Couple: ce qu’il faut savoir avant (4ième partie)

Introduction

Beaucoup de jeunes hommes sont encore sous les jupes de leur maman adorée. La bonne nouvelle, c’est qu’ils aiment leur maman, mais la mauvaise, c’est qu’ils ont aussi la fâcheuse tendance à rechercher leur mère à travers leurs épouses. Ce ne sont pas nécessairement de mauvais maris pour autant, mais ils ont besoin d’être guidés, afin d’apprendre à voler de leurs propres ailes et à devenir des hommes responsables, fiables, matures et conscient de leur rôle.

Le complexe d’œdipe non résolu

Combien de femmes se plaignent justement qu’elles ont la mauvaise impression de prendre soin d’un enfant ou d’un adolescent lorsqu’elles parlent de leurs maris. Elles ont l’impression de toujours leur dire quoi faire et comment le faire. Avouons-le, nous n’aimons pas nous laver, nous brosser les dents, ranger nos choses, faire les repas ou s’occuper des enfants. Combien parmi nous se lève le plus tard possible avant de se rendre au travail. En effet, lorsque l’on regarde la manière dont les femmes se préparent pour le travail versus les hommes, c’est un signe distinctif évident!

Les femmes ont souvent besoin d’une bonne heure, voir davantage, avant d’aller au travail. Elles prennent tout ce temps pour se doucher, se coiffer, se vêtir convenablement, manger, se brosser les dents, retourner devant le miroir pour s’assurer qu’elles sont ok… Nous, les hommes, nous nous levons, on se gratte allègrement l’entre-jambes, allons à la salle de bain, oublie de se laver les mains avant d’aller directement dans le frigo, on boit notre jus à même le carton, on s’habille et on part pour le travail. Ne me parlez pas des exceptions, car je sais que vous êtes nombreux à faire cela! 😉

Puis, vous avez la méchante épouse qui grince des dents en vous voyant nonchalant le matin et négligent de votre personne. Mais on s’en moque, car on a pris notre douche avant-hier et c’est suffisant MDR. Et puis, pourquoi utiliser un verre pour prendre notre jus d’orange, alors qu’on épargne à notre esclave d’épouse un surplus de vaisselle en buvant directement dans le carton? Elle devrait même se réjouir de notre souci particulier à manger directement dans le frigo au lieu d’entasser les assiettes dans l’évier ou sur le comptoir 😉

Et cette marâtre qui nous sert de femme ose refuser nos câlins après cela? Quelle ingrate MDR 🙂

Confusion mère-femme

Mais je vous le dis tout de suite, il va vous falloir changer vos habitudes avant même de songer à prendre épouse. C’est malheureux, mais le temps de la négligence doit prendre fin. Fini les douches au deux semaines, c’est à tous les jours maintenant. On se prend une assiette pour ses rôties et un verre pour son jus. On se lève un peu plus tôt, afin de se doucher, prendre le temps de bien se réveiller, manger, aller à la salle de bain et se brosser les dents. C’est que les femmes ont ce foutu défaut d’avoir le sens olfactif très développé! Si vous puez, oubliez les relations sexuelles. Elle vous dira d’aller vous laver et vous brosser les dents. Bon, je l’admet: il est possible que le petit colonel qui orne vos caleçons ne soit plus au rendez-vous une fois que vous aurez accompli ces tâches, mais ce sera une bonne leçon pour vous. Car voyez-vous, les femmes sont sensibles aux odeurs.

