Mais que nous reste-t-il?

C’est la question que de nombreux croyants me posent sur la toile, principalement sur Facebook et Youtube. Si tout est accompli, que reste-t-il aux croyants d’aujourd’hui? L’autre élément évoqué, mais dans la forme affirmative, est celle-ci:

« Nous n’avons donc plus rien à espérer »

Mais celle qui me rend vraiment perplexe, c’est cette affirmation d’un état d’esprit de suicide spirituel:

« Alors, ne nous reste plus qu’à jeter nos Bibles. Elles ne servent plus à rien, elles sont devenues des livres d’histoire ».

 

POURQUOI ATTENDRE CE QUI EST VENU

Pourtant, n’avons-nous pas déjà cette espérance qui vit à travers nous? Et si nous répondions à ces questionnements et affirmations l’une après l’autre…

« Nous n’avons donc plus rien à espérer »

Au contraire, l’espérance est dans le coeur renouvelé du croyant. Attendre un retour de Christ, c’est la même chose que les judaïsants qui attendaient un Messie déjà venu. Les judaïsants vivaient d’espoir. Ils espéraient la venu du Messie et ce, encore bien des années après la crucifixion de Jésus. Ils attendaient un Messie. Ils n’ont jamais dit qu’ils ne voulaient pas de Messie, ils ne voulaient pas que ce soit celui qui a été présenté par Dieu, via l’Elie qui préparait le chemin du Christ, Jean-Baptiste.

Mais ça va beaucoup plus loin:

Ils ont tué tous leurs prophètes, et ils ont tué l’Elie qui a préparé le chemin du Christ, conformément aux écritures. Les juifs savaient que l’Elie devait venir préparer le chemin d’abord, mais ils ne l’ont pas reconnu, comme leurs ancêtres n’ont pas reconnu leurs prophètes. Alors, s’ils n’ont pas reçu les messagers, pourquoi recevraient-il le Seigneur? En réalité, les judaïsants préféraient vivre dans une interminable attente, dans un espoir à venir d’un libérateur qui allait les délivrer de ce que eux ont choisi de se libérer. Ils désiraient répéter les exploits du temps de Moïse. Or, le sauveur devait les libérer de leur état de péché. C’est une compréhension spirituelle et non charnelle. La délivrance sous Moïse était physique, alors que celle de Christ était d’ordre spirituelle et éternelle. Les judaïsants en sont demeurés au sens charnel et physique, car ils ont refusé de croire avec les yeux de la foi, comme leurs ancêtres.

Quel espoir leur reste-t-il? Non seulement cela, mais Dieu a mis fin abruptement à tous leurs faux espoirs d’un Messie à venir en détruisant le Temple qui devait (et a accueilli) accueillir le Messie. C’était une brisure complète qui a semé l’émoi des judaïsants. Et puis, ils ont été tués, fait esclaves et complètement dispersés à travers le monde, perdant leur patrie, la Judée et tout ce qu’ils ont connu et fait leur renommée.

Les apôtres et les disciples, eux, avaient espoir que le Seigneur reviendrait. Cela ne peut être d’actualité de nos jours. On ne peut pas citer l’espoir du temps des apôtres et la transposer de nos jours, comme si rien ne s’était encore produit. Il y a une coupure spirituelle et historique qui se sont opérées entre « avant la destruction du Temple », et « après la destruction du Temple »

Le croyant d’aujourd’hui agit comme le judaïsant du temps des apôtres. D’abord,

  • il persécute ceux et celles qui ont bien saisi les accomplissements prophétiques réalisés jusqu’au début des années 70 de notre ère. Il les traque partout où ils se trouvent, afin de les exposer aux yeux et à la connaissance de tous à l’ignominie et l’ostracisme. C’est exactement ce qu’on fait les judaïsants avec ceux qu’ils ont chassé de « leur peuple élu ». Mais la réalité, c’est que ce sont les judaïsants qui ont été chassés de la promesse et donc, du peuple élu.
  • Il se sent appelé spécialement comme le gardien de la seule vérité, comme le judaïsant qui méprisait le croyant hébreu et pour cela, le croyant hébreu fut chassé partout en Israël et on l’a pourchassé de ville en ville pour le traquer. Le croyant d’aujourd’hui est donc en mission contre le Diable qui contrôlerait ceux et celles qui affirment que l’espérance est déjà accompli en nous, que le Christ a accompli tout ce qui fut prophétisé en Mt.24 ou du prophète Daniel ou Apocalypse. La réaction de ce type de croyant actuel, c’est celui d’alerter le monde entier pour que le monde entier le chasse de chez lui. De nos jours, c’est de chasser le croyant né de nouveau qui croit à un accomplissement complet des écritures, puis de le traquer chez lui. C’est exactement ce qu’on fait les judaïsants.

 

« Alors, jetons nos Bibles »

La Bible n’est pas un livre d’espoir, mais un puissant témoignage de ce que Dieu a accompli à travers l’histoire, certes, mais aussi à travers un peuple, des peuples, et des millions de vies, encore de nos jours. Le simple fait que Dieu ait tout accompli devrait être un puissant témoignage sans égal pour quiconque a reçu cette foi en notre Seigneur Jésus-Christ. Au contraire, c’est plutôt le doute qui côtoie la foi dans le cas où Christ n’ait pas tout accompli ses promesses qu’il a fait, il y a 2 000 ans. Pourquoi Dieu s’est-il fait silencieux tout au plus, 400 ans, avant d’envoyer un autre prophète après Malachie, et qu’aujourd’hui, il serait silencieux depuis déjà 2 000 ans? Les douleurs de l’enfantement durent quelques mois, pas des millénaires. Les douleurs de l’enfantement étaient pendant la préparation de la révolte