Lettre ouverte: la peur, marque de commerce de la religion!

Et vous, que répondriez-vous à cette personne?
Patrick Galarneau
Publicités

Fin du monde, enlèvement, jugement dernier? L’arnaque de l’histoire religieuse (part 9)

24.14Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin. 24.16alors, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes;24.17que celui qui sera sur le toit ne descende pas pour prendre ce qui est dans sa maison;24.18et que celui qui sera dans les champs ne retourne pas en arrière pour prendre son manteau.24.19Malheur aux femmes qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là!24.20Priez pour que votre fuite n’arrive pas en hiver, ni un jour de sabbat.

 

Jésus explique ici que la bonne nouvelle doit être prêché dans le monde entier avant que la fin vienne. Or, nous avons bien compris, dans les articles précédents, que la fin, c’est celle de Jérusalem, de son Temple, et de toute la Judée, ce qui signifie, par extension, la fin du judaïsme.

Lors de la résurrection de Christ, nous assisterons à une période de transition de 40 ans de «passation des pouvoirs», entre la période de la loi et celle de la grâce. Bien entendu, la grâce débute à la pentecôte. La loi et les prophètes seront obsolètes dès la fin de parcours de Jésus à la croix, puis authentifié lors de sa résurrection.

 

EN FAVEUR D’UN TEMPS COURT

Lorsque Jésus fait référence au prophète Daniel, nous avons tout de suite la référence du chapitre 9, verset 26 et 27:

9.26Après les soixante-deux semaines, un Oint sera retranché, et il n’aura pas de successeur. Le peuple d’un chef qui viendra détruira la ville et le sanctuaire, et sa fin arrivera comme par une inondation; il est arrêté que les dévastations dureront jusqu’au terme de la guerre.9.27Il fera une solide alliance avec plusieurs pour une semaine, et durant la moitié de la semaine il fera cesser le sacrifice et l’offrande; le dévastateur commettra les choses les plus abominables, jusqu’à ce que la ruine et ce qui a été résolu fondent sur le dévastateur.

 

Un Oint sera retranché et il n’aura pas de successeur. Jésus parle de lui-même. Nous verrons dans un autre article la signification des 62 semaines. Pour l’instant, attardons-nous aux liens qu’il y a entre l’explication donnée aux disciples par Jésus, en réponse à ces derniers qui cherchent des réponses immédiates pour la question concernant la destruction du temple évoquée par Jésus.

Historiquement, nous savons que les romains ont entouré la cité de Jérusalem, entre mars et septembre de l’an 70. Les chrétiens hébreux ont été «enlevé» de Jérusalem et ont trouvé refuge vers la cité refuge de Pella, comme l’a expliqué l’historien contemporain des événements, Flavius Joseph. Nous avons vu dans les articles précédents que la cité de Jérusalem fut détruite en entier, ainsi que son Temple, et que la dévastation fut telle, que l’on peut difficilement imaginer que Jérusalem fut habitée. Une arche fut construite en l’honneur de Titus Vespasien, qui le proclama «dieu», pour avoir vaincu la Judée, alors que les romains avaient été évincés des grandes villes de la Judée par la rébellion juive à la fin des années 60. La fin du monde connu des juifs a pris fin officiellement en 70. Les romains ont fait pendre (cloué en croix) les chefs des rebelles, tué beaucoup de ses habitants, fait esclaves des hommes, des femmes et des enfants judéens, et Jérusalem fut dévastée complètement. Ainsi s’accomplissait les écritures prophétiques du livre de Daniel (Da.9.26-27), cité plus haut dans cet article.

 

Avant que la ruine et la destruction s’empare de Jérusalem, il fallait préalablement que la bonne nouvelle soit prêchée dans le monde entier. Sachons ceci: le monde entier correspondait au monde connu. Les disciples et apôtres ont parcouru le monde occupé par Rome, et même au-delà. Les apôtres et disciples ont voyagé d’est en ouest, allant de l’Espagne jusqu’en Inde. Voici la liste des apôtres et disciples, morts en «service»:

Pierre a évangélisé Rome.

