David Vincent: Affaire Claude Ignerski : Enfin une prédiction accomplie !

Depuis un certain temps, une personne prédisait le retour de Jésus pour le 13 ou 14 septembre 2015, avant de finalement annoncer ce retour pour le mardi 15 septembre.

Dans ma chronique précédente, écrite le 15-16 septembre, j’avais évoqué « l’après-démenti ». Quelle serait la réaction de l’auteur de cette fausse prédiction après avoir constaté son échec ?

 

Une prédiction accomplie

En m’appuyant sur les études universitaires menées sur des cas similaires, j’avais prédit que, loin de reconnaître son erreur, Claude Ignerski (car c’est de lui qu’il s’agit) allait au contraire persévérer dans celle-ci et chercher à se justifier. Pour cela j’avais même proposé trois « étapes »

  1. a) Trouver des conséquences positives à son erreur et accuser ses détracteurs
  2. b) Justifier son erreur en expliquant pourquoi il s’était trompé
  3. c) Proposer une nouvelle date

Et bien je peux vous l’annoncer : Cette prédiction s’est officiellement accomplie le samedi 19 septembre en milieu de matinée. En effet, c’est à cette date que Claude Ignerski a mis en ligne une nouvelle vidéo intitulée : « Vierges folles ou vierges sages ? L’Epoux vient ! (partie 11) »

Dans cette vidéo, l’orateur suit scrupuleusement les trois étapes que je viens d’évoquer. Je vous en propose une brève analyse.

Claude Ignerski suit « la méthode Vincent »

Première partie : trouver des conséquences positives à son erreur et accuser les détracteurs.

Sur les 41 minutes que dure cette vidéo, plus de la moitié est consacrée à cette première partie. Ainsi, on apprend que ceux qui ont dénoncé ses fausses prédictions ne sont que des  «loups » (2min 20) qui « jalousent son ministère » (2 min 50).

Il insiste ensuite sur le fait qu’en moins d’un an, il a fait entré des milliers de convertis dans la « véritable Eglise », ce qui est, d’après ses dires, le « plus grand réveil prophétique depuis des années » (3min 50). C’est exactement la justification que j’avais prévu, même si je ne pensais pas qu’il irait jusqu’à qualifier cela de « plus grand réveil prophétique »…

Quant à l’échec de la prophétie, c’est en réalité une ruse de Dieu pour dévoiler les cœurs de chacun (8 min 50) ! Enfin, Claude Ignerski n’oublie pas ses anciens adeptes qui ont eu la sagesse de reconnaitre leurs erreurs, puisqu’il les invite à se repentir (9min 20).

Deuxième partie : Expliquer l’erreur

Au vu de la méthode, j’avais émis l’hypothèse d’une justification à partir d’une erreur de calendrier et… bingo.

Dans cette nouvelle vidéo, Claude Ignerski nous explique que « le Seigneur lui a caché volontairement un détail très important pour servir Ses Desseins » (20min 50) et qu’il a en fait oublié de tenir compte des jours de décalage entre le calendrier julien et le calendrier grégorien (21 min 16) … tout s’explique !

Enfin la dernière étape : donner une nouvelle date.

Claude Ignerski insiste « Personne ne l’empêchera de chercher une date pour le retour de Jésus » (38min 30) et il ne manque pas de nous rappeler que le Seigneur revient en 2015 (23 min 40) et qu’en comptant les jours de décalage, il faut en fait attendre ce retour pour le 24 ou le 25 septembre 2015 (12 min 20 et 22min 35).

Un acharnement ?

Avant de conclure, j’aimerai revenir sur un dernier point. Claude Ignerski dans cette vidéo se fait passer pour une victime et reproche aux chrétiens de s’acharner sur lui et de manquer de charité. Personnellement, je n’ai rien contre lui. Toutefois je pense que son enseignement est extrêmement dangereux dans ses conséquences et qu’il est trop facile de se faire passer pour une victime et d’accuser les autres. A cette occasion, j’aimerais rajouter un fait que je n’avais pas évoqué dans ma chronique précédente à propos des prédictions de William Miller.

Parmi ceux qui avaient cru à sa prédiction, il y avait beaucoup de paysans. Certains d’entre eux, persuadés que la fin du monde allait arriver en 1843, n’ont, cette année là (en 1843), pas pris le temps de semer pour l’année suivante. D’autres, qui avaient déjà semé, ont jugé qu’il ne fallait pas récolter, car ce serait un acte d’incrédulité de leur part. Les réserves de nourritures pour terminer l’année étaient suffisantes et amasser une récolte, ce serait montrer que l’on ne croit pas que Jésus reviendrait en 1843.

