L’homosexualité justifiée par le Coran, selon Faris Malik

Qui est Faris Malik

Faris Malik, the author of this web site, has been researching the subject of eunuchs and ancient conceptions of sex and gender identity since 1991. He has been working as a freelance translator since that year as well. Faris graduated with a degree in German from the University of California at Berkeley in 1986, after spending two years as a genetics major. He received a master’s degree in German literature from Princeton University in 1989. Born in St. Paul, Minnesota, and raised from the age of six in various cities throughout California, Faris attended high school in Fremont. During and after college he traveled much in Europe and the United States. He lived in Göttingen, Princeton, and New York City before returning to the San Francisco Bay area in 1994. Faris was baptized in a Baptist church in Berkeley in 1995, but left to pursue Islam three years later. In addition to the « Born Eunuchs » site, he manages the Queer Jihad website as well. Faris lives in Oakland.

L’activité homosexuelle par des homosexuels (eunuques) n’est pas cité dans le Coran ni dans la sunna du prophète , qui ne mentionne que le viol homosexuel injuste perpétré par des hommes contre d’autres hommes hétérosexuels. Outre l’histoire de Loth, l’exploitation sexuelle des hommes hétérosexuel est évoquée également dans la promesse formelle des propriétaires esclavagistes au prophète Joseph « qui se sont abstenus de lui » ( [82] : « wa kaanuu feehi min az-zaahideen »).

Mais le Coran et les hadiths contiennent également des traces du désir homosexuel autorisé de la part d’hommes hétérosexuels.

(…)

Dans le recueil d’Al-Bukhari [83] : « Nous avions l’habitude de lutter [au combat] avec le prophète . Il n’y avait pas de femmes avec nous. Nous avons dit : Ô Messager, pouvons-nous en traiter certains comme des eunuques (a laa nastakhsii) ? Il nous interdisait de le faire. »

La version de Bukhari [84] dit que plutôt que de laisser les compagnons « traiter [certains] comme des eunuques » en l’absence de leurs épouses, le Prophète leur a permis d’épouser des femmes corrompues » [selon leurs critères de l’époque] (rakhasa lana an nankih al-maraa bil-shaub) dans le voisinage, et leur récita le Coran: « Ô vous qui croyez ! Ne déclarez pas illicites les bonnes choses qu’Allah a rendu licite pour vous, mais ne commettez pas de transgression. »

Le fait que Muhammad a interdit aux compagnons de désigner les hommes comme des eunuques n’est pas la question ici. Bien sûr, utiliser un homme hétérosexuel comme un eunuque n’est une bonne chose – c’est essentiellement le péché du peuple de Lot. Mais qu’en est-il des rapports avec un eunuque (à savoir celui qui manque perpétuellement d’excitation pour les femmes) en tant qu’eunuque ? Étant donné que ibn Mas’ud fait a fait référence à l’utilisation des eunuques pour obtenir une gratification sexuelle, et étant donné que le Prophète a compris ce qu’il voulait dire, cela semble indiquer que les rapports avec des eunuques en vue d’obtenir une gratification sexuelle était connu dans la société arabe, et qu’ils étaient considérés comme des rapports appropriées avec les eunuques mâles. Puisque les eunuques n’étaient pas considérés comme masculins, il n’y a aucune d’interdiction contre cela, même pas dans le Coran.

Les eunuques étaient encore des objets sexuels pour les hommes hétérosexuels dans la dynastie des Mamelouks, selon David Ayalon dans son livre Eunuchs, Caliphs, and Sultans : A Study in Relationships Power (Jérusalem, 1999). Ils ont même servis à empêcher les Mamelouks les plus âgés d’avoir un droit d’accès sexuel aux plus jeunes recrues mâles.

Les eunuques semblent avoir servis comme d’un bouclier contre le désir homosexuel [de la part des hommes hétérosexuels] d’une certaine manière. Ils ont été l’objet de cette convoitise, l’a détournant ainsi des plus jeunes. Ils sont décrits comme étant féminins et dociles au lit la nuit et viril et guerrier le jour lors d’une campagne militaire ou dans des circonstances similaires (hum nisaa’ li-mutmainn muqeem wa rijaal in kaanat al-asfaar; li-annahum bin-nahaar fawaaris wa bil-lail ‘araa’is).

Publicités

Une réflexion sur “L’homosexualité justifiée par le Coran, selon Faris Malik

  1. C’est d’un irrationnel qui laisse pantois. Nous avons mis des siècles pour nous débarrasser des castrats, qui n’étaient pas eunuques, et il faut lire des choses révoltantes sur ce sujet. Révoltantes et externes à notre conception de la société, durement acquise. On n’utilise pas, on demande et on reçoit, ou on s’abstient. L’Islam qui adore les allusions sexuelles ne sert pas ses fidèles, contraints de rapporter des propos qui ne peuvent ressortir qu’à l’archéologie des civilisations, pas au monde actuel.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s