L’enseignement dans les assemblées: manipulation de masses.

Le titre dit tout. Mais élaborons un peu, si vous le voulez bien.

 

À l’école primaire, les enfants apprennent la base. C’est essentiel si l’on veut que notre enfant acquiert les préalables nécessaires pour la bonne poursuite de son développement, tant académique que social. L’enfant ne peut donc demeurer au même stade, à apprendre année après année que, 2+2 font 4!

 

Et bien, lorsque je visite les assemblées, peu importe leur dénomination à laquelle appartiennent ces assemblées, on a la constatation sous nos yeux: les adeptes en sont encore au « 2+2 =4 ». Dans un tel cas, on ne peut pas parler d’enseignants, de pasteurs, de théologiens ou de docteurs, mais de simples manipulateurs qui maintiennent les masses dans l’ignorance la plus crasse! Cette manipulation s’exerce par le puissant pouvoir de parole octroyé à celui qui a fait ses classes, c’est-à-dire, à celui qui a été un bon lèche-cul des gens d’influences de l’association ou fédération d’église pour le faire avancer inexorablement vers l’objet de l’ambition de ce dernier. Car ne l’oublions pas: le pasteur (ou enseignant), a une tribune de choix et exerce un pouvoir absolu. Le pouvoir d’exercer un droit de parole exclusif, ce n’est pas rien.

Juché sur une estrade qui démontre qu’il est plus grand et plus haut que la masse, le prétendu enseignant parle pendant plusieurs minutes sans interruption. Personne n’a le droit de l’interrompre. Si vous faites parti de la masse, vous avez un seul droit: celui de vous faire bourrer. Vous n’êtes pas d’accord avec cette démarche? Alors foutez le camp!! Vous n’êtes pas d’accord avec les élucubrations de l’abruti de service qui expose ses vomissures enrobée de sauce chrétienne? Dégagez! Ce n’est pas votre église, mais la sienne. Vous avez compris?

 

ENSEIGNEMENT = INFLUENCE; ENSEIGNEMENT = AUTONOMIE

Qu’importe que ce soit vrai ou non ce que dit l’enseignant, il a un pouvoir d’influence très important. À l’école primaire, pour réussir à passer à l’étape suivante, l’enfant s’en remet totalement à ce que dit son enseignant (j’utilise le masculin pour abréger le texte). Il dépend de son enseignant. Toutefois, il ne dépend pas de lui pour toujours. Les enfants ne vont pas continuellement parasiter sa classe année après année et répéter les mêmes choses apprises. L’enseignant de l’école primaire, secondaire et universitaire va donner les préalables nécessaires à ses élèves, dans le but ultime d’amener ses élèves à ne plus dépendre de lui, mais à devenir de plus en plus autonomes. Ça, c’est le vrai rôle de l’enseignant, quel qu’il soit. Jésus serait demeuré physiquement auprès de ses élus s’il avait été un manipulateur. Il aurait maintenu ses adeptes dans les bases de l’enseignement, il les aurait rendu dépendants. Oui, nous dépendons de Christ, mais là, je parle de manipulation ici et non de la saine dépendance envers Christ, une dépendance qui nous affranchit des mensonges répétés des prétendus enseignants de ces églises locales stériles, sans vie et où le progrès de ses adeptes est totalement absent!

 

Dans ces assemblées, ont répète les mêmes messages à l’eau-de-rose, sans viande, sans quoi que ce soit de consistant. Plus que cela: on fait dans la psychologie du Reader’s Digest et du développement personnel et on agrémente tout cela avec une série de versets pris hors contexte pour justifier leur supercherie. Vous savez pourquoi? C’est pourtant très simple à comprendre:

  • en maintenant les gens en état de dépendance, on s’assure de leur fidélité envers le clergé auto-proclamé
  • en répétant seulement le nécessaire, on s’assure que les adeptes en sachent le moins possible et puisse se référer au clergé auto-proclamé pour toutes questions existentielles et spirituelles relevant de leurs fonctions pastorales
  • On s’assure que les gens demeurent pour qu’ils continuent à engraisser le ventre déjà bien plein de ces vauriens qui ne veulent pas travailler comme tout le monde et qui, contrairement à Jésus, n’ont pas grand chose à nous apprendre sur la souffrance de la vie
  • On s’assure d’un emploi qui, pour beaucoup, en est un à vie. D’ailleurs, combien de ces profiteurs cléricaux quittent l’église pendant tout un été pour aller à leur chalet se faire dorer la couenne, chalet payer par les dîmes et offrandes des naïfs? Et ce, pendant que monsieur et madame «tout le monde» doivent négocier leurs deux semaines de vacances et que tout ce qu’ils peuvent se payer, ce sont des voyages dans leur imaginaire? Et on leur dit «si tu veux être béni, paye ta dîme et ton offrande à l’église, car c’est Dieu qui ouvrira les vannes des cieux (Ma.3)»

