AEBEQ: exclusion de l’Église?

Avant-propos

Je n’éprouve aucun sentiment négatif envers l’AEBEQ. Je n’ai aucun intérêt, positif ou négatif les concernant. J’émet un constat général et froid, en toute sérénité. Je suis simplement heureux de ne plus être associé à cette organisation religieuse depuis maintenant huit ans. Je suis aussi heureux que notre Seigneur m’en ait sorti lui-même, car la foi qu’il m’a donné n’est pas compatible avec la religiosité crasse qui émane de cette organisation qui n’a de chrétien que le nom, mais qui renie la puissance de Dieu.

 

Introduction et motifs

À titre personnel, je ne retire aucun avantage ni intérêt personnel dans cette scabreuse affaire. Je rapporte simplement les faits en toute connaissance de cause, recueillant les différents témoignages et informations: de pasteurs de l’AEBEQ; de victimes; de témoins; de journalistes affectés à cette affaire, ainsi que de membres d’assemblées locales répartis à travers la province du Québec. Je suis très préoccupé par cette affaire car je connais personnellement les différents acteurs qui sont cloués au pilori. Ce fut avec stupéfaction que j’ai appris les différents éléments entourant cette triste affaire. L’objectif est d’appuyer les victimes dans leurs différentes démarches concernant la responsabilité de l’AEBEQ.

 

Mise en contexte

Il y a bientôt un an déjà que l’affaire Claude Guillot a éclaté dans les différents médias au Québec (30 septembre 2015). Claude Guillot est accusé d’avoir séquestré, battu, torturé et provoqué des traumatismes graves sur des enfants en bas âge qui lui étaient confiés. Ce dernier agissait comme directeur de l’école « La bonne semence », rattachée à l’église baptiste évangélique de Victoriaville dans les années ’80, sous la forte recommandation de Gabriel Cotnoir, ancien pasteur de cette assemblée et qui a placé Claude Guillot comme pasteur et directeur de cette école. Ces jeunes, qui ont aujourd’hui dans la trentaine et la quarantaine, ont fini par dévoiler tout ce qui s’y passait dans ce qu’on pourrait qualifier « d’école de torture ». Et comme toute bonne entreprise, même religieuse, personne de l’AEBEQ n’aurait eu connaissance de ce qui s’y passait. Toutefois, certaines victimes ne sont pas du tout d’accord avec cette prétendue ignorance des faits.

 

Désaveu des victimes envers l’AEBEQ 

Aujourd’hui, les victimes demandent réparation auprès de l’AEBEQ (Association d’église baptistes évangélique du Québec), comme le stipule le communiqué de presse rédigé au début du mois de juin ci-bas:

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – Des victimes du pasteur Guillot outrées du mépris de l’AEBEQ

Pour diffusion immédiate

Montréal, le 6 juin 2016 – Depuis septembre 2015, l’Association des Églises Baptistes Évangéliques du Québec (AÉBEQ) a réagi à la médiatisation de l’arrestation et à la mise en accusation du pasteur de l’Église Baptiste Évangélique de Québec-Est, Claude Guillot. Jusqu’à présent, la position émise par l’AÉBEQ se résume en une dissociation complète du pasteur Claude Guillot et par le rejet de toute forme d’implication ou de responsabilité dans cette situation.

Se sentant méprisé et outré par les communications publiques de l’AÉBEQ et de l’Église Baptiste Évangélique de Victoriaville, le 12 avril dernier, un groupe de victimes de l’école La Bonne Semence a fait parvenir à l’AÉBEQ et au pasteur de l’Église Baptiste Évangélique de Victoriaville une demande de reconnaissance et d’excuses publiques pour les sévices subis de 1982-1986 dans les locaux de l’église à Victoriaville. Pour faire suite à cette requête, une rencontre a eu lieu le 14 avril entre les dirigeants de l’AÉBEQ, de l’Église Baptiste Évangélique de Victoriaville et d’un représentant du groupe des victimes. À cette occasion, il avait été convenu que des excuses publiques seraient formulées à l’égard des victimes.

Toutefois, le 1er juin, l’AÉBEQ tenait encore dans les médias un discours méprisant dans lequel il se dissociait de ses responsabilités. Aujourd’hui, ce groupe d’anciens étudiants dénonce une fois de plus l’AÉBEQ et son église à Victoriaville en les exhortant à cesser toute forme de mépris à leur égard et de procéder rapidement, pour le bien de tous, à une reconnaissance et à des excuses publiques tel que stipulé dans leur requête initiale du mois d’avril.

