Témoin de Jehovah, réveille-toi, toi qui dors… au gaz!

A l’attention de Monsieur Willy Fautré – Droits de l’Homme sans frontières

Cher Monsieur Fautré,

Nous avons pris connaissance de votre nom en examinant l’exemplaire du journal européen des Droits de l’Homme ayant pour thème  » L’Etat belge et les sectes ».

Permettez-nous de nous présenter, mon épouse et moi-même. Pendant 41 ans, de 1956 à 1997 nous avons été Témoins de Jéhovah.

Si nous les avons quittés, c’est pour de sérieuses raisons, tant historiques que doctrinales. Nous n’en voulons individuellement à aucun de nos anciens coreligionnaires, car nous estimons qu’ils se sont fait piéger comme nous l’avons été.

Notre démarche porte uniquement sur les agissements d’une organisation qui parait souvent sous un jour favorable à ceux qui ne la connaissent que superficiellement.

Depuis quelques mois nous nous sommes attachés, non seulement à mieux comprendre le mécanisme gérant le mouvement des Témoins de Jéhovah, mais aussi à aider ceux qui veulent se libérer de l’enfermement mental dans lequel ce mouvement les a plongés.

Nous avons eu des rapports très constructifs avec l’ADIF et Mme Julia Nyssens, avec le Centre Marconi et Mr Jean-Claude Maes, ainsi qu’avec d’autres mouvements comme le CIGS et l’ASFVS (Association de Soutien aux Familles Victimes de Sectes). Nous avons été reçus deux fois par l’inspecteur principal à la Sûreté de l’Etat, section rapport et observatoire des sectes, qui nous a interrogé sur les Témoins, et surtout sur l’impact provoqué sur les jeunes enfants dont les parents sont Témoins.

Nous avons aussi des contacts avec l’ADFI Nord et avec l’ADFI Paris. Entre parenthèses Madame Delporte vient de publier en Juin 1998 – aux Editions Fayard:  » Témoins de Jéhovah – Les victimes parlent  » – Un ouvrage édifiant.

Comme vous le savez certainement, le fisc français réclame 303 millions de FF à l’Association des Témoins de Jéhovah de France en guise de relèvement fiscal sur une période de cinq ans. Ceci représente une taxe de 60% sur un gain de plus ou moins 3 milliards de FB sur ladite période, soit 600 millions de F par an.

Nous comprenons que certains défenseurs des Droits de l’Homme voudraient, sans doute de bonne foi, aider les Témoins à échapper à ce relèvement d’impôts. Nous avons appris qu’une réunion de protestation s’est tenue sur l’Esplanade des Droits de l’Homme à Paris et qu’une lettre a été envoyée par le « Collège Central » des Témoins de Jéhovah (Brooklyn) au président Chirac, afin de plaider la cause de la Watch Tower. (Cette lettre a été reproduite en pleine page dans le New York Times du 5 juillet 1998).

Ce qui est plutôt ahurissant, c’est que ce « Collège Central » fait entendre bien haut que cette procédure discriminatoire pourrait créer un précèdent pour d’autres religions. Or, Monsieur Fautré, vous le savez sans doute, dans ses nombreuses publications, et ceci d’une façon ininterrompue, la Watch Tower ne fait que lancer des invectives envers les autres croyances, qu’elles soient majoritaires ou minoritaires, les traitant de suppôts de Satan, les englobant toutes sans exception dans cette fameuse expression tirée de la Bible: « Babylone la Grande, la prostituée qui sera bientôt anéantie par la colère divine ». Voilà donc que, pour protéger ses propres intérêts elle s’inquiète du sort des autres religions qu’elle abhorre!

L’organisation des Témoins de Jéhovah, nous en sommes absolument convaincus, récolte énormément d’argent. Les recettes s’y amoncellent par milliards, grâce à l’évasion massive de capitaux vers les banques américaines. J’étais un des responsables dans l’organisation des Témoins et je sais de quoi je parle. Pris dans l’engrenage, j’ai moi-même essayé de « détourner » l’argent d’une vieille personne qui n’avait, comme on dit, « plus toute sa tête ». Je lui ai proposé de signer des papiers pour qu’elle fasse don de son argent aux témoins. Heureusement, son transfert soudain dans un home situé dans un autre coin de la Belgique a fait échouer le projet. Nous avons connu une autre dame âgée qui a vendu une de ses maisons, donné l’argent aux témoins, a caché avoir fait ce don à ses enfants (non-témoins). De plus, les responsables de la congrégation qui avaient réceptionné l’argent résultant de la vente de la maison, ne lui ont jamais donné de reçu pour la somme versée. Vous pouvez le lui demander.

L’organisation des Témoins bâtit à n’en plus finir, et ce dans le monde entier. Une profusion de buildings de taille impressionnante. En Amérique, elle rachète aussi d’anciens hôtels ou théâtres prestigieux. Par exemple, son dernier complexe de Patterson, à 140 km de New York, a une valeur intrinsèque de 5 milliards de FB.

Pour mener à bonne fin ce gigantesque plan de construction mondial elle utilise une main d’œuvre gratuite constituée par les adeptes qui, bien sûr, le font « pour servir Dieu ». Cette main d’œuvre représente une somme colossale de travail au noir à l’échelle internationale.