Mais ce qui peut altérer la bonne entente entre vous, c’est lorsqu’elle doit constamment vous répéter les mêmes choses, jour après jour. Elle n’a pas à vous dire d’aller vous laver. Vous n’êtes pas son enfant, mais son mari. Vous devriez être sensible à cela. Ce n’est pas votre mère, mais votre femme. Vous avez une intimité avec votre femme que vous n’avez jamais eu avec une autre personne avant elle. Soyez-en conscient! Ce n’est pas non plus votre esclave. Elle n’a pas à vous torcher sans cesse. Se rendre service mutuellement est plus approprié. N’oubliez pas: ce n’est pas votre mère, mais votre moitié. Et si vous croyez que la complémentarité consiste à vous salir et elle à nettoyer, vous allez vite vous rendre à l’évidence que ce n’est pas le type de coopération que cherche votre tendre moitié. En fait, oubliez le mot  »tendre », car elle ne le sera plus après cela 😉

En conclusion

Prenez donc de bonnes habitudes avant même de rencontrer une fille. Soyez à votre affaire et faites en sorte que personne n’ait à vous dire quoi faire, comment le faire mais surtout, ayez le sens de l’initiative. Si vous habitez encore chez vos parents, offrez donc à vos parents d’aider aux tâches ménagères, de votre plein gré. Cela vous pratiquera à être un mari agréable 😉

À bientôt

Patrick Galarneau

Publicités

Couple: ce qu’il faut savoir avant (3ième partie)

Notes personnelles

Cette 3ième partie ne concerne pas tous les chrétiens, mais une catégorie un peu plus repliée sur elle-même. Il existe une forme d’esprit sectaire dans le mouvement évangélique, plus répandu que l’on croit, bien que ce ne soit pas nécessairement généralisé. Le mouvement évangélique a fait un certain progrès depuis les trente dernières années. Peu à peu, on se décoince, mais il y a encore du chemin à faire…

Le mariage dans les milieux repliés

Dans notre contexte évangélique, les parents sont encore très présents dans l’entourage du jeune couple. Les fréquentations sont régentées par ceux-ci, ainsi que par l’église locale à laquelle appartient les deux membres du couple. Il est même suggéré dans certaines communautés, de trouver le conjoint à l’intérieur de l’église locale à laquelle nous appartenons. Cette manière de pensée est très sectaire et de plus, on limite le choix des conjoints potentiels. Lorsqu’un nouveau arrive dans ce type d’assemblée locale, les filles célibataires se retournent pour voir qui est le nouveau et déjà, on se l’arrache. L’inverse est aussi vrai. Une nouvelle fille arrive dans cette assemblée et déjà, elle a plusieurs prétendants célibataires potentiels avant même de prendre place sur une chaise en entrant dans cette assemblée. Mais ce n’est pas comme ça que c’est sensé fonctionner. Malheureusement, il y a beaucoup de célibataires qui vont dans les différents rassemblements chrétiens uniquement dans l’espoir d’y trouver leur futur conjoint, que ce soit dans les soirées de louanges organisées par une association d’églises, des rencontres ministérielles ou dans les assemblées. Il est même fréquent que, une fois le conjoint trouvé, on ne revoit plus ce couple. Le motif était donc assez évident, soit celui de combler un besoin égocentrique.

La réalité est que, pour beaucoup, il y a cette pression de trouver le conjoint, car il y a encore cette pensée persistante que passé 25 ans, nous demeurerons célibataires pour le restant de nos vies. En effet, j’ai connu plusieurs couples qui se sont mariés très jeunes, voir même, avant l’âge de 18 ans pour quelques-uns d’entre eux. C’est assez rare, mais j’ai connu personnellement des chrétiens qui avaient 17 ans au moment de la cérémonie du mariage, le tout chapeauté par les parents respectifs. Ou encore, des mariages arrangés par les parents qui se sont offusqués que leurs progénitures aient eu des relations sexuelles avant de signer un contrat qui, selon la tradition chrétienne, leur octroie leur droit de s’aimer pleinement et entièrement, en autant que cela se soit fait dans un bâtiment que l’on nomme injustement  »église ». Pour demeurer dans le respect des traditions chrétiennes, il est impératif que ce soit le pasteur qui marie le couple et que le tout se fasse dans les règles acquises de la tradition.