 

VOTRE DÉPENDANCE LEUR EST BÉNÉFIQUE

Les enseignants d’églises ont besoin de vous, Ils n’admettront jamais ouvertement qu’ils dépendent de vous. Et pour cela, ils mettent en place leur supercherie religieuse, fondée sur la peur et la culpabilité pour vous faire croire que c’est vous qui avez besoin d’eux. Pour cela, ils doivent vous enseigner avec l’intention de vous garder dans leur assemblée. Cela se traduit par des enseignements de la peur, du genre: «Il ne faut pas quitter son assemblée, car le jugement de celui qui fait cela est terrible (Hé.10.25-30)». Il s’agit d’une paraphrase de ce texte, mais c’est ainsi que les adeptes le ressentent. Pourtant, ce passage s’adresse aux hébreux de la génération de Jésus qui l’ont rejeté, l’ont crucifié et donc, ont «abandonné le rassemblement des élus» en refusant la promesse du Messie qui leur fut envoyé.

Ou encore, on utilisera Mt.24 pour vous faire la promotion d’un enlèvement qui aura lieu, mais seulement si vous êtes une vierge sage (Mt.25) et pour cela, il vous faut répondre à des conditions que l’on ajoute au salut offert par grâce. Vous devez demeurer à votre église locale, sauf si vous déménagez et que vous avez une lettre de recommandation de votre pasteur pour l’église locale où vous allez dorénavant crécher et dépendre. Faute de quoi, on dira que «c’est parce qu’ils n.étaient pas des nôtres qu’ils ont quitté», texte dans la première épître de Jean et sorti volontairement de manière culpabilisante pour dissuader la dissidence des autres.

 

LE VRAI ENSEIGNEMENT

C’est la voie la moins empruntée, car elle exige de ne plus être un adepte, et l’enseignant n’est pas un manipulateur qui cherche des adeptes. C’est déroutant, déstabilisant et insécurisant. Le dépendant à besoin du bourreau pour se sentir en vie. Si on lui démontre qu’il doit se responsabiliser et passer à l’étape suivante, au lieu de demeurer éternellement au « 2+2 =4 », le dépendant fera tout pour doubler sa première année et y demeurer éternellement. Il ne veut pas avancer, il veut le biberon. Rien d’autre! Ainsi, pour le dépendant, des gens comme moi et quelques-uns dans le christianisme «at large» sont des loups ravisseurs. De faux enseignants, car notre enseignement diffère de beaucoup de celui des manipulateurs ecclésiastiques. Nous rendons libre. Nous dirigeons les gens vers Christ. Nous leur donnons tout ce que nous avons pour les rendre libres, autonomes, indépendants mais surtout, favoriser une plus grande dépendance envers Christ et non envers les hommes. Nous ne leur faisons aucune promesse. Nous ne leur faisons rien miroiter, comme ce faux enlèvement, ou un retour physique de Christ. Nous ne les culpabilisons pas, car nous n’en tirons aucun avantage. Nous respectons le cheminement de chacun et nous enseignons de manière vulgarisée pour que tous comprennent. Nous avons le respect de la personne de Dieu, se manifestant par Christ et son Esprit. Nous ne dépendons pas nous-mêmes de ces usurpateurs de gloire, nous rendons gloire à Dieu.

