Nous dénonçons, car nous refusons le port des lunettes roses!

Dans la dernière semaine, nous avons pu constater sur actu-chrétienne.net, l’article rédigé par Rémy Bayle au sujet du projet d’Éric Célérié, fondateur du Top Chrétien. Ce projet consiste, grosso modo, à une compromission avec la vérité et un appel à l’œcuménisme. Éric Célérié semble inattaquable depuis la fondation du TopC. Parlez-en à ceux qui ont travaillé avec lui et qui l’ont quitté, pour différentes dérives ou d’éléments plutôt obscurs au sein du TopC. À titre personnel, je me suis toujours dissocié du TopC pour ces raisons ci-bas:

  • l’immaturité de ses modérateurs
  • aucune place aux commentaires contradictoires
  • peu ou pas d’espace pour le droit d’expression
  • peu ou pas de remise en question de la part de ses dirigeants
  • un évangile à l’eau-de-rose
  • aucune réceptivité aux commentaires et aux critiques
  • propension à exiger un canevas précis de l’image à entretenir, tant pour ses dirigeants que pour ceux et celles qui s’y inscrivent
  • Patois de Canaan exacerbé par l’image évangélique à entretenir
  • Bourrage de crâne (on se permet d’offrir des enseignements, mais on refuse les critiques)
  • bannissements arbitraires
  • épiderme sensible de ses modérateurs
  • L’interdiction du débat, afin de donner l’apparence d’une fausse unité
  • ect…

L’idée n’est pas d’attaquer Éric Célérié, qu’importe la raison. Toutefois, lorsqu’on analyse la dynamique du TopC, sa censure et son refus d’entrer en interaction avec les critiques pertinentes, ainsi que ses bannissements arbitraires, on se doit de viser directement Éric Célérié. La dynamique des échanges découle toujours depuis les têtes dirigeantes. Ce sont eux qui donnent la direction, la vision et la couleur de leur organisation. Il faut donc en conclure que le fondateur du TopC n’a pas une très grande maturité, faisant preuve d’une très grande susceptibilité, puisque la critique, pertinente ou négative, n’est jamais reçue.

 

L’article de Rémy Bayle ne m’a pas inspiré pour autant et je m’explique:

Dans la journée d’hier, 19 août 2016, j’ai dressé ma liste personnelle de tous ces gourous qu’il faut fuir en courant. J’avais aussi mis en garde contre le TopC, mais ça ne date pas d’hier. Je respecte les personnes qui travaillent en collaboration avec Éric Célérié et le TopC, mais je ne peux pas cautionner ce site ni son fondateur, peu importe les bonnes intentions de ses collaborateurs, et pour cause!

Maintenant, voici une liste de ceux que je recommande de fuir en courant:

  • Claude Ignerski
  • Claude Houde
  • David Pothier
  • Gaëtan Brassard
  • Kacou Philippe
  • Jean-Yves Hamon
  • Jean Leduc
  • Shora Kuetu
  • l’AEBEQ
  • TB Joshua
  • Kévin Gall
  • Allan et Martine Wilkie
  • Docteur Pierre Gilbert
  • Richard (hesthelamb)
  • Henri Viaud-Murat
  • Mario Massicotte
  • Alberto Carbone
  • Léopold Thériault
  • Michelle D’Astier De LaVigerie
  • Georges Nama

 

Précisions

Tous les noms affichés ci-haut ne sont pas tous des loups ravisseurs. Mais plusieurs parmi eux ont fait des compromis avec la vérité. Plusieurs parmi eux se sont laissés prendre au piège de leur propre orgueil. Certains parmi eux se sont crus plus allumés que le reste du monde et ont tordu le sens des écritures pour les faire concorder à leur position théologique ou eschatologique. Ils entraînent ainsi une multitude de gens mal affermis à leur suite.

 

Lunettes roses

Et sacrilège! Il aura fallut un seul post sur Facebook pour faire les manchettes. Plus de 300 commentaires en quelques heures et voilà, on m’accuse de ne pas faire dans l’édification, de manquer d’amour et d’humilité et d’être violent. On me suggère aussi de relire ma Bible. Ma question pour ces détenteurs de lunettes roses est celle-ci: Où êtes-vous toutes les fois où je publie de mes enseignements? En voyage? Dans le néant? Et que faites-vous des passages qui nous commandent de dénoncer et condamner les oeuvres mauvaises? Chasse-t-on les loups ravisseurs à coups de bisous d’amour? Ou bien, à coups de bâtons? Votre faux amour, qui est, en réalité, une peur viscérale de vous mouiller, est d’une nuisance crasse pour tous ceux et celles qui exercent leur ministère honnêtement. Vous protégez les loups et vous accusez ceux qui les dénoncent. Lorsque l’apôtre Pierre s’est rendu coupable de compromission avec la vérité, l’apôtre Paul l’a repris publiquement. Et même, cela nous fut rapporté dans les écritures. L’apôtre Pierre a été visé directement, son nom étant mentionné devant tous et pour les générations subséquentes. Qu’aurait-il donc fallu que l’apôtre Paul fasse? Donner des bisous d’amour à l’apôtre Pierre? Il aurait fallu qu’il se taise et se mette tout simplement à prier pour le pauvre Pierre qui a commis une erreur de compromission avec la vérité? Soyez sérieux un peu.

