Fuck You! Fuck your God!!

Est-ce que le titre vous choque? Si oui, c’est probablement parce que vous êtes rempli de scrupules et que vous vous tenez loin des gens ordinaires, des crasseux, des itinérants, des bougons et de toute la crasse merdique qui pullulent notre pauvre société satanique dont vous espérer sa disparition, au profit de votre confort éternel, où vous affirmez espérer le saint retour de Christ pour ses saints, saints plus que saints, vous qui êtes les saints martyrs de Christ du siècle présent. Les sentinelles des sentinelles, et plus que cela, vos saints hommes de Dieu qui vous dirigent et qui sont connectés à Dieu comme le fut le Saint Moïse, sur la montagne.

 

Au lieu de regarder seulement votre merveilleux nombril évangélique à partir de votre quartier huppé ou de gens de classe moyenne, loin des quartiers pauvres et misérables, en banlieue des grands centres urbains où vous auriez peur d’être attaqués à la pointe d’un couteau à la sortie d’église, pendant que les chrétiens d’Orient, eux, doivent regarder autour d’eux et même, chez eux ou dans leurs assemblées, au cas où ils pourraient exploser sous les yeux des gens en pleine rue, que diriez-vous d’une vraie et réelle immersion dans le vrai monde, là où ça pu, c’est sale, crasse, où les gens sont rempli de haine, de colère, d’amertume, de prostitution, de vulgarité? Mais quoi de plus facile que de maudire les chrétiens que vous considérez de second ordre ou encore, de faux chrétiens, car ceux-ci ne remplissent pas les chaises ni les statistiques nauséabondes de vos sectes religieuses? Allez-y, demeurez de minables religieux abjectes et sans intérêt en disqualifiant les sans-église de pitoyables chrétiens, parce qu’ils refusent de parasiter vos institutions religieuses archaïques et sans vie. Dites-leur, faussement bien entendu, qu’ils perdront leur salut ou encore, qu’ils se sont tellement éloignés de Dieu en quittant ou en s’éloignant de l’institution moyenâgeuse de vos prétendues églises vomissantes et de haut-le-cœur. Allez-y, continuez à juger ceux et celles qui n’adhèrent pas à votre obscurantisme religieux. Continuez à faire ce que vous faites de mieux:

  • Accuser
  • Juger
  • Condamner

Et de grâce: faites-moi le plaisir de mentionner derrière mon dos et de celui de tous ceux et celles à qui vous n’avez aucun courage de lui dire en face que, nous sommes des frustrés, des dissidents, de faux croyants qui ont quitté votre système religieux. N’oubliez pas de leur dire que nous sommes contre le Seigneur, en refusant votre système religieux et vos scrupules judaïques. Dites-leur aussi que c’est nous, les vierges folles, les crasses de ce monde perdu. Vous allez voir, ça va vous faire du bien, mais c’est loin d’être vrai.

Personnellement, je ne mâche pas mes mots. Et non, je ne rédige pas sous le coup d’une émotion. Non, je n’ai rien vécu de troublant dernièrement. Je ne suis pas frustré, ni amer. Au contraire, je suis heureux. J’ai reçu plein de bonnes nouvelles dans les derniers jours, aucune n’est mauvaise. Je vis les meilleurs moments de ma vie actuellement. Quel malheur pour vous, car vous ne pouvez pas m’accuser d’être en réaction, il n’y a rien. Je ne suis pas dans vos institutions relieuses. Mais je sais qui a mis quoi sur mon cœur. Je travaille pour une personne. Plusieurs d’entre vous affirment la connaître, mais beaucoup sont menteurs! Si vous disiez la vérité, vous seriez nombreux à la propager avec ce feu dévorant, mais vous n’êtes pas appelés. Vous n’êtes que des religieux sans intérêt.

 

Ici, en France, au Québec, aux États-Unis et dans tous les pays où il fait bon vivre, on se paye des bâtiments en banlieue pour nos églises, on se tient loin des quartiers miséreux, on veut être entre nous pour mieux exercer notre obscurantisme religieux. Non mais attendez, attendez; je sais, vous êtes l’exception. Oui, vous êtes en plein coeur du centre-ville. Vous vous dévouez pour la cause de Christ. Bravo. Oui, vous êtes l’exception et vous me direz:

« je ne sais pas dans quelle église tu étais, mais clairement, tu as vécu de mauvaises expériences et tu as de l’amertume. Confies ton amertume à Dieu, il te guérira, et puis, toutes les églises ne sont pas ainsi ».

Mais l’itinérant, le miséreux, la prostituée et moi-même, on te dit FUCK YOU, toi et ton dieu de lois, de règles, de prescriptions, de fins des temps, de colère, de jugements, de religions, d’obéissance servile, de prétentieux de mes deux, de nez en l’air et quoi? Finalement… de pharisien.

 

QUI ÉTAIENT LES PHARISIENS?

C’est peut-être vous, mais on le verra dans un prochain article 😉

 

 

Patrick Galarneau

Publicités