L’AEBEQ refuse de s’excuser et n’assume aucune responsabilité

Selon ce que j’ai appris de source plus que sûre, l’AEBEQ, par son président entrant en fonction ce mois de juin, devait tenir une rencontre à Victoriaville pour offrir ses excuses publiques auprès des victimes de Claude Guillot, ancien pasteur de l’AEBEQ.

 

Or, après discussion avec l’une des victimes, il aurait été convenu à l’intérieur même des bureaux de l’AEBEQ que l’on ferait deux sorties publiques séparément: une de l’AEBEQ et l’autre de Victoriaville et ce, avant le 1er juin 2016, et étrangement, avant le procès de Guillot, qui devait se tenir le 1er juin.

 

Le procès est reporté en août, et comme il n’y a pas de hasard dans la vie, les excuses publiques sont maintenant retirées. Bien entendu, nous comprenons et ce, depuis le tout début, que les risques de poursuites envers l’AEBEQ sont bien présentes. J’étais moi-même étonné qu’ils aient accepté de le faire. Nous comprenons aussi que l’AEBEQ préfère prendre soin de son image que d’assumer ses responsabilités, tant sur le plan de la compassion que sur le plan spirituel. L’AEBEQ se cache donc, comme des pleutres, derrière la logique implacable du système de justice.

 

Mais c’est assurément une stratégie qui va les rattraper tôt ou tard, car c’est dans l’ordre des choses spirituelles établies par Dieu.

 

Patrick Galarneau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s