Trinité, tri-unité, monothéisme trinitaire, polythéisme, bref… (5ième partie)

Je sais que plusieurs parmi vous se lassent rapidement lorsque les articles sont longs, pénibles, ou contiennent des suites. Je comprends que pour plusieurs parmi vous, ce n’est pas un exercice facile de lire autant et pour cause! Le sujet est lourd, en apparence. J’aurais très bien pu utiliser des termes d’érudits, de l’exégèse et toutes sortes de complications, mais ça n’intéresse personne, pas même moi! Pourtant, je peux élaborer pour au moins 500 pages sur le sujet, mais vous savez quoi? Le sujet ne m’intéresse même pas! Je le fais uniquement pour tous ceux et celles qui me posent la fameuse question de la trinité. Pour ma part, c’est un sujet sans importance. Non pas que je sois parvenu à un rang supérieur, loin de moi cette idée. Je suis un homme qui aime vulgariser et qui ne croit pas que 12 ans d »études en théologie et trois ans en histoire m’ait procuré une intelligence supérieure. Bien au contraire! Je pense que toutes ces années d’études m’ont davantage abrutis que d’autre chose. Je suis plutôt revenu à un style bien plus simple et sans grande qualité intellectuelle. C’est du moins mon avis 😉

Mais pour en terminer avec ce sujet, je vais maintenant aller droit au but, car je n’ai pas l’intention de rédiger une thèse doctorante sur le sujet. La trinité n’est rien d’autre qu’un concept que Jésus a utilisé pour faire comprendre des réalités spirituelles, avec des images connues et appliquées de son époque, somme il le fit aussi par les paraboles. Jésus est bien « l’Emmanuel », qui signifie « Dieu parmi nous ». Il est aussi le « je suis » qui s’est présenté au centurion romain, mais aussi, celui-là même qui s’est présenté à moïse au buisson ardent. Dans les deux cas, ce fut le même « Je suis », et les genoux de chacun ont plié. Jésus est bien le créateur de toutes choses. il est la Parole incarnée. Il est le seul chemin. la vérité et la vie. Est-il un fils au sens propre? C’est très réducteur. Alors, est-il aussi le Père? C’est encore très réducteur. Ces questions ne sont pas pertinentes. En réalité, on ne pose pas les bonnes questions, en lien avec la Bible. Ces questions sont davantage en lien avec ce que pensent les uns et les autres du sujet. C’est ça, la vérité. Notre formulation est, dans ce cas, erronée.

Le grec et l’hébreu sont très différents dans leur construction de pensée. L’hébreu ne fait pas les distinctions que le grec fait. Ce n’est pas la même construction de pensée. Ce n’est pas le même langage. Ce n’est pas non plus la même culture. Or, parce que l’on a observé des distinctions dans la personne de Dieu en trois entités, nous sommes alors certain que c’est la vérité. Pourtant, rien n’est plus faux que de faire ce type d’analyse qui réduit la compréhension de la personne de Dieu à un homme, puis deux esprits distincts. Ma suggestion est celle-ci: Celui que l’on présente comme Dieu le Père, c’est le Dieu dont on parle, depuis l’ancien jusqu’à la fin du Nouveau Testament. L’Esprit de Dieu, ou :Saint-Esprit », c’est l’être intérieur de la personne de Dieu, tout comme chaque personne a son esprit qui ne se dissocie pas de sa personne. C’est même l’essence de la personne. Sans cet esprit, il n’y a pas de personnalité. Et Jésus? la représentation humaine de Dieu, car Dieu est Esprit. Mais dans ce cas, pourquoi Jésus priait-il son père?

Est-il possible que Jésus se soit donné en exemple, afin d’illustrer une vérité spirituelle? C’est une possibilité, mais elle ne satisfait pas la plupart des trinitaires. Mais dans ce cas, il faut aussi tenir compte du niveau de compréhension des auditeurs de Jésus. Il n’est pourtant pas venu affirmer qu’il était le Messie, ni Dieu, ni même le fils de Dieu. Il s’est même donné le titre de « fils de l’homme »! C’est par la foi que Pierre affirma que Jésus est bien le Christ. Et Jésus lui a dit que c’est l’Esprit qui le lui a révélé. Jésus n’est pas venu affirmer sa divinité, car dans un tel cas, à quoi bon le don de la foi, qui est une grâce et non une preuve historique et physique? C’est pour cela que je dis que, la trinité n’est rien d’autre qu’un concept qui correspond à la construction de la pensée grecque. Dans l’hébreu, ces distinctions n’existent pas. Le grec vient altérer la suite logique de la révélation progressive de la personne de Dieu. Il y a une réelle coupe entre l’ancien et le nouveau testament. Le premier appartient à la culture hébraïque, alors que l’autre appartient à la culture grecque, culture des nations païennes.

Jésus est donc le Père? Non. Il s’agit d’une image prise dans le monde des hommes, qui fonctionnaient par clans familiaux. De plus, cela correspondait à la manière des grecs de concevoir les dieux de leur mythologie. En réalité, il n’y a ni père ni fils. Du moins, pas au sens littéral. C’est une image prise dans le monde des hommes et non pas dans le royaume de Dieu. À titre d’exemple, Jésus n’est pas un agneau au sens propre, mais au sens figuré. Il n’y aura pas de noces au ciel, c’est une image prise dans le monde des hébreux, une image connue des contemporains. C’est un élément qui n’est pas pris en compte par les exégètes, car ils débutent leur formulation théologique sur une erreur. La foi n’est pas la mesure idéale pour l’objectivité. La foi transcende tout. Mais elle n’explique pas. C’est ça le problème. Jésus est donc à la fois le Père, le fils et l’Esprit? Je ne tenterai pas une réponse aussi réductrice. Jésus est la représentation humaine de Dieu, qui est Esprit. L’Esprit Saint est l’être intérieur, l’essence même de la personne de Dieu. Ce que j’évoque est si simple, mais si intangible pour les littéralistes.

Conclusion

Il n’y a pas deux clans, pas même un seul. Nous savons que Jésus est Dieu. C’est un principe auquel nous devons nous attacher. Ce n’est pas seulement un « fils ». Il est Dieu. Alors, pourquoi ne serait-il pas le créateur de toutes choses? Ah oui, c’est vrai. Parce qu’il s’est assis à la droite du Père. Mais encore là, il s’agit d’une image. La trinité est une manière de faire comprendre simplement la personne de Dieu, surtout avec sa venue dans un corps d’homme. La trinité est présente, oui. Mais ce n’est pas une doctrine, c’est une image prise dans le monde des hommes, rien de plus. Pourquoi cet acharnement à discerner la personne de Dieu, alors qu’il est insondable? Est-il possible que nous entretenions le mystère, bien que les hommes ont horreur du vide? C’est exactement ça, la foi!

Que le Seigneur vous bénisse tous, qui que vous soyez 😉

Patrick Galarneau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s