Mona Walter : l’ex musulmane convertie au Christ qui combat l’islam.

SUEDE – Mona Walter est une ancienne musulmane originaire de Somalie, qui a quitté son pays natal pour vivre en Suède. Prenant conscience du contenu de la théologie islamique, elle a quitté l’islam, s’est revendiquée athée, avant de se convertir au christianisme.

Aujourd’hui, son combat est d’informer les gens – et plus particulièrement les musulmans – sur l’islam et ses dangers.

« En Somalie, vous êtes musulman sans connaître le coran. Quand je suis arrivée en Suède, l’imam de la mosquée nous disait de ne pas nous habiller comme les occidentales, qu’il fallait que l’on s’habille convenablement, c’est à dire porter le voile islamique, se couvrir le corps, lire le coran et être de bonnes musulmanes. »

Comme tout musulman qui se respecte, Mona s’est mise à lire le coran ; révoltée par son contenu, elle décida de quitter l’islam.

« J’ai appris qu’en tant que musulmans, nous devions haïr les non musulmans, que nous devions les inviter à l’islam, et que si nous avions l’opportunité, nous devions les tuer. Dans le coran, Allah les appelle des singes et des porcs. A partir de là, je ne croyais plus en Allah. Je suis devenue athée, mais je continuai à prétendre être musulmane en continuant à fréquenter la communauté et à me rendre à la mosquée. Puis j’ai commencé à étudier, sur Mohamed, sur sa vie, sur le coran. J’avais l’habitude de distribuer le coran aux musulmanes en les invitant à le lire, à lire ce qu’il y avait dans les hadiths. Je leur disais, Savez vous que vos maris ont le droit de vous frapper ? Qu’ils ont le droit si leurs femmes les désobéissent ? Que c’est conforme à la sourate 4:34 du coran ? Mon devoir était de révéler la vérité sur ce qui se trouvait dans le coran, afin qu’elles puissent faire leur propre choix. »

Un jour, un membre de sa famille lui donna une Bible. En lisant un passage qui invite les croyants à aimer leurs ennemis, Mona est transformée. A partir de ce moment, elle ressentit que Jésus lui avait confié une mission.

« J’étais sous le choc. En islam, il est dit de tuer nos ennemis, de les haïr. Mais Jésus a dit de les aimer. C’était tout nouveau pour moi. J’étais remplie de joie et de bonheur. J’ai eu le sentiment d’avoir une responsabilité. Jésus nous a dit de partager la bonne nouvelle, avec amour, et d’inviter vers Jésus, vers le christianisme. »

Son combat, mené depuis la Suède, n’est pas de tout repos et essuie de nombreuses critiques qui tentent de la censurer.

« Les personnes ne veulent pas qu’on dise la vérité. Quand je critique l’islam, on me dit que j’offense les musulmans. On me dit de ne pas parler. Ils veulent me faire taire. Les gens ont peur, mais ils ont une responsabilité. Pour eux, se révolter contre l’islam est trop dur. Alors ils préfèrent faire semblant, en affirmant que tout va bien, que l’islam est merveilleux. »

Au fur et à mesure qu’elle s’informait sur Mohamed, Mona réalisait l’immense fossé qu’il y avait entre l’islam dépeint dans les médias, et l’islam présent dans la littérature islamique. Face à un islam édulcoré, occidentalisé, synonyme de religion de paix, Mona s’insurge :

« Cela doit être le plus grand mensonge de tout les temps. L’islam n’est pas une religion de paix. L’islam prescrit de tuer tout ceux qui n’acceptent pas l’islam. C’est ce que Mohamed a dit. Mohamed a dit, J’ai reçu l’ordre de combattre tous les mécréants jusqu’à ce qu’ils reconnaissent qu’il n’y a qu’un seul Dieu: Allah, et que Mohamed est son prophète. C’est une idéologie très dangereuse. Pour moi, Mohamed est plus dangereux qu’Hitler. Nous devons nous révolter et dire non à l’islam. »

Malgré le fait qu’elle réside en Europe, sa vie en Suède n’est pas sans danger : il y a des endroits qu’elle doit à tout prix éviter, à moins de se couvrir totalement.

