Question de musulmans: Donne-moi un seul verset où on appelle la Bible, la Bible

Notes:

Ceci n’est pas une étude approfondie. Il s’agit de découvrir certaines particularités bibliques pour ceux et celles qui s’initient à la compréhension biblique, en réponse aux questions qui me sont posées.

D’abord, Nous allons mettre au clair une chose: nul part dans la Bible parle-t-on explicitement de la Bible. Aucun verset ne mentionne ce mot. En fait, la Bible évoque plutôt les termes suivants:

  • La Parole de Dieu: on retrouve à plusieurs reprises ce terme, tant dans l’A-T que dans le N-T. D’ailleurs, l’une des choses qui attestent l’inspiration divine du N-T, c’est le terme « Parole de Dieu » qui est utilisé à plusieurs reprises dans le N-T. Il s’agit de la Parole et non des écrits. Mais les Paroles de Dieu furent mises par écrit, que ce soit dans l’A-T et dans le N-T. Mais voyons quelques références dans le N-T:
  • 1 Thessaloniciens 2.13 Voici pourquoi, de notre côté, nous rendons sans cesse grâce à Dieu : quand vous avez reçu la parole de Dieu que nous vous faisions entendre, vous l’avez accueillie, non comme une parole d’homme, mais comme ce qu’elle est réellement, la parole de Dieu, qui est aussi à l’oeuvre en vous, les croyants.

  • Actes 17.11 Plus courtois que ceux de Thessalonique, ils accueillirent la Parole de Dieu avec une entière bonne volonté, et chaque jour ils examinaient les Ecritures pour voir s’il en était bien ainsi.

Notes: comme vous pouvez le constater ici, nous avons deux des trois termes employés ici dans cet article: 1- La Parole de Dieu, qui est la révélation de Jésus-Christ, lui-même étant la Parole de Dieu, le souffle de Dieu; puis vous avez les écritures, qui se réfèrent aux prophéties annoncées dans l’A-T qui annoncent la venue du Messie, son ministère et ses réalisations, conforment à ce qui fut prophétisés par les prophètes. C’est ce qui explique pourquoi les gens de Bérée, en entendant la Parole de Dieu, ont vérifié dans les prophéties bibliques annoncées par les prophètes, afin d’en assurer la validité de l’inspiration divine des apôtres qui l’annoncèrent.

  • 2 Timothée 4.2 proclame la Parole de Dieu, insiste à temps et à contretemps, reprends, menace, exhorte, toujours avec patience et souci d’enseigner.
  • Les écritures: ce terme est employé à de nombreuses reprises, employé strictement dans le N-t en référence aux écrits des prophètes. Ce terme n’est pas réservé au N-T. On pourrait donc en conclure que lorsque les apôtres évoquaient les écritures, cela excluait le N-T. Or, ce n’est pas exact. D’abord, au moment du ministère des apôtres, aucun écrit du N-t n’était produit. On ne peut employer ce terme que par rétroaction. Ainsi, il aurait fallu un troisième testament afin de parler du N-T comme référence scripturaire divine. Toutefois, nous constatons à travers le N-T que l’apôtre Pierre, l’apôtre Jean et l’apôtre Paul, s’attestaient les uns les autres en terme d’inspiration divine. D’ailleurs, plusieurs lettres de l’apôtre Paul ont cette mention de l’autorité divine, par des expressions telles que:

  • Ce n’est pas moi, mais le Seigneur (1 Co.7.10)

  • Nous voyons, tout au long du N-T, des mentions où c’est l’Esprit de Dieu qui dirige, qui console, qui fortifie.

    • Oracle de l’Éternel: se réfère dans la plupart des cas, à un jugement divin sur Israël et des nations en particulier. Il s’agit d’une déclaration de la part de Dieu que le prophète devait prononcer à qui de droit. On retrouve ce terme strictement dans l’ancien testament. Les oracles furent prononcées, par exemple, à Ésaïe, Ezéchiel et Jérémie, concernant la ville de Tyr. Un oracle de l’Éternel fut prononcé pour condamner cette cité (Ésaïe ch.23; Jé.25.22; Éz.26.3). Dans nombres de passages, Dieu prononce des oracles contre la cité de Tyr. Le jugement divin se fait en plusieurs étapes au cours de l’histoire, mais on ne fera pas l’étude ici (qu’on appelle « apologétique ») et on voit sa réalisation finale. Donc, lorsque Dieu prononce, sa parole ne retourne pas à lui sans avoir fait son effet.

    Conclusion

    La Bible tient son nom de « Bibliothèque ». Il s’agit d’un ensemble de livre, au total, 66 livres, rédigés par 39 auteurs différents, mais qui ont tous reçus le mandat d’annoncer ce que Dieu proclame, qu’ils soient prophètes ou apôtres. Si le terme « Bible » n’est pas mentionné, c’est simplement parce que ce mot exprime l’idée d’une compilation de livres qui a trouvé sa finalité avec la fermeture du Canon biblique, lors de l’entrée de l’épître aux hébreux en 395 de notre ère. Une fois le canon du N-T scellé, nous avons une collection de livre, qui est une bibliothèque et renferme la Parole de Dieu et ses oracles. Les écritures sont donc un synonyme de « Bible » de nos jours.

    Patrick

    Publicités

    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s