L’ouverture d’esprit des gens de la cité de Sodome (1ère partie)

Préambule

L’année 2016 constitue un argument de poids pour ceux et celles qui n’ont rien à dire ou qui manquent d’argument. Ils évoquent l’année en cours pour faire valoir leur très grande évolution des mœurs. Argument ridicule et sans fondement, je le sais. Or, on nous le sert à chaque fois qu’on demande à ces grands « intellectuels » de nous l’expliquer. Évidemment, ils préfèrent proférer des insultes au lieu d’expliquer le poids de leur argumentation vide de sens. On comprends alors très bien qu’ils ne peuvent justifier le bien-fondé de leurs inepties. Ainsi, il nous faut accepter leur pensée unique, faute de quoi, nous serions des rétrogrades à exécuter dans des camps nazis, si seulement ils avaient le luxe de ressusciter Hitler et les camps de concentrations de manière spontanée et spécifique.

 

Introduction au sujet

Amusons-nous donc alors à observer, de manière un peu ludique et contextuelle, l’évolution des mœurs de la cité de Sodome, qui s’est rendue coupable devant Dieu des crimes les plus abjectes qui l’a conduit directement dans la géhenne par son éradication systématique, laissant la place, maintenant vacante, pour un peuple dont on méprise depuis des siècles, voir même, depuis leur existence: Israël. Oui, il s’agit de la merveilleuse cité de Sodome, dont la rhétorique textuelle de cet article se veut un tantinet sarcastique. Mais il y a lieu de s’amuser un peu au dépend de ces grands penseurs de la gauche dont le cerveau a un peu trop passer de temps à la chaleur du soleil, pendant que le reste de l’humanité se lève tous les matins pour gagner leur pitance en se rendant à la potence du dur labeur qui les attend journalièrement, sans omettre la frustration que procurent ces bouchons de circulations que doivent affronter ces travailleurs honnêtes matins et soirs. Ces travailleurs n’ont donc pas le loisir d’être oisifs ni de laisser leur esprit se polluer d’élucubrations dues à des réflexions dont le sens se perd, à mesure que leur navire chavire depuis le large de la côte de leurs points de repères moraux, pour combler le vide de sens de leur existence, comme le font ces pouilleux sans emploi sérieux de l’extrême gauche.

 

Mise en contexte

Le très stigmatisant terme « sodomite » vient de l’histoire troublante de la cité de Sodome. Puis, on a affublé de la très sympathique étiquette « sodomite », les homosexuels qui pratiquent une sexualité contre-nature et, prétendument, le comportement le plus méprisable aux yeux de Dieu, selon nos très sympathiques chrétiens extrémistes qui aiment à brandir des pancartes, où leurs écriteaux très affectueux de « God hate fags », sont bien en évidence lors de leurs manifestations anti-gays. Bien entendu, je suis totalement contre cette stigmatisation haineuse envers les gays. Comprenez-moi bien: Je ne propose pas une normalisation de l’homosexualité, comme le font nos autoproclamés bien-pensants de l’extrême gauche, mais je ne peux en aucun cas cautionner cette stigmatisation abjecte de ces extrémistes religieux qui n’ont accepté qu’un petit verset du Lévitique pour justifier le terme « sodomite » dans l’unique but de cibler les homosexuels, dont l’objet de leur haine n’est rien d’autre qu’un prétexte par procuration, comme si Dieu haïssait véritablement les gays, alors que le salut en Christ est offert à tous pécheurs, quels qu’ils soient.

 

 

Suite au prochain article.

 

 

 

Patrick Galarneau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s