« Il y a des banlieues suédoises où la charia est implantée ; ce sont des lieux où les musulmans harcellent les femmes non voilées. Ils leur imposent le voile. Si vous ne le faites pas, vous êtes en danger. Beaucoup de femmes musulmanes subissent ce bizutage islamique, mais les politiciens suédois nient cette réalité. Ils affirment que ça n’existe pas. Moi, en plus d’être une ancienne musulmane, je suis aussi une critique de l’islam ; on me reconnaitrait. Je ne peux pas y aller seule en étant sous ma véritable identité, sinon, je serai attaquée. »

Concernant sa position sur l’Etat Islamique et son lien avec l’islam, Mona Walter est catégorique :

« C’est l’islam ! Lisez Mohamed ! C’est ce que Mohamed faisait et c’est ce qu’il demandait de faire ! Il n’y a aucune différence entre l’Etat islamique, l’Arabie Saoudite et l’islam. Ces deux états imposent la charia. »

Aujourd’hui, le combat de Mona Walter est d’informer les gens, les politiciens, de diffuser la vérité en débattant et en rédigeant des articles sur l’islam, de lutter contre ce système qu’elle considère hautement dangereux pour les libertés.

« Il faut qu’on se soulève. Pour la démocratie, et pour les droits de l’homme. L’islam veut nous retirer cela. »

Sa conversion au christianisme lui donne la force de mener sa lutte chaque jour, et lui apporte bien plus que ce que l’islam ne lui a jamais donné.

« C’est magnifique. Je sais enfin où je vais. Quand j’étais musulmane, je ne savais pas où j’allais, car même Mohamed a dit qu’il ne savait pas ce qui allait lui arriver… Jésus a dit, Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Ma vie est sauvée. Mon corps mourra, mais moi, je ne mourrai jamais, car je crois en Jésus. »

Malgré les menaces fréquentes, Mona n’est pas prête à abandonner la bataille. Lorsqu’on lui demande si elle est prête à sacrifier sa vie pour la vérité, elle répond :

« Je le suis. »


Rédaction : Sapientia. © : https://cwnagency.wordpress.com/2015/07/22/mona-walter-lex-musulmane-convertie-au-christ-qui-combat-lislam/

Publicités

En réponse à une adepte de Shora Kuetu

INTRODUCTION

Notes personnelles (Patrick Galarneau)

Il y a 8 mois, je publiais une première vidéo sur Shora Kuetu. Celle-ci a généré une quantité impressionnante de commentaires, parfois hostiles à mon endroit, et d’autres approuvaient cette vidéo. Plusieurs adeptes de Shora Kuetu se sont manifestés, afin de le défendre lui, ainsi que son prétendu ministère de délivrance. Or, il est assez inconvenant que Shora Kuetu a toujours des caméras braqués sur ses oeuvres au moment où il exerce de prétendues délivrances. Et au passage, il ne manque pas de souligner à quel point ce sont les esprits démoniaques des pasteurs évangéliques qui en sont les causes (des possessions démoniaques).

S’il faut en croire les propos de Shora Kuetu, c’est tout le mouvement évangélique qui est en cause et lui, il est celui que Dieu a  »oint » pour délivrer les brebis affaiblies des griffes du Diable évangélique. Shora Kuetu est congolais d’origine (immigrant français) et nous savons que dans les pays comme le Congo, le Bénin ou la Côte-d’Ivoire, les arnaqueurs dignes de ce nom se multiplient à un rythme effarant. Beaucoup d’africains m’ont écrit d’ailleurs pour soutenir ma démarche concernant la supercherie de SHora Kuetu, car plusieurs parmi eux se sont fait arnaquer, soit par Shora, soit par d’autres hurluberlus du même acabit.

Nous savons aussi que dans beaucoup de pays d’Afrique, les arnaqueurs utilisent la misère humaine de ces peuples, afin de s’enrichir sur leur dos frêle et déjà courbé par les dures épreuves. C’est le comble de l’arnaque et l’antithèse des valeurs humaines. Quoi qu’il en soit, ils n’ont ni scrupule ni vergogne lorsqu’ils exercent leurs escroqueries, prétendument au nom de Jésus-Christ.