Nul besoin d’expliquer que le démenti de cette prédiction a mis tous ces gens dans un grand embarras moral, mais aussi matériel ! Certains adeptes millérites avaient aussi vendu leurs biens et quitter leur emploi pour consacrer tout leur temps et leur argent à diffuser cette prédiction.

Si j’évoque cela, c’est que cette situation se reproduit à chaque fausse prédiction et celle dont nous parlons n’a pas dérogé à la règle. Même s’il est encore un peu tôt pour faire un bilan, j’ai déjà reçu plusieurs témoignages d’anciens adeptes ou de leurs proches qui font état de cela. (1)

Conclusion

En conclusion, face à l’obstination de Claude Ignerski, il n’y a pas grand-chose à faire, sinon attendre. Attendre jusqu’au 26 septembre 2015 d’abord, puis jusqu’au 1er janvier 2016 ensuite. Jour après jour, toutes les dates annoncées passeront sans que ses prédictions ne se réalisent et on peut espérer que ses adeptes finiront par se résigner et reconnaître leur erreur. (2)

Malheureusement, d’ici là, cette fausse prédiction aura fait beaucoup de dégâts.
David Vincent (https://www.facebook.com/davidvincentbarbet)

Note

(1) Si certains ont d’autres témoignages, ils peuvent d’ailleurs me contacter par mon Facebook (https://www.facebook.com/davidvincentbarbet)

(2) Pour ceux qui veulent découvrir une vision plus optimiste, je vous invite à cliquer ici (http://didascale.com/disciples-de-jesus-quelle-est-notre-esperance-eschatologique/)

Publicités

Grande déception adressée à Claude Ignerski… et réponse très orgueilleuse de ce dernier

12006524_10207684000120083_527385840919829287_o 12017667_10207684005560219_6482394481860900955_o

Comme vous pouvez le constater, Claude Ignerski n’en a que faire de ceux et celles qu’il a berné. Sa réponse est empreinte d’une froideur qui n’est pas sans rappeler les symptômes du psychopathe.

Attention: Claude Ignerski n’est pas un tueur en série. Et ce n’est pas non plus un diagnostique médical de ma part. Mais depuis le début de cette histoire, il présente tous les symptômes reliés à ce qu’on appelle TROUBLE DE LA PERSONNALITÉ.

Encore une fois, je me répète: je ne suis pas médecin ni psychiatre. Toutefois, pour avoir côtoyer régulièrement des spécialistes en santé mentale, et pour avoir moi-même travaillé en santé mentale et dans le domaine des abus spirituels, je reconnais en Claude Ignerski les symptômes mentionnés ci-bas (sources:http://www.doctissimo.fr/html/psychologie/principales_maladies/9825-psychopathie-psychopathe-symptomes.htm) :

Reconnaître le trouble

Il existe plusieurs définitions des troubles psychopathologiques, selon notamment que l’on se réfère au Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux américain (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders ou DSM-IV), ou à la classification internationale des maladies de l’Organisation mondiale de la santé (Cim). Un rapport de la Haute Autorité de santé sur la prise en charge des psychopathies a lui identifié six points qui caractérisent la personnalité psychopathe :

1- L’INDIFFÉRENCE FROIDE.

Les personnes ne sont pas sensibles, on ne peut pas les « prendre par les sentiments ».

Notes personnelles: les réponses d’Ignerski sont très froides, comme en fait foi sa réponse à cet homme qui était très attaché à sa personne et son enseignement. D’ailleurs, il supprime toutes personnes qui n’est pas en phase avec lui, sans aucun sentiment, compassion ou tout autre bons sentiments qui caractérise un esprit saint. Ignerski ne répond pas aux critiques, s’en moque et est très TÉFLON (matériaux utilisés en cuisine pour que ne colle pas la nourriture lorsqu’elle cuit dans la poêle). Rien ne peut coller à Ignerski, il se montre très distant avec autrui.

2- L’IRRESPONSABILITÉ.

Cette irresponsabilité est souvent revendiquée, constante, avec un mépris des règles et des contraintes sociales.

