Fin du monde, enlèvement, jugement dernier? L’arnaque de l’histoire religieuse (part 10)

Mt.24.21Car, en ce temps-là, la détresse sera plus terrible que toutes celles qu’on a connues depuis le commencement du monde jusqu’à maintenant, et il n’y en aura plus jamais de pareille.

 

Remarquez bien ceci: l’auteur met en relief une longue période de temps:

depuis le commencement du monde jusqu’à maintenant, et il n’y en aura plus jamais de pareille

Depuis le commencement: retrace l’histoire d’Israël à partir de la Genèse ch.1, v.1. La Genèse est, comme son nom l’indique, le commencement, les origines de toutes choses. Nous savons aussi que les textes de la Genèse ont pour but de nous éclairer sur les origine du monde, du péché, ainsi que la formation du peuple que Dieu s’est choisit pour y manifester sa puissance et par qui le salut des hommes devait répondre à la chute en Éden. Nous retraçons donc l’histoire d’Israël, sa formation en tant que peuple, depuis Abraham, Isaac et Jacob. Il est intéressant aussi de noter que l’évangéliste Mathieu souligne, d’entrée de jeu de sa rédaction, la généalogie de Jésus et ce, depuis le patriarche Abraham jusqu’à sa formation par les 12 tribus d’Israël.

 

Le livre de la Genèse est comme un entonnoir: il nous livre les grandes lignes de la création, nous explique les origines du péché, la révolte à la tour de Babel, le déluge universel et ensuite, les textes ferment de plus en plus cet entonnoir pour mettre une loupe sur le peuple que Dieu s’est choisit: Israël. Le reste de la Genèse se concentre sur la formation de ce peuple. C’est dans le livre de l’Exode que le peuple d’Israël prend son envol, sans jeu de mots. Ce peuple va errer pendant 40 ans dans le désert, mais c’est dans cette période que nous vient le pentateuque. De plus en plus, Israël prend forme en tant que peuple, mais aussi, en tant que nation souveraine, depuis la libération d’Égypte par Moïse, jusqu’à l’instauration des rois sous le prophète Samuel (1Sam.9), en passant par Josué, qui conduira ce peuple en terre promise et évacuant du même souffle les cananéens sur qui tombera la malédiction de Noé sur son fils, Cham, et plus précisément sur Cannan. La Genèse retrace dont l’histoire d’Israël à partir de ses premiers balbutiements.

 

LE COMMENCEMENT ET LA FIN (Da.12.1)

Le commencement du monde, c’est donc celui d’Israël, puisque la formation des livres de l’ancienne alliance retrace l’histoire d’Israël et de Dieu qui se manifestera de manière progressive et prononcée à travers le peuple choisit. Si Mathieu prend le temps d’évoquer la généalogie de Jésus, ce n’est pas sans raison. Le commencement est là: depuis Abraham! Il ne s’agit donc pas du commencement du monde au sens où le monde entier y serait inclus. Voyons voir maintenant la prophétie de Daniel, qui a prophétisé pour ces temps à venir, et qui, pour nous, sont déjà du passé depuis près de 2 000 ans:

En ce temps-là se lèvera Micaël, le grand chef, le défenseur des enfants de ton peuple; et ce sera une époque de détresse, telle qu’il n’y en a point eu de semblable depuis que les nations existent jusqu’à cette époque. En ce temps-là, ceux de ton peuple qui seront trouvés inscrits dans le livre seront sauvés.

Ce passage de Daniel décrit la situation que Jésus évoque dans Mt.24. D’ailleurs, Jésus fait référence au prophète Daniel dans son élocution auprès des disciples. Dans ce passage de Daniel, Micaël (ou Michel, dépendamment des traductions), est reconnu comme l’ange protecteur d’Israël (Da.10.13; Jude 1.9). Ainsi, la notion de peuple est celle du peuple d’Israël. C’est donc Israël qui est ciblé dans Mt.24, en concomitance aux textes de Daniel évoquant l’ange Michel.

À noter aussi qu’il y a une limite de temps: jusqu’à cette époque. C’est un temps bien arrêté, comme dans Mt.24.21 où il est mentionné qu’il n’y en aura plus jamais de pareil. Ce qui induit que le temps ne s’arrête pas et donc, que ce n’est pas une finalité universelle, mais du monde connu du peuple d’Israël.

 

CONCLUSION

Depuis le commencement, c’est depuis Abraham, en passant par les terres de Goshen en Égypte, où Israël fut captif pendant 400 ans. C’est aussi la période de 40 ans d’errance dans le désert, l’entrée en Cannan, la période des juges, des rois, de la déportation à Babylone, du joug des perses, des grecs, et ensuite, des romains, là où Israël sera détruit, après les grandes périodes de tribulations avant sa totale destruction. D’Abraham à la destruction de la Judée, voilà le commencement et la fin. Bien que dans le livre de Daniel on évoque depuis le commencement des nations, ne perdons pas de vue que le commencement a débuté lorsque Dieu a confondu les langues à la tour de Babel. C’est à ce moment que l’on retrace les premiers pas d’Israël, et le texte de Daniel n’a pas pour objectif de raconter l’histoire de la formation des peuples, mais de cibler Israël à travers les nations.

 

Patrick Galarneau

Publicités