Contact: victimesbonnesemence@gmail.com

Tergiversations

Au sein même de la direction de l’AEBEQ, on hésite à répondre aux demandes des victimes. Ces demandes sont très explicites, mais par soucie du processus en cours, je ne divulguerai pas le texte comprenant les demandes légitimes des victimes qui m’a été soumis il y a quelques mois déjà. Mais ce que j’ai appris, c’est que la direction de l’AEBEQ se divise sur les griefs des victimes. Certains d’entre eux refusent catégoriquement de coopérer, alors que d’autres émettent le désir d’aller publiquement à leur rencontre. Ainsi, on prévoyait du côté de l’AEBEQ d’aller de l’avant à l’avantage des victimes, mais il y aurait eu rétractation pour des raisons qu’il ne m’est pas permis d’exprimer dans ce texte pour le moment. Ce qui semble certain en tous les cas, c’est que certains dirigeants très haut placés, auraient demandé aux dirigeants de l’AEBEQ d’aller à la rencontre des victimes afin d’offrir une demande de pardon publique, où les médias auraient été invité dans un endroit encore à déterminer (je ne peux divulguer l’endroit pour l’instant). Il y a présentement des obstacles pour un règlement à l’amiable à l’heure actuelle mais encore une fois, je ne divulguerai pas de quoi il s’agit pour le moment.

Une association dans l’Église, ou une religion instrumentalisant Jésus-Christ?

Étant très au courant de ce dossier dont je fais le suivi périodique; après avoir pris connaissance des différents témoignages et de documents, il devient de plus en plus évident que ce dossier, bien que complexe, permet certaines conclusions immédiates, mais à considérer au conditionnel, car je n’ai pu obtenir le témoignage de l’autre parti impliqué. Mais connaissant très bien ce système religieux pour en avoir moi-même fais parti, et pour avoir travailler au milieu de ces dirigeants impliqués, je sais très bien que les cachotteries sont choses très communes dans ce milieux. Je connais parfaitement leurs raisonnements et leurs fonctionnement. De plus, les faits obtenus sont plutôt accablant contre l’AEBEQ.

D’abord, nous avons affaire à une grosse machine du type entreprise, dont l’image est présentement terni. Cette image est la fondation sur laquelle repose toute l’organisation de l’AEBEQ, une organisation qui espère voir son entreprise ecclésiastique prendre de l’expansion d’ici 2020, avec un projet supposément visionnaire, mais qui n’a rien d’innovant ni de très original. C’est encore une histoire de sollicitation de dons et d’implantations d’églises locales, y placer ses meilleurs lèches-bottes comme roitelets de leurs lieux de cultes religieux et ce seront encore des églises mortes et sans vie. Encore une fois, l’AEBEQ va nous casser les pieds avec leur piètre foi en Christ, une foi qu’ils n’ont pas du tout, préférant l’image de la piété et leur attachement à l’histoire des réformateurs.

D’ailleurs, en visitant leurs nombreuses églises mortifères remplis de pauvres âmes qui n’ont pas d’autre alternative que d’assister à ces cultes dignes de salon funéraires, j’ai pu constater la très grande pauvreté théologique de ses pasteurs, certains frisant même le blasphème. En effet, dernièrement, j’ai entendu un pasteur (enregistrement que j’ai dans mes dossiers), dire que Jésus aurait pu pécher, qu’il a été tenté de pécher, mais qu’il a trouvé la force de résister et a pu être déclaré parfait une fois son ministère achevé. Pendant ce temps, les 300 personnes massées dans cette assemblée demeure passive, n’élevant pas la voix devant telle hérésie crasse. Puis, un des dirigeant de l’AEBEQ, qui n’a guère apprécié ma critique sur sa prédication, affirme que Dieu et Jésus sont complètement distincts, et que Jésus avait le choix d’obéir ou de désobéir à Dieu, mais qu’il a fait le bon choix d’obéir au final. C’est encore une démonstration que ces gens n’ont rien compris au salut en Jésus-Christ.

C’est le genre d’inepties que ces faux croyants prononcent dans leurs églises. Pas étonnant que leurs assemblées soient aussi mortifères. Ces gens n’ont clairement ni foi ni passion en Christ. Ce n’est rien d’autre qu’une religion copié sur le modèle de l’église catholique, une autre religion sans âme et sans vie, et qui fait sa petite business sur le dos de ceux et celles qu’ils manipulent par leurs campagnes de peur dont ont ne peut quitter, faute de quoi on leur promet l’enfer, par une torsion du passage d’Hé.10.25. Quelle tristesse pour toutes ces personnes n’ayant pas la possibilité d’en sortir, soit par manipulation religieuse, abus spirituel ou encore, parce que certaines personnes se retrouveraient complètement isolées si elles quitteraient ce système gangrené par l’hérésie, la manipulation, l’abus, l’hypocrisie et le désir de pouvoir de ces fausses élites pastorales.

Est-ce qu’il y a du bon dans l’AEBEQ?

Certains iront de leurs meilleurs phrases creuses, dans le type de:

  • Il ne faut pas généraliser
  • Il n’y a pas d’église parfaite
  • Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain

Ces phrases ne sont rien d’autres que des arguments d’autorité pour ne pas avoir à approfondir une quelconque réflexion sur cette organisation religieuse. C’est une manière de refuser de constater les faits. Ainsi, on y va de phrases creuses pour éviter de voir et de reconnaître la vérité. Pour ma part, je ne m’en formalise pas et je suis très à l’aise avec la critique.