 

Votre évangile à l’eau-de-rose, aucun auteur biblique ne le cautionne. En fait, les disciples du temps de Jésus vous auraient commander de vous taire et prendre votre trou. Vous êtes des nuisances, des parasites à la vérité, tout comme ces imposteurs que vous ne dénoncez pas.

 

 

Patrick Galarneau

 

 

Publicités

La religion: pour les déséquilibrés (1ère partie)

Notes

Le titre peut être choquant. L’article l’est davantage. Non, ce n’est pas un titre polémique pour attirer l’attention, car le contenu de l’article est bien pire.

 

Introduction

Il semble tout à fait contradictoire qu’un chrétien affirme que la religion est l’apanage des déséquilibrés. Je devrais en être un, au goût de certains. C’est de bonne guerre. Je dois admettre, bien que je n’en sois pas très fier, que j’ai déjà été un déséquilibré avant ma rencontre avec Christ, mais cet article n’a pas pour but d’étaler les pans de ma vie. Je préfère m’en tenir à ces religions de déséquilibrés que sont les sectes religieuses, comme l’Islam, le Christianisme ou le judaïsme, ou encore tout autre religion qui sert de moyen palliatif pour des personnes faibles.

 

La satanisme

Ajoutons à cela le satanisme: c’est pour les faibles en manque de valorisation et d’estime personnelle. Les satanistes sont les personnes les plus faibles d’une société. Ils croient pallier à leurs immenses faiblesses par une fausse puissance accordée par le Diable et ce, de manière instantanée. Ce qui est bien avec le satanisme, c’est que vous n’avez pas besoin de faire d’exposer oraux devant une foule d’élèves prêts à rire de vous, d’examens compliqués où il vous faut étudier d’arrache-pied, soir après soir, faire des travaux d’équipes où vos idées sont confrontées à celles des autres et parfois, méprisées. Non, le satanisme se fait en solitaire. On n’a qu’à demander sa puissance et hop, il nous l’accorde sans aucun préalable, sans examen et il n’y a pas de prérequis. Même ceux et celles qui n’ont pas un secondaire 1 peuvent tout de suite devenir subitement plein de puissance. Beau moyen palliatif à sa faiblesse d’esprit et son humiliation. Le satanisme est fait sur mesure pour les humiliés en quête de vengeance sur le reste du monde. Ils s’auto-détruisent, mais si ça peut en amener beaucoup avec eux vers la géhenne, ils sont prêts à ce sacrifice inutile. 

 

L’Islam

Plus besoin de présentation, mais en voilà une autre religion de déséquilibrés. Quand je vois un barbu en sandales, avec son T-Shirt et son short Adidas, et qui traîne son esclave de femme vêtue de la tête aux pieds avec sa Burqa à une température de 36 degré Celsius, je me dis que, pour punition, on devrait prendre tous ces barbus et les humilier en leur revêtant les habits d’esclaves islamiques que portent leurs femmes, juste pour que ces rétrogrades sans intelligence réalisent ce qu’ils font subir à leurs femmes et leurs filles, qu’ils traitent comme des putes ou des ordures. Vous remarquerez que ces musulmans sont de grands fans de la compagnie allemande Adidas. Certains me diront que c’est probablement plus accessible pour eux, ou que leurs joueurs de foot préférés portent cette marque. Personnellement, je crois que ces demeurés de déséquilibrés portent la marque Adidas, simplement parce que c’est une compagnie allemande et qu’ils croient encore que les allemands sont en inimitiés envers les juifs. Ils croient probablement que les nazis sont encore au pouvoir et qu’ils gazent des juifs sur une base quotidienne. Pourquoi? Parce que les musulmans sont encore en arrière dans l’histoire, tant dans la leur que dans celle des autres. Si les musulmans vivent encore au 7ième siècle, ils ont quand même évolué suffisamment pour se rendre jusqu’en 1944, mais pas en 2016. Ils ont assez évolué pour se rappeler de l’époque des croisades et que, lorsqu’ils s’en prennent aux chrétiens, ils nous rappellent l’époque des croisades.