La véritable union est celle du coeur

Il est à noter que je ne rejette pas l’idée du mariage ou de la notion d’églises locales, mais plutôt l’aspect traditionaliste du mariage, et la fausse signification qu’on lui a attribué. Le mariage est avant tout l’union de deux être s’aimant réciproquement et qui ne font qu’un, mais à cause de leur amour et non à cause d’un contrat. Car c’est bien Dieu qui unit et non les instances sociétales. Le mariage n’appartient pas aux magistrats ni aux autorités civiles. Et je vais vous surprendre par une déclaration qui vous choquera sans doute: le mariage n’appartient pas à Dieu, mais à tous ceux et celles qu’il a créé. Toutefois, il y a des principes qui sont invariables et immuables: un HOMME et une FEMME. Dieu a créé un homme et une femme dans le but ultime d’y propager la vie, protéger l’équilibre familial et deux compléments qui se complètent à merveille. Alors, le mariage homosexuel est tout à fait contraire à la volonté de Dieu et proscrit par Dieu et non par la religion, ce que les lobby LGBT tente de nous faire croire, en plus de nous faire croire que l’homosexualité est génétique.

Il y a un autre aspect important dans la pensée de Dieu au sujet de l’union: il s’agit d’UN homme et d’UNE femme. Autrement dit, le couple n’est pas sensé laisser entrer personne d’autre d’autre dans son intimité. Si l’un des membres du couple agit dans l’adultère, il brise lui-même les liens qui l’unit à l’autre, s’unissant à quelqu’un d’autre. Les deux se doivent d’éloigner tous les parasites potentiels qui pourraient nuire à cette union. Je ne parle pas de vivre reclus dans une jungle amazonienne éloigné de toute civilisation, mais bien de ne laisser aucune place aux tentations, car le couple doit être sacré et sanctifié.

Faire son propre choix sans interférence

Avant de vous unir à une femme, pensez-y longuement: c’est pour la vie. Une vie de bonheur, ou une vie ennuyeuse ou malheureuse ou destructrice. Si vous faites le mauvais choix, vous en subirez les tristes conséquences pour très longtemps. Assurez-vous que la fille à laquelle vous pensez vous unir, est bien votre choix à vous et non la suggestion de vos parents, amis, pasteurs, ou conseillés ecclésiastiques. Il leur est facile de vous dire avec qui vous devriez vous marier, mais aucun d’eux n’aura à subir les conséquences de ce choix. Ce sera vous et vous seulement! Avant de vous marier, assurez vous d’être en contrôle plein et entier de votre propre vie et destinée. Si vous êtes encore sous les jupes de votre mère, de l’autorité de votre père qui vous dis qui, quoi, quand, pourquoi et avec qui vous unir, de grâce, sachez refuser! Il en va de votre avenir à vous et à vous seul. Dans certaines assemblées, les parents d’une fille et ceux du garçon peuvent même tenter d’arranger un mariage sans que cela ne paraisse trop. En effet, certains parents refusent catégoriquement tel jeune homme dans la vie de leur fille, pour toutes sortes de raisons, bonnes parfois, mais souvent mauvaises. En réalité, ils n’aiment pas le garçon car il n’est pas leur choix à EUX. L’inverse est aussi vrai. Je parle par expérience, car je l’ai vu de mes yeux avec un membre de ma famille, qui ne fut pas le choix des parents de son futur mari. Heureusement pour elle, le jeune homme a tenu tête à ses parents et s’est marié avec elle, pour leur plus grand bonheur.

Conclusion

S’il faut respecter et honorer nos parents, ce n’est certainement pas en les laissant diriger nos vies. La Bible dit: L’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme. Dans ce court passage, ce n’est pas le père ni la mère qui attache le jeune homme à une femme. C’est le jeune homme qui prend ses propres responsabilités, devenu homme et mature, afin de se détacher de ses parents et s’unir de son propre chef à la femme que son cœur aura choisi d’aimer. Ce n’est pas non plus aux pasteurs ou à l’église à vous dicter votre choix, mais à vous seul.

Dans le prochain article, j’aborderai un aspect que l’on constate souvent, qu’importe le milieux: la femme, cette deuxième mère.

À bientôt.

