La meute: quoi en penser?

 

INTRODUCTION

La Meute, c’est ce groupe formé par un certain Éric Corvus, ex-militaire et maintenant, ex-chef de ce groupe, que l’on considère injustement comme un groupe d’extrême droite. Bien franchement, elle n’a d’extrême que le nom qu’on lui attribut, puisqu’il n’y a aucun élément qui puisse nous permettre de considérer ce groupe par ce sobriquet stigmatisant, dont c’est le but de nos élites et notre extrême gauche prétendument bien-pensante de l’affubler ainsi.

 

JUSTIFIER L’ÉTIQUETTE

Mon article ne plaira pas à plusieurs de mes amis et contacts, mais force est de constater que la meute n’a rien fait de répréhensible jusqu’à maintenant et que c’est très bien ainsi. On cherche certainement à provoquer des réactions de la part de ses membres, afin de pouvoir justifier l’étiquette qu’on désire ardemment leur attribuer. Le moindre fait et geste est épié. La moindre parole est espionnée sur leur groupe fermé par des journalistes en quête d’informations privilégiées qui leur permettraient de se faire un nom et une réputation journalistique. Ainsi, on exacerbe le sentiment collectif au sujet de l’éthique journalistique lorsque ces scribes s’en donnent à coeur joie pour une boîte médiatique qui s’adonne à l’intellectualisme de gauche. C’est à la mode.

 

LA CONSIDÉRATION: UNE GUERRE FROIDE CIVILE

C’est aussi à la mode de se moquer de Trump, à tort comme à raison. C’est à la mode de ridiculiser les gens en région en les rabaissant de manière, à la fois hautaine et condescendante, considérant que ce ne sont que des gens sans éducation pour avoir voter Trump. Ce furent les paroles amères d’Hillary Clinton, des démocrates, des journalistes du NY Times ainsi que des hipsters des grandes métropoles, beaucoup trop instruits pour la populace crasse de ces régions d’agriculteurs aux dents pourries. La démocratie du vote populaire doit-elle être unilatérale? Dans un tel cas, on ne parle plus de démocratie, mais de pression coercitive, comme dans ces états où on vote à la pointe d’une kalachnikov. Doit-on maintenant craindre pour notre sécurité si l’on s’exprime différemment de ceux et celles qui crient à la xénophobie, le racisme et la discrimination à tout va et envers tous? La liberté d’expression des uns doit-elle subir la censure pour ses positions diamétralement opposées aux nôtres? Que défendons-nous au juste? La liberté d’expression sous toutes ses formes? Ou encore, nos idéologies qui, inévitablement, ont un objectif castrant et coercitif envers une partie de la population, souvent silencieuse? Le manque de considération des uns, bafouant la liberté d’expression des autres, ne peut que provoquer la montée d’une grogne de plus en plus populaire et une guerre froide civile.

 

L’INERTIE DE NOS GOUVERNEMENTS

Cette guerre froide civile est provoquée par l’inertie de nos différents paliers de gouvernements, qui n’ont de cesse de tergiverser sur les questions épineuses des migrants, des signes religieux ostentatoires, de l’identité nationale qui dure depuis des décennies, les accommodements raisonnables, ou déraisonnables, c’est selon… et d’appeler un chat, un chat, tout en imposant un multiculturalisme sauvage sans consultation. C’est sans compter la commission Bouchard-Taylor, qui était sensé agir comme une mesure à mesurer le sentiment collectif face aux différentes confessions religieuses et ethniques. Différents mémoires de centaines de pages provenant de différentes entités, même religieuses, furent déposées à cette commission. La conclusion de l’étude Bouchar-Taylor en fut une d’infantilisation, par l’accusation de cette commission, du manque d’accueil et d’ouverture des québécois. Telle est du moins l’interprétation qu’en ont fait les québécois de cette commission, qui demeura dans les tergiversations nébuleuses, agrandissant ainsi le fossé de l’incompréhension de la population quant à sa pertinence en tant que commission. Depuis celle-ci, le consensus est absent, tant chez nos élites politiques que dans la population.

http://www.ledevoir.com/non-classe/195991/bouchard-taylor-un-bilan-mitige

Dans un tel fouillis, et devant l’absence de cohérence des élites concernant tous les sujets délicats des dernières années, des groupes de citoyens se forment. Voilà la résultante de cette inertie crasse et ce refus de prendre clairement position. Voilà pourquoi différents groupes, comme PEGIDA QUÉBEC et la MEUTE prirent forme.

 

LA MEUTE: DES RACISTES, DES XÉNOPHOBES ET DES ISLAMOPHOBES?

La Meute affirme défendre les valeurs du pays. Elle se considère nationaliste de centre-gauche. On peut supposer alors que ses membres voteront possiblement pour le Parti Québécois, ce qui les représenteraient assez bien, d’autant si l’on considère que les plans du PQ étaient d’imposer une charte de la laïcité. La Meute se défend d’être politique ou d’appuyer un quelconque parti. Soit. La Meute affirme aussi être citoyenne et une voix populaire contre l’islamisme radicale, ce qui leur conféra alors les sobriquets mentionnés plus haut, soit, la xénophobie, le racisme et l’islamophobie qui, faut-il le rappeler, est une invention émanant de groupes islamiques, tout comme la christianophobie qui émane elle aussi de ses membres en règle des différentes dénominations chrétiennes.

