Le vedettariat évangélique.

Lorsque j’étais jeune, dans les années ’80, j’entendais souvent les noms de Jimmy Swaggart, Benny Hinn, Billy Graham et autres grands noms évangéliques d’une époque maintenant révolue. Ces personnalités, dont certaines ont eu une influence directe sur des présidents américains, étaient plus grandes que nature. Elles étaient les figures de proues du mouvement évangélique américain et même, mondial. Pendant ce temps, au Québec, la mouvance évangélique était en plein effervescence et battait son plein. Les églises évangéliques se multipliaient, alors que celles des catholiques se vidaient. Nous n’entendions pas parler de l’Islam, mais beaucoup de groupes se disant chrétiens, comme les mormons ou les témoins de Jehovah, qui eux aussi, se multipliaient au rythme effréné de la mouvance évangélique. Les campagnes d’évangélisations étaient à la mode et le mouvement hippie des années 60′, ’70 et début ’80 s’y est mis lui aussi. D’ailleurs, le mouvement hippie s’inspirait entre autre de Jésus et du mouvement évangélique pour véhiculer ses idées d’extrême gauche.

 

À contrario, beaucoup d’adeptes d’églises locales sont d’anciens hippies ayant rencontré Christ sur le propre chemin de Damas. Ils sont aujourd’hui des grands-parents, tant au sens propre qu’au sens spirituel. Ils sont de la deuxième génération de chrétiens évangéliques au Québec. La première génération a dépassé les 80 ans ou sont décédés. Dans les années ’90, on a eu un certain Rick Warren, qui a débuté une église dans le quartier Orange, en Californie, à l’ombre d’un autre grand évangélique, du nom de Jonh MacArthur, une autre grande paire de soulier évangélique des années ’90. Rick Warren a fait la prière d’investiture de Barack Obama, pour son investiture, en 2008. Il fut l’un de mes mentors, jusqu’en 2003, alors que je rédigeais ma thèse doctorante sur la vision d’église… alors que je n’étais qu’au Bacc! J’ai envoyé ma thèse aux élites de mon association, qui voyait en moi un candidat idéal pour la promotion de leur entreprise religieuse. Or, dans son livre « une passion, une vision », de Rick Warren, j’ai accroché sur un tableau descriptif du culte. Ce dernier affirmait que le culte devait être dirigé vers les gens de la salle de culte. Ce seul élément m’a interpellé et mis en doute toute ma conception du culte et de la mouvance évangélique.

 

En effet, le culte n’est pas dirigé vers les « spectateurs », mais bien vers Dieu. C’est à Dieu que l’on offre un culte. Le culte n’a pas pour vocation de plaire à la foule, pour la divertir, pour la rendre spectatrice, mais bien pour Dieu, et amener les chrétiens dans l’adoration à Dieu. C’est ainsi que j’ai remis en question toute ma théologie, mes conceptions chrétiennes et mon affiliation envers ces associations d’églises. Ce ne fut pas le seul élément, mais l’élément de départ d’une longue réflexion. J’ai compris que mon affiliation avec Rick Warren tenait davantage de ce que j’appelle aujourd’hui le « Evangelical Star System ». Ou si vous préférez: le vedettariat évangélique. J’ai compris que je suivais les grandes pointures du monde évangélique, sans même me questionner sur la validité de leur foi, de leur position évangélique ou de leurs doctrines. Là s’est engagé une série de réflexion sur ce que j’avais adhéré aveuglément. Pourtant, je n’ai jamais été un suiveur. J’ai toujours été en marge de ce que croit la majorité. Le problème, c’est qu’en venant à Christ, j’ai cherché à me conformer, afin de me valoriser et de trouve enfin ma valeur aux yeux de personnes importantes.

 

Vedette évangélique, 3.0

Mais passons aux choses sérieuses, car ce n’est pas de moi dont il s’agit dans cet article, mais bien de ce vedettariat qui a prit une forme bien différente de nos jours, avec les réseaux sociaux. Effectivement, n’importe qui peut devenir une vedette grâce au net et ce, sans même avoir un seul ami véritable dans sa triste vie. Il y en a des bons, mais il y a une panoplie de mauvais éducateurs chrétiens via les réseaux sociaux. Et qui dit réseaux sociaux, on pense tout de suite à Facebook, Youtube ou Twitter. Il y en a bien d’autres, mais ce sont les trois principaux qui véhiculent de bonnes et de moins bonnes choses sur le net.