Il est mort crucifié la tête en bas à sa demande car il se sentait indigne de mourir comme Christ

Jacques fils d’Alphée était le chef de l’Église de Jérusalem.
Il a été jeté du promontoire sud-est du Temple, haut de 30 mètres, il a survécu et a été battu à mort avec des bâtons par ses ennemis.
Satan avait conduit Jésus sur ce même promontoire pour le tenter.

André est mort crucifié après avoir évangélisé autour de la Mer Noire.
Les témoins racontent qu’André aurait déclaré en voyant la croix :

« J’ai longtemps désiré et anticipé cette heure. La croix a été consacrée par le corps du Christ pendu à la croix. »

Il a continué à prêcher à ses tortionnaires pendant 2 jours avant de mourir.

Jacques fils de Zébédée a évangélisé l’Espagne.
Il est le premier apôtre à mourir en martyr, décapité à Jérusalem.

Philippe a évangélisé l’Asie-Mineure.
Il est mort lapidé et crucifié la tête en bas en Phrygie.

Barthélémy a évangélisé l’Arabie et la Mésopotamie,
Il a été flagellé, écorché vif, crucifié puis décapité.

Thomas a évangélisé l’Inde et formé une première communauté chrétienne à laquelle appartenait des personnes de la famille royale,
Il y est mort, transpercé par une lance.

Matthieu a évangélisé l’Éthiopie,
Il est mort, tué par l’épée.

Jude Thaddée a évangélisé la Perse, la Mésopotamie et d’autres pays arabes
Il aurait subi le martyre en Perse.

Simon le Zélote a évangélisé la Perse, l’Égypte et les berbères,
Il a été découpé à la scie.

Jean est le seul à être mort de vieillesse.
Il a pourtant connu le martyre par immersion dans un bain d’huile bouillante à Rome,
Condamné aux mines à Patmos, où il rédigea l’Apocalypse
Il est mort de vieillesse dans l’actuelle Turquie (cette affirmation demeure à confirmer).

 

Ainsi, lorsque Jésus a dit : «28.18Jésus, s’étant approché, leur parla ainsi: Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre.28.19Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit,28.20et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde.»

Jésus fut donc avec eux, jusqu’à la fin de LEUR monde, le monde qu’ils ont connu. Les apôtres et disciples furent les témoins directes, les hommes qui ont exercé la période de transition entre la loi et la grâce. Jésus s’adressait aux apôtres et disciples. Ses paroles sont contemporaines et non en un temps ultérieur, car il fallait que le monde connu soit évangélisé avant le jugement qui allait survenir sur la Judée et la destruction de Jérusalem. C’est là que s’accomplirent les paroles du prophètes Daniel (9.26-27). Comme vous le constatez plus haut, tous les apôtres et disciples qui ont parcouru le monde, conformément à ce que Jésus leur commanda, sont morts avant l’an 70, avant le jugement final.

 

Les éléments du texte de Mt.24.14-20 nous précisent un court laps de temps

  • Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier (v.14; lieu: le monde connu, le monde romain)
  • alors, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes (v.16; lieu: précision sur le lieu, la Judée; temps: la Judée existe jusqu’en l’an 70. Il n’y a plus de Judée à partir de l’an 70)
  • Priez pour que votre fuite n’arrive pas en hiver, ni un jour de sabbat (v.20; temps: période de transition, la loi, dont le Sabbat fait parti, n’existe plus à partir de l’an 70; gentilé: le sabbat de la loi mosaïque est le fait exclusif des juifs, qui n’existent plus dès la destruction du Temple et de Jérusalem)

Et en effet, ce n’est pas arrivé en hiver. Le siège de Jérusalem dura depuis le mois de Mars à la fin de septembre 70. Plusieurs Sabbat pendant cette période. La fuite était quasi-impossible, sauf pour ceux et celles que Dieu a choisit d’«enlever», afin que ces croyants hébreux soient en sécurité dans la cité refuge de Pella (toujours selon l’historien contemporain, Flavius Joseph).