 

Mais cette bande de demeurés, lorsque je les croise, je leur explique que nous ne sommes pas catholiques. Mais ils n’ont ni notion du temps ni de nuance dans leur haine envers les chrétiens. Ils sont tellement ignorants, qu’ils croient que le christianisme est toujours catholique sans aucune époque de réforme et que nous sommes encore au Moyen-âge avec nos épées, nos maladies, nos fiefs et nos seigneuries. Je suis moi-même chrétien et je méprise la religion catholique et toute son organisation ecclésiastique. L’Église de Rome a tout tenté pour vaincre les réformistes chrétiens. 

 

La religion de l’extrême gauche

Mais si je méprise le catholicisme, suis-je raciste envers les italiens? Suis-je anti-européens? Parce que si l’on se fie aux propos des religieux de cette extrême gauche, si on déteste l’islam, on est forcément raciste. Parce que selon les obscurantistes de la religion d’extrême gauche, l’Islam est une race. Et cette race est tellement vertueuse, qu’il faut mépriser notre sentiment nationaliste, car être nationaliste, c’est être fasciste à la Benito Mussolini, et nazi à la Adolf Hitler. Selon la pensée magique et le rêve utopique de l’extrême gauche, il n’y a plus de race. Il n’y a que des êtres humains, formant la seule nation de la Terre, comme au temps de Nimrod, qui a réunit les forces de la terre pour ériger la tour de Babel. L’extrême gauche est une autre forme d’obscurantisme religieux. Il n’y existe aucune demi-mesure avec ces déséquilibrés. Jésus est amour en 1969. Ou encore, il n’a jamais existé (en l’an 2000). Ou bien, c’est un extrémiste de droite qui voulait exterminer je ne sais qui (en l’an 2016). À chaque époque, l’extrême gauche a eu sa vision complètement déconnectée de la personne de Jésus. En fait, ces hurluberlus déconnectés de la réalité ont instrumentalisés Jésus et les événements les entourant, afin de se donner un semblant de vie. Ainsi, en manifestant dans les rues pour tout et n’importe quoi, ce qui se résume à défendre l’indéfendable, ils se donnent une cause commune comme moyen palliatif à leur misérable vie sans intérêt. Ils se donnent subitement un pouvoir qui est illusoire et n’existe que dans leurs utopies éphémères. Ce qui est complètement ahurissant, c’est que, à une certaine époque, être nationaliste appartenait à l’extrême gauche, surtout dans les années ’70, ’80 et ’90. Aujourd’hui, l’extrême gauche considère le nationalisme comme de l’islamophobie, l’homophobie, anti-féministe, raciste, xénophobe (même s’ils ne connaissent pas la signification de ce mot). Et j’oubliais quelque chose d’important au sujet de nos obscurantistes religieux de l’extrême gauche: Ils se croient de grands connaisseurs en politique car parmi eux, il y en a en première année universitaire en science politique ou en éthique et culture religieuse (rires!!!). Ainsi, ils ont une meilleure opinion que le reste du monde sur la politique et la religion. Si on pouvait mourir de rire, je serais mort juste à entendre leurs stupidités d’extrémistes gauchistes. Envoyons-les en Iran. Ça leur fera un bien énorme sur le plan des connaissances religieuses et ce, de manière concrète et pragmatique 😉

 

Et pour terminer sur nos ignorants d’imbéciles que sont nos obscurantistes religieux de l’extrême gauche, c’est que ce sont des haineux aveugles d’Israël. Tout ce qui est d’Israël, c’est méchant. On peut être raciste envers les juifs, car c’est bien vu aujourd’hui. L’extrême gauche de 1969 vous aurait battu en pleine rue si vous leviez le moindrement le ton sur les juifs, car à cette époque, c’était à la mode d’aimer les juifs, Jésus et le reste du monde… tout en manifestant à coups de roches sur les policiers. Et nos grands connaisseurs d’aujourd’hui, qui se prennent pour des intellectuels de gauche, tentent de nous faire croire qu’ils sont des historiens-politologues en affirmant l’illégalité d’Israël d’exister. L’un des ces principaux imbéciles ignorants, c’est Amir Khadir, député de ce parti d’abrutis de l’extrême gauche, Québec solidaire (québec solitaire ou: vers solitaire), qui a opprimé un marchand honnête qui vendait des vêtements, parmi lesquels se trouvaient des chaussures venus d’Israël. Ces chaussures représentaient seulement 2% des ventes de l’établissement, mais Amir Khadir, avec ses grandes connaissances géo-politiques, a été d’une grande nuisance à 100% envers ce marchand qui n’avait aucune affiliation avec Israël. Amir Khadir et sa greluche écervelée de Françoise David, qui lui sert de deuxième tête de partie (à deux, ils ont un quotient intellectuel de 80) deux imbéciles qui ne méritent aucune notoriété, tellement ils sont sans intelligence. 

