Les enfants: l’humour avant les règles.

Introduction

Chez moi, on a beaucoup d’humour. Nous rions sans cesse. Mes enfants aiment rire. Les enfants aiment s’amuser, rire et être en relation avec leurs parents. Bien entendu, profitons-en avant qu’ils deviennent des adolescents et des adultes. Cette période de l’enfance ne dure pas éternellement et malheureusement, ne dure pas assez longtemps.

 

Mon fils de huit ans est toujours collé sur moi. Ma fille, plus indépendante, aime venir chercher de l’affection de ses parents à l’occasion. Depuis qu’ils sont tout petits, ils ont reçu autant d’amour que d’humour. Les règles, il y en a, mais le cadre est assez large. Ils ont pleinement le droit de s’exprimer comme bon leur semble. Ils ne sont pas restreint dans leur droit de parole. Ils l’exercent, pas seulement lorsqu’ils ont de bons mots, mais aussi pour se plaindre, pour argumenter, pour dire ce qu’ils pensent.

 

Des règles. L’humour est un péché

Je me rappelle d’une jeune chrétienne de 16 ans qui est revenue traumatisée de son expérience de gardiennage chez une famille chrétienne de notre assemblée, il y a plusieurs années. Elle n’y est plus jamais retourné. Les parents ont donné des noms bibliques à leurs trois enfants, et ils les élevèrent avec des règles ancien-testamentaires. Les enfants n’avaient pas le droit de célébrer Noël ni l’Halloween. J’entend déjà les religieux penser dans leur petite tête religieuse, en se disant fort probablement que, en effet, ces parents sont de bons chrétiens obéissant à Dieu, Yéhoshua, YHWH, et tous les noms hébraïsants que ces religieux utilisent pour mieux paraître, se placer au-dessus de tous, se prétendre l’élite, regarder le monde de haut, alors qu’en vérité, ils n’ont jamais connu Dieu. Ces religieux croient que l’humour est de la moquerie, et Dieu puni les moqueurs. Pour ces religieux, on ne peut donc avoir de l’humour.

 

La religion divise et éloigne

Chez les religieux, il n’y a pas ou peu d’humour. Les enfants s’emmerdent. Ils camouflent leurs petits crimes à leurs parents, de peur d’être sévèrement punis. La sexualité est proscrite, tabou et honteuse. Les enfants ne sourient pas. Ils sont remplis de secrets qu’ils ne peuvent dévoiler. Ces familles sont remplis de non-dits. Les règles sont plus importantes que l’amour, la relation entre eux ou de passer du temps de qualité avec leurs petits poussins. Lorsqu’ils passent du temps ensemble, c’est pour faire des prières somnifères, des cultes bibliques soporifiques et des apprentissages par coeur de versets et d’histoires bibliques. Parfois, les enfants sont battus s’ils ont « désobéis » à des commandements supposément « divins ».

 

L’humour pour présenter Christ

Chez moi, l’humour est mis en valeur. Mes enfants rient tout le temps. Mes enfants trouvent ennuyante mes vidéos que je publie sur « La foi sans religion ». Les adultes les trouvent intéressantes. Imaginons un instant que je m’adresse à mes enfants comme je le fais dans mes vidéos, et ajoutons à cela qu’ils soient dans l’obligation de m’écouter, d’apprendre par coeur, de donner la bonne réponse, faute de quoi, ils seront réprimandés. Mes enfants me disent: « je préfère un papa niaiseux et non un papa sérieux ». Mes projets, mes enseignements et tout ce que je fais, c’est du sérieux, mais avec les enfants, c’est l’humour. On regarde des émissions humoristiques, on se joue des tours, on fait beaucoup de blagues, on se taquine, on joue à des jeux et on se moque de nos défaites. Mes enfants ont beaucoup développé leur deuxième degré. Lorsque je leur lis des histoires bibliques, je change l’histoire pour la rendre humoristique ou invraisemblable. Mes enfants rient, puis me raconte la vraie histoire. Je m’obstine avec eux et je leur dis qu’ils ont tort. Ils m’en présentent les preuves, ils argumentent et me font valoir leurs points. Ils développent ainsi leurs acuités intellectuelle et spirituelle, tout en riant. On ne passe pas notre temps à prier ou apprendre des versets par coeur. En fait, nous ne le faisons jamais. Nous parlons à Dieu et les enfants apprennent en riant.

 

Favoriser l’esprit critique de ses enfants, c’est leur offrir la liberté

Je n’ai jamais inculqué à mes enfants l’horreur de ces fêtes d’Hallowen ou de Noël. Ce sont mes enfants qui, par eux-mêmes, ont développé leur esprit critique. Jamais nous ne les avons privé de ces fêtes. Ce sont eux qui ont réalisé la futilité de ces fêtes. Mais vous savez quoi? Nous continuons à célébrer Noël. Bien entendu, ils ne se sont toutefois pas opposés aux cadeaux! Ils passent encore l’Halloween, tout en étant bien conscient que ce n’est rien d’autre qu’un prétexte pour se déguiser et ramasser un tas de friandises. Pendant ce temps, les religieux, dans toute leur magnificence, privent leurs enfants de s’amuser, prétextant que c’est une fête païenne et satanique. Et puis là, ils nous vomissent leurs arguments ennuyants, comme s’ils s’étaient donnés l’importante mission de nous évangéliser et nous prévenir des dangers, alors qu’eux-mêmes n’ont aucune maturité spirituelle pour faire la leçon à qui que ce soit, pas même leurs propres enfants.

 

Présenter Christ à ses enfants, ce n’est certainement pas en étant ennuyant, sévère, religieux et drabe et antipathique envers le reste du monde, comme de bons misanthropes.

 

Conclusion

La vérité, c’est que ces parents religieux éloignent leurs enfants de Dieu. La vérité, c’est que ces parents ont raté leur vocation de parents, n’ayant pas profité de ce cour laps de temps que dure l’enfance, afin de créer des liens, les consolider avec leurs enfants et qu’ainsi, ces attaches relationnelles durent toute la vie. Non, au contraire, dans une famille comme celle-ci, ce sont tous des étrangers les uns les autres. Ces religieux ont préféré les règles à l’amour. Ils ont bafoué les désirs de leurs enfants. Ils ont saccagé leurs rêves de petits poussins. Ils ont réprimé leur droit d’expression. Ces parents religieux sont tellement remplis de scrupules et de tabous, que les enfants n’ont qu’une seule idée en tête: atteindre l’âge de la majorité pour fuir le nid familial.

 

Heureusement, tous les chrétiens ne partagent pas cette religiosité. Heureusement, plusieurs chrétiens sont ouverts d’esprit et font preuve d’une grande liberté en Christ. Les enfants de familles chrétienne où l’humour est à l’honneur, ont de bien plus grandes possibilités d’être ouverts à Christ, et moins à s’en éloigner.

 

 

 

Patrick Galarneau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s