 

CONCLUSION

Nous sommes dans l’obligation de reconnaître les faits historiques mais aussi, la portée courte de l’historicité prophétique de Jésus. Il importe aussi de faire le lien directe entre la question initiale des disciples et l’énoncé prophétique de Jésus sur le Temple et le monde juif (Jérusalem, le judaïsme et la Judée). Jésus répond à la question des disciples et ne dépasse pas le temps prévu pour l’action prophétique sur Jérusalem et sa destruction. Jésus appui ses propos prophétiques par les propos prophétiques de Daniel. Il explique ainsi que les prophéties de Daniel sont proches dans le temps et qu’ils surviendront incessamment. Les éléments d’analyses textuelles nous obligent à tenir compte de ces points ci-dessous:

  • le temps
  • les lieux
  • le gentillé
  • la culture
  • le contexte social
  • le contexte religieux
  • le contexte de l’auteur
  • le témoignage historique
  • les faits historiques
  • l’apologétique

Ainsi, nous plaçons une loupe qui nous donne des précisions sur la portée prophétique des propos de Jésus à ses disciples, et nous en concluons donc que ces prophéties se sont bel et bien réalisées lors de la chute de Jérusalem dans les années 70 de notre ère. Il est impensable alors de donner une portée prophétique extensible, puisque les éléments de temps et de lieux nous en empêchent.

 

 

Patrick Galarneau

Fin du monde, enlèvement, jugement dernier? L’arnaque de l’histoire religieuse (part 8)

24.11Plusieurs faux prophètes s’élèveront, et ils séduiront beaucoup de gens.

24.12Et, parce que l’iniquité se sera accrue, la charité du plus grand nombre se refroidira.

24.13Mais celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé.

 

Inévitablement, si vous êtes dispensationnalistes non-charismatique, vous avez éprouvé beaucoup de problèmes avec le verset 13. Si vous êtes dispensationnalistes-pentecôtiste et/ou charismatique, vous êtes persuadés, à tort, que le verset 13 signifie sans le moindre doute que le salut est conditionnel et donc, est de votre responsabilité personnel.

 

Bien sûr, lorsque l’on comprend les textes de manière plus lucide, on comprend aisément qu’aucune position de la dispensation ne correspond au texte. Nous avons observé, tout au long des derniers articles sur le sujet de Mathieu 24, que Jésus s’adresse à ses disciples, et la plus longue extension que Jésus fait dans son adresse, c’est l’Israël contemporaine des disciples. Ainsi, quand Jésus explique que celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé, il parle des événements qui se produiront très bientôt sur la cité de Jérusalem. Les éléments du texte, le contexte interne, nous dresse une limite dans le temps. D’abord, revoyons les limites de temps:

  • les faux christ ne peuvent qu’être juifs, puisque la notion de Christ, par les promesses de Dieu, appartient uniquement à Israël et plus précisément, de la tribu de Juda.
  • les faux christ ne peuvent être considérés que pendant la durée de vie du Temple de Jérusalem, car c’est dans ce Temple que doit recevoir le Christ
  • Le Christ doit venir avant la destruction du Temple pour la raison mentionné plus haut
  • La destruction du Temple signifie la fin du judaïsme
  • Jérusalem détruite, c’est la fin d’Israël et la fin de la période de transition entre la loi mosaïque et le temps de la grâce
  • avant la destruction de Jérusalem, le monde doit avoir été évangélisé, après quoi, viendra la fin de ce monde (fin du monde), le jugement dernier (le jugement final sur Israël)
  • Le livre de Daniel est prophétique et annonce qu’un Oint sera retranché et n’aura pas de successeur (Da.9.26-27)
  • Le livre de Daniel ne va pas plus loin que l’an 81 de notre ère dans ses prophéties (Da.9.27)
  • La Judée n’existe plus à partir du 8 septembre 70, et le Christ doit venir de Judée
  • Les évangélistes sont morts
  • L’Apocalypse fut rédigé avant l’an 70, selon les éléments du contexte interne et externe et ce, contrairement à l’idée véhiculée des propagandistes de la dispensation
  • Toutes les lettres furent rédigées avant l’an 70: aucune mention des faits historiques les plus marquants de l’histoire d’Israël. Ce seul fait détruit tout argument d’une rédaction post-Israël
  • Lors de l’allocution de Jésus dans ce texte, nous sommes encore dans l’ancienne alliance.
  • Tous les éléments des évangiles appartiennent à l’époque de la fin de l’ancienne alliance (en ces derniers temps: Hé.1.2), ce qui induit en erreur les croyants sur la chronologie du temps, que ce soit pour le salut, l’obéissance à loi versus la grâce, la dîme, etc…

 

Alors, que signifie le verset 13, si ce n’est pas pour parler du salut?

Si le salut par grâce est offert à tous, il fallait que Christ retourne au Père préalablement pour que le Saint-Esprit descende. Comme Christ n’est même pas encore offert en sacrifice, comment peut-on croire que le verset 13 parle du salut et de perte du salut? C’est le genre d’anachronisme dont se rendent coupables les dispensationnalistes, particulièrement pentecôtistes et/ou charismatiques. Et comment osent-ils concocter cette nouvelle hérésie du double-accomplissement, alors que d’un côté, ils prennent des prophéties de l’ancien Testament, pour affirmer que ça s’est produit historiquement, mais qu’ils doivent se reproduire à nouveau dans un futur où, le Christ n’est pas encore paru, encore moins offert en sacrifice et ressuscité! Cherchez l’erreur de jugement chez ces gens!!

 

Dans la plus grande honnêteté, il faut reconnaître la simplicité du texte et admettre l’historicité des événements proches du temps de Jésus. Ainsi, encore une fois, les éléments du texte nous précisent que celui qui va persévérer jusqu’à la fin, sera sauvé de la mort et de l’esclavage. Celui qui ne se sera pas adonné à trahir son frère de sang pour le traîner devant les tribunaux à cause de Christ, sera épargné lors du jugement qui tombera sur Jérusalem et sa population. Les éléments tels que «alors, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes (v.16)», oui encore «Priez pour que votre fuite n’arrive pas en hiver, ni un jour de sabbat (v.20)», sont des éléments qui ne trompent pas sur l’identité de ceux qui seront visés par le jugement, donc, ceux de la Judée, des israëlites qui ont décidé de demeurer sous la loi (des juifs), et nous savons aussi la limite de temps et voici pourquoi:

  • Si la Judée est détruite en l’an 70, que les juifs sont détruits, dispersés, faits esclaves ou tués, comment peut-on penser un seul instant que cette prophétie puisse concerner un futur lointain? La Judée n’existe plus depuis l’an 70 et plus jamais, selon le livre de Daniel, il n’y aura de Judée. Le sacrifice et la loi cesseront définitivement: pas dans sa pratique stérile, obsolète et caduque faite par des hébreux attachés à leur tradition religieuse, mais bien dans le coeur de Dieu. Pour Dieu, les sacrifice et la loi sont choses du passé. Il n’y a plus de débat qui tienne sur «dois-je obéir à la loi, ou bien, sommes-nous graciés»? Ce débat est obsolète depuis l’an 70.

 

CONCLUSION

Ainsi, le verset 13 ne concerne aucunement le salut, car comme expliqué précédemment, le salut par grâce est arrivé au jour de la pentecôte. Or, le texte où Jésus s’adresse à ses disciples et leur explique que celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé, nous sommes encore dans l’ancienne alliance. Cet argument sera appuyé par les éléments du texte que l’on peut vérifier historiquement, alors que la destruction de Jérusalem survint 40 ans plus tard. Les juifs ont dû fuir dans les montagnes, les autres furent tués, faits esclaves, dispersés ou… enlevés! 😉

 

 

Patrick Galarneau

Débat proposé pour Mario Massicotte

Depuis les 5 dernières années, je propose des débats sur Facebook sur différents sujets. Je suis présentement dans l’eschatologie. Alors, quoi de mieux que de se frotter aux dispensationnalistes-futuristes-alarmistes, qui font de leur ministère, une escroquerie pour mieux attraper les naïfs.

 

Voici quelques hurluberlus ici-bas:

 

Joseph Mar Ebenezer a partagé la photo de Mario Massicotte.
14 h ·

J’espère que Mario n’acceptera pas le défi pour un débat que lui a lancé Galarneau ! L’eschatologie le prophétique c’est du sérieux .. On ne débat pas avec un rigolo .. on l’envoi paître poliment ..

 

Mario Massicotte
J’aime la Page
18 juin 2016 ·
Prochain voyage en Israël avec Mario Massicotte!
Shalom!
Notre voyage en Israël & Jordanie, prévu du 17 au 27 avril 2017, s’est rempli immédiatement après l’avo…
Afficher la suite

J’aime
Afficher plus de réactions
Commenter
Partager

 

 

4
4
Commentaires

Joseph Presti J’espère qu’il se rendra compte avant d’accepter, que se sera comme débattre davant un mur

1
Gérer

J’aime
Afficher plus de réactions
· Répondre · 13 h

Lise St-Pierre Mario Massicotte, n’a pas de temps à perdre, il ne répond pas, et surtout pas à des casquettes, calottes, il n’est pas de taille.
Je le connais pst Mario, gentil mais il est capable de répondre à ces détracteurs, si détracteur il y a.

2
Gérer

J’aime
Afficher plus de réactions
· Répondre · 13 h

Lise St-Pierre Je n’en reviens pas que Galarneau lui a lancé un défit pour un débat !
Gérer

 

1

J’aime
Afficher plus de réactions
· Répondre · 3 h · Modifié

Joseph Presti Je ne le connaissais pas, je suis aller voir son profil, il regarde les prophéties de très près, je comprends pourquoi casquetteman veut se le faire

1
Gérer

J’aime
Afficher plus de réactions
· Répondre · 13 h

Votre réponse…

 

 

Catherine Jacquot Je ne le connais pas du tout il est français ?

2
Gérer

J’aime
Afficher plus de réactions
· Répondre · 12 h

Lise St-Pierre Oui Mario Massicotte est Québécois.
Gérer

J’aime
Afficher plus de réactions
· Répondre · 3 h

Votre réponse…

 

 

Armand Roy Mario Massicote est Canadien-Français.

J’aime bcp plus le fruit des vertues dont je perçois chez Mario que celui qui lui lance un défi…

Mario apporte probablement plus en coeurs repentis.
Je crois aux Miracles. Et à la repentance avec le témoignage de Jésus.

Suivons les paroles de ceux qui nous font suivre Jésus.
Jésus a accomplit TOUTES les prophéthies le concernant. Maintenant, suivons l’exemple.

2
Gérer

J’aime
Afficher plus de réactions
· Répondre · 12 h

Séphora Souadia Vu ce qu’il s’est passé sur le mur de PG cette dernière année, pas grand monde accepterait de débattre avec lui. Et à juste titre.

2
Gérer

J’aime
Afficher plus de réactions
· Répondre · 10 h

Samuel Segura Accepter de débattre, de la manière dont a été lancé cet espèce de défi sans nom, reviendrait à vouloir combattre les oeuvres de satan, en utilisant ses armes, telles que le mensonge, l’arrogance, la haine, la perfidie. Je crois bien que Mario utilisera plutôt les armes, dont l’a revêtu Christ, par son Esprit, en priant, et bénissant ce pauvre homme, qui s’enlise chaque jour un peu plus, dans cette mélasse de frustration, car il n’a jamais réglé ses différents, avec les assemblées, de type ADD, dont il voue une haine sans borne, et qu’il dénigre, à longueur de temps, sur facebook, ou sur youtube…..tous ses admirateurs ont été, pour ma part, supprimés de mes contacts, car ils prennent un malin plaisir à aller « cafeter », tout ce que j’écris à son sujet, alors qu’il est tout à fait au courant, de ce que je pense de lui, ainsi que de ses oeuvres……….
Gérer

J’aime
Afficher plus de réactions
· Répondre · 30 m · Modifié

Samuel Segura Je crois qu’il fait cela afin de relancer sa notoriété en berne depuis quelques temps, puisque de plus en plus de vrais chrétiens, ont quitté sa tribune.

1
Gérer

J’aime
Afficher plus de réactions
· Répondre · 29 m

Catherine Jacquot Ha ouais il perd des clients ? Lol

1
Gérer

J’aime
Afficher plus de réactions
· Répondre · 27 m

Moi: ont-ils peur par hasard?

Et toi Armand Roy, incapable d’assumer et de me le dire directement? 😉

 

Maintenant, je propose à monsieur Massicotte un débat sur nos positions respectives. Le but? Que chacun se fasse sa propre idée sur ce qu’ils croiront ensuite être la vérité. Je propose ce débat, sachant très bien qu’il sera ignoré. les gens comme Massicotte n’ont pas assez de courage pour défendre leurs positions. Ils se cachent dans leur tanière et ramasse le fric, comme de bons mercenaires qu’ils sont.

 

Et les raisons qu’ils évoquent, c’est qu’ils n’ont pas de temps à perdre, que leur temps est trop précieux pour le perdre avec un insignifiant. Personnellement, je suis de glace devant ce genre d’attitude condescendante. Je sais très bien que les mercenaires fuient devant l’adversité et ça se comprend. Je ne fais pas d’argent avec ce que je fais. Je ne suis commandité par personne. Alors, je n’ai rien à défendre. Je lance l’idée de ce débat, en sachant qu’il n’aura jamais lieu. Alors, si je lance cette idée de débat, c’est pour fermer l’égout à ciel ouvert qui sert de bouche aux hurluberlus qui ne pourront jamais mettre en doute la confiance que j’ai dans l’appel du Seigneur pour ce que je fais.

 

Bon asile psychiatrique les amis 😉

 

 

Patrick Galarneau

Championnat mondial junior de hockey sur glace.

Oui, je le sais, je dévie de la vocation naturelle de mon site afin de vous entretenir sur le hockey, et plus précisément sur le championnat mondial junior de hockey sur glace qui a eu lieu dans les dernières semaines. Ce championnat s’est tenu dans la ville sans intérêt de Buffalo, aux Etats-Unis, tout près de Toronto, ville canadienne.

 

UNE LEÇON DE HOCKEY

Quel spectacle avons-nous eu! D’autant plus qu’à Montréal, l’équipe de hockey la plus titrée au monde, ne nous offre pas un calibre des plus relevé par les temps qui courent. En fait, les Canadiens de Montréal sont si misérables qu’il est difficile à croire que cette formation fut, jadis, si glorieuse et puissante. Or, l’équipe canadienne junior nous a servi une belle leçon de hockey à tous les fans de hockey de la planète, comme elle en a l’habitude de le faire dans des tournois d’envergure. Elle vient de décocher sa 17ième médaille d’or de sa glorieuse histoire lors ces tout derniers tournois mondiaux, mettant en vedette des formations comme la Suède, la Suisse, la République Tchèque, la Slovaquie, la Russie et les Etats-Unis, pour ne nommer que celles-là.

