Trinité, tri-unité, monothéisme trinitaire, polythéisme, bref… (1ère partie)

On me pose souvent la question, à savoir si je suis trinitaire. Heu… dis-je, en guise de réponse. Est-ce vraiment important? Il semblerait que oui, car selon ma réponse, on va pouvoir m’attribuer une étiquette. Soit je suis chrétien, soit je suis apostat. Si je dis que je suis trinitaire, les calvinistes extrémistes, les branhamistes, les TJ’s et une partie du monde évangélique, seront heureux de me compter parmi leurs… ennemis! Et les autres, catholiques, orthodoxes, l’autre partie des évangéliques et tout le reste que je ne nommerai pas, me compteront parmi leurs rangs. Voilà, c’est fait, il y a deux camps bien distincts, au même titre que les chiites et les sunnites sont des ennemis dans l’Islam.

Mais voilà, je ne fais parti d’aucun camps.

La trinité est un concept grec. La mythologie grecque représente bien la construction de pensée de la culture grecque. D’ailleurs, dans la mythologie, il y a un ordre très bien élaboré et hiérarchisé parmi les dieux, étrangement ressemblant à celui des récits de la création. Dans la culture grecque, tout est séparé, tout est distingué, et chaque mot, chaque nom et chaque terme a sa propre identité. Les dieux de la mythologie sont bien distincts avec des fonctions qui leurs sont propres. Chaque dieu a son rôle et ses fonctions qui le distingue de tous les autres dieux. Certains d’entre vous commencent probablement à saisir là où je veux en arriver.

Vous n’êtes pas sans savoir que la très grande majorité du Nouveau Testament fut rédigé en grec et même, certains passages de la Septante se retrouve dans la Nouvelle Alliance. Les 72 hébreux qui ont traduit l’ancienne alliance en grec, sous le règne de Ptolémée II, pharaon de la dynastie ptolémaïque (appartenant à la culture grecque), quelque part au 2ième ou 3ième siècle avant Jésus-Christ (de mémoire). La septante fut rédigée pour le monde grec, et elle fut utilisée par les auteurs du Nouveau Testament. Si les hébreux ont parlé la langue hébraïque depuis toujours, bien des choses se sont passées depuis la première déportation des hébreux vers Babylone, empire syriaque et à son apogée en 605 av. J-C. Lors de leur libération en 535 av. J-C par le roi Cyrus le Perse, les hébreux, sous le prophète Néhémie, ont conservé la langue syriaque (araméenne) et ne parlait même plus l’hébreu. Ils demandèrent d’ailleurs au prophète Néhémie de leur rappeler les écritures en hébreu. Après le passage de Babylone comme empire, ce fut au tour des perses et des mèdes, puis Alexandre le Grand chassa les perses et les mèdes, détruisant au passage l’ancienne gloire portuaire de Tyr, cité prestigieuse et qui fut assiégée au moins pendant 10 ans avant de tomber. Les grecs furent brefs, mais empilèrent les territoires les uns après les autres à la vitesse de l’éclair. De l’Afrique du Nord à l’Europe, Alexandre le Grand mourut à 33 ans, à Babylone, après 13 ans de conquêtes qui mettaient la table au destin de toute l’Europe et même, des Amériques et de l’Afrique.

Suite au prochain article…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s