Jésus prophétise sur les tribulations et la fin de la Judée.

Mt.24.22   Si Dieu n’avait pas décidé d’abréger cette période, personne ne pourrait survivre. Mais il l’a abrégée à cause de ceux qu’il a choisis.
23 Si quelqu’un vous dit alors : Regardez, le Messie est ici ! ou bien : Il est là !, ne le croyez pas.

 

Comme vous pouvez le constater, si vous prêtez attention à chaque élément de ces deux versets, il s’agit bien du temps de la destruction du Temple. La raison est simple: depuis le début de ce chapitre, Jésus prophétise sur le Temple et Jérusalem. De plus, le verset 23 nous offre encore des limites, à la fois géographiques, prophétiques et temporelles:

  • « Si quelqu’un vous dit alors« : 1- le « VOUS » est clairement adressé aux disciples. Les disciples ont préalablement questionné le Seigneur sur l’avenir du Temple. Jésus répond à leur question tout au long de ce chapitre. Il les avertit personnellement. Jésus ne fait pas dans l’ésotérisme en se mettant à parler dans un souffle intemporel, alors que Jésus entretient une relation privilégiée avec ses disciples. Il s’adresse à eux et pour eux. Tout au long de ce chapitre, nous avons constaté que Jésus parle d’un temps proche. Il est donc inévitable que, encore une fois, le « VOUS » est personnel aux disciples. 2- Le « ALORS » sert de lien entre les versets précédents et la suite, que nous voyons ici et dans le prochain article. Ce lien permet aussi de réaliser que nous ne sommes pas dans une prophétie d’un temps futur, mais bien dans un temps très rapproché.
  • «Regardez, le Messie est ici ! ou bien : Il est là !, ne le croyez pas»: Le «ALORS» fait la jonction entre le v.22 et le v.23. Ainsi, si Jésus explique que les jours de détresse seront abrégés à cause des élus, il faut inévitablement en conclure que les élus dont il est question sont les croyants hébreux, ceux et celles qui sont demeurés dans «EPISUNAGOGE» (Hé.10.25) et sur qui ne survient pas le jugement, mais seront enlevés de Jérusalem pour trouver refuge dans la cité refuge de Pella.
  • Pourquoi est-ce que ce sont des élus hébreux, et pourquoi dans cette courte période (cette génération Mt.24.34)? À cause de la mention du Messie. Ce dernier devait se révéler avant la destruction du second Temple (voir Da.9.26-27). Depuis Ge.3.15-16, la venue d’un Messie fut prophétisé et ce, à travers Israël, de la tribu de Juda, puis fils de la lignée royale davidique. La cible est claire! L’évangéliste Mathieu a débuté sa rédaction en prouvant la messianité de Jésus par la chronologie, et que c’est ce seul Jésus qui puisse avoir été le plus potentiel Christ de tous ceux qui se sont présentés comme tel avant lui. Mais Mathieu ne se contente pas que de la généalogie. Tout au long de son évangile, il raconte les accomplissements des prophètes par Jésus, se révélant être le Christ. Pour être le Christ, il fallait donc être juif, de la tribu de Juda, descendant de David et finalement, apparaître dans le second Temple, comme l’a annoncé le prophète Daniel (9.26-27). Ainsi, nous en concluons donc que le temps limite ne dépasse pas l’an 81 de notre ère (fin de la guerre judéo-romaine et mort de Titus Vespasien)

 

PASSAGES PARALLÈLES

Zacharie 14:2
Je rassemblerai toutes les nations pour qu’elles attaquent Jérusalem; La ville sera prise, les maisons seront pillées, et les femmes violées; La moitié de la ville ira en captivité, Mais le reste du peuple ne sera pas exterminé de la ville.

2 Timothée 2:10
C’est pourquoi je supporte tout à cause des élus, afin qu’eux aussi obtiennent le salut qui est en Jésus-Christ, avec la gloire éternelle.

 

CONCLUSION

Dans le prochain article, nous verrons uniquement le verset 22. Il semble que les jours de détresse qui frapperont Jérusalem en l’an 70 seront abrégés à cause des élus. Nous comprendrons pourquoi. Ce qui est certain, c’est que cette prophétie de Jésus doit s’accomplir avant la fin de cette génération de juifs qui ont rejeté le Messie, pour l’offrir en sacrifice à la croix et y subir leur terrible jugement (Hé.10.25-39).

 

 

Patrick Galarneau

 

Publicités

L’eschatologie de Mt.24… et la suite.

Bonjour à toutes et à tous,

 

Je vais changer la formulation que j’ai utilisé lors des 10 premiers articles. Je veux abréger le titre, qui était celui-ci : «Fin du monde, enlèvement, jugement dernier? L’arnaque de l’histoire religieuse (part …)».

 

POUR D’AUTRES RAISONS

  • Je désire amener les lecteurs vers la profondeur du texte au lieu du titre.
  • Le titre servira à introduire le lecteur au sujet
  • Je préfère un titre moins accusateur, puisque de toute façon, l’objectif premier est atteint: mettre en relief l’arnaque évangélique de la dispensation. Je peux maintenant passer à autre chose et continuer ma série sur l’eschatologie
  • Je vais mettre en place une série de lecture sur ce site pour distinguer les articles sur l’eschatologie, comme je l’ai d’ailleurs fait sur mon compte YouTube.

 

CONCRÈTEMENT

Chacun des articles à suivre sera numéroté et identifié pour suivre chronologiquement la série sur l’eschatologie. Après Mt.24 et 25, je vais m’attaquer au livre du prophète Daniel et ce, avant de répondre aux interrogations sur le livre de l’Apocalypse. La raison est simple: le livre de Daniel répond à maintes questions du livre de l’Apocalypse et de plus, il est préférable d’exposer les textes dans une optique historique d’abord, pour ensuite comprendre le symbolisme récurrent d’un livre comme l’Apocalypse.

 

FINALEMENT

Chacun des 10 premiers articles se retrouvent aussi en version orale sur YouTube, afin de répondre aux différents besoins (visuels vs auditifs), mais aussi, les commentaires sont plus nombreux sur une plate-forme comme YouTube, qui est très prisée par une grande majorité d’internautes. Les prochains articles seront aussi en version orale, mais seront d’abord rédigés ici.

Les commentaires ne seront jamais désactivés. Je favorise les échanges entre commentateurs, et je me ferai le devoir d’être le plus près possible des gens pour commenter et répondre aux questions. Toutefois, comme à mon habitude, je ne me ferai pas pour autant plus interventionniste. La liberté d’expression, dans des propos minimalement acceptables, est toujours souhaitable.

 

Merci

 

 

Patrick Galarneau