 

Et bien, je ferai remarquer à nos grands connaisseurs de géo-politico-religieux que Israël a des droits ancestraux sur la Palestine; que la Palestine n’a jamais été un état; La Palestine est une terre appartenant à deux tribus d’Israël. La Palestine est formée de plusieurs entités, dont des juifs, des irakiens, des jordaniens, des égyptiens, des anglais, des français et plusieurs autres nations. Les terres réclamées par Israël ne sont ni une intention d’apartheid ni colonisateur. Le sionisme n’est pas une religion ni une entité d’extrême droite. Sion est une montagne, là où Dieu a parlé à Moïse. Ce n’est ni aux arabes ni à l’ONU de décider de la validité et la viabilité de l’état d’Israël, mais à Israël lui-même. Et surtout pas à nos ignorants de l’extrême-gauche qui, soit dit en passant, et on se le dit entre nous: pas besoin de prendre un accent français pour nous faire croire que tu es plus connaissant que les autres. Je sais que tu sors de ton adolescence et que, subitement, tu crois tout connaître de la vie depuis que tu t’es joint à l’extrême gauche. Tu te donnes un genre et tu es ridicule. Nous on le sais, le monde entier le sais, et tu es le seul à ne pas le savoir. Maintenant, on te le dis. Laisse aux français leur accent et leur intelligence. Merci 😉

 

Conclusion

Je n’épargnerai pas les chrétiens ni les juifs. Ils sont aussi dans le collimateur.

 

 

 

Suite au deuxième article

 

 

 

Patrick Galarneau

Pasteur, pourquoi tu existes.

Notes

Non, ce n’est pas une critique négative. Et même si c’en était une, la question demeure légitime quand même, car tout le système ecclésiastique en dépend. Alors, inutile de me faire remarquer que je critique et donc, que ça ne vaut pas la peine de s’y arrêter, car la question demeure malgré tout légitime. Il n’y a pas moyen de s’en sortir en prêtant ou non des intentions malveillantes à l’auteur de ces lignes, car je me répète: la question demeure légitime.

 

Ta prédication

Quel est ton but? Quels sont tes objectifs lorsque tu es pasteur d’une assemblée? Pourquoi prêches-tu? Comment mesures-tu la compréhension de ceux à qui tu prêches dimanche après dimanche, si tu ne leur laisse pas la parole? Et ceux qui osent te questionner, ou remettre en question certains de tes points abordés dans ta prédication, pourquoi ne leur réponds-tu pas? Ou quand tu leur répond, pourquoi t’irrites-tu? Ou pourquoi tu leur montre la sortie? Ou encore, pourquoi les invites-tu à aller voir ailleurs s’ils ne sont pas contents? Pourquoi n’acceptes-tu pas la critique, qu’elle soit négative ou constructive? Quelle est la mesure de ton égo devant la critique? Pourquoi répètes-tu les mêmes rituels dimanche après dimanche et prêches-tu à des chrétiens déjà convaincus? Pourquoi ne prêches-tu pas à des non-croyants? As-tu peur? As-tu peur d’être critiqué et de ne pas le supporter? Est-ce pour cela que tu te sens confortable avec des croyants passifs? C’est pour cela que tu te sens puissant devant une masse de chrétiens dont tu sais qu’ils ne rouspéteront pas, ne questionneront pas et ne parleront pas? As-tu peur de te frotter à des non-croyants, de peur qu’ils te questionnent un peu trop? Ton égo est-il trop sensible devant l’adversité? Si tu prêches, à quoi cela sert-il le Seigneur que d’annoncer la croix à des chrétiens? Ne trouves-tu pas que c’est comme si tu hébergeais le riche en laissant l’itinérant dehors? Est-ce parce que c’est plus facile pour toi de prêcher à des croyants déjà convaincus et donc, ils ne te remettront pas en question? Pourquoi prêches-tu dimanche après dimanche? Qu’est-ce que cela apporte dans ta vie ou dans leur vie? En quoi cela contribue-t-il à l’édification? Comment mesures-tu ta contribution à leur édification? Quand-est-ce que tu mesures leur degré de compréhension? Pourquoi parles-tu sans cesse? Qui t’a donné ce droit de parole sans droit de réplique? Quel est l’argument massue qui fermerait notre clapet devant ta principauté pastorale? Depuis quand l’assemblée n’a pas ce droit de réplique? Pourquoi n’aurait-elle pas ce droit de réplique? Que doit faire l’assemblée devant tes monologues dimanche après dimanche? Que te doivent tant donc ces croyants de l’assemblée pour qu’ils se taisent sans droit de réplique? Depuis quand est-ce mal de se lever en pleine assemblée pour exprimer une parole de l’Esprit? Depuis quand les croyants ne peuvent-ils pas faire taire le pasteur lorsqu’il affirme une énormité en pleine prédication?

