Claude Guillot: la responsabilité de monsieur Gabriel Cotnoir (2ième partie)

L’école biblique pour jeunes fidèles (fidèles obligés) de l’église baptiste évangélique de Victoriaville, LA BONNE SEMENCE, a été pour les victimes, un long épisode qu’elles aimeraient oublier ou qu’il ne se soit jamais produit. Certaines victimes tentent d’oublier, même s’il leur ait impossible de se défaire complètement de ces douloureux moments qui, pour plusieurs, ont duré pendant plus de 10 ans. L’une des victimes m’a même dit qu’elle a subit les violences corporelles de Guillot à partir de l’âge de quatre ans! C’est que Guillot accueillait aussi les jeunes chez lui.

 

Mais ce que j’ai aussi appris, c’est que, malgré que monsieur Gabriel Cotnoir, alors pasteur de l’église baptiste évangélique de Victoriaville durant cette période, ait mis Guillot à la porte, il semblerait que ceci n’est pas tout à fait exact. Du moins, les circonstances qui ont mené au congédiement de Guillot ne sont pas celles qui ont été décrites dans certains médias écrits. Pourquoi? Et bien, tout simplement parce que, si on considère ce que m’a révélé une des victimes, Monsieur Cotnoir aurait été contraint à mettre Guillot dehors. Voici un extrait de vie de la victime en question:

 

Réponse de la victime à ma question

Les circonstances sont: j’ai été renvoyé de l école biblique pour refus de correction.. Après quelques jours à la maison, j’ai du aller faire face à Guillot.. C’est là que j ai demandé à ma mère de téléphoner à Cotnoir et que je voulais que mon père sois présent aussi. Ma confiance en mon pasteur était grande je pensais qu’ il me défendrait dans cette situation. Cotnoir m’a demandé pourquoi je refusais les 5 coups de palette. Je lui est dit que c’était insupportable de recevoir 1 coup de Guillot et cela devant mon père.. Nous étions 4 dans la pièce.. Après mes explications de petit gars de 12 ans avec mon pasteur, la décision finale dit par Cotnoir, et pour réintégrer ma classe, je devais recevoir ma correction, ou j’étais dehors de l’école. J’ai éclaté en pleurs quelques minutes, puis, je me suis levé et j’ ai dit que je refusait la correction. Ça a fini de même la bonne semence pour moi.

Ma première défense contre Guillot, c’étais Cotnoir. Dans la vie d un enfant, la personne la plus fiable est son pasteur… Mais j avais mon back-up: Mon père, qui lui, était non membre de l église. C’est pour ça qu’il a mis Guillot dehors. Cotnoir est parti pas longtemps après. Ils ont mis François Nolet à la place…

 

Personnellement, si je prend le témoignage de la victime, monsieur Gabriel Cotnoir n’a pas mis Guillot à la porte pour les coups portés. Il est possible que, dans le témoignage de Cotnoir, il ait réellement mis Guillot à la porte, à cause de l’exagération de la violence des coups portés, mais pas pour les coups en soi. Il semble que la présence du père de la victime ait pu avoir une incidence sur la décision de Cotnoir de mettre Guillot à la porte. Sa conscience lui a-t-elle indiqué une réelle prise de conscience de la gravité des gestes portés par Guillot? Ou encore, est-ce la peur des conséquences d’ordre légales qui ont fait peur à monsieur Cotnoir, sacrifiant ainsi son fidèle dauphin, Claude Guillot? En toute honnêteté, je ne peux pas répondre à cette question, mais il est intéressant de faire la réflexion, car dans l’AEBEQ, on nous a longtemps habitué à des dirigeants dont les intérêts personnels primaient sur ceux de la collectivité. Les pasteurs ne sont plus au service de la communauté, c’est la communauté qui est au service de leur pasteur. Le pasteur n’est plus un serviteur, il est devenu un chef, le chef de la masse, un chef d’entreprise ecclésiastique qui doit rapporter des dividendes.

 

Conclusion

Imaginez un peu la situation. Un enfant de 12 ans se fait mettre à la porte d’une école biblique, car il refuse de recevoir des coups de palettes en bois et ce, à différents moments de la journée à l’école biblique LA BONNE SEMENCE. Et qu’en est-il des parents, dont plusieurs fréquentent encore l’église baptiste évangélique de Victoriaville, 30 ans après les faits? Comment ont-ils pu laisser pareille affaire? N’est-ce pas là le danger des dérives sectaires? Ces pasteurs qui influencent les masses, les manipulent pour qu’elles ne parlent pas de ces gestes et qu’elles se taisent. Oh bien entendu, ces pasteurs n’utiliseront pas la menace, ni l’intimidation ni la violence. Ils prendront des moyens hypocrites, utilisant la parole de Dieu dans le but de protéger l’organisation religieuse qui les paye. En effet, des passages de la Bible sont utilisés pour manipuler les masses, afin que l’on oublie les crimes que l’organisation religieuse cherche à camoufler, afin de ne pas voir sa réputation entachée. Et maintenant que certaines victimes ont grandi, sont devenues adultes et matures, un dirigeant aurait intimidé verbalement l’une d’entre elles, devant témoins. Tant que les masses ne parlent pas, ne se défendent pas et demeurent passivement aux crochets des paroles de ces hypocrites, elles ne subiront aucune pression ni intimidation.

 

Et vous, parents, où êtes-vous? J’attend vos témoignages. Vos propos seront gardés privés.

 

Patrick Galarneau

lafoisansreligion.com

youtube: La foi sans religion

la_foi_sans_religion@hotmail.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s