Couple: ce qu’il faut savoir avant (3ième partie)

Notes personnelles

Cette 3ième partie ne concerne pas tous les chrétiens, mais une catégorie un peu plus repliée sur elle-même. Il existe une forme d’esprit sectaire dans le mouvement évangélique, plus répandu que l’on croit, bien que ce ne soit pas nécessairement généralisé. Le mouvement évangélique a fait un certain progrès depuis les trente dernières années. Peu à peu, on se décoince, mais il y a encore du chemin à faire…

Le mariage dans les milieux repliés

Dans notre contexte évangélique, les parents sont encore très présents dans l’entourage du jeune couple. Les fréquentations sont régentées par ceux-ci, ainsi que par l’église locale à laquelle appartient les deux membres du couple. Il est même suggéré dans certaines communautés, de trouver le conjoint à l’intérieur de l’église locale à laquelle nous appartenons. Cette manière de pensée est très sectaire et de plus, on limite le choix des conjoints potentiels. Lorsqu’un nouveau arrive dans ce type d’assemblée locale, les filles célibataires se retournent pour voir qui est le nouveau et déjà, on se l’arrache. L’inverse est aussi vrai. Une nouvelle fille arrive dans cette assemblée et déjà, elle a plusieurs prétendants célibataires potentiels avant même de prendre place sur une chaise en entrant dans cette assemblée. Mais ce n’est pas comme ça que c’est sensé fonctionner. Malheureusement, il y a beaucoup de célibataires qui vont dans les différents rassemblements chrétiens uniquement dans l’espoir d’y trouver leur futur conjoint, que ce soit dans les soirées de louanges organisées par une association d’églises, des rencontres ministérielles ou dans les assemblées. Il est même fréquent que, une fois le conjoint trouvé, on ne revoit plus ce couple. Le motif était donc assez évident, soit celui de combler un besoin égocentrique.

La réalité est que, pour beaucoup, il y a cette pression de trouver le conjoint, car il y a encore cette pensée persistante que passé 25 ans, nous demeurerons célibataires pour le restant de nos vies. En effet, j’ai connu plusieurs couples qui se sont mariés très jeunes, voir même, avant l’âge de 18 ans pour quelques-uns d’entre eux. C’est assez rare, mais j’ai connu personnellement des chrétiens qui avaient 17 ans au moment de la cérémonie du mariage, le tout chapeauté par les parents respectifs. Ou encore, des mariages arrangés par les parents qui se sont offusqués que leurs progénitures aient eu des relations sexuelles avant de signer un contrat qui, selon la tradition chrétienne, leur octroie leur droit de s’aimer pleinement et entièrement, en autant que cela se soit fait dans un bâtiment que l’on nomme injustement  »église ». Pour demeurer dans le respect des traditions chrétiennes, il est impératif que ce soit le pasteur qui marie le couple et que le tout se fasse dans les règles acquises de la tradition.

La véritable union est celle du coeur

Il est à noter que je ne rejette pas l’idée du mariage ou de la notion d’églises locales, mais plutôt l’aspect traditionaliste du mariage, et la fausse signification qu’on lui a attribué. Le mariage est avant tout l’union de deux être s’aimant réciproquement et qui ne font qu’un, mais à cause de leur amour et non à cause d’un contrat. Car c’est bien Dieu qui unit et non les instances sociétales. Le mariage n’appartient pas aux magistrats ni aux autorités civiles. Et je vais vous surprendre par une déclaration qui vous choquera sans doute: le mariage n’appartient pas à Dieu, mais à tous ceux et celles qu’il a créé. Toutefois, il y a des principes qui sont invariables et immuables: un HOMME et une FEMME. Dieu a créé un homme et une femme dans le but ultime d’y propager la vie, protéger l’équilibre familial et deux compléments qui se complètent à merveille. Alors, le mariage homosexuel est tout à fait contraire à la volonté de Dieu et proscrit par Dieu et non par la religion, ce que les lobby LGBT tente de nous faire croire, en plus de nous faire croire que l’homosexualité est génétique.

Il y a un autre aspect important dans la pensée de Dieu au sujet de l’union: il s’agit d’UN homme et d’UNE femme. Autrement dit, le couple n’est pas sensé laisser entrer personne d’autre d’autre dans son intimité. Si l’un des membres du couple agit dans l’adultère, il brise lui-même les liens qui l’unit à l’autre, s’unissant à quelqu’un d’autre. Les deux se doivent d’éloigner tous les parasites potentiels qui pourraient nuire à cette union. Je ne parle pas de vivre reclus dans une jungle amazonienne éloigné de toute civilisation, mais bien de ne laisser aucune place aux tentations, car le couple doit être sacré et sanctifié.

Faire son propre choix sans interférence

Avant de vous unir à une femme, pensez-y longuement: c’est pour la vie. Une vie de bonheur, ou une vie ennuyeuse ou malheureuse ou destructrice. Si vous faites le mauvais choix, vous en subirez les tristes conséquences pour très longtemps. Assurez-vous que la fille à laquelle vous pensez vous unir, est bien votre choix à vous et non la suggestion de vos parents, amis, pasteurs, ou conseillés ecclésiastiques. Il leur est facile de vous dire avec qui vous devriez vous marier, mais aucun d’eux n’aura à subir les conséquences de ce choix. Ce sera vous et vous seulement! Avant de vous marier, assurez vous d’être en contrôle plein et entier de votre propre vie et destinée. Si vous êtes encore sous les jupes de votre mère, de l’autorité de votre père qui vous dis qui, quoi, quand, pourquoi et avec qui vous unir, de grâce, sachez refuser! Il en va de votre avenir à vous et à vous seul. Dans certaines assemblées, les parents d’une fille et ceux du garçon peuvent même tenter d’arranger un mariage sans que cela ne paraisse trop. En effet, certains parents refusent catégoriquement tel jeune homme dans la vie de leur fille, pour toutes sortes de raisons, bonnes parfois, mais souvent mauvaises. En réalité, ils n’aiment pas le garçon car il n’est pas leur choix à EUX. L’inverse est aussi vrai. Je parle par expérience, car je l’ai vu de mes yeux avec un membre de ma famille, qui ne fut pas le choix des parents de son futur mari. Heureusement pour elle, le jeune homme a tenu tête à ses parents et s’est marié avec elle, pour leur plus grand bonheur.

Conclusion

S’il faut respecter et honorer nos parents, ce n’est certainement pas en les laissant diriger nos vies. La Bible dit: L’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme. Dans ce court passage, ce n’est pas le père ni la mère qui attache le jeune homme à une femme. C’est le jeune homme qui prend ses propres responsabilités, devenu homme et mature, afin de se détacher de ses parents et s’unir de son propre chef à la femme que son cœur aura choisi d’aimer. Ce n’est pas non plus aux pasteurs ou à l’église à vous dicter votre choix, mais à vous seul.

Dans le prochain article, j’aborderai un aspect que l’on constate souvent, qu’importe le milieux: la femme, cette deuxième mère.

À bientôt.

Patrick Galarneau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s