Évidemment, il y a de bonnes personnes au sein de l’AEBEQ. Il y a des pasteurs d’ailleurs qui en ont marre des « modus operandis » hypocrite de leur organisation. Plusieurs parmi eux en ont assez des cachotteries et des décisions à huit clos. Oui, il y a des hommes et des femmes bien intentionnés et qui sont réellement nés de nouveau. Toutefois, ils doivent lutter contre les loups ravisseurs parmi les leurs, au sein de la direction et des églises locales. Ce n’est pas sans raison pourquoi ils sont remplis de querelles de toutes sortes, de luttes de pouvoir, de jalousie et de poignardages dans le dos, de flatteries hypocrites, de favoritisme et donc, d’injustices, ect… Parmi les dirigeants, certains sont bien disposés, mais d’autres ne le sont pas du tout. Ce sont des hypocrites à l’égo sur-dimensionnés et qui ont toujours voulu le pouvoir, faute de l’avoir dans le monde séculier.

Mise à l’écart de l’AEBEQ

En ce qui me concerne, qu’importe l’issus de l’affaire Guillot, je propose que l’Église, au sens élargit, s’éloigne de l’AEBEQ et ne collabore sous aucun prétexte avec cette organisation malsaine spirituellement. Pour la santé spirituelle de ses membres, je les invite à en sortir et ne faire aucun compromis avec la vérité. On ne peut accepter le mensonge ou les demies-vérités. On ne peut accepter l’abus spirituel ou la manipulation religieuse. On ne peut accepter l’abus d’autorité de ces voyous spirituels qui s’accaparent un appel qu’ils n’ont jamais reçu. Ont ne peut accepter leur refus de demander pardon ou leur refus de réparer. On ne peut accepter leur mépris, non seulement à l’endroit des victimes de Claude Guillot, mais de toutes les victimes qu’ils ont fait au sein de leur organisation spirituellement criminelle à la face de Dieu. Ces gens se sont rendus coupables devant Dieu d’avoir omis à leurs obligations envers tous ceux et celles qu’ils ont lésé depuis des décennies et ce, tout à fait impunément. Ils n’ont aucune intégrité envers Christ et les membres de l’Église. Ils sont prêts à détruire la vie spirituelle des uns et des autres si c’est pour protéger leurs intérêts, leur pouvoir et leur réputation.

Comme ils refusent de reconnaître leur responsabilité, ils en viennent à mentir et à dissimuler leurs fautes. Comme Caïn, avec une telle arrogance en réponse à Dieu, se lava les mains en affirmant ne pas être le gardien de son frère; comme Adam rejeta la faute sur Ève, Ève rejeta la faute sur le serpent ancien, le serpent ancien accuse l’humanité, et bien, ne nous étonnons donc pas que des dirigeants de l’AEBEQ rejettent toute responsabilité, le faisant porter uniquement sur Claude Guillot, dont il est facile de le faire, puisque de toute façon, il est accusé au criminel. Ainsi, on ajoute au poid des accusations sur Guillot et je demeure persuadé que personne parmi ces dirigeants n’ont daigné visiter Guillot pour lui apporter une quelconque aide spirituelle, mais pire, ils ne le font pas du tout envers les victimes de Guillot. Tout cela montre l’état de coeur de ces dirigeants.

Il faut donc en conclure que ces gens, avec tous ces éléments, ne peuvent pas être considérés comme des frères dans le Seigneur. Après plusieurs démarches de la part des victimes, après avoir refusé les griefs des victimes et de les mépriser davantage, tournant une fois de plus le fer dans la plaie, et ainsi résister au Seigneur, il faut donc en déduire que ces gens ne connaissent tout simplement pas le Seigneur, qu’importe les nombreuses paroles du Patois de Canaan qui sortent de leur égout à ciel ouvert qui leur sert de bouche.

Conclusion

L’Église doit donc considérer l’AEBEQ comme ne faisant pas parti de l’Église, mais simplement comme une organisation religieuse en marge de l’Église qui s’obstine dans ses propres tromperies, comme l’a si bien exprimé notre Seigneur Jésus-Christ en Mathieu 18. Personnellement, je ne partirai pas en campagne contre l’AEBEQ. Je n’en éprouve aucun intérêt et je n’ai plus aucun intérêt à parler de cette organisation religieuse, sauf s’il y a rebondissement important et une volte-face de la part de ses dirigeants concernant leur position face aux victimes. Tant et aussi longtemps qu’ils s’obstineront dans leur orgueil, refusant de reconnaître leur faute, il n’y a plus lieu de les mentionner et d’en parler. Pour ma part, l’AEBEQ est un sujet clos et mes visites au sein de leurs assemblées sont terminées. Je me concentrerai uniquement sur le support aux victimes, le cas échéant, et j’ai confiance au Seigneur qu’il fera justice en son temps et non le nôtre.

Patrick Galarneau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s