SEXE

SEXE:

Allez, dites-le: ça attire votre attention, n’est-ce pas? 😉

Mais plus sérieusement, je trouve dommage qu’il y ait tant de scrupule chez les évangéliques. Au cas où certains ne le savent pas, je suis un peu provocateur à mes heures et un polémiste qui réussit à faire réagir. Mais rien n’est fait par méchanceté ni dans un but de scandaliser.

Je pense que ce que Dieu a créé est bon et ne doit pas être proscrit. Je tiens à dire que je respecte la sensibilité de chacun et chacune et que mon but n’est pas de faire du tort à qui que ce soit ni à juger quiconque n’a pas les mêmes positions ou convictions que moi.

Je rajoute aussi que je n’ai aucune censure, aucun scrupule, aucun tabou et je peux aborder tous les sujets sans gêne et sans cachette.

À titre personnel, je pense que la sexualité est un bel exutoire libérateur pour l’être humain, homme ou femme. Certains commentent mes publications et dénoncent des pratiques sexuelles comme étant une chose mauvaise et voici des exemples:

1- masturbation
2- cunnilingus
3- fellation
4- sodomie

Dans les cas que je viens de citer, plusieurs éprouvent de la gêne, de la honte ou tout autre sentiment réprobateur devant ces énoncés, repoussant les images qui leur viennent en tête. Je vous comprends. En tant que chrétiens, il semble difficile de concilier ces pratiques, d’autant plus que notre héritage catholique nous assaille de ses interdits qui mènent droit à la géhenne. Mais moi, ce qui me gêne, c’est le manque de fondement scripturaire quand vient le temps de proscrire ces pratiques. Bien entendu, personne ne devrait être contraint à exercer l’une de ces pratiques si ça le rebute. La sexualité est quelque chose de très personnel et d’intime.

Plusieurs chrétiens éprouvent beaucoup de difficulté dans leur relation intime, croyant que la sexualité est un « mal nécessaire » et qui a pour principal objectif, la procréation. Or, pourtant, Dieu a dit que tout ce qu’il a créé est bon. La sexualité en fait partie. Mais est-ce nécessaire de mettre en application ces quatre éléments dans sa vie sexuelle pour être épanouie? Bien sûr que non. Toutefois, les scrupules des uns ne doivent pas dicter la conduite des autres. Si certains éprouvent de la difficulté avec certaines pratiques, rien ne devrait vous obliger à le faire. Par contre, votre unité de mesure avec laquelle vous mesurer ce qui est acceptable pour vous, ne doit pas servir de mesure « spirituelle » pour déterminer le salut véritable des autres. Il n’y a aucun chrétien de deuxième ordre. Ou nous sommes de christ, ou nous sommes des ténèbres. Les zones grises sont absentes, et les épîtres de Jean, particulièrement la première, sont éloquentes en ce sens.

À titre personnel, et en accord avec ma compréhension de la personne de Christ, ces pratiques ne sont pas à proscrire, sauf si, pour vous, cela est la résultant d’une conviction que vous péchiez. Ce qui est bon pour l’un, ne l’est pas nécessairement pour l’autre. L’un refuse de manger la viande sacrifiée aux idoles, mais il ne juge pas ceux et celles qui en mangent, car ceux-ci n’accordent aucune importance aux idoles. L’un observe les jours et lui donne une signification, alors que l’autre n’y accorde aucune importance. Pourtant, ils ont le même Seigneur, le même salut et le même Dieu qui leur a accordé la grâce.

Certains « culpabilisateurs » aiment bien nous citer, croyant bien faire, le passage où Jésus semble dénoncer la masturbation et voici le passage en question:

Math.5.27 Vous avez appris qu’il a été dit : Tu ne commettras pas d’adultère.
28 Et moi, je vous dis : quiconque regarde une femme avec convoitise a déjà, dans son coeur, commis l’adultère avec elle.

L’adultère doit être distinguée de la fornication. L’adultère concerne l’engagement de deux adultes, homme et femme, et qui implique une troisième personne. Plusieurs utilisent ce passage pour justifier leur position contre la masturbation. Pourtant, Jésus n’a pas enseigné sur la masturbation, il n’a même pas enseigné sur l’adultère par ce passage. En réalité, Jésus a instrumentalisé l’adultère pour illustrer son propos.

