Pour en finir avec la perte du salut Hé.6.1-6; 10;38-39

Lorsque l’on débute notre exposé sous la formulation de nos propres croyances théologiques, inévitablement nous tombons dans l’erreur, qu’importe nos positions théologiques ou nos croyances.

Plusieurs pasteurs ont cette fâcheuse habitude d’enseigner à partir de leurs croyances, pour ensuite soutenir leur propres croyances par des citations de passages pour justifier ces croyances, souvent erronées. Ils prennent donc leurs propres croyances comme piliers de leurs enseignements et soutiennent leurs positions par des passages choisis à cet effet.

Mais l’enseignement ne consiste pas à soutenir ses propres croyances, car au préalable, nous devons retourner à la source, les écritures et plus précisément, le texte à l’étude, afin de mettre en relief l’intention de l’auteur du texte, puis en retirer un enseignement épuré.

Notre rôle consiste donc à prendre un texte, le mettre en contexte spécifique et historique, le contexte ayant un rôle de soutient pour mettre en lumière la réelle pensée de l’auteur de la manière la plus juste possible. Il ne s’agit donc pas de faire valoir ses propres objectifs, ses propres croyances ou son propre agenda ecclésiastique, mais bien d’édifier le corps de Christ.

Malheureusement, nous assistons à l’effet contraire…

Voici une vidéo où je tente de replacer les choses dans leur plus juste contexte possible. Mes appuis? le texte lui-même ainsi que les éléments en périphérie, comme le contexte historique…

Publicités

VIDÉO: La signification réelle du passage d’Hébreux 10.25

J’ai entendu et lu très souvent que l’église locale est voulue par Dieu, qu’elle a même reçu une forte approbation de l’auteur de l’épître aux hébreux, allant même jusqu’à condamner définitivement ceux et celles qui tenteraient de la quitter.

Beaucoup de pasteurs ont encore ce réflexe de retenir les membres d’une quelconque possibilité de défection de certains parmi eux, probablement en ont-ils entendu les chuchotement à travers les branches à ce propos. Mais comment l’église locale peut-elle survivre si ses membres quittent les uns après les autres? Ne reste plus qu’à les manipuler par toutes sortes de stratagèmes culpabilisants et qui contraignent les adhérents moindrement récalcitrant à une obéissance servile, de peur d’être soumis au terrible jugement.

Parce que l’église locale est devenue le centre de la vie chrétienne, certains pasteurs (certains, pas tous), iront même manipuler les écritures pour arriver à leurs fins odieuses et scandaleuses. Ils sont disposés à utiliser les écritures pour soutenir leurs propos.

Malheureusement pour eux, l’arrivée du net et la prolifération des réseaux sociaux permettent un accès plus large à la connaissance de la vérité. Beaucoup de ces pasteurs craignent que les membres se mettent à consulter ce que d’autres enseignent. Je sais que plusieurs pasteurs tentent de dissuader leurs adhérents à se fier sur des enseignements sur le net. Bien qu’il y a beaucoup de mauvais enseignements sur le net, le motif de ces manipulateurs ecclésiastiques n’en est pas moins mauvais, voir même davantage que ce qu’ils dénoncent.

N’allez pas croire que j’en ai contre les pasteurs ou les églises locales, car il ne s’agit pas de cela. Il s’agit bien de ces manipulateurs qui utilisent les écritures pour leur propre intérêt. C’est là une nuance importante.