 

Tes relations

Pourquoi tu exiges l’autorité, comme je t’entends ou lis souvent de ta part? Pourquoi tu sermonnes les autres et fais la leçon aux autres, sans toi-même t’abaisser avec humilité et reconnaître ton besoin des autres, même ceux et celles que tu oses considérer comme « faibles »? Es-tu capable d’admirer quelqu’un d’autre qu’un prétendu grand pasteur de ce monde? Es-tu capable d’avoir de l’admiration pour un enfant de cinq ans? Ou pour une personne qui semble, en apparence, sans intérêt? Es-tu capable de voir ces faibles comme supérieurs à toi-même, ou bien, ton égo est-il suffisamment surdimensionné pour que tu te considères comme l’autorité en place et qu’on ne doit pas questionner, comme tu oses l’affirmer? Quand est-ce que tu te mêles aux autres, comme n’importe qui d’entre ceux et celles qui composent l’assemblée? Quand prends-tu du temps pour fêter, jouer, partager ou manger avec n’importe qui de ton assemblée, de manière complètement désintéressée? Quand te réunis-tu avec un groupe de ton assemblée, sans pour autant que tu joues au chef et impose ton agenda? Es-tu capable de laisser les autres s’exprimer dans un groupe, sans pour autant que tu interviennes et dirige? Comment se manifeste ton affection, ta compassion, ta sympathie? As-tu développé des relations intimes avec quelques-uns d’entre eux, au point où vous êtes de véritables amis inséparables? Pourquoi ne te tiens-tu qu’avec des membres du corps pastoral? Les autres ne sont pas assez bien pour toi? Les autres ne sont pas à ta hauteur? Qu’est-ce qui explique que tu te tiennes, à toute fins pratiques, qu’avec des pasteurs et des gens d’intérêts? Depuis quand faut-il se faire voir avec une élite autoproclamée? Qui t’a mis ça dans la tête? Depuis quand somnoles-tu à ce point spirituellement devant la face de Dieu? Mais pour qui te prends-tu?

 

Ton Église

Pourquoi acceptes-tu que l’on dise que c’est ton église, même si tu te forces à peine du bout de tes lèvres à affirmer que c’est l’église de Christ? Car si tu le crois vraiment, alors, pourquoi est-ce ton nom que je vois sur l’écriteau qui jonche le terrain de l’assemblée et non celui que tu affirmes proclamer? Pourquoi est-ce toi le pasteur de cette assemblée et non celui que tu oses proclamer? Et pourquoi as-tu une assemblée? De quel droit est-ce ton assemblée, sous le seul prétexte que des hommes faillibles t’ont conféré un titre, prétendument sous l’inspiration divine? Qui a authentifié cette inspiration, si ce n’est la formation théologique d’un institut biblique avec sa propre école de pensée unique imposée? Et qui sont ces hommes qui t’ont offert ce titre? De quel droit te l’ont-ils offert? Sous quel mandat te l’ont-ils offert? Sous quel prétexte t’ont-ils déclaré pasteur, ou révérend? Sur combien parmi eux que tu t’es collé et fait le béni oui-oui afin d’accéder à tes aspirations pastorales? Qui t’a maintenant permis d’être l’autorité sur les brebis de Christ? Sous quel prétexte? Et comment cela doit-il se traduire à ton avis? Depuis quand as-tu un droit privilégié sur l’assemblée et son bâtiment? Pourquoi te prends-tu pour le chef de ces lieux? Qui t’a donné l’autorisation d’en être le chef? Pourquoi es-tu le personnage le plus important de ces lieux? Qui t’a mis ça dans la tête, si ce n’est cet héritage moyenâgeux de l’obscurantisme religieux propre à tes traditions? Quelles sont tes qualités qui te permettent d’être le chef du troupeau? Et pourquoi en serais-tu le chef, même si tu tentes de faire croire que ce n’est pas une histoire de chefferie? Pourquoi tentes-tu de nous duper avec de telles réflexions? En effet, pourquoi penses-tu que de plus en plus de croyants réalisent que tu t’autoproclames, aidés de tes compagnons de services?