Le motif du coeur

Mais quel était donc son propos alors? La réponse est pourtant si simple, mais elle semble échapper à plusieurs, malheureusement. Lorsque le prophète Samuel arriva à la maison de Élie, il y trouva Éliab, un homme de forte stature, ce qui impressionna Samuel. Mais Dieu dit : « je l’ai rejeté. Je ne regarde pas à l’apparence, comme les hommes le font, mais au coeur » (1 Sam.16.7; paraphrase). C’est un jeune garçon, qui pratiquait le métier le plus méprisé, soit, celui de berger, qui fut choisi par l’Éternel, car son coeur était droit et juste. C’est ce même jeune garçon qui a affronté le héros des philistins, le puissant Goliath, qu’aucun israëlite n’osa affronter. C’est avec courage et conviction que le jeune David délivra Israël des philistin et même, qui leur procura la victoire.

Mais quel est donc le rapport?

Comme Jésus, j’ai utilisé une image connue pour illustrer mon propos. Jésus regardait au coeur et non aux apparences. Bien que les hommes, et en particulier les pharisiens, qui semblaient justes aux yeux de la loi, leur coeur n’était pas juste devant le Seigneur. La loi ne peut vérifier le coeur. La loi souligne votre faute. La loi vous condamne. La loi vous juges selon vos actes, mais elle ne peut le faire pour vos pensées intimes. Dans le cas qui nous préoccupe, Jésus rappelait les normes de la loi mosaïque. L’adultère, qui consiste à avoir une relation avec une personne mariée, était punissable de mort. On lapidait de telles personnes, et étrangement, c’était surtout les femmes qui en faisaient les frais. Une sorte de torsion à la loi que permettait les autorités religieuses. Mais ce que Jésus relève ici, ce n’est pas l’adultère en soit, mais bien ce qui se trouve dans les pensées du coeur et qui se soustrait à la loi. Malgré le fait que vous ne soyez coupable d’aucun méfait devant la loi, vous l’êtes devant Dieu, car celui-ci connaît le fond de votre coeur. C’est d’ailleurs ce qui explique le besoin de Christ dans nos vies, afin de renouveler notre être intérieur.

Ainsi donc, la loi ne peut vous sauver de la condamnation. Bien au contraire, elle vous condamne et il n’y a aucune issue possible. Si Christ voit le coeur, c’est que, au contraire de la loi, il peut vous justifier et vous donner un coeur nouveau. Et comme vous pouvez le constater, le sujet de ce passage n’était pas l’adultère, mais bien l’impossibilité de se justifier devant Dieu en respectant la loi, car c’est notre propre coeur qui nous condamne. Ainsi, bien qu’en apparence nous semblons sans reproche, devant Dieu, ce sont nos dispositions de coeur qui seront pris en compte, et non les apparences, comme le fait la loi.

Alors, justifier la proscription de la masturbation par ce passage, est tout à fait injustifié. Mais on voudra certainement me sortir d’autres passages hors-contexte, afin de justifier la proscription des trois autres pratiques sexuelles décrites plus haut. Encore une fois, et je me répète, je n’éprouve aucun problème d’ordre spirituel lorsqu’il s’agit de la sexualité d’un couple chrétien. Je ne visite pas les chambre à coucher afin de jouer à la police spirituelle et je n’en ai guère le désir.

Conclusion

La sexualité est personnel à chacun. Il est vrai que certaines choses ne se font pas. Dans la mesure où on demeure dans les limites du couples et que les deux partenaires sont d’accords et consentants entre eux, je les encourage à pimenter leur vie de couple et à ne pas tomber dans une routine ennuyante qui serait la résultante de scrupules sans fondement. Le tout peut très bien se concilier avec une vie dédiée à Christ, car c’est bien lui le créateur (Hé.1) et qui a voulu que ce désir sexuel soit intrinsèque à l’être humain et ce, dans deux objectifs bien évidents:

1- reproduire la vie

2- l’épanouissement de l’être humain.

À bientôt chers amis 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s