 

 

Patrick Galarneau

Publicités

Publié par

lafoisansreligion

À la fin de l'année 2013, c'est avec un feu de plus en plus ardent que j'ai eu à coeur d'enseigner la Bible à nouveau, mais cette fois, en priorisant le contexte historique et la pensée des différents auteurs. Ma présence sur le net n'est pas nouvelle et ce que je fais n'est pas nouveau. Toutefois, c'est en 2014 que s'est matérialisé ce projet de "La Foi Sans Religion", qui consiste en des enseignements de mise en contexte; des mises en gardes contre la religion évangélique et les sectes chrétiennes; des avertissements contre les ministères dits « prophétiques »; des dénonciations sur les œuvres mauvaises de ces manipulateurs et enfin, des encouragements sur ce site, sur facebook, sur youtube et sur les différents réseaux sociaux. Tous ces éléments pourront servir aux chrétiens prudents et même, aux non-chrétiens qui désirent comprendre un peu plus la distinction à faire entre la foi et la religion. Je travaille en collaboration avec tous ceux et celles qui œuvrent de cette manière et je félicite toutes ces personnes à travers le monde qui mettent tous leurs efforts pour avertir les gens qui ignorent les nombreuses subtilités et danger de cette mouvance, à leur manière, selon leur contexte respectif. Affermir la foi des uns et des autres, tout en les accompagnant dans leur démarche pour sortir des griffes des manipulateurs. Je suis très préoccupé par l'actualité internationale, religieuse et politique. La majorité de mes contacts sont français et africains. Il est donc normal que je sois préoccupé par la politique internationale. Vous pouvez aussi consulter ma page facebook. Je vérifie les profils avant d'accepter de nouvelles demandes d'amitiés et ce, afin d'éviter les nombreux faux profils qui pleuvent sur ce réseau. Ma chaîne youtube porte le même nom que ce site: "la foi sans religion", où vous pouvez consulter les différents sujets que j'aborde.

2 réflexions au sujet de “L’enseignement dans les assemblées: manipulation de masses.”

  1. Les contrefaçons de la Présence de Dieu revêtent presque toujours le caractère d’un sentiment agréable : le croyant se livre alors imprudemment à ce qu’il ressent – une sensation indéfinissable qui le pénètre et le subjugue – et il s’y abandonne. Il ne se doute pas qu’il vient de donner accès aux mauvais esprits à l’endroit même où en temps normal se manifestent les aspirations spirituelles les plus intimes et les plus profondes de son être.

    Lorsque le croyant soupire après le sentiment intime de la Présence de Dieu – ce désir peut se préciser de façon plus ou moins intense dans un contexte de passivité – l’ennemi, subtil et rusé, s’approche alors, provoque des sensations de paix et de calme, peut même l’envelopper de lumière, et le séduit en murmurant : « Enfin la voici, cette Présence après laquelle je soupirais ».

    C’est une façon de procéder de l’ennemi : il y en a d’autres, innombrables.

    Le fidèle, au vu de cette expérience, se considère comme privilégié : « Dieu s’est révélé à moi! Il m’a parlé! ». Il n’est pas sur ses gardes : il est bien loin de songer à l’ennemi de nos âmes. Pour lui, ces manifestations sont divines : il les accepte sans qu’aucun doute affleure sa pensée. Du moment qu’il attribue à Dieu ce qui provient du camp ennemi, il se place sous sa dépendance. L’ennemi a gagné sur lui le terrain qui revient à Dieu.

    La victime est convaincue d’avoir été choisie par Dieu de façon merveilleuse pour quelque importante mission. Elle écoute les suggestions de l’ennemi et croit que Dieu lui commande telle ou telle chose. Le « moi » est nourri et fortifié par cette expérience. La victime sent une puissance secrète décupler ses forces – elle peut tout, maintenant : Dieu lui a parlé. Elle bénéficie d’une faveur spéciale. Désormais, son soutien et sa force sont cette fausse « présence » qu’elle croit divine : elle met toute sa confiance dans « ses expériences » et néglige Dieu et les Écritures.

    Comme elle est assurée que Dieu lui parle, elle refuse absolument tout conseil, toute direction, et développe une tendance à l’infaillibilité. Comment écouterait-elle les autres ? Eux n’ont pas eu de révélation directe! Douter de ses « communications » est le comble du péché…

    Elle n’a plus qu’à obéir, même si la direction prise est contraire au bon sens et à la raison, même si c’est en opposition directe avec l’esprit des Écritures. L’être humain ainsi séduit n’emploie ni sa raison – « ce serait charnel » – ni son bon sens – « ce serait un manque de foi ». Quant à sa conscience, elle a cessé de parler.

    Elle se croit plus avancée qu’elle ne l’est réellement, et est amenée à agir au-delà de la mesure de foi et de connaissance qu’elle a atteinte, de sorte qu’elle s’expose aux coups de l’adversaire de nos âmes, qui lui cache sa vraie condition.

    Jessie Penn-Lewis, La guerre aux saints

    Il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine – mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables (2 Timothée 4:3-4)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s