 

LA CRÈME DE LA CRÈME

Chacune des formations nous a offert du beau hockey à regarder, malgré que ce soit un tournoi junior. C’est l’un des seuls tournois que je me permet d’observer, puisque, habituellement, je suis en congé lors de ce tournoi. N’oublions pas que c’est l’élite, la crème de la crème qui, dans un avenir très rapproché, se verra porter l’uniforme d’une formation de la plus prestigieuse ligue de hockey au monde, la ligue nationale de hockey, mieux connu sous son acronyme, la LNH. Pour d’autres, ce sera la KHL, la ligue russe ou encore, certains demeureront dans des ligues moins prestigieuses, comme la ECHL ou des ligues de deuxième ordre en Suède ou en Suisse, sans vouloir manquer de respect à ces ligues qui, admettons-le, sont tout de même de belles ligues bien organisées, mais qui n’ont pas les lettres de noblesses d’une ligue aussi respectée que la LNH.

 

UN TOURNOI, UN BEAUME SUR NOS PLAIES

Quoi qu’il en soit, ce tournoi ne peut faire autrement que de nous réconcilier avec la beauté de ce sport, alors que nous ne sommes pas très gâté par nos formations favorites de la LNH. Du moins, pour tous ceux et celles qui espèrent, dans leurs plus folles utopies, que les Canadiens de Montréal se taillent une place inespérée pour le prochain tournoi printanier, un périple qui nous mène à deux mois intense d’activité jusqu’à Lord Stanley, le trophée le plus difficile à remporté, tous sports confondus. C’est sans compter que depuis le début de la saison 95-96, nous ne pouvons plus jeter notre dévolu sur les défunts Nordique de Québec, déménagé au Colorado, fautes de liquidité.

 

PAS SEULEMENT CANADIEN

Néanmoins, je tiens à féliciter chacune des équipes ayant participé à ce magnifique tournoi, pas assez long à mon humble avis. Bien entendu, je souhaitais une victoire canadienne, mais j’ai une petite place dans mon cœur de partisan pour les suédois et l’équipe nationale de la Suisse, deux formations dont les pays sont peu populeux, mais qui ont un excellent bassin de joueurs. La suède doit être considérée comme une puissance du hockey à l’échelle internationale. Mais la Suisse n’est pas en reste, elle qui produit de plus en plus de joueurs d’élite, dont plusieurs sont repêchés par des formations de la LNH. Bravo!

 

LE CANADA, TOUJOURS L’ÉQUIPE À BATTRE

Déception cependant du côté de la Russie. Nous n’avons plus le « challenge russe » que nous avions dans les années ’70 et ’80, alors que les formations de l’ancienne URSS demeuraient des équipes à battre, presqu’au même titre que le Canada. Et pour terminer, le Canada demeure encore la puissance mondiale du hockey, masculin comme féminin. Chaque pays fait du Canada son objectif d’excellence. Chaque équipe espère, dans ses plus profondes illusions, battre la Canada dans un tel tournoi. Encore une fois, le Canada nous a démontré tout son talent. Jamais il n’a été menacé dans ce tournoi, si ce n’est l’accident de parcours contre les américains que les canadiens ont échappé 3-2 contre ces derniers. Mais les Etats-Unis n’ont même pas été à la hauteur de la demie finale contre la Suède, concédant deux buts en désavantage numérique, en milieu de troisième période dans un affrontement sans lendemain. Puis, le Canada a réglé le cas suédois dans une victoire tout de même serrée de 3-1.

 

CONCLUSION SUÉDOISE

Mais bravo aux suédois, ils n’ont absolument pas à rougir de leur performance en grande finale. De tout le tournoi, la Suède n’a jamais connu le hockey de rattrapage, n’ayant jamais concédé le premier but à l’adversaire, sauf en grande finale contre le Canada. Une très belle formation celle de la Suède, et fort possiblement le 1er choix au repêchage du prochain encan en juin 2018, le défenseur suédois, Rasmus Dahlin. Si les Canadiens sont pour terminer dans les bas fonds du classement de la LNH cette année, ils auront choisi la bonne année pour être médiocre, car ils pourraient repêcher cette perle rare.

 

 

Patrick Galarneau