes, non pas au hasard, mais ceux qui se rapportent le mieux à la recommandation:

C’est la vérité qui rend recommandable:
– 2Co 4.2 Nous avons renoncé à toute action cachée ou honteuse; nous agissons sans ruse et nous ne falsifions pas la parole de Dieu. Au contraire, nous faisons connaître clairement la vérité et nous nous rendons ainsi recommandables au jugement de tout être humain devant Dieu.

Dans ce passage, sans en faire l’exégèse, nous constatons que la recommandation passe avant tout par le jugement des uns et des autres. Le fait de ne pas être reconnu par la majorité signifie-t-il que nous ne soyons pas recommandables? Pas du tout. C’est la vérité qui nous rend recommandable. Or, il est possible de se faire recommander par les chrétiens charnels ou des prétendus chrétiens qui aiment se donner des docteurs dans le but de se faire dire ce qui leur plaît. Il ne s’agit alors pas d’une recommandation de l’Esprit de Dieu, mais des désirs des hommes. Néanmoins, dans la pratique des choses, se rendre recommandable revient aux hommes, mais les hommes porteront la responsabilité d’avoir recommandé ou non les bonnes personnes.

Absence d’orgueil

– 2Co 10.12 Certes, nous n’aurions pas l’audace de nous prétendre égaux ou même comparables à certains qui se recommandent eux-mêmes ! La mesure avec laquelle ils se mesurent, c’est eux-mêmes, et ils ne se comparent à rien d’autre qu’à eux-mêmes. N’est-ce pas là une preuve de leur folie ?

L’apôtre Paul et ses compagnons annoncent la vérité de la bonne nouvelle avec simplicité et sans imposer une autorité qui ne se reconnaît que par la véracité de leurs témoignages. Or, pour vérifier si ce qu’ils disent est exact, l’exercice consiste à étudier les écritures et d’exposer les propos de ceux qui affirment parler au nom de Christ à la lumière de la vérité des écritures. Encore faut-il faire preuve de discernement et être assidus dans l’étude des écritures. Or, certains refusent de se soumettre à cet examen et ils s’élèvent contre tous ceux qui désirent humblement exposer et vérifier si ce qu’on leur dit est effectivement exact (Ac.17.11). Ces gens qui se recommandent eux-mêmes n’acceptent ni remise en question, ni échange, ni dialogue. Ils cherchent à s’imposer et à imposer leurs enseignements. Ils ne font preuve d’aucune ouverture et ne veulent aucunement être enseigné par qui que ce soit. Ils font à leur tête, refuse toute collaboration et s’imposent comme chef sur ceux et celles qui ne seront pas assez affermis et l’acclameront comme docteur sur eux. Ces gens n’ont aucun scrupule à s’accorder des titres pompeux. Vous les verrez porter fièrement les titres de:

  • docteur
  • prophète

  • apôtre

  • pasteur

  • révérend

  • évangéliste

  • bishop

  • archibishop

  • évêque

  • ect…

Dans certains cas, ils auront des habits spéciaux qui les distingueront de la populace crasse qui leur doit révérence et adulation. Mais attention: d’autres sont bien plus subtiles et agiront à travers un système ecclésiastique bien établit dans notre monde évangélique et seront les petits roitelets papales de leur communauté. Ces gens ont des titres, ont été élu après avoir été de bons lèches-bottes, auront fait des études, auront été obéissants en tout point, non par motif de conscience, mais par motif d’ambition personnelle pour satisfaire leur égo.

Le refus de reconnaître, par refus de se soumettre

– Jn 8.13 Là-dessus les pharisiens lui objectèrent: – Tu te recommandes toi-même, ton témoignage n’a aucune valeur.

C’est parce que Jésus n’était pas celui que les religieux désiraient qu’ils l’ont rejeté, mais surtout, parce qu’ils refusaient de se soumettre à Dieu qu’ils ont fait crucifier Jésus. Ce dernier a fait refléter leur mauvaise disposition de coeur, en plus de s’approprier, bien involontairement, la popularité auprès du peuple, ce qui a suscité une colère et une jalousie de la part de ces pharisiens. Ils se sont mis à le traquer, le défier, lui chercher des failles pour l’accuser, ce qui les aurait réjouit, afin de lui subtiliser sa popularité et le faire tomber. Nous avons tous eu nos détracteurs qui nous suivent un peu partout, afin de pouvoir nous prendre en défaut et nous ridiculiser, afin que nous soyons discrédités, comme les pharisiens cherchaient à faire avec Jésus. Les hommes et les femmes droits et honnêtes en Christ seront persécutés et constamment pris à parti. Il ne s’agit pas de jouer à la victime ni au martyr. La victimisation est une technique de manipulation exercée par les gourous, ces faux appelés, ces loups ravisseurs qui n’ont de cesse  de chercher à se mettre en avant-scène pour attirer l’attention de tous. Les véritables victimes ne se plaignent pas d’être victimes. Elles savent de façon naturelle que c’est inhérent à une vie consacrée pour le Seigneur. Habituellement, ces gens ne recherchent pas les réflecteurs. S’ils sont de notoriété publiques, ces individus consacrés à Christ chercheront d’abord à ne prendre aucun crédit et à tout remettre à Christ. Ils utiliseront leur notoriété pour le service de Christ, et strictement dans cet objectif de serviteur soumis à lui.