 

Ta notoriété et ton autorité

Pourquoi acceptes-tu de te faire appeler « révérend », ou « pasteur »? Pourquoi l’écris-tu devant ton nom? Depuis quand le titre te confères un échelon de plus que les autres? Te crois-tu plus près de Dieu que tes semblables qui composent l’assemblée? Es-tu parvenu? Ou l’es-tu davantage par rapport à la majorité? Comment considères-tu les masses qui composent l’assemblée? Te doivent-ils soumission? Sous quel prétexte? Quels sont les portions des écritures qu’on t’a mises dans la tête pour que tu te convainques que les gens te doivent révérence ou soumission? Quels sont tes arguments scripturaires, afin que nous fassions nous-mêmes l’autopsie de tes illusions? Depuis quand doit-on se soumettre à toi? Qui t’a donné ce droit de regard sur la vie des autres? Pourquoi nous accuses-tu de ne pas vouloir nous soumettre, sous prétexte de ton éminent titre pompeux? Pourquoi crois-tu être la mesure avec laquelle mesurer les autres, surtout ceux et celles qui ne se soumettent pas à ton autorité autoproclamée? Depuis quand est-tu une autorité reconnue par Dieu? Sous quels arguments? Quelles sont les torsions scripturaires que tu tentes de faire avaler au plus grand nombre, afin de t’imposer comme étant l’autorité proclamée par Dieu? Quelles sont tes preuves?

 

Conclusion

Sois encore heureux, ton salaire n’a pas été abordé, mais cela ne saurait tarder. Mais sois sans crainte, le syndrome de Stockholm viendra à ta rescousse de lui-même, te défendant avec la plus grande religiosité. Comme nous en avons vu bien d’autres, on s’y attend avec résilience 😉

 

 

 

Patrick Galarneau

Destruction de l’Église Sainte-Rita, en France: l’amalgame avec l’Islam.

Capture-decran-2014-12-23-a-16

Article à lire:

http://www.la-croix.com/Religion/France/A-Paris-les-occupants-de-l-eglise-Sainte-Rita-expulses-2016-08-03-1200779900

 

Ce que j’ai pu comprendre de cette histoire, et je vous la résume très brièvement, c’est que cette église n’était pas protégée par la loi française de 1905 (https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_s%C3%A9paration_des_%C3%89glises_et_de_l%27%C3%89tat) et donc, n’a pas à obtenir de cérémonie de désacralisation, comme le prévoie la loi de 1905, afin de la démolir. Il faut aussi comprendre que « La société des chapelles catholiques et apostoliques », propriétaire de l’église, met en vente l’édifice dans les années 2000 et donc, n’importe quel acheteur peut se proposer et en faire ce qu’il veut à la suite de l’achat de celle-ci.

 

En outre, il n’y aurait pas lieu de crier au loup dans cette histoire, puisque ce sont les propriétaires, catholiques en plus de cela, qui permet cette action légale et ce, sans distinction pour les acheteurs potentiels. Suite à l’acquisition de l’église et son terrain par un acheteur, ce dernier veut convertir cette église en bâtiment de sept étages, avec un stationnement pour ce bâtiment. La transaction entre l’acheteur et les propriétaires catholiques a eu lieu et l’acheteur a obtenu la permission de construire son projet en mars 2012.

 

Des élus opposés au projet de démolition de l’église Sainte-Rita affirment cependant être en contact avec des groupes religieux chrétiens, afin que l’un de ces groupes puissent redonner une vocation religieuse à cette église. Or, même si cela peut être souhaitable, il n’en demeure pas moins que, si les propriétaires des églises catholiques apostoliques ont accepté de se départir de leurs droits sur l’église Sainte-Rita, il n’est pas permis aux fidèles de cette église de s’opposer à la loi en vigueur concernant la passation de pouvoir sur ce terrain, qui est une propriété de l’état, ne l’oublions pas. Ces chrétiens, ou plutôt, ces catholiques qui s’y opposent, se placent en hors-la-loi, alors qu’il n’y a aucun argument qui puisse soutenir leur action contre la démolition de leur lieu de culte.