Patrick Galarneau

Couple: ce que vous devez savoir avant (2ième partie)

Introduction

Dans le premier article de cette courte série, je vous ai présenté deux grands thèmes qui font partie de la cimentation de l’union. Bien que cela ne paraît pas chrétien d’aborder la notion d’argent et de sécurité, c’est la vie au quotidien du couple qui est en jeu, et non les grands discours théologiques de la piété. Ne nous jetons pas la tête dans le sable, juste par soucis du paraître évangélique et soyons réalistes. La vie au quotidien, ce n’est pas dans les livres théologiques ni dans les discours pastoraux que nous les vivons, mais bien dans notre intimité. Le pasteur peut être une bonne ressource, mais au final, c’est l’application des principes dans nos vies qui font foi de tout.

La réalité et l’illusion

Une fois mariés, beaucoup d’hommes croient, à tort, que tout est accompli, qu’il n’y a plus d’effort à faire pour plaire à sa tendre moitié. Or, rien n’est plus faux. La routine s’installe et on ne voit plus l’autre de la même manière. Nous ne sommes pas dans un film de Walt Disney. D’ailleurs, n’avez-vous pas constaté que Walt Disney s’est toujours contenté de terminer ses histoires à la cérémonie du mariage? Il ne nous a jamais présenté le quotidien du couple marié, comme si la cérémonie était le point final de l’accomplissement ultime. Qui n’a pas entendu ou lu cette phrase rendue célèbre: Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants? Dans l’esprit des enfants, Walt Disney a tordu le sens des relations hommes-femmes, de sorte que, pour les jeunes filles, se marier était féerique. Puis, pour les garçons, c’est de devenir les héros de la princesse en efforts et en courage, jusqu’à ce que la cérémonie mette un terme au film dans un bonheur éternel. Quelle illusion! Si Disney nous a présenté son Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants, la réalité est encore trop souvent ceci: Ils vécurent malheureux et eurent beaucoup de problèmes.

Les petites attentions

Au début d’une relation, tout est tout beau, puisque tout est tout nouveau. Nos pensée sont dirigées vers l’autre et nous sommes remplis de bonnes intentions et d’attentions. Avez-vous remarqué à quel point nous faisons attention à notre image, notre chevelure, nos vêtements, notre positionnement et surtout, ne pas créer de malaise par un vent nauséabond sorti tout droit de notre postérieur? Nous nous présentons sous notre meilleur jour, afin de ne pas risquer cette relation. C’est étrange de constater à quel point cela change une fois que l’on sent que la relation est acquise. Pourtant, au début, hommes ou femmes, nous faisons attention à tout.

Nous utilisons tout notre charme possible pour que la femme ne fixe son regard que sur nous. Nous lui faisons de petites attentions qui la rendent si spéciale pour nous. Ces attentions la rendent exclusive et charment les filles. Nous faisons preuve de gentillesse quand on la côtoie, de patience quand elle est en retard, de délicatesse quand elle pleure ou de bonté quand elle souffre. Mais ces attentions ne sont pas exclusives aux fréquentations. Elles doivent être maintenues dans l’union. Acheter des fleurs et du chocolat à la Saint-Valentin, c’est très loin d’être original. Lui faire un cadeau à sa fête ou à Noël l’est tout autant. Vous ne la surprendrai pas avec cela. Les femmes ont besoin d’être surprises. Elle détestent les hommes prévisibles et sans imagination pour elles. Bien entendu, vous pourriez la surprendre en ne lui offrant rien à la Saint-Valentin. Je vous le suggère d’ailleurs. Mais ayez au moins l’imagination de la surprendre au moment où elle s’y attend le moins. Par exemple: vous la contactez pour lui dire que vous passez la prendre, puis vous l’amener faire un saut en parachute. Ou un repas en amoureux qui n’est pas prévu dans le calendrier de fêtes. En fait, je vous conseille fortement de ne jamais suivre les fêtes de la majorité de notre société, ces fêtes imposées et que tous suivent aveuglément. Il n’y a rien de plus ridicule qu’un repas au restaurant le jour de la Saint-Valentin, simplement parce que la société à décidée d’une fête pour souligner l’amour du couple une fois l’an. Vous remarquerez que c’est jour d’achalandage dans les restaurants en ce jour-là. Surprenez-là!