Enfin bref, voici un commentaire d’un homme d’origine africaine, un commentaire plein de sens, répondant à l’une de ses adeptes:

Par: kenzo eboaIl 

+Elodie Pyrrha CHER SOEUR VEUILLEZ LIRE CET ESSAIE POUR PLUS DE DISCERNEMENT

La délivrance n’est pas un ministère

  1. Le ministère de délivrance dévalorise l’œuvre de Christ sur la croix, il ne reconnaît pas la complétude de ce que Christ a accompli pour nous. Selon cet enseignement, bien que d’apparences chrétiennes, nous avons des problèmes, des liens, des péchés et des habitudes mauvaises dont nous avons besoin d’être délivrés. Satan a toujours accès à notre vie dans laquelle il a établi des forteresses. Selon les imposteurs, il nous faut un ministère de délivrance pour trouver la vraie liberté en Christ. Pourtant, il n’y a pas de verset dans la Bible qui indique que Christ ait fait son œuvre à moitié. Selon la Parole de Dieu, «Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici: (toutes choses) sont devenues nouvelles» (2 Corinthiens 5:17); «vous connaîtrez la vérité et la vérité vous rendra libres» (Jean 8:32); «Ceux qui sont au Christ-Jésus ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs» (Galates 5:24); «Pour vous, vous n’êtes plus sous l’emprise de la chair, mais sous celle de l’Esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas» (Romains 8:9); «Libérés du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice » (Romains 6:18); «Mais maintenant, libérés du péché et esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sanctification et pour fin la vie éternelle» (Romains 6:22); «En effet, la loi de l’Esprit de vie en Christ-Jésus m’a libéré de la loi du péché et de la mort» (Romains 8:2). Il serait bien de méditer ces versets pour que la vérité puisse pénétrer vos cœurs. Celui qui appartient à Christ a l’Esprit de Christ qui l’a libéré de l’emprise de la chair et du péché. Ce qui caractérisait l’ancienne vie ne caractérise pas la nouvelle vie, les pensées sont différentes et les raisons d’agir le sont aussi. Le passé est passé. Tout est nouveau: «Si donc le Fils vous rend libres, vous serez réellement libres» (Jean 8:36). Pas à moitié. Pas simplement selon les apparences. Réellement. Nous sommes libres, libres de la condamnation du péché, libres du mensonge, libres des influences qui veulent notre captivité, libres d’agir comme l’Esprit nous dirige, libres d’exposer et de condamner les imposteurs, libres des gourous et petits dictateurs qui veulent dominer sur notre foi.
  1. Le ministère de délivrance sous-estime la position du croyant. Le ministère de délivrance se base sur le faux enseignement que le chrétien est toujours lié en quelque sorte par des puissances diaboliques. Dans l’épître aux Éphésiens, Paul nous fait savoir que Christ a été élevé bien au-dessus de toute principauté, autorité, puissance, souveraineté, au-dessus de tout nom qui peut se nomme (1:21). Encore plus merveilleux pour nous, Dieu nous a ressuscités ensemble et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes en Christ-Jésus (2:6). Puisque nous sommes déjà assis dans les lieux célestes en Christ-Jésus, nous ne sommes plus dominés par les pouvoirs diaboliques, par les délires d’une conscience déréglée. Les Éphésiens étaient autrefois sous l’emprise de Satan (Éphésiens 2:1-3, 11-12), et dominés par de mauvais esprits (Actes 19:11-16) et par la sorcellerie (Actes 19:19), mais tout a changé. A plusieurs reprises à travers cette épître, Paul démontre que, comme eux, nous sommes maintenant élus de Dieu (1:4), prédestinés à l’adoption (1:5), rachetés et pardonnés (1:7) et scellés par le Saint-Esprit jusqu’au jour de la rédemption (1:13; 4:30), et cela a été déterminé de Dieu avant la fondation du monde. Ceux que Dieu a choisi seront inévitablement sauvé, le reste est rejeté pour la condamnation éternelle. La même puissance qui a ressuscité Christ d’entre les morts et qui l’a exalté bien au-dessus des pouvoirs diaboliques de l’âme humaine agit en nous (1:19-23). Cette puissance agit en nous et «peut faire infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons» (3:20). Encore, la Parole de Dieu parle avec clarté concernant notre position dans laquelle nous sommes mis à part ou sanctifié, ce qui est la sanctification des élus: «Le péché ne dominera pas sur vous, car vous n’êtes pas sous la loi, mais sous la grâce» (Romains 6:14). Nous sommes libérés du péché et marchons dans la sanctification déjà acquise en Jésus-Christ: «Mais maintenant, libérés du péché et esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sanctification et pour fin la vie éternelle» (Romains 6:22). Notre position exaltée en Christ est incompatible avec l’enseignement selon lequel nous sommes toujours dominés par des forces diaboliques obscures et imaginaires qui sont en réalité que des dérèglements de conscience.
