Fin du monde, enlèvement, jugement dernier? L’arnaque de l’histoire religieuse! (partie 6)

MOUVEMENT ÉVANGÉLIQUE: MACHINE À FABRIQUER DU FRIC ET DE FAUX CROYANTS!

 

Les chrétiens évangéliques qui ont rencontré Christ dans les années 60 à 80, ont connu l’âge d’or de ce mouvement et se sont faits bercer de toutes les illusions qui ont marqué cette mouvance très « ONE MAN SHOW » des Etats-Unis avec ses figures emblématiques, tel, Jimmy Swaggart ou Billy Graham. Nous avons de nouveaux visages aujourd’hui, des propagateurs de faux espoirs, comme Joyce Meyer, Kenneth Copeland ou Joel Osteen qui poursuivent dans la lignée de ces figures, considérées faussement comme des sentinelles de Dieu. Ces vendeurs d’espoir de grandes masses sont des machines à fabriquer des ministères, mais surtout, de fric. De beaucoup de fric! La mouvance évangélique reproche aux Papes et à l’Église Catholique de s’asseoir sur des milliards, mais la mouvance évangélique a plutôt démontré qu’elle lui était envieuse, car dans ce domaine, elle a certainement surclassé les catholiques.

 

Le mouvement évangélique a fait son fric dans bien des domaines, mais aussi, grâce aux campagnes d’évangélisations. En fait, c’est du recrutement à grand déploiement. Ils profitent de la naïveté du plus grand nombre pour nous donner d’une main de l’espoir, et de l’autre main, une condamnation fabriquée par la peur. Autrement dit, ils suscitent l’extase et l’espoir, tous deux motivés par un intérêt personnel des auditeurs, et non parce que ces auditeurs furent saisis par la grâce. Ils leur promettent une vie meilleure ici-bas et en haut. Ils leur disent que le monde est celui du Diable et que les gens, même de leurs propres familles, sont des ennemis. Ils font de ces prétendus chrétiens de pauvres victimes, signe manifeste et véridique qu’ils sont alors de vrais élus de Dieu. On leur a donc promis aussi que Dieu les vengerait au dernier jour, car Jésus revient bientôt, selon ces faux prophètes. On leur a dit que, selon les prophéties de Daniel et de Mathieu 24, les chrétiens allaient être enlevés et que le monde allait subir son terrible jugement. L’antéchrist (comme ils l’appellent de manière erronée), allait paraître dans les trois ans et demi avant l’enlèvement, puis, l’Église sera enlevée, il y aura un tas de malheurs qui surviendront sur Terre, Jésus allait revenir une autre fois pour combattre l’anti-Christ et imposer un millénium, dans lequel Satan serait enchaîné et le faux prophète serait balancé dans l’étang de feu.

 

Tout ceci n’est rien d’autre qu’un conte pour enfants du moyen-âge et est d’un ridicule déconcertant. C’est ahurissant que des adultes, ayant des responsabilités familiales et sociales, puissent croire à de telles inepties, alors que les choses dont nous discutons sont, en réalité, bien plus simples et explicables historiquement.

 

Dans le prochain article, j’expliquerai le passage de Mt.24.9-10

 

 

Patrick Galarneau

Publicités

Fin du monde, enlèvement, jugement dernier? L’arnaque de l’histoire religieuse! (partie 5)

Mt.24.8 Tous ces événements seront comme les premières douleurs de l’accouchement.

 

Reprenons les premiers versets du chapitre:

1  Jésus sortit du temple et, tandis qu’il s’en allait, ses disciples s’approchèrent de lui pour lui faire remarquer les constructions du temple.
2 Alors Jésus prit la parole et leur dit : Vous voyez tout cela ? Je vous le déclare, c’est la vérité : il ne restera pas ici une seule pierre posée sur une autre ; tout sera renversé.
3 Jésus s’était assis au mont des Oliviers. Ses disciples s’approchèrent alors de lui en particulier et lui demandèrent : Dis–nous quand cela se passera, et quel signe indiquera le moment de ta venue et de la fin du monde.
4 ¶ Jésus leur répondit : Faites attention que personne ne vous trompe.
5 Car beaucoup d’hommes viendront en usant de mon nom et diront : Je suis le Messie ! Et ils tromperont quantité de gens.
6 Vous allez entendre le bruit de guerres proches et des nouvelles sur des guerres lointaines ; ne vous laissez pas effrayer : il faut que cela arrive, mais ce ne sera pas encore la fin de ce monde.
7 Un peuple combattra contre un autre peuple, et un royaume attaquera un autre royaume ; il y aura des famines et des tremblements de terre dans différentes régions.

 

EXPLICATION

Jésus débute par la finalité: il ne restera pas pierre sur pierre. Ensuite, il explique les douleurs de l’enfantement, c’est-à-dire, les éléments ici-bas:

  • beaucoup d’hommes viendront en usant de mon nom et diront : Je suis le Messie !
  • ils tromperont quantité de gens. (Notes: durant tout le 1er siècle, on a dénombré au moins 42 personnes ou sectes monothéistes affirmant être le Messie. Du jamais vu dans toute l’histoire de la Judée et qui a résonné dans tout l’empire romain)
  • Vous allez entendre le bruit de guerres proches et des nouvelles sur des guerres lointaines (Notes: les empereurs romains de cette période étaient sanguinaires et les gouverneurs romains de la Judée étaient despotiques, ce qui poussa les judéens, et plus particulièrement la secte extrémiste des zélotes, vers la révolte. C’est sans compter l’expansion de l’empire romain au centre et au nord de l’Europe, qui passèrent par de nombreuses guerres impitoyables. Les garnisons romaines recrutaient énormément d’hommes de toutes les régions du monde conquis. Des recensements eurent lieu dans les nombreuses cités et villages du monde romain afin d’aller à la conquête romaine, dont l’Angleterre et repousser les goth germaniques).
  • Un peuple combattra contre un autre peuple, et un royaume attaquera un autre royaume (Notes: mais ce ne sera pas encore la fin de ce monde. La fin de ce monde surviendra à l’ultime guerre entre Rome et la Judée)
  • il y aura des famines et des tremblements de terre dans différentes régions

 

LES DOULEURS DE L’ENFANTEMENT

Il est intéressant de noter que Jésus utilise cette image pour décrire les terribles événements à venir. D’abord, nous ne pouvons faire autrement que d’admettre que les événements liés aux douleurs de l’enfantement sont dans une courte période de 40 ans, c’est-à-dire, entre la mise en croix de Jésus, puis la destruction finale de Jérusalem et de son Temple, objet ostentatoire du judaïsme et de la venue du Messie. Or, le Temple détruit, ainsi que la cité en entier, Dieu marque alors un trait définitif sur l’histoire de la Judée, du Judaïsme, de Jérusalem et d’Israël. Mais plus que cela: la période de 40 ans en fut une de transition entre l’ancien monde et le nouveau monde, les deux se côtoyant le temps de la prédication universelle des apôtres et disciples, allant de l’Espagne jusqu’en Inde, du nord de l’Europe jusqu’en Afrique centrale. Une fois que le monde fut évangélisé, la fin est arrivée sur Israël et seul, la grâce fut effective.

 

Tout ce qui a mené vers la destruction de Jérusalem étaient les douleurs de l’enfantement, après quoi vient l’accouchement. La gestation d’une femme enceinte dure neuf mois. Dans ce cas-ci, l’image est reprise par Jésus pour parler des 40 ans de transition entre la fin de la loi et le temps de la grâce. Les douleurs se firent de plus en plus intense, à mesure que les empereurs et les gouverneurs romains se succédèrent et exercèrent des pressions coercitives sur la Judée, provoquant la grogne populaire et qui a vu plusieurs faux messies s’ériger en sauveurs d’Israël. L’expression « douleurs de l’enfantement » ne peuvent être que pour cette période, puisque c’est Israël qui est ciblé par ces prophéties de Jésus. Il est tout à fait impossible que les douleurs de l’enfantement durent plus de 2 000 ans, comme le suggère les dispensationnalistes. Les douleurs de l’enfantement sont une série de progression continue et sans ligne d’arrêt historique et ce, jusqu’à ce que s’accomplisse tout ce que Jésus a mentionné. Or, la dispensation exigerait que les douleurs de l’enfantement aient eu plusieurs lignes d’arrêts historiques et ne mènent pas à un accouchement.

 

CONCLUSION

Il est tout aussi inutile d’évoquer cette fausse hérésie des temps modernes, qu’on appelle « le double-accomplissement ». Il faudrait répéter les mêmes événements, mais adaptés à notre époque. Pourtant, les prophéties de Jésus au chapitre 24 de Mathieu ne suggère aucunement une telle possibilité, et dans toute l’histoire prophétique, il n’y a jamais eu une situation qui s’est répétée deux fois et encore moins de manière identique. Il faut donc en conclure que le jugement et la fin du monde concernait la fin de tout ce que le peuple hébreux a connu depuis Moïse jusqu’à la terrible tragédie de la Judée en l’an 70.

 

 

Patrick Galarneau