L’art de traiter les fautes des uns et des autres avec dignité (1Tm.5.1-2)

INTRODUCTION

Dans ce passage, l’apôtre Paul exhorte Timothée, jeune homme exerçant ce qui semble être un ministère d’ordre pastoral, à traiter dignement chacune des personnes composant son entourage immédiat dans une communauté chrétienne.

 

LES VIEILLARDS

L’apôtre débute, au préalable, par les vieillards. Il demande à Timothée de les traiter dignement et ne pas les bousculer, rudoyer, au sens imagé, bien entendu, mais à les reprendre comme des pères, tout comme il est écrit dans le livre de la loi « Tu honoreras ton père et ta mère », avec quoi se rattache une promesse, mais aussi une malédiction, pour quiconque ne respecterait pas ce précepte intemporel.

 

LES JEUNES GENS

Il enchaîne aussitôt avec les jeunes gens, exhortant Timothée à les traiter comme des frères. Autrement dit, il exhorte Timothée à faire preuve d’humilité et ne pas se croire au-dessus d’eux, sous le seul prétexte qu’il exerce un ministère bien visible et considéré. Il ne doit pas être ni condescendant ni hautain, mais à faire preuve d’humilité en les reprenant avec douceur et en considérant leur dignité humaine.

 

LES DAMES ÂGÉES

Aussitôt que l’apôtre en a terminé avec la gente masculine, il poursuit cette fois avec la gente féminine. Il aborde la catégorie des dames âgées, que Timothée doit considérer comme des mères. D’ailleurs, nous retrouvons dans le livre de la loi une recommandation pour le jeune homme: « ne t’éloigne pas de l’enseignement de ta mère ». Il est intéressant aussi de noter que l’apôtre Paul dit, aux responsables philippiens, d’exhorter deux femmes qui mettent le trouble dans la communauté, mais en mentionnant avec douceur que celles-ci ont combattu avec lui pour l’évangile. Paul n’use d’aucun propos violent à leur endroit, mais les traite comme des mères (désolé pour la référence, je rédige de mémoire).

 

LES JEUNES FEMMES

Ensuite, l’apôtre termine avec les jeunes femmes. Toutefois, il ajoute ceci à la fin du verset deux: « avec pureté ». Ce rajout est nécessaire, car certains pasteurs pourraient être tentés d’exercer leur pouvoir d’influence pour s’immiscer dans la vie personnelle de jeunes femmes, alors que son rôle consiste à conduire, convaincre celle-ci de sa faute. Il importe pour le jeune homme comme le moins jeune, à afficher une attitude exemplaire vis-à-vis des jeunes femmes, mais des femmes en générale et ce, de manière totalement désintéressée, se souciant de leur bien-être spirituel seulement.

En les considérant comme des soeurs au sens propre, celui-ci n’est pas sensé désirer ou charmer sa propre soeur. C’est immoral et complètement abjecte, tout comme avoir une intention malsaine envers une jeune femme qui demande de l’aide spirituelle.

 

CONCLUSION

Sur ma chaîne youtube (la foi sans religion), il est possible d’en apprendre davantage sur ce passage, en trois vidéos pour un total de 40-42 minutes de visionnement réparties sur les trois vidéos.

 

 

Patrick Galarneau

Publicités