Gothique: ses origines modernes.

De plus en plus, le sujet refait surface dans mes commentaires sur certaines publications sur facebook et ce n’est pourtant pas désiré de ma part. Avec le ministère de Morgan Priest, je me sens un peu obligé de révéler un long pan de mon passé, ce qui n’est pas une mince affaire. Toute ma vie, je l’ai passé dans la mouvance gothique, un peu malgré moi. Malgré moi car je ne me suis pourtant jamais identifié à cette mouvance. C’est par la force des choses que j’y ai été associé.

 

Déjà, à l’âge de 7 ans, j’étais séduit par la musique dite, new wave, mais ce ne fut qu’un terme pour exprimer que nous étions dans une nouvelle ère musicale, sociétale, culturelle et ce fut un pied de nez aux générations précédentes qui ont connu la deuxième guerre mondiale et ensuite, celle du Viet-Nam et le mouvement de masse contestataire, les Hippies. Au lieu d’avoir les cheveux longs vers le bas des épaules, des vêtements amples, ainsi qu’un message de prétendue paix mondiale, ce fut les cheveux hérissés, les vêtements serrés, puis un message de violence. La mouvance Punk représentait cette nouvelle ère, qui allait offrir un généreux pied au derrière aux Hippies avec leur slogan de « piece and love », qui n’a pas offert ce monde nouveau auquel tous s’attendaient. Ce fut encore un beau rêve, un beau discours, mais le monde n’a pas changé. Il a empiré. En effet, la crise économique mondiale des années ’70 a mis fin à ce beau rêve.

 

Pour revenir à cette musique qui m’a séduit, j’avais 7 ans, et je ressassais dans mon esprit la fameuse pièce « CARS » de Gary Numan, sorti en 1979. C’était différent. C’était noir. C’était une nouvelle ère. C’était aussi une musique underground, que j’ai affectionné depuis cette époque jusqu’à aujourd’hui. Blond platine, les yeux maquillés de noir, vêtus de noir, Gary Numan fut la transition entre le mouvement Punk et le Gothique, dans une période charnière de l’histoire de la civilisation Occidentale, mais aussi sur le plan mondial.

 

Contexte historique: les années ’70, période charnière de l’histoire de notre civilisation.

Durant la période des années ’70, plusieurs grands changements géo-politico-socio-culturels ont bouleversé le monde et ont eu une influence directe sur le monde d’aujourd’hui, en 2016. Si les années ’70 représentent les communes hippies, les découvertes sexuelles, les partouzes, la liberté homosexuelle, les drogues et une révolte à son paroxysme contre toutes les générations précédentes, dans les pays anciennement sous colonies françaises et anglaises, ce fut le début d’une extrême radicalisation islamique. Pendant qu’en Occident, nous nous révoltions contre tout le système politique, en Orient, ce fut tout le contraire qui se produisit. Les hippies du monde Occidental se révoltèrent contre l’occupation de l’Afrique du Nord. Voyez maintenant les résultats.

 

En effet, l’Irak fut en proie à un important coup d’état armé, par nul autre que Saddam Hussein, un sunnite extrémiste qui chassa les chiites du pouvoir irakien en 1979. Son voisin immédiat, l’Iran, devint, la même année, une république islamique extrémiste chiite. La guerre éclata entre les deux nations pendant 8 ans, de 1980 à 1988. L’Irak est le berceau de l’État Islamique actuel, fidèle au régime de Saddam Hussein, 13 après sa mort. La communauté internationale n’a jamais reconnu le gouvernement de Saddam Hussein, puis a même refusé son aide aux américains. Ce coup d’état, nous en subissons actuellement les lourdes conséquences. L’Afghanistan, qui était occidentalisé, fut radicalisé par les talibans au courant des années ’70, aidé par les américains, afin de repousser l’envahisseur russe, ennemi juré des américains. Le Pakistan n’y a pas échappé. Les pays d’Afrique du Nord se sont radicalisés dans un islamisme montant. C’est aussi durant cette période que le SIDA est apparu et fit des ravages, particulièrement dans la communauté gay, puis dans tout ce que Dieu reprochait aux peuples égyptiens et cananéens, en Lévitique 18. Le SIDA détruisit des millions de vies à travers le monde, alors que le monde occidental fit l’apologie de la liberté sexuelle, brisant ainsi les idéaux des générations précédentes, qui étaient conservatrices. Mais cette belle utopie que représentait la liberté individuelle fut funeste et l’est encore de nos jours.

 

Parlant de communauté gay, ce fut en Israël, et plus particulièrement à Tel-Aviv, que l’on retrouvait les premières communautés ouvertement gays et lesbiennes, avec leur village et la musique underground qui l’accompagnait et ce, durant la période des années ’70. Des villes comme Montréal et San Francisco devinent à leur tour des incontournables pour la communauté gay du monde entier. Des groupes de musiques New Wave, gothiques softs, firent leur entrée dans le monde de la musique underground dans les années ’70. On peut penser à The Cure, Siouxie and the Banchees, Baühaüs ou encore, de ce groupe caverneux et très sombre, Joy Division, groupe devenu phare du mouvement gothique et qui a inspiré la culture gothique et des centaines de groupes de musiques. Le suicide de son chanteur mythique le 18 mai 1980, Ian Curtis, et qui fut l’objet d’un film au cinéma en 2011 (Control), inspira grandement ce mouvement obscur, par son manque de joie, sa dépression chronique et son désespoir face à la vie. Alors que Sex Pistol, groupe mythique du mouvement Punk faisait rage sur la scène musicale, mondaine et des médias du monde, un mouvement plus subtil, insidieux et plus dangereux fit son apparition: le mouvement Gothique.

 

Suite au prochain article.

 

 

Patrick Galarneau

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s