Sexes opposés

Les hommes se plaignent souvent que les femmes n’aiment pas les mêmes choses qu’eux, ou que les femmes accordent de l’importance aux choses inutiles, alors qu’eux, accordent une importance aux choses pratiques. La femme aime la décoration, prendre soin de sa maison, comme un oiseau qui construit son nid. Pour la femme, se sentir bien dans son habitat est une priorité. Elle a besoin que ce soit décoré à son goût, que ce soit pour la couleur de la peinture, des objets décoratifs, que vous considérez comme des parasites sur votre chemin quand vous vous empressez d’aller au réfrigérateur pendant la pause commercial, et qui obstruent votre raccourcis jusqu’au frigo. Nous, les hommes, nous considérons davantage les aspects pratiques, alors que les femmes n’y voient pas la même importance. Elles préfèrent les choses que nous avons tendance à considérer comme étant inutile.

Sexes complémentaires

Pourtant, rien n’est inutile. Plutôt que de voir la femme comme une opposée à notre façon d’être, je vous propose de la voir sous un autre angle: le complément idéal. Si vous lui parlez des réparations de votre voiture que vous avez réussi vous-même, il est possible que votre moitié ne s’y intéresse pas, car les femmes ont davantage de l’intérêt pour les sensations, le ressenti, les émotions, l’humain et tout ce qui décore une vie. Mais elle vous écoutera, car c’est dans sa nature d’être attentionnée, préférant les relations humaines aux voitures. Les hommes s’intéressent à trouver des solutions pratiques et pragmatiques, préférant le brico, le sport d’équipe, la compétition, les voitures, comprendre le fonctionnement des objets ou la construction. L’homme a besoin de toucher, alors que la femme a besoin d’être touchée. Si nous désirons que la femme pense comme nous, fait comme nous et s’intéresse aux mêmes choses que nous, alors, cela signifie que l’on n’est pas préparé à être en relation de couple, mais que l’on devrait plutôt se contenter d’amis.

Je considère l’homme comme le menuisier ou l’architecte qui construit une belle maison. Je considère la femme comme celle qui met de la lumière dans cette belle maison, afin que l’on admire ce chef-d’oeuvre. C’est aussi elle qui la rend belle, par sa présence, mais aussi parce qu’elle y apporte et y contribue. Le couple est un travail d’équipe, où les deux membres du couple contribuent à leur façon, selon leur nature. Ils ne sont pas des opposés, mais des compléments. C’est bien pour cela que Dieu a créé l’homme ET la femme. Dieu a fait un semblable à l’homme, mais pas un pareil. Il est bon pour nous, les hommes, d’avoir notre semblable, mais qui se distingue par sa propre nature, afin que nous soyons complémentaires.

Je reviendrai ultérieurement pour d’autres points que j’aimerais aborder.

À bientôt.

Patrick Galarneau

Couple: ce que vous devez savoir avant.

Préambule

Dans cet article, je ne parlerai pas de mariage ni de divorce, mais bien ce qui précède l’union. Ne vous attendez pas à un bombardement de versets bibliques pour justifier les propos de mon article, car je n’aime pas prétexter mes propos par des versets sortis de leur contexte, simplement pour mieux faire passer mon message.

Introduction

Si pour plusieurs le célibat est difficile, imaginez un instant un mariage raté. C’est malheureusement ce qui se produit dans beaucoup de couples chrétiens. Il y a des unions réussies et je m’en réjouis grandement. Toutefois, il y en a autant, sinon plus, qui battent de l’aile. Mais comment s’assurer d’une garantie d’une union viable et réussie?