  1. Le ministère de délivrance fait des gens des victimes plutôt que des vainqueurs. Ainsi, nous enlève-t-il la responsabilité de notre péché et la responsabilité de nous repentir dans la réalisation que nous en sommes déjà affranchi en Christ. Quand nous péchons, selon le ministère de délivrance, ce n’est pas notre faute, c’est la chair et des esprits mauvais. Nous ne sommes que des victimes de suppositions et de superstitions. Selon la Bible, si vous êtes en Christ, vous êtes déjà délivrés de la puissance du péché par la croix de Jésus-Christ. Fois après fois la Parole de Dieu nous adresse des impératifs parce que nous ne sommes pas victimes, nous pouvons par l’Esprit qui nous habite, marcher par la foi dans la Parole de Dieu dans laquelle nous avons la révélation d’une délivrance totale déjà accomplie en Christ. Nous ne sommes pas victimes, nous sommes vainqueurs et encore plus: «Nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés» (Romains 8:37).
  1. Le ministère de délivrance nous fait dépendre d’une autre personne plutôt que de Christ. Il nous oriente vers une personne avec certains supposés dons plutôt que vers le Tout-Puissant Christ, vers un ministère dont nous aurions besoin pour être libérés plutôt que vers Christ qui a déjà tout accompli sur la croix. De temps en temps on entend soupirer un ces adeptes: «Ah, si seulement cet homme de Dieu pouvait venir ici. Nous avons besoin de son ministère.» N’avez-vous pas reçu, comme vous le prétendez, l’évangile de Jésus-Christ qui est la puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit (Romains 1:16) ? «Ne savez-vous pas ceci: votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous et que vous avez reçu de Dieu…?» (1 Corinthiens 6:19), à moins que l’Esprit de Christ ne soit pas en vous et que vous soyez des imposteurs. «Que personne donc ne mette sa gloire dans les hommes…» (1 Corinthiens 3:21) comme vous le faite pour votre supposée délivrance. C’est Jésus-Christ lui-même qui est tout pour nous (1 Corinthiens 1:30-31) qui sommes ses vrais élus, mais votre imagination maladive et détraquée est tout pour vous qui êtes des réprouvés destinés à la perdition éternelle. Limitons-nous Dieu en disant que le ministère de délivrance n’est pas de Dieu et qu’il est une imposture? Au contraire ! Ils limitent Dieu, ceux qui insistent qu’il faut une certaine personne avec certains dons spirituels et avec un certain ministère de délivrance pour que les chrétiens puissent être libérés et puissent marcher selon l’Esprit de Dieu, selon la volonté de Dieu et dans la victoire que Dieu a prévue pour ses enfants. Vous n’avez pas à attendre un prétendu ministère de délivrance, car si vous êtes réellement nés de nouveau, vous avez la victoire maintenant par la foi en Christ qui vous a déjà délivré afin que vous marchiez dans la foi de ce fait accomplit: «parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde, et voici la victoire qui triomphe du monde: notre foi. Qui est celui qui triomphe du monde, sinon celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu » (1 Jean 5:4,5). La victoire découle non pas d’une certaine personne avec un certain ministère, mais de la foi en Jésus-Christ qui s’exprime par la confiance certaine d’une délivrance déjà obtenue à la croix.
  1. Il ne se trouve pas un seul exemple d’un ministère de délivrance envers un enfant de Dieu dans tout le Nouveau Testament. S’il n’y a pas d’exemple biblique de ce ministère, il va de soi que ce n’est pas biblique, et puisqu’il s’oppose à la délivrance déjà obtenue à la croix il est antichrétien. C’est Dieu lui-même qui est l’autorité finale quant à toute question de foi ou de pratique et il s’est exprimé dans sa Parole: «Toute Écriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, pour convaincre, pour redresser, pour éduquer dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit adapté et préparé à toute œuvre bonne» (2 Timothée 3:16-17). Les Écritures sont «utiles» pour que nous soyons préparés «à toute œuvre bonne» pour l’avancement de la foi dans l’œuvre de Christ déjà accomplie pour nous. Les apôtres ont parfois chassé des démons, c’était un ministère qui était attribué à eux seulement pour l’enfance de l’Église (Marc 16:14), mais aucun croyant n’a jamais été le sujet d’un tel ministère. Paul n’a jamais écrit à une église pour dire qu’ils ont besoin d’une délivrance d’un esprit de mensonge ou de colère ou de vol ou d’amertume ou de convoitise; il ne donne que des impératifs: rejetez le mensonge (Éphésiens 4:25), maîtrisez votre colère (4:26), ne dérobez plus (4:28), ôtez l’amertume (4:31), que l’inconduite ne soit même pas mentionnée parmi vous (5:3), etc. On cherche en vain un verset biblique qui indique que l’enfant de Dieu a besoin d’être libéré de l’emprise de démons. Si une personne est toujours lié par Satan, de quoi a-t-elle été sauvé au moment de sa nouvelle naissance ? La Parole de Dieu est claire: «Il nous a délivrés du pouvoir des ténèbres et nous a transportés dans le royaume de son Fils bien-aimé» (Colossiens 1:13).

Le croyant est libre

La libération du chrétien est un fait accompli. Vous répliquerai: «Mais ça marche ! J’ai été délivré par tel homme de Dieu, telle date, et ma vie a été complètement changée !» Quelques remarques conviennent: Premièrement, si vous êtes sous l’emprise de Satan vous n’êtes pas un enfant de Dieu en qui l’Esprit de Christ habite. Deuxièmement, Satan ne peut chasser Satan, tout n’est que prétention dans la délivrance. Le seul moment où une personne est délivrée de l’emprise de Satan est lors de la conversion, pas avant ni après. Les adeptes de la délivrance ont besoin d’entendre cette Parole de Dieu: «Examinez-vous vous-mêmes, pour voir si vous êtes dans la foi; éprouvez-vous vous-mêmes; ne reconnaissez-vous point vous-mêmes que Jésus-Christ est en vous? à moins que, peut-être, vous ne soyez réprouvés.» (2 Corinthiens 13:5). Vous n’avez pas été délivré par un ministère de délivrance, vous avez plutôt été rendu captif d’une fausse doctrine très dangereuse qui contredit subtilement le sacrifice de Christ sur la croix. Attendez-vous un libérateur ? Le vrai libérateur est déjà venu. Croyez à la Parole de Dieu qui déclare qu’en Jésus-Christ, vous êtes réellement libres. Des centaines de versets qui l’enseignent, je vous laisse avec ceux-ci: «Autrefois, en effet, vous étiez ténèbres, mais maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Marchez comme des enfants de lumière» (Éphésiens 5:8); «Ils examinaient chaque jour les écritures, pour voir si ce quon leur disait était exact. (Actes 17:11); «Mais, quand nous-mêmes, quand un ange du ciel annoncerait un autre évangile que celui que nous vous avons prêché, quil soit anathème !» (Galates 1:8)   L’illusion sur soi-même est une des plus puissantes forteresses. C’est une compensation de base pour le sentiment d’infériorité.

En conclusion

Le diable offre un faux sentiment d’importance à ceux qui ont été rejetés et qui se sentent dévalorisés par rapport aux autres. Il les trompe en leur faisant croire que, pour une raison ou une autre, ils ont trouvé quelque chose à quoi il leur faut absolument s’accrocher. Cette «chose» peut être une doctrine, un don pour le ministère, une révélation ou une technique pour guider. Une personne s’engagera dans cette illusion parce qu’elle lui apparaîtra valable. Elle paraît lui apporter la sécurité, la reconnaissance, l’acceptation, l’approbation d’autrui, l’amour, et surtout l’argent. Plus cette illusion est importante, plus elle est ardemment défendue. Quand cette illusion est remise en cause, la personne se sent attaquée. Elle ne supporte pas que qui que ce soit vienne lui enlever cette chose qui lui donne un sentiment d’importance ou de sécurité. Elle préférera souffrir la persécution plutôt que d’abandonner son illusion. C’est seulement par la grâce de Dieu qu’une personne qui s’est sérieusement trompée sur elle-même peut échapper à son esclavage. Dans la Parole de Dieu on ne trouve AUCUNE exhortation, ni AUCUN conseil des apôtres pour dire qu’il y a lieu de chasser le démon chez un frère ou une sœur partageant la même Foi, celle de Jésus. Cette idée d’avoir à trancher des liens, de chasser des « esprits territoriaux » ou des esprits humains n’est que fantaisie sortie de cerveaux eux-mêmes dérangés et n’ayant pas l’Esprit de Dieu. Prétendre à cela c’est renverser l’Évangile de Christ.

QUE LE SEIGNEUR VOUS BÉNISSES