Trinité, tri-unité, monothéisme trinitaire, polythéisme, bref… (2ième partie)

Sans doute considérez-vous que je ne parle plus du tout de trinité. Pourtant, lorsqu’on dresse le portrait historique, on comprend mieux d’où vient cette doctrine qui n’en est pas une en réalité. Si les romains ont supplanté les grecs en tant qu’empire, il n’en demeure pas moins que la culture grecque se rapproche beaucoup de celle des romains. La culture grecque fut annexée à celle des romains. Ce fut le plus grand véhicule jamais construit dans toute l’histoire de l’humanité, car l’empire romain fut le plus pacifique de l’histoire humaine, avec la « Pax Romana » qui a durée environ 200 ans. Sans compter les infrastructures pour le transport et donc, de la transmission de l’évangile sans aucune contrainte linguistique. Chaque cité avait sa culture qui lui était propre, mais comme tout empire qui se respecte, c’est la langue de l’empire qui est d’usage dans toutes les provinces sous sa juridiction.

Le Nouveau Testament fut donc rédigé en grec dans ce contexte particulier, tout comme le ministère de Jésus s’est opéré pendant la « Pax Romana », et ce ne fut pas un hasard. Cet empire fut à son apogée, afin de ne pas porter ombrage au ministère de Jésus. Les troubles en Judée furent toujours d’actualité, même encore de nos jours, mais les yeux de l’empire étaient fixés sur cette province ingérable, malgré quelques troubles au nord pour repousser les barbares germaniques qui s’introduisaient, à leurs risques et périls, dans les territoires de l’empire. La propagation de l’évangile pouvait donc se rendre de l’Espagne jusqu’aux portes de l’Asie Centrale, en n’oubliant pas au passage les contrées du continent africain, surtout au nord. La partie nord de l’Afrique faisait partie des provinces grecque, tout comme le sud et le centre de l’Europe et l’actuelle Turquie, maintenant à 98% musulmane et où furent envoyée les sept lettres de l’Apocalypse de Jean aux sept cités d’Asie Mineure. Et oui, la Turquie était chrétienne, jusqu’à ce que les musulmans assiègent Constantinople (nom donné par l’empereur Constantin 1er) en 1453 et qui détruisirent la fameuse Église Sainte-Sophie. Pendant un siège de trois jours de carnage, de pillages et d’assassinats, Constantinople devint Istanbul, fief de l’Empire Ottoman, qui s’étendit de l’Eurasie au Moyen-Orient, jusqu’en Afrique centrale.

Je ne parle pas de trinité? Je sais. Toute cette démonstration historique pour un simple dogme, n’est-ce pas? Et bien non. Ce n’est pas aussi simple. La trinité est un concept appartenant à la culture grecque de l’antiquité et qui fut imposée par Constantin au concile de Nicée, quelque part en juillet 325. C’est Constantin lui-même qui imposa ce concile et ce, afin d’y consacrer la trinité comme une doctrine essentielle, ce avec quoi les évêques, nommés par l’empereur Constantin, n’étaient pas d’accord. Oui, vous avez bien lu: les premiers évêques ne souscrivaient pas au dogme de la trinité. Les évêques de Rome ont esquivé une première fois l’entrée officielle du dogme de la trinité, mais ce fut partie remise…

Suite au prochain article…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s