En Belgique elle construit aussi quantité de « salles du royaume ». De plus, remarquez que les Témoins, contrairement à la plupart des autres religions, ne contribuent à aucune action humanitaire, sauf lorsqu’il s’agit d’aider leurs propres troupes. Dans certaines circonstances, ils étendront, exceptionnellement leur aide « aux gens du monde « . Par exemple, lorsque la Watch Tower vient au secours de Témoins victimes d’un tremblement de terre, s’il y a du surplus, elle aidera probablement les voisins de ces victimes. Mais en principe, tout l’argent récolté dans l’organisation tourne en circuit fermé.

Permettez-nous de vous dire encore ceci : il fut un temps où la Watch Tower interdisait les vaccinations et les qreffes d’organes. De nombreux Témoins, pour « rester fidèles à Dieu », y ont laissés leur vie. Puis, un jour, éclairée par une sorte de lumière divine, la Watch Tower est revenue sur sa doctrine et a permis l’administration de vaccins et les greffes. Mais les morts, eux, l’étaient bien ! A présent, la transfusion de sang est toujours interdite et on estime que 3 Témoins meurent chaque jour pour refus de transfusion, soit plus de 1.000 par an. Dans ces conditions, ne trouvez-vous pas cette organisation plus répréhensible que le « Temple Solaire » ou autre mouvement destructeur ?

Sans parler de nombreux Témoins qui se suicident après avoir été exclus de l’organisation. Car vous n’ignorez pas qu’après cette procédure douloureuse et destructrice, il est interdit aux « fidèles » d’encore adresser la parole à l’exclu.

Ne voilà-t-il pas à présent que pour protéger ses intérêts en Bulgarie, la société Watch Tower passe un compromis avec le gouvernement bulgare (2). Dans ce pays, la transfusion sanguine ne sera plus interdite aux adeptes. C’était un obstacle à l’obtention du label « religion ». (Voir la note 148 de la Commission Européenne des Droits de l’homme à Strasbourg, … Mais, dans les autres pays, la transfusion reste prohibée !

Peut-être la Watch Tower passera-t-elle un compromis semblable avec le gouvernement français afin d’être reconnue comme religion et d’éviter ainsi le paiement des 303 millions ? C’est une piste à creuser !

Vraiment, cher Monsieur Fautré, l’organisation des Témoins dé Jéhovah mérite-t-elle le soutien des défenseurs des Droits de l’Homme ? Nous sommes persuadés que les responsables des mouvements pour la protection des droits fondamentaux humains font d’excellentes choses. Mais sont-ils toujours au courant des agissements occultes de ceux qu’ils veulent défendre ?

Dans tous les cas, par rapport aux cinq critères formulés par le ministre de la Justice et cités dans les « Recommandations » en fin de votre brochure, il y en a au moins un que l’organisation des Témoins de Jéhovah ne remplit pas pour être acceptée comme culte reconnu, c’est « présenter un intérêt social ».

Sur ce point spécifique, nous pourrons vous donner de très nombreuses preuves si vous le désirez.

Nous vous remercions pour la bonne attention que vous réserverez à ce message.

Publicités

Chrétiens, pourquoi vas-tu dans ce qu’on appelle « à l’église »?

Sérieusement, tu trouves ça intéressant le faux spectacle que l’on t’offre sur scène? Tu te lèves le matin avec ton conjoint et les enfants, vous prenez le petit déjeuner en famille, les enfants vous démontrent à quel point ils sont heureux de se lever encore très tôt le matin pour aller dans une autre sorte d’école, mais encore plus ennuyante que celle qu’ils fréquentent du lundi au vendredi. Mais attendez… vous allez tenter de faire croire à l’auteur de ces lignes que vos enfants sont enchantés d’aller à ce somnifère que représente votre église? Vous allez me dire qu’ils ont aussi hâte que vous, alors qu’ils pourraient se prélasser dans le lit, aller sur leur console de jeux vidéos ou encore, aller voir leurs amis? Vous allez vraiment me faire croire cela? êtes-vous naïfs ou bien stupides?

 

J’ai 45 ans, j’ai été un enfant et je travaille avec des enfants. Ne tentez pas de me leurrer, je vais le deviner et vous le mettre sur le nez. Ne perdez pas votre précieux temps à venir commenter en me disant que vos enfants sont heureux d’adhérer de force à votre obscurantisme religieux qui vous appartient à vous seul. Le seul fait de les obliger à subir ce calvaire devrait suffire à encourager vos enfants à contacter la protection de la jeunesse afin d’être placés dans une famille d’accueil mieux équilibrée psychologiquement…. Quoi? Vous allez encore me faire croire que vos enfants sont heureux de vous accompagner??? Mon père aussi a déjà fait le coup à qui voulait bien l’entendre. Paraît-il que j’étais heureux de l’accompagner. Il faisait dire que je me portais bien dans cette église merdique à la noix, que j’avais hâte de retrouver mes amis de l’école du dimanche. Mon père disait même que j’étais un bon petit chrétien, que j’avais accepté Jésus. Tout cela était totalement faux. Et puis, vos enfants ont hâte d’entendre un p’tit vieux en cravate déblatérer ses inepties et dont l’habit est de la même couleur et la même texture qu’un tapis de bureau commercial, c’est ça?