Notes personnelles: Depuis le début, Ignerski refuse toutes responsabilités et au contraire, il évoque l’incrédulité des autres si on ne croit pas ses dires. Si l’enlèvement n’a pas eu lieu, ce n’est pas de sa faute, mais c’est à cause d’une tempête de sable en Israël pendant les tétrades, le manque de préparation de l’épouse (l’Église de Christ) et le manque de foi des chrétiens. Lui, il n’est pas en cause. De plus, il ose même affirmer une nouvelle date de l’enlèvement.

3- DIFFICULTÉ DE MAINTENIR UNE RELATION AVEC AUTRUI

Mais de manière paradoxale, la personnalité psychopathe a des facilités à nouer des relations. Simplement, elles ne durent pas.

Notes personnelles: Dans sa réponse à monsieur Dumaz, nous constatons un schisme soudain entre lui et ceux et celles qui l’ont suivi aussi facilement. Ignerski a réussi à séduire plusieurs croyants mal affermis, mais est incapable d’entrer en relation sincère et transparente avec eux. Dans sa réponse, il montre sa vraie personnalité et ce qu’il pense des autres, en les considérant comme des moins que rien. Sa réponse en dit long sur la manière dont il entretient des relations avec autrui. Paradoxalement, il sait se faire aduler, par une image illusoire qu’il offre en apparence, mais cela s’estompe brutalement lorsque les choses ne vont pas dans son sens à lui.

4- INTOLÉRANCE À LA FRUSTRATION

La personnalité psychopathe ne supporte pas de ne pas obtenir ce qu’elle veut, et son seuil d’agressivité est très bas en la matière : elle va très vite s’énerver.

Notes personnelles: Aussitôt que vous vous montrer en désaccord avec Ignerski, il s’énerve et s’emporte, comme le démontre ses nombreux posts sur facebook à ce sujet. D’ailleurs, malgré la froideur de sa réponse à monsieur Dumaz, on ressent bien cette agressivité qui se fait sous le couvert d’une indifférence crasse des sentiments des autres.

5- ABSENCE DE CULPABILITÉ

Il n’y a aucune remise en question après un passage à l’acte. Même les sanctions ne remettent pas le psychopathe en question.

Notes personnelles: Malgré les nombreux avertissements, les rappels à l’ordre fait de manière fraternel, les évidences de ses erreurs mises à nues pour lui en faire la démonstration, malgré que plusieurs ont tout perdu dans cette aventure, Ignerski persiste dans son délire et refuse totalement de se remettre en question. Il va plus loin: il affirme encore que Dieu l’a choisi en ce monde pour apporter son message pour notre génération. Il n’en a que faire des rappels à l’ordre, du fait que nous ne pouvons plus le considérer comme étant des nôtres et pire: il fait parti du peu d’élus sur Terre qui a la foi véritable et dénigre ceux et celles qui, selon lui, prétendent avoir la foi mais qui ne croit pas en son messager ultime, c’est-à-dire, Claude Ignerski.

6- TENDANCE À BLÂMER AUTRUI

La personnalité psychopathe va expliquer de manière très rationnelle ses difficultés avec la société, en accusant les autres d’en être responsable, et de manière très convaincante.

Notes personnelles: Claude Ignerski ne va dans aucune assemblée depuis les 25 dernières années m’a-t-on appris, selon ce que j’ai pu prendre connaissance via les Éditions Oasis. Dans son cas, il apparaît vouloir être parfaitement autonome et indépendant du reste du corps de Christ et ce, afin de ne pas avoir à rendre compte de quoi que ce soit à qui que ce soit. Il agit seul et veut être seul. Le fait d’adhérer à une assemblée locale ne fera pas de vous de meilleurs chrétiens. Ni d’en être sorti. Par contre, dans son cas à lui, c’est clairement un refus de soumission aux autres, car il refuse tout entendement raisonnable. D’ailleurs, il blâme tout ceux et celles qui ne sont pas de son côté, qui lui font remarquer ses erreurs. Il jette le blâme sur les autres. Il en élaborera une argumentation très froide et rationnelle, comme on peut le constater dans ses réponses aux autres.

Conclusion

Ignerski ne se distingue pas des autres faux prophètes, bergers et ministères en tous genres. Les mêmes symptômes s’observent chez tous les auto-proclamés. Ignerski ne présente aucune compassion à ceux et celles qui ont tout perdu en le suivant. Il ne présentera aucune excuse ni repentance, car son égo est incommensurable. Il croit être investit d’une mission qui le distingue du reste du monde. Nous frôlons ici le délire religieux.