Aperçu de mon article sur l’AEBEQ (en cours de rédaction)

  • Le contrôle absolu : Dans l’AEBEQ, on dresse une liste des pasteurs en fonction, ainsi que de ceux qui réclament un emploi pastoral. Dans cette dernière liste, la plupart ne trouveront rien parmi l’AEBEQ et ce, malgré leur appel, leurs compétences et ce qui les distinguent. J’ai en exemple ceci : alors qu’un membre haut placé de l’AEBEQ cherchait à me convaincre de joindre les rangs de SEMBEQ (séminaire mis sur pied dans les années 70 par l’AEBEQ), ce dernier me présenta une liste pour me convaincre de laisser tomber la Faculté de Théologie Évangélique d’Acadia (devenu l’ATÉ) du Nouveau-Brunswick. Ce qui fut convaincant, c’est de considérer le nombre de pasteurs prétendants à un poste au sein de l’AEBEQ à ne jamais être considérés par l’AEBEQ, car ces pasteurs, dont plusieurs parmi eux ont déjà exercé leur ministère ailleurs que dans l’AEBEQ, ne se sont pas associés ou n’ont pas suivi de cours à SEMBEQ. La liste était longue, croyez-moi. De plus, c’était à l’époque où l’AEBEQ faisait la promotion de 100 ouvriers pour 100 églises, en septembre 2003. Cela prouve plusieurs choses : 1- l’AEBEQ voulait avoir une hégémonie complète sur les futurs pasteurs sous sa direction et ainsi, consolider son emprise sur les églises locales; 2- l’AEBEQ voulait former des béni-oui-oui qui ne s’objecteraient aucunement au pouvoir en place, soit, les dirigeants de l’AEBEQ; 3- Exercer un contrôle sur le plus grand nombre possible de pasteurs, alors que ces derniers auraient l’obligation morale de se sentir redevables d’être pasteurs au sein de leurs assemblées; 4- éliminer toutes potentielles menaces de libre-penseurs et de liberté d’expression au sein de la communauté de l’AEBEQ : il y a des gens payés pour penser, et les autres (les pasteurs formés) sont des exécutants; 5- créer un faux sentiment d’unité, sous la direction unilatérale des dirigeants de l’association; 6- permettre d’étouffer plus facilement les scandales qui éclabousseraient l’AEBEQ en demandant à leurs exécutants d’agir selon les directives des dirigeants de l’AEBEQ et donc, cacher encore davantage des informations pertinentes aux membres officiels de leurs assemblées; 7- exercer un contrôle sur les membres des églises locales en y exerçant une pression indue si un membre pose trop de questions : ce membre se verra donc stigmatisé à travers l’AEBEQ, dans le cas où ce dernier changerait d’assemblée parmi eux et de plus, il sera plus facile à l’AEBEQ de se disculper devant les griefs justifiés du membre en question, devant le conseil de l’église, de l’association, et pour des lettres de références dans le cas où le membre changerait tout simplement d’association (depuis plusieurs années, on ne fait plus de lettres de références, à cause de la jurisprudence en la matière et qui a amené la condamnation de pasteurs qui ont fait ce type de choses. Dorénavant, ça se fait par téléphone, afin de ne laisser aucune trace).
Publicités

Une réflexion sur “Aperçu de mon article sur l’AEBEQ (en cours de rédaction)

  1. Pingback: La foi sans religion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s