 

Ne pas mélanger avec l’Islam

Certaines personnes voudraient faire des liens avec l’Islam. Mais ici, ça n’a rien à voir avec l’Islam. L’Église Sainte-Rita a été vendue par des catholiques, les propriétaires légitimes jusqu’en 2012. L’Islam, c’est un autre dossier et il est inutile de faire cet amalgame. Oui, plusieurs Mosquées devraient être détruites pour cause de salafisme, mais c’est un autre dossier. Les socialistes français ne sont pas plus coupables que les républicains: les deux forniquent avec l’Arabie Saoudite et le Qatar. C’est ce financement qui est responsable de la poussée des Mosquées à caractère salafiste. Les élus français sont coupables de trahison envers le peuple français, en effet. Ça ne signifie pas pour autant que l’on doit fermer toutes les Mosquées sous ce prétexte. Toutefois, en ce qui me concerne, plusieurs élus français auraient fait face à la justice, à une certaine époque, et auraient reçus une sévère condamnation pour haute trahison, car c’est bien cela qui se produit. Les gouvernements français, que ce soit Hollande ou Sarkozy, ont fait porté l’odieux de leur politique internationale sur leur propre peuple, car oui, ils se sont rendus coupables contre bien des pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, cherchant à y établir leur vision erronée du monde et l’imposer comme tel sur des gouvernements étrangers.

 

Ce n’est pas parce que les élus français se rendent coupables contre d’autres peuples que cela signifie que l’on peut être hors-la-loi, comme ces fidèles de l’église Sainte-Rita, ou encore, que l’on peut aussi viser l’Islam comme responsable de la destruction de cette église. Certains mélangent aisément les dossiers, qui n’ont strictement rien à voir.

 

Conclusion

Pour ma part, le territoire appartient au gouvernement. Il ne devrait même pas y avoir de lieu de culte, surtout s’ils sont vides et prennent de l’espace commun, empêchant ainsi des logements sociaux. La densité de population grandit, mais pas le territoire sur lequel elle est établit. La croyance devrait être privée uniquement. Les groupes religieux devraient se répartir dans les maisons, tout en étant conforment aux lois du bâtiment.

 

 

Patrick Galarneau

Compte rendu de la rencontre des « sans église-institution » du 30 juillet 2016.

13580448_1721764334734824_1609320756791843602_o

 

Ce que cette rencontre n’est pas

Pour le nom (sans église-institution), on repassera. Ce n’est sûrement pas le meilleur ni le plus représentatif qui soit. Le titre suggère un groupe réactionnaire à un système et pourtant, ce n’est pas le cas. Celui-ci se veut uniquement une manière d’identifier ceux et celles qui se retrouvent hors du système, mais pas nécessairement en réaction contre ce dernier. Que l’on soit pour ou contre ce système, et s’ils s’en trouvent en réaction contre celui-ci, cette rencontre n’avait pas ce but. Ce n’est pas le début d’une église. Ce n’est pas ce que veulent ces gens, ni moi d’ailleurs. Ce n’était pas un culte: pas de prédication, pas de chant, rien de solennel, et encore moins une collecte de dons (notes: j’ai bien tenté de leur soutirer de l’argent, grâce à mon panier en osiers, mais ils ont refusé de contribuer pour l’achat de ma nouvelle voiture. Bon, j’attendrai pour cet achat ha ha ha. Il faut bien rigoler un tantinet ;-)). Ce n’est pas non plus un nouveau mouvement: les gens veulent se réunir en toute simplicité, comme le font les gens normaux et libres de leurs actions.

 

Ce que cette rencontre était

Une rencontre informelle, afin de faire connaissance entre nous, chrétiens hors système, et qui partageons une foi commune, celle en Jésus-Christ, notre sauveur. Un moment de détente et où chacun est libre d’engager ou non la discussion, qu’importe le sujet, puisqu’il n’y a aucun thème imposé. Personne n’avait à se livrer en témoignage, et ceux et celles qui désiraient le faire, c’était de manière spontanée et à l’intérieur de leurs discussions entre eux. Cette rencontre avait aussi pour but de sortir les chrétiens hors-système de leur solitude, afin de partager et retrouver la véritable communion, sans restriction d’horaire cultuel. Il s’agit d’un encouragement à aller vers les autres, tel que nous sommes réellement, sans masque, sans culture ecclésiastique et donc, sans tout ce patois de Canaan qui devient un voile relationnel. C’était un temps de partage.

 

Motifs

Je crois énormément à l’aspect relationnel. Je sais que plusieurs ont été blessé et ont fait des dépressions, à force de constater le poids des fardeaux imposés par la religion. Plusieurs ont été abusé spirituellement et en sont sortis meurtris. Je connais le témoignage de certains d’entre eux, et je ne peux m’empêcher d’éprouver de la compassion pour ces enfants de Dieu qui ont subi leur part d’outrages dans les églises traditionnelles. Encore une fois, il ne s’agit pas de clouer au pilori les assemblées, mais de constater le fossé qu’il y a entre le message de Christ et celui qui est manifesté par les assemblées qui affirment vouloir prendre soin des âmes que Dieu leur confie. Or, les abusés ne reçoivent jamais d’aide des assemblées, trop repliées sur elles-mêmes et occupées à tenter d’agrandir leurs succursales religieuses. D’autres parmi eux étaient simplement trop allumés pour se faire piéger par ces dirigeants ecclésiastiques qui tentaient de les contrôler. Ils en sont donc sortis rapidement, avant de prendre de bien mauvaises habitudes.