Une union pour altruistes

En tout premier lieu, il importe de savoir que nous ne nous unissons pas pour satisfaire nos besoins à nous, mais bien pour satisfaire ceux de l’être aimé. Si c’est la même pensée qui habite votre douce moitié, alors c’est assurément dans la bonne voie, mais ce n’est pas tout. C’est un vœu pieux que d’affirmer que l’on désire le bonheur de l’autre, mais admettons-le: la plupart d’entre nous recherche à combler le besoin de se sentir aimé. C’est normal, justifiable, mais pas suffisant. La vie de couple est un sacrifice de soi, un don de soi. Lorsque nous nous unissons, c’est pour le bonheur de l’autre, des enfants à venir, donc, de notre famille.

Avez-vous ce qu’il faut pour donner à l’autre?

L’un des combats les plus difficiles, c’est contre son propre égo. Il n’y a pas si longtemps, l’épouse était confinée à la maison et à prendre soin de son mari et des enfants. Il y avait ces avantages intéressants où la femme prenait soin de la maison, s’occupait de ses enfants et lorsque le mari arrivait à la maison après une grosse journée de travail, il n’avait pas en plus à se préoccuper du repas, de son lavage, de la vaisselle et de toutes autres tâches ménagères, en plus d’aider aux devoirs des enfants. Cependant, la femme était soumise aux risques inhérents de cette période de l’histoire, alors que l’homme avait le beau rôle et le plein contrôle de sa famille, la femme étant dépendante financièrement de son mari. Les temps ont bien changé et je dois dire que ce n’est ni en mieux ni en pire.

Aujourd’hui, nous apprenons le partage des tâches et des responsabilités. La femme travaille, à toute fin pratique, autant que les hommes, et ces derniers ont appris à passer plus de temps avec leurs enfants et les voir grandir. Il y a l’envers de la médaille cependant: les deux conjoints sont souvent trop fatigués pour prendre du temps ensemble, car une fois les enfants en présence dans leur vie, difficile de se retrouver et d’avoir un peu de temps entre amoureux, un temps si important pour le maintient de l’équilibre familiale. On se met à courir dans tous les sens pour gagner du temps, envoyer nos enfants dans toutes sortes d’activités organisées et sous la tutelle de professionnels en tous genre, que ce soit de sports, d’arts, ou autre cours pour nos jeunes. Nous les accompagnons la fin de semaine et parfois même, en pleine semaine pour leurs activités, mais on ne passe pas réellement de temps de qualité en famille.

Imaginons un instant toute cette énergie dépensée, ce stress quotidien, les cris, les plaintes et les nombreuses requêtes incessantes des enfants, combinés à la pression de performer au travail, de nos propres plaintes au manque de temps pour soi et si, en plus, nous sommes moindrement centrés sur nous-mêmes. Voilà un beau cocktail prêt à exploser au moindre conflit familial. Car ne l’oublions pas: nous avons notre propre égo, en plus de l’égo de notre douce moitié, plus aussi douce qu’auparavant, si on tient compte de tous ces éléments en présence. Avez-vous encore le désir d’être en couple?

Je vous propose une série de réflexions. D’abord, je m’adresse particulièrement aux hommes, car c’est mon public cible et que je crois que c’est ma responsabilité d’homme que de conseiller les hommes d’abord et avant tout.

L’argent

L’argent est très souvent l’une des causes de divorces parmi les couples, même chez les chrétiens. Je vous le dis tout de suite, il en coûte cher de vouloir être avec une femme. Oui, les femmes coûte cher! N’ayez crainte, il ne s’agit pas d’un discours machiste ni de frustré, au contraire. Il s’agit plutôt d’être en mesure de répondre aux vrais besoins de votre future femme. Les femmes aiment les belles choses. Si vous l’amenez au restaurant, mieux vaut ne pas l’amener au McDo pour votre tête-à-tête en amoureux. Le McDo, c’est lorsque vous êtes à l’extérieur de la maison et que vous n’aviez pas prévu de revenir si tard. Ou encore, quand vous voulez simplement faire plaisir à vos enfants, mais comme vous êtes loin d’être rendu à cette étape, n’en parlons pas. Vous allez amener votre prétendante dans un restaurant qui a, à tout le moins, un menu, sans pour autant être chic et hors de prix. Elle aimerait bien davantage le restaurant chic, mais elle se contentera très volontiers d’être en tête-à-tête avec vous dans un restaurant respectable.