De cette manière, en les affublant ainsi, on jette le discrédit du néo-nazisme et de l’extrême droite sur le groupe la Meute. Il s’agirait ni plus ni moins d’une ignorance crasse de leur part concernant le monde qui les entoure. Ils sont contre l’islamisme radicale, mais on leur attribut l’étiquette d’islamophobie et pire, de racisme. Quelqu’un peut-il m’expliquer la notion de racisme sur la seule critique d’une religion? La religion est-elle devenue une race particulière? Ne serait-ce pas plutôt les accusateurs de la Meute qui font dans le racisme systémique et par le fait même, d’une grande ignorance, puisqu’il semble évident que ces accusateurs associent « ISLAM » et « ARABES »? C’est comme si je critiquais l’église catholique (ce n’est pas le cas, mais admettons): serais-je raciste envers les italiens?

 

RAPPEL

L’Islam, bien que ses principaux fiefs et berceaux, embryons de sa religion, furent à Médine et à la Mecque, en Arabie Saoudite, n’est pas principalement arabe. Oui, le Coran fut rédigé dans sa langue d’origine. Oui, les convertis portent souvent des noms arabes, alors qu’ils ne sont eux-mêmes ni arabes ni nés musulmans. Mais les endroits dans le monde où se trouvent la plus grande concentration de musulmans, ce n’est pas en Arabie Saoudite (33 millions de personnes), mais bien en Indonésie, un pays asiatique (290 millions de personnes). La Turquie, qui fut le fief de l’Empire Ottoman, de 1453 à 1922 (officiellement, mais l’empire se désagrégea tout au long du 18 et 19ième siècle), est aussi un pays asiatique. L’Iran (Chiites) est persan. L’Afghanistan, le Pakistan et autres « stan », sont musulmans et asiatiques. Le monde musulman est faiblement arabe. L’Afrique du nord se réclame de l’arabe, mais c’est faux. Historiquement et généalogiquement, c’est faux.

Et pour continuer sur ces fausses croyances gauchistes, l’anti-sémitisme n’est pas simplement dirigée contre les hébreux, mais contre les arabes, puisque les hébreux et les arabes ont le même père en commun: Abraham, mais pas la même mère. Les arabes viennent d’Ismaël, fils d’Abraham et d’Agar, la servante de Saraï, femme d’Abraham, alors que les hébreux proviennent d’Abraham et de Saraï, épouse légitime d’Abraham.

De plus, lorsque l’on évoque l’anti-sémitisme, on se réfère à tous les descendants de Sem, fils de Noé, d’où le terme « sémantique », pour les langues issues des peuples de Sem, fils de Noé. Adolf Hitler et les nazis étaient anti-juifs, mais pas forcément anti-sémites (quoi qu’ils étaient misanthropes, donc, en haine envers le genre humain), puisqu’ils ciblaient principalement les juifs.

Voilà pour le rappel et certaines précisions.

 

MANIFESTATIONS À QUÉBEC

Dimanche dernier, nous avons assisté à des gestes disgracieux de la part de ces antifas, l’extrême gauche dirigée par un certain Jaggi Singh, dont le but à peine avoué est de provoquer les policiers dans le cadre d’une longue étude de la chaire de recherche de l’Université Concordia au sujet de la brutalité policière. La cause importe peu. Difficle de savoir si Jaggi Singh agit réellement par conviction, ou s’il instrumentalise les différentes causes pour son propre intérêt.

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1051951/jaggi-singh-coordonnateur-paye-par-etudiants-universite-concordia

 

Quoi qu’il en soit, la manifestation de la Meute était légale et a respecté tous les protocoles en place. Pendant ce temps, les antifas, eux, contre-manifestaient dans la violence, blessant sérieusement des gens au passage, faute de pouvoir s’en prendre à des gens isolés de la Meute. Car ne nous y trompons pas: les antifas sont courageux en bande, mais pas quand ils sont seuls ou en petits groupes. Je doute fort que les antifas démontrent autant de courage, de hargne et de violence, sans la présence policière, sachant que ceux-ci interviendront si toutefois on s’en prenait physiquement à eux.

 

LE TERRORISME

Aujourd’hui, j’ai pris connaissance d’une pétition concernant les antifas, afin de les inscrire officiellement comme groupe terroriste. Personnellement, je m’oppose farouchement à tout geste de violence, qu’elle soit perpétrée par n’importe quel groupe, qu’importe son idéologie, de droite ou de gauche. Mais force est de constater que chaque fois que les antifas sortent, c’est le grabuge, ce sont les gestes criminels et de plus, leur attroupement est toujours illégal. Si nous sommes aussi prompts à étiqueter la Meute ou tout autre groupe aux idéologies marginales d’extrême droite, qu’attend-on pour attribuer aux antifas l’étiquette de groupe criminalisé?

https://www.change.org/p/l-honorable-ralph-goodale-ministre-de-la-s%C3%A9curit%C3%A9-publique-et-de-la-protection-civile-reconna%C3%AEtre-formellement-antifa-en-tant-qu-organisation-terroriste

 

EN CONCLUSION

Bien que je m’éloigne de tout groupe avec une ligne de partie, je n’ai rien à reprocher à la Meute, si ce n’est que son aspect un peu sectaire. S’identifier avec la patte de loup, ça fait un peu boy scout. Mais mis à part cela, ils agissent dans les règles, leurs discours est mieux nuancé qu’au départ et le ton est convivial et non agressant. Cependant, je me réserve le droit de suggérer ceci à la Meute: plutôt que de manifester votre mécontentement face aux migrants qui traversent nos frontières illégalement, il serait préférable de leur apporter un soutient matériel et bureaucratique, afin de les aider concrètement à devenir légaux et autonomes dans notre société. Ça peut sembler contradictoire avec les valeurs que vous promulguez, ainsi que la nature même de votre groupe, mais pour avoir une voix forte, être pertinent et constructif, il serait encore plus utile d’apporter une aide concrète et ainsi annihiler toutes possibilités de critiques injustifiées à votre endroit. Oui, il est possible d’aider tout en mettant en valeur vos inquiétudes. Les deux sont conciliables.

 

 

Patrick Galarneau

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s