 

Pour ma part, j’avais le désir d’aider ces chrétiens à retrouver cette joie de se réunir avec d’autres chrétiens. Je ne savais pas comment. On m’a souvent questionné sur le modèle alternatif aux églises locales, mais je n’ai jamais eu une idée très précise sur le sujet. Un certain Michel Pelletier m’a contacté. Tout ce que je savais à son sujet, c’est que c’est un auteur-écrivain et chrétien. Il m’a suggéré une rencontre. C’est lui qui m’a proposé ce modèle tout simple, car lui aussi a souffert dans la vie, commis des erreurs, a été abusé spirituellement, et finalement, désabusé de ce christianisme solennel et sans âme. Je dois cependant l’admettre, je suis mal à l’aise d’organiser ce genre de choses. Je ne sais jamais comment il faut s’y prendre. J’ai toujours la crainte que ça ne fonctionne pas, que je ne sois pas assez bon pour organiser quelque chose… enfin bref, je ne suis pas un organisateur né.

 

Mais je sais une chose: plusieurs éprouvent le besoin de rencontrer d’autres personnes partageant leur foi. Mon motif principal, c’est de créer des relations entre les autres. Jésus était relationnel et allait vers les autres. Dieu a offert les deux plus grands commandements, et ils sont d’ordre relationnel: « tu aimeras ton Dieu », puis, « tu aimeras ton prochain ». Ensuite, toutes les autres lois découlent de ces deux plus grands commandements. Lorsque Dieu a créé l’homme, il a aussi créé la femme, un semblable à lui, pas un « pareil », mais un semblable, afin qu’il ne soit pas seul, car l’homme est créé à l’image de Dieu, un être de relation. Nous sommes donc des êtres relationnels et non solennels. Nous sommes faits pour grandir spirituellement en Christ, mais pas dans la formule ecclésiastique que l’on nous propose depuis des siècles. Nous ne sommes pas faits pour être des spectateurs passifs dans une assemblée locale, mais pour partager ensemble, comme nous le constatons dans Actes 2.40-47, où, les chrétiens persévérèrent ensemble dans l’enseignement des apôtres, la fraction du pain, la compassion les uns pour les autres et ainsi de suite.

 

La journée

Nous nous sommes donc retrouvés au Parc Maisonneuve, à Montréal, autour de 14H00, sous un soleil qui ne laissait aucun doute sur la température de la journée. Nous étions plus nombreux que je l’avais cru. Nous aurions pu être encore plus nombreux si les absents n’avaient pas eu de contre-temps de dernière minute, mais parfois, nous n’avons pas le choix, il y a des obligations que nous ne pouvons pas remettre. Quoi qu’il en soit, ce fut une journée très réussit! Nous étions près de 20 personnes, ce qui fut au-delà de mes espérances. J’étais un peu surpris lorsque je suis arrivé (et oui, je suis arrivé en retard).

 

Les discussions n’ont pas tardé. Chacun s’est mêlé à l’ambiance de groupe, des conversations se sont engagées entre les différentes personnes, d’autres ont fait plus ample connaissance, et beaucoup ont partagé leur vécu, leur foi, leurs joies ou leurs déceptions. Mais tous ont trouvé cette journée comme étant une bénédiction. Ce qui était particulièrement agréable, c’est qu’il n’y avait personne pour dicter l’allure de cette rencontre, ni pour prendre le dessus sur les autres. Je me suis réjouis de simplement les écouter discuter et parfois, je me suis mêler aux différentes conversations. C’était plaisant, paisible, relaxant et agréable. Une journée parfaite où le Seigneur nous a béni de la présence de chacun.

 

Remerciements

Je tient à remercier Michel Pelletier, qui a eu l’idée d’organiser ce type d’événement. Je remercie toutes les personnes qui étaient présentes ou qui désiraient l’être, mais ne l’ont pu pour cause d’empêchement. Je ne nommerai pas leur nom, car leur anonymat correspond avec cette journée: simplicité, sans faire de grands bruits. Je n’ai donc pas de photo de groupe, car je ne vois pas l’utilité non plus de faire la démonstration de cette journée réussit. Ce ne sont pas les apparences qui importent, mais le cœur réjouit de chacun qui était présent. Je remercie chacun de vous pour cette journée, qui en a été une de vraie bénédiction pour moi 🙂

 

Nous répéterons l’expérience, si le cœur vous en dit!

 

 

Patrick Galarneau