Le Figaro cherche à désinformer les français!

De toute évidence, les médias de gauche cherchent à tout prix à mettre des bâtons dans les roues des partis qui ne subventionnent pas leurs médias et ne partagent pas leurs idéaux. La Gauche québécoise offre de généreuse subvention à Radio-Canada, sous la férule de Justin Trudeau et du Parti Libéral du Canada. Une subvention beaucoup plus généreuse que celle de la droite de Stephan Harper et du Parti Conservateur. Il ne serait pas étonnant d’ailleurs d’apprendre que lors de la campagne électorale de l’été et de l’automne (oui, 73 jours de campagne, c’est long), que les libéraux aient flatté Radio-Canada et ainsi, que ce puissant médias dépeigne les conservateurs comme les prochains perdants et valorise l’image de Trudeau. Nous savons que l’image ici, au Canada, surtout au Québec, transcende le message de fond. Qu’importe le programme du parti, c’est pour l’image que les canadiens, les québécois en première ligne, votent.

 

Radio-Canada a réalisé la pire entrevue qui m’a été donné de voir depuis que je suis l’actualité. Anne-Marie Dusseault a fait preuve de l’anti-thèse de ce qu’est le journalisme. Ses questions n’en étaient pas. Il s’agissait d’affirmations tendancieuses sous la forme interrogative. Les réponses étaient suggérées dans la plupart des questions, non pas pour Marine Le Pen, mais pour les téléspectateurs, afin de consolider l’image négative du public envers Marine Le Pen et le Front National. Anne-Marie Dusseault ne s’intéressait pas au contenu, mais au contenant du FN et de Marine Le Pen. Elle a utilisé deux clips complètement impertinents: l’un où les artistes du gala des ex-jutras se seraient exprimés par la voix d’un cinéaste québécois, puis l’autre clip où la journaliste appuis son argumentaire puéril sur l’invasion illégale de quelques jeunes anarchistes de l’extrême gauche venus perturber une conférence de presse que donnait Le Pen. Jamais je n’aurais imaginé qu’un médias télédiffusé puisse faire du journalisme de poubelle comme je l’ai constaté, à mon très grand étonnement.

 

J’ai eu l’impression d’ailleurs que le chef d’antenne de Radio-Canada a demandé à sa journaliste vedette de placer dans l’entrevue les mots qui suivent ci-bas:

  • xénophobie
  • raciste
  • discrimination
  • intolérante

Anne-Marie Dusseault a placé ces mots dans son entrevue comme si elle y avait été obligé, car la pertinence de ces termes ne concordaient aucunement avec les moments choisis pour les utiliser. Ils n’étaient aucunement contextuels aux échanges entre la journaliste et Le Pen. En effet, ces quatre mots furent balancés de la bouche de Dusseault, sans aucun lien réel avec ce qui fut évoqué comme échange. Le langage non-verbal de Le Pen, qui en était un de très grand étonnement, coïncidait avec l’accusation de racisme de Dusseault envers Le Pen, sans aucun motif pertinent pour l’utilisation de ce mot. D’ailleurs, n’est-ce pas contraire au journalisme que de se prononcer de manière aussi partial? Cette entrevue n’a pas été réalisée pour nous informer, mais pour s’assurer que la venue de Le Pen ne puisse trouver écho auprès des indécis et mobiliser des groupes qui se revendiquent comme ayant des atomes crochus avec le FN. Non, il ne faut pas que les avoirs et les sociétés des Desmarais de PowerCorp soient éventuellement en danger. Cette grande société médiatique a donné comme mandat à Radio-Canada de démoniser tout ce qui ne provient pas de ses idéaux.

 

Maintenant, voici le torchon du Figaro, choisissant un extrait du clip hors de son contexte. Le Figaro s’est clairement positionné contre le FN au lieu d’informer ses lecteurs français. Pour ma part, je tiens à vous mettre en garde:

 

http://tvmag.lefigaro.fr/le-scan-tele/actu-tele/2016/03/25/28001-20160325ARTFIG00173-marine-le-pen-se-fait-severement-reprendre-par-une-journaliste-quebecoise.php?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&link_time=1458932979#xtor=AL-155

 

Maintenant, voici l’entrevue complète, à partir de mon site (avec mon texte qui précède, mais vous pouvez aller en bas de l’article directement pour visionner la vidéo complète de l’entrevue):

https://lafoisansreligion.com/2016/03/24/lettre-ouverte-a-marine-le-pen-du-front-national-de-france/

 

Conclusion

Le vrai danger, ce n’est ni Le Pen ni Dusseault. Ce n’est ni la droite ni la gauche. Le vrai danger consiste à cette entorse envers la démocratie, car la confiance envers nos médias en est maintenant fortement altérée. Le constat est que, plus que jamais, nous devons nous méfier de ce qui est véhiculé dans nos médias, que l’on soit de gauche ou de droite. Ma confiance envers ces médias de masses est maintenant brisée.

 

Patrick Galarneau

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s