 

Les vedettes

Dernièrement, j’ai fais une vidéo sur Morgan Priest, un missionnaire évangélique chrétien affilié à aucune église. Cette vidéo a généré un nombre impressionnant de commentaires, de visionnements et de « j’aime » ou « j’aime pas », à tel point que même les plus connus du milieu évangélique n’ont pas eu cette reconnaissance ni cette popularité. Pourtant, loin de moi cet objectif de reconnaissance personnelle, car si je pouvais me déguiser en homme invisible, je le ferais. Dans cette vidéo, j’ai offert mon appui à Morgan, au-delà des critiques à mon endroit. Je me moque complètement de ce que les gens pensent ou qu’ils me méprisent pour mes prises de positions. J’ai la tête la plus dure du monde évangélique (ma femme pourrait vous en parler longuement); je suis imperturbable et je fonce avec conviction dans ce que je crois. Je n’éprouve aucune honte si tout le monde pense le contraire de moi et que je sois le seul à soutenir une position. Je n’ai peur de personne et personne ne peut me faire changer d’avis, sauf si je constate mon erreur.

Morgan demeure quand même l’une des vedettes montantes de la mouvance évangélique. Or, l’église traditionnelle perd des plumes. Elle s’enlise et n’est plus qu’un repère de vieilles personnes. Comprenez bien que j’ai un respect entier envers les personnes du troisième âge, cependant, il faut aussi noter que des étoiles montantes font maintenant parti du paysage de la mouvance évangélique. Cela ne signifie pas que ces personnalités soient en accord avec la vérité. On n’a qu’à penser à Shora Kuetu, Kacou Philippe ou Claude Ignersiki, dont ce dernier a ameuté le monde évangélique avec ses prétendues révélations qui se sont avérées fausses. Kacou Philippe fait croire qu’il est le Christ incarné. Kuetu méprise tout ce qui est évangélique ou pastoral. Certains diront que nous sommes vraiment mal pris avec Morgan, un gothique notoire dont on craint les apparences et donc, on préfère demeurer seuls dans son coin que d’être à la merci des pensées de ce siècle (Ro,12,1-2). Et encore, Brian Welch, anciennement du groupe métal Korn, qui a donné sa vie à Christ. Non mais sérieusement… voyez un peu le portrait… Vous avez un hiomme dans la culture gothique et pour être certain de ne pas faire mieux, vous avez un homme de la culture goth-métal comme figures de proues. Nous sommes loin de Benny Hinn ou de Jimmy Swaggart.

 

Le problème, ce n’est ni Morgan ni Brian Welch, mais bien l’idolâtrie que l’on en fait.

 

 

Suite au prochain article

 

 

 

Patrick Galarneau

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Le vedettariat évangélique.

  1. Merci pour cet article qui résonne dans mon for intérieur…. Nous devons être à peu près de la même génération… Personnellement, j’aurais 50 ans à la fin d’année (pardon si je vous ai vieilli ;-))

    Je rejoins totalement l’analyse proposée : effectivement, nous ne sommes pas loin d’une forme d’idolâtrie ou d’une mise en avant dont les motifs sont certainement pas toujours purs et louables… Mais, nous ne sommes pas Dieu pour juger les mobiles du coeur…

    Vous évoquiez le star système évangélique, et vous avez sans doute raison, malheureusement. Il semblerait qu’aujourd’hui Jésus soit un bon produit d’appel à tous les sens du terme…

    Beaucoup d’investissements sont faits en termes marketing et visent bel et bien des richesses d’ici bas.

    Toutes les personnes que vous avez énumérées, au-delà de leur amour pour le Seigneur, sembleraient avoir un défaut à leur cuirasse… Tôt ou tard, la vraie nature se révélera. Comment expliquer, par exemple, que notre vie est cachée en Christ ?!

    Pensez-vous que l’apôtre Paul, s’il revenait aujourd’hui, et qu’il eut le temps de se mettre à la page, approuverait ou bien encouragerait de tels comportements dans l’évangélisation o dans le partage de la Parole ?

    Je ne jette aucunement la pierre, mais il me semble que lorsque Jésus nous transforme, l’entièreté de notre personne va changer au fur et à mesure que le travail spirituel s’opère au contact de notre Dieu, au travers de sa Parole immuable…

    Entendre quelqu’un dont le langage est ordurier, déplacé, ou encore moqueur, me paraît extrêmement choquant.

    Vous faisiez référence aux « stars » du passé… je me souviens, notamment, de la Grande conversion de Bob Dylan… annoncée à grand renfort de publicité (introduisant d’ailleurs le disque SAVED, si je ne me trompe pas). j’espère vraiment qu’il est demeuré fidèle à son premier engagement… certaines dernières lectures m’ont laisser penser le contraire….

    il en est de même de tant d’autres, bien malheureusement… car c’est la fin d’une chose (ou d’une vie) qui vaut mieux que son commencement…

    note positive, en terminant, je renouvelle mon intérêt pour le travail que vous avez initié.

    À vous lire, si vous avez le temps pour répondre.
    Salutations fraternelles.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s