Affaire Claude Guillot: l’AEBEQ, prêt à reconnaître sa négligeance?

Demain mardi, le 19 juillet 2016 à 14H00 à Victoriaville, il y aura conférence de presse de la part de l’AEBEQ, afin de s’adresse aux victimes de Claude Guillot, via les médias traditionnels. Verrons-nous enfin l’aboutissement de cette affaire? Une chose est certaine, peu importe ce qui se dira demain, l’affaire Guillot ne sera pas terminée. Le gentil monsieur Baptiste évangélique doit revenir en cour au mois d’août prochain. Il semble que l’enquête ne soit pas terminé, selon ce que j’ai appris.

 

L’auteur de ces lignes ne pourra malheureusement être présent, malgré son grand désir d’accompagner les victimes et l’insistance de certaines d’entre elles. Mais j’aurai à tout le moins des yeux qui seront présents à ce moment historique. Oui, c’est historique car c’est la première fois au Québec qu’une organisation religieuse autre que catholique fera amende honorable. Du moins, c’est ce qui devrait se passer. Est-ce que l’AEBEQ cherchera à se défiler et rejeter la responsabilité qui lui incombe? Nous verrons bien. Pour le moment, voici ce que j’ai obtenu la semaine dernière et que j’ai attendu avant de publier:

 

VOICI LE CONTENU DE LA RECONNAISSANCE DE L’AEBEQ COMMUNIQUÉ

Date : Le 19 juillet 2016

Lieu : Indéterminé

 

Aux victimes présumées par Claude Guillot Bonjour à tous, merci de vous être déplacés ! Permettez-moi de vous présenter les personnes présentes : • Normand Charest, Président du Conseil d’administration de l’Association d’Églises Baptistes Évangéliques au Québec • Gabriel Cotnoir, actuellement retraité, fut le pasteur principal de l’Église Baptiste Évangélique de Victoriaville de 1980 à 1986. • Et moi-même, Louis Bourque, directeur général de l’Association d’Églises Baptistes Évangéliques au Québec, nouvellement en fonction depuis le 1er mars 2016. Introduction L’Association d’Églises Baptistes Évangélique au Québec existe depuis plus de 40 ans. Elle compte 85 Églises membres et associées qui représentent plus de 10,000 membres. Chaque Église est autonome et indépendante et elle s’unit à l’AEBEQ librement afin de mieux propager le message de Jésus aux Québécois. Nous comprenons que la médiatisation à l’automne 2015 de l’arrestation et de l’accusation pour sévices sur cinq (5) victimes présumées de Claude Guillot, qui fut effectivement par le passé un pasteur affilié de notre regroupement d’Églises, furent un choc pour plusieurs. Premièrement, aujourd’hui, nos pensées et nos prières se tournent vers les personnes qui ont souffert et leurs familles proches dans cette affaire. Nous voulons leur exprimer avec sincérité la tristesse que nous ressentons et notre souhait est qu’ils puissent tous cheminer vers la restauration. C’est dans cette perspective que nous faisons cette reconnaissance publique. Depuis les débuts de cette affaire, les pasteurs et les autorités de nos Églises ont donné une pleine collaboration aux autorités du Département de la Protection de la Jeunesse et des Services Policiers dans le processus judiciaire actuel. Malgré cela, nous, en tant qu’Association au centre de cette histoire qui nous semble des plus troublantes, nous avons pris la responsabilité au début de l’année de mettre sur pied un processus d’enquête interne. Nous voulons vous assurer que nous prenons cette situation très au sérieux afin de déterminer avec précision quels sont nos manquements et quelle est notre part de responsabilité. Notre désir est de nous assurer que premièrement la lumière complète soit faite et qu’en bout de parcours, nous mettrons tout en œuvre afin de s’assurer que de tels événements ne se reproduisent pas. C’est pour cela que pendant tout le processus judiciaire nous demeurerons à l’écoute, en collaborateurs et désireux de faire nos devoirs. Nous remercions la personne surnommée « Adrien » par les médias pour sa précieuse collaboration qui nous a aidés dans les derniers mois à mieux comprendre la situation. Comme Association, nous voulons aussi lui demander pardon de ne pas avoir saisi clairement le message qu’il tentait de communiquer depuis plusieurs années. Nous regrettons sincèrement que toutes les démarches que nous avons accomplies suite aux requêtes de l’Église Baptiste Évangélique de Chauveau à Québec n’aient pas été suffisantes pour faire la lumière sur cette affaire. Nous reconnaissons et déplorons que des enfants aient souffert des sévices corporels et psychologiques qui ont eu des conséquences à long terme par un mauvais usage de la discipline. Nous reconnaissons que cela a eu pour résultat de placer plusieurs enfants en situation de vulnérabilité. Nous reconnaissons que cela a eu des conséquences lourdes pour plusieurs de ces enfants dans leurs relations avec leurs parents. Nous voulons exprimer à tous ceux qui ont souffert et à leurs familles nos sincères regrets et notre profonde tristesse. Nous reconnaissons que l’Association d’Églises Baptistes Évangéliques au Québec a eu des manquements de communication publique depuis la médiatisation de cette affaire jusqu’à ce jour, et nous en sommes désolés. Nous comprenons que cela peut avoir donné l’impression que nous voulions cacher des choses, surtout aux victimes présumées, que nous n’avions pas de compassion à leur égard et nous comprenons que cela a ajouté à leurs souffrances. Nous vous demandons pardon ! Conclusion En tant que chrétiens, nous croyons aux enseignements de Jésus et en notre devoir face à la reconnaissance de la vérité. C’est pour cela qu’aujourd’hui nous faisons cette déclaration, car, par amour pour ces gens et pour honorer Dieu, il est de notre devoir de reconnaître la vérité et d’avouer nos fautes s’il y a lieu. De plus, nous croyons de tout notre cœur que s’il y a un endroit où les enfants doivent être en sécurité, c’est dans une Église. Jésus a dit : « Mais, si quelqu’un scandalisait un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu’on suspendît à son cou une meule de moulin, et qu’on le jetât au fond de la mer. » Nous sommes déçus que les actions de certains humains aient pu donner une mauvaise image et perception du christianisme et de la bonne nouvelle de Jésu

 

AVIS OFFICIEL ENVOYÉ AUX MÉDIAS

L’Association d’Églises Baptistes-Évangéliques au Québec exprimera ses regrets à des présumées victimes de l’école La Bonne semence VICTORIAVILLE – Le mardi 19 juillet 2016 / L’Association d’Églises Baptistes Évangéliques au Québec (AEBEQ) exprimera ses regrets et sa tristesse à l’égard des personnes qui aurait été victimes d’abus dans une cause survenue dans les années 80. Louis Bourque, le nouveau directeur-général de l’AEBEQ et le pasteur Gabriel Cotnoir s’exprimeront publiquement pour exprimer leur compassion et leur regret. Les médias sont invités le 19 juillet, à 14h, à assister à cette allocution dans les locaux de l’Église Baptiste Évangélique de Victoriaville, située au 101, rue St-Paul à Victoriaville. Renseignements : Normand Charest, président du Conseil d’administration de l’Association d’Églises Baptistes Évangéliques au Québec; 450.558-3020

 

 

Patrick Galarneau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s