Les femmes aiment le beau et le chic. Vous allez à l’épicerie, et elle sait exactement ce qu’elle veut, et c’est souvent la marque la plus dispendieuse. Vous allez vous évertuer à lui présenter la marque maison, qui est à moindre coûts, mais elle va vous clouer le bec en vous décrivant à merveille les vertus du produit le plus dispendieux. La femme aime les bijoux et encore là, ce n’est jamais le bas-de-gamme que fixe son regard. Vous serez découragés lorsque vous constaterez le prix de celui qu’elle désir avec ferveur. Ne lui faites surtout pas la surprise de lui acheter la bague en plastique ou en papier mâché qui ressemble à celui qu’elle a vu, elle croira que vous ne la considérez pas :-). Mieux vaut vous abstenir de lui offrir quoi que ce soit, dans le moins pire des cas ;-).

La sécurité

La femme n’a pas beaucoup d’attirance pour les paumés et croyez-moi, ce n’est pas pour vous décevoir ni pour vous décourager, et encore moins pour discréditer les femmes. Sans pour autant rechercher la richesse, elle désirera au moins que vous ayez un travail stable qui suffirait à combler les besoins de la famille à venir, car n’oubliez jamais ceci: la femme ne pense jamais au moment présent. Elle a une longueur d’avance sur vous. Elle pense à long terme et anticipe déjà l’avenir, pendant que vous, vous admirez sa beauté et que vous la voyez déjà en train de décorer votre matelas de sa présence. Les femmes pensent bien au-delà du lit conjugal. Déjà, si elle a eu l’occasion de visiter votre appartement, elle sait déjà quels meubles qu’elle va vous convaincre de vous débarrasser un jour, si toutefois elle désire poursuivre l’aventure avec vous. Elle ne vous le dira pas tout de suite, car pour elle, la relation n’est pas encore au point de la cimentation. Elle sait déjà en entrant chez vous si vous êtes un mari potentiel, juste par votre organisation et ce qu’elle ressent en étant dans votre élément.

La femme désire un homme qui est stable dans son travail, et non pas un homme qui change constamment de travail ou encore, qui laisse tomber ce qu’il entreprend pour aller dans un autre domaine. Elle préfère un homme qui sait ce qu’il veut et qui prend les moyens pour l’obtenir. Elle ne veut pas s’engager dans une relation où elle aura l’impression de colmater vos brèches, vos carences ou votre paresse. Les femmes ne sont pas aussi exigeantes que le laisse croire un bon nombre d’hommes. C’est faux! La femme, de façon général, exige ce qu’il y a de plus normal et sensé. Elle ne vous exigera pas au-delà de ce que vous êtes en mesure de faire ni au-delà de vos moyens, surtout si elle considère votre fiabilité.

Je poursuivrai cette petite série avec d’autres points.

À bientôt.

Patrick Galarneau

Les parents religieux de Josh Duggar; l’omerta sur les crimes sexuels de leur fils

Notes personnelles
S’il a été coutume de constater l’omerta chez les prêtres catholiques en ce qui concerne les crimes sexuels contre des enfants, le phénomène est toutefois moins répandu chez les évangéliques.
Cependant, lorsqu’il y a crime contre la personne, notamment sur des enfants et que celui-ci est avéré, il est impératif de dénoncer le crime à la police et ce, bien avant de contacter le pasteur. Il s’agit ici, non seulement de la responsabilité du témoin de ce crime et des autorités concernées, mais surtout, d’une réparation envers les victimes de ces crimes odieux.
La famille Duggar au grand complet. 

La famille Duggar au grand complet.

©TLC

Photo:

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :