Église Roi des rois: une rencontre, une relation.

Introduction

Ce matin, je me suis levé en retard. C’est ma femme qui s’est vu dans l’obligation de me réveiller. J’ai donc ouvert les yeux à 9:43 exactement. Ma première réaction fut d’être déçu de ne pas m’être levé plus tôt, car je tenais fermement à visiter cette assemblée, dont le pasteur est Michel Monette, cette église qui a défrayée les manchettes pour son… altruisme! Je n’ai fais ni une ni deux. Je me suis empressé à me vêtir et partir rapidement. Je suis arrivé à l’assemblée à 10:25. Mais c’est avec une grande joie que je vous partage cette agréable critique positive. Je n’ai rien de négatif à vous partager dans cet article. Je n’ai rien de spectaculaire non plus. Juste de la simplicité.

 

Une église chaleureuse

Lorsque je suis entré, j’ai eu l’impression d’interrompre une rencontre familiale en plein déjeuner. J’étais comme l’étranger qui entre par la porte d’entrée de la cuisine, mais qui était attendu de bon coeur. Il faut dire aussi que j’avais déjà préalablement averti monsieur Monette de ma visite de ce matin. Ça aide. La disposition de la salle de culte n’a rien à voir avec les églises conventionnelles. Plusieurs tables rondes, où chacun discute et déguste son petit déjeuner offert par la « maison », au modique coût d’un dollar. Et si vous êtes chanceux, vous aurez même droit à une deuxième assiette, sans même débourser à nouveau.

 

Le quartier

L’église roi des rois est située en plein coeur de Montréal, dans un des quartiers les plus pauvres de la ville. D’ailleurs, lorsque je suis sortie de la salle de culte, certains éléments du paysage m’ont frappé de plein fouet: il y a quatre commerces de prêteurs sur gage, d’un coin de rue à l’autre. Il y en a un directement en face de l’église, sur l’autre côté de la rue; il y en a un à gauche de l’église de l’autre côté de la rue, puis deux à droite de l’église, l’un en face de l’autre. Tout cela sur deux coins de rue entourant l’église. Les prêteurs sur gage sont le genre de commerces où, quand vous manquez de liquidité pour vous nourrir ou payer votre loyer, vous prêtre de l’argent avec intérêt, en échange d’appareils ou d’objets de valeurs. Ainsi, vous laissez vos bijoux, vos appareils électroniques ou autres biens, afin de retirer quelques dollars pour arrondir vos fins de mois difficiles, puis, vous reprenez vos objets de valeurs en remboursant le prêt, plus les intérêts élevés, faute de quoi, ils deviennent la propriété du commerce. On s’entend, il s’agit d’un quartier pauvre. Jamais dans toute ma vie je n’ai vu autant de prêteur sur gage, et encore moins sur un court tronçon de rue. J’en fus estomaqué! Pendant que l’église roi des rois cherche à venir en aide aux plus misérables de ce quartier, il y a ces commerces profiteurs de la misère humaine pour leur soutirer le peu qu’ils ont. Affligeant!

 

Le culte

Je dois vous l’admettre, je résiste rarement à l’envie de quitter en plein milieux d’un culte. C’est si soporifique, ennuyant et impersonnel, que je n’arrive pas à demeurer en place jusqu’à la fin. Il s’agit pour moi d’une véritable torture. Et c’est peu dire! Mais ce matin, il m’est arrivé de sourire, d’acquiescer, d’avoir eu envie de répondre « amen », et même de participer. Comme simple observateur, je me suis retenu et j’ai gardé mes distances. Mais j’ai aimé ma matinée. Je ne regrette pas d’y être allé. C’est convivial et chaleureux. Les gens présents, pour la plupart, ne seraient pas considérés dans les autres assemblées plus conventionnelles. Et encore moins sollicités pour participer et être actifs. Croyez-moi, je ne porte vraiment aucun jugement de valeur, au contraire. Mais en regardant l’apparence et le physique de plusieurs, il est certain qu’on ne ferais pas appel à leurs services dans une assemblée conventionnelle. Je sais que ce n’est pas bien vu de le dire, je comprend. Mais croyez-moi, ce n’est pas mon jugement à moi. Mais comme je suis issus de la mouvance évangélique et que je les connais depuis maintenant 33 ans, je sais quels sont les standards à acquérir minimalement pour être considérés, ne serait-ce qu’un tout petit peu. D’ailleurs, mon apparence actuelle ne me permettrait plus d’être pasteur de l’une de ces assemblées.

 

Relation, pas religion

J’ai été bien reçu. Personne ne m’a harcelé, personne ne m’a ignoré. On s’est présenté avec simplicité et sobriété, représentatif de cette communauté et du culte offert en cette journée. J’ai discuté avec monsieur Monette, pasteur de cette assemblée. Simple et sans superflu, on a simplement fait connaissance. Ni trop enthousiaste, ni trop flegme. Juste suffisant et équilibré. Il est vrai, nous partageons sensiblement la même philosophie du ministère. Nous partageons les mêmes points de vues. Nous sommes en phase sur les nombreux constats de l’Église actuelle. Il s’agit d’une église organique, communautariste, qui met l’accent sur l’aspect relationnel, élément de la plus grande importance qui fait tant défaut dans notre merveilleux christianisme. Si Dieu a créé l’homme, ce n’est pas pour le soumettre à une obéissance servile, mais bien pour être en relation avec lui. Si Dieu a créé la femme, ce n’est pas pour en faire un objet de soumission pour l’homme, mais bien pour que celui-ci ne soit pas seul, mais en relation avec elle, main dans la main. S’il y a bien un principe immuable qui est bafoué dans nos assemblée, c’est celui de « les uns les autres ». Autrement dit, la vraie communion, l’aspect relationnel, c’est chose secondaire dans ces assemblée trop cultuelles, trop ritualistes, trop dogmatiques.

 

Le message

Quand le pasteur invita le prédicateur à s’avancer pour prendre la parole, j’ai eu une certaine appréhension. Oui, j’ai eu une crainte. Alors que tout se déroulait de manière exemplaire, j’ai eu peur d’avoir à rédiger une critique négative à la fin. La prédication est souvent ce qui achoppe. C’est ce qui décrédibilise tout le reste. Qu’on le veuille ou non, la prédication est considérée comme le plat principal des assemblées. Je ne vous dis pas que je suis d’accord avec une telle façon de voir, je dis simplement que c’est ce qui fait la marque de commerce des assemblées évangéliques. Et Dieu sait à quel point j’ai été parfois déçu, parfois étonné par les inepties exprimées lors de prédications, et d’autres fois où je fus choqué de constater que le Jésus prêché est aux antipodes du Jésus présenté dans les évangiles.

 

Le prédicateur, bien qu’il ne fut pas présenté ainsi, est un haïtien au visage sympathique, simple, vêtu convenablement, ou si vous préférez: son apparence passe partout. Sa présence est rassurante, pas imbu de lui-même. Son message n’est pas extraordinaire. Son message est simple. Mais son message est clair, limpide, fluide, sans tomber dans l’élitisme de la grande théologie et l’exégèse biblique. Ce n’est d’ailleurs pas le lieu pour ça. Son message peut être compris et intéresser le néophyte comme le plus érudit. C’est la base même de l’évangile: rencontrer Christ, mais davantage: le connaître, être son ami bien plus qu’un serviteur. Être en relation avec Christ bien plus qu’un simple exécutant de sa loi ancien-testamentaire.

 

Son message n’est pas que limpide. Il est approprié pour l’auditoire. Parlant d’auditoire: je dois absolument mentionner que l’auditoire participe. En effet, le prédicateur fait participer son auditoire. Ça me rappelle quelqu’un que j’ai connu comme pasteur. Tellement que, lorsque je me regarde dans le miroir, je le reconnais. Effectivement, je suis un grand partisan de la prédication par interaction. Je dois admettre que c’est l’élément qui me manque le plus et ce, cruellement, car j’aime entrer en contact avec les gens dans l’enseignement. Étant donné que je le fais sur le net, la seule interaction que j’ai actuellement, c’est lorsque je publie mes enseignements sur facebook. Alors, je félicite ce prédicateur et cette assemblée de le faire, car c’est un autre élément extrêmement important de l’aspect relationnel: faire participer les gens. De cette manière, les gens se sentent, non seulement impliqués, mais de plus, ils apprennent davantage de cette manière car on les interpelle directement.

 

Conclusion

Convivialité, altruisme, compassion, ouverture sur leur quartier, prédication simple mais avec justesse, pas d’idée de grandeur, pas de harcèlement, de la simplicité, de la convivialité (je sais, je me répète, mais c’est voulu), de la bonne humeur, pas de religiosité, des gens simples et faciles à aborder, un pasteur tout aussi simple et sans superflu; une église qui vient en aide aux gens du quartier et ce, de manière concrète, et non en se faisant intrusif et cassant les oreilles des gens avec une évangélisation agressive. D’ailleurs, monsieur Monette me confiait qu’ils font de l’évangélisation par le mime. J’ai beaucoup ri, mais c’était un rire approbateur. Très intéressant.

 

Si je n’ai qu’une chose à vous dire, ce serait ceci: vous savez à quel point je suis très critique vis-à-vis les églises. Vous savez que je suis, pour certains, l’ennemi numéro un de certaines églises et associations d’églises évangéliques. Je crois avoir un sens aiguisé, pas seulement pour la polémique, mais pour l’analyse et un discernement juste des choses. Je vous recommande donc très fortement cette assemblée. Je souhaite de tout coeur que cette assemblée puissent fleurir dans ce quartier. Je souhaite aussi que son nombre soit grandissant et puisse avoir un impact grandiose dans ce quartier défavorisé. Ce quartier a grandement besoin de Christ, mais aussi de vous, de nous, de tous et chacun. Car voyez-vous, contrairement à bien des assemblées qui se cachent dans un beau quartier cossue de la ville pour fuir la « racaille » de la ville, cette assemblée se trouve en plein coeur de celle-ci. C’est là que Christ se trouverait, c’est là qu’il se trouve actuellement.

 

 

Patrick Galarneau

Publicités

Une réflexion sur “Église Roi des rois: une rencontre, une relation.

  1. Je connais cette Eglise qui repond bien.aux besoins du quartier. Une grande simplicité et beaucoup de coeur. Michel et sa femme ont un dévouement extraordinaire envers les gens, sans aucun jugement ni préjugé.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s