 

Pendant que vous, vous allez à l’église pour pallier à la platitude de votre vie, vos enfants, eux, ont toute la vie devant eux et n’ont pas à subir votre obscurantisme religieux terne et sans vie. J’ai 34 ans d’expérience de vie d’église. J’ai été pasteur. J’ai été à l’école du dimanche. J’ai enseigné les jeunes, les adultes, les réunions de prières, participé aux différentes réunions. Vous ne lisez pas un blog d’un simple critiqueux de merde qui n’a pas de vie et se pètent les boutons d’acnés devant l’application de miroir sur son téléphone portable. Je ne suis pas non plus un petit frustré de la vie qui est solitaire et sans amour. Non. J’ai une magnifique femme que j’aime plus que tout, deux beaux enfants merveilleusement brillants, allumés et d’une intelligence débordante. J’ai un emploi que j’aime et qui est de l’autre côté de la rue où j’habite (je travaille avec des enfants) et j’exerce ce que j’aime le plus au monde: l’enseignement biblique! Alors, aussi bien vous bouchez un coin tout de suite, vous n’avez pas affaire à un petit abruti qui se cache derrière son écran pour exprimer ses colères par cet exutoire.

 

CONCLUSION

Mais j’y reviendrai dans le prochain article. Je dois justement aller jouer au hockey à la patinoire avec mes magnifiques enfants 😉

 

 

Patrick Galarneau

Pasteur, pourquoi prêches-tu!

Dans une publication récente sur mon compte facebook, j’ai ajouté « le dimanche matin », à la phrase de ce titre. Or, il semble que je me sois mal exprimé. Ce que je tenais à dire, c’est ceci:

« pasteur, pourquoi le dimanche matin, lors des cultes sensés être rendus à Dieu, prêches-tu »?

Puis, questions sous-jacentes:
– pourquoi prêcher à des gens déjà convaincus?
– pourquoi ne pas enseigner de manière interactive (je connais déjà la réponse )
– Comment mesurez-vous les résultats, court, moyen ou long terme, de ce que vous prêchez?
– Quel est l’impact de votre simple présence, de votre prédication?
– Quelle place croyez-vous avoir dans l’échelle d’importance dans votre église?

 

Ces questions n’étaient aucunement empreinte de sarcasme ou d’une quelconque critique. Il s’agit d’atteindre deux objectifs:

1- que les pasteurs réalisent quelles sont leurs véritables motivations de prêcher, au lieu de le faire de manière systématique

2- revoir la manière de faire l’église

 

Sommes-nous encore aux temps des sermons sur la montagne? Les prédications font-elles des disciples de Christ? Je ne parle pas de disciples du pasteur, ni disciple de la dénomination ou disciple du conseil d’église ou d’association, mais bien DISCIPLE DE CHRIST!

Et si c’est un culte que l’on rend à Dieu, à quoi la prédication offerte à ceux et celles à qui l’on campe le seul rôle de spectateur passif-auditif, puisse-t-il être un culte rendu à Dieu?

 

Avouons-le: ce n’est que de la tradition religieuse. Là, on peut penser que j’émet une critique. Mais la question initiale ne l’est pas. La prédication nous vient du temps de la réforme, en particulier, de Jean Calvin, alors que ce dernier offrait des sermons d’encouragement, devant la contre-réforme orchestrée par les catholiques. C’était une manière de motiver et mobiliser les troupes à ne pas succomber au découragement, devant la féroce opposition religieuse traditionnelle.

 

Cependant, tout cela était circonstanciel. À quoi bon la prédication de nos jours, alors que nous savons pertinemment que les gens ne retiennent que 10% de ce qui a été dit? Tant et aussi longtemps que les pasteurs prêcheront, les chrétiens passifs-auditifs ne changeront pas, n’avanceront pas, ne progresseront pas, puis ne deviendront jamais matures. Ce que je dis est une ferme assurance, pas une opinion. Pour progresser en Christ, il FAUT sortir de ces églises castratrices. C’est la seule manière de progresser. Si vous prenez votre vie en main, vous ne pourrez plus demeurer assis dans un bâtiment que l’on nomme faussement « église locale ». Vous ne pourrez pas concilier « prise en main » et « membre d’une assemblée locale ». Il vous faut adhérer à l’un des deux, mais pas les deux. Ils sont inconciliables.

 

Conclusion

J’attend les réponses de pasteurs. J’attends qu’ils me parlent des bien-faits de leurs prédications, avec preuves à l’appuis. Pour le moment, la prédication a l’effet totalement inverse: elle est un mur qui se dresse entre le croyant né de nouveau et Christ. Le croyant n’est pas le disciple du pasteur ni de sa prédication. Le croyant né de nouveau n’a pas été racheté par un crédo de l’association d’églises. Le croyant est la « propriété exclusive » de celui qui l’a racheté.

 

 

Patrick Galarneau