Néanmoins, ils seront pris à parti et devront composer avec ces difficultés, que ce soit la médisance ou la calomnie à leur sujet. La jalousie et l’envie.

Se proposer pour être recommandé

– 2Co 5.12 Nous ne voulons pas de nouveau nous recommander nous-mêmes auprès de vous, mais nous désirons vous donner l’occasion d’être fiers de nous; ainsi, vous aurez de quoi répondre à ceux qui se vantent de détails extérieurs et non de ce qui est dans le coeur.

Lorsque Dieu a demandé: « mais qui enverrais-je« ? Élie s’est alors proposé. Pour être recommandé, il ne faut pas attendre que l’on vienne nous chercher pour nous camper dans un ministère, comme cela se fait souvent dans le monde chrétien évangélique. Bien que cela puisse sembler inconvenant, celui qui répond à l’appel de Christ débute lui-même, sans faire de cas de ce que pense les uns et les autres, car son objectif premier est de répondre à l’appel. Et répondre à cet appel ne requiert aucune approbation des hommes, puisque Dieu est l’autorité. Cependant, ceux et celles qui sont remplis de l’Esprit reconnaîtront l’appel de cet homme ou cette femme, et l’appel sera confirmé pour les autres selon la disposition de coeur de celui qui affirme être appelé. En fait, ces véritables appelés sont tous des gens qui se recommandent eux-mêmes, aux yeux des hommes et des femmes, mais cet appel vient d’un feu dévorant le coeur de la part de Dieu. L’appelé ne peut pas attendre la reconnaissance des uns et des autres. Son premier mandat, c’est de répondre à l’appel de Dieu, ensuite, les gens se préoccuperont en temps et lieu pour reconnaître son appel. Les véritables appelés sont ouverts d’esprit et à la critique constructive. Ils n’en font pas qu’à leur tête. Ils sont ouverts à l’introspection et aux gens de bonne foi, de sagesse et rempli d’Esprit Saint.

Conclusion

Soyons prudent quant à la notion de recommandation, car certains sont recommandés par Dieu mais sont refusés par les hommes, faute d’être rempli de l’Esprit, préférant les désirs de leur chair, alors que d’autres ne sont pas recommandés par Dieu mais sont appelés par des hommes pour satisfaire leurs désirs ou l’égo des ambitieux qui aiment être vus et admirés. D’autres furent appelés par les hommes et contraints par ceux-ci, alors qu’ils n’en ressentaient pas l’appel, mais comme ils sont mal affermis, ils ont accepté de bonne foi, sans pour autant avoir l’assurance que c’était de Dieu. Ce qui se produit dans ces cas-là, ils sont manipulés par des hommes qui les placent en position d’une autorité illusoire, afin d’accomplir les volontés de ceux et celles qui ont placé cet homme dans cette fâcheuse position et qui prendra les critiques à leur place. D’autres refusent toute forme d’autorité et ne veulent se soumettre à rien, faisant eux-même leur propre chemin et n’acceptant aucun enseignement, sauf le leur. Ces gens se perdent dans leurs raisonnements erronés, trop souvent par une réaction face à de l’abus dans le passé ou de la manipulation. Ces gens sont encore sous le coup de l’amertume et de la colère, et c’est ce qui explique leur refus d’écouter quiconque a un enseignement de la part de Dieu.

D’autres s’autoproclament et refusent toute remise en question, toute autorité interne et/ou externe. Ils ne veulent rendre de compte à personne. Ils affirment leur droit d’être maître de leur vie, sans emprise quelconque d’une tierce personne. Le pire, c’est qu’ils ont raison… en partie. Si, en effet, Christ est notre seul maître, il y a une notion essentielle, un principe immuable de la vie en Christ, et cette notion est: LES UNE LES AUTRES. Nous sommes une communauté à travers le monde et nous devrions désirer la présence des autres croyants dans notre vie. Si la vie en solitaire peut permettre pendant un temps de se retrouver, il est toutefois utile d’en revenir et de chercher la présence des uns et des autres, car l’édification du corps de Christ est mutuelle. Cette édification ne passe pas que par une personne, ou par une élite formée, mais bien par les dons de tous et chacun.

Pour être recommandé, il faut s’exposer aux autres d’abord. L’autorité n’est pas la personne possédant un titre, mais bien la parole de Christ et de son enseignement. Notre soumission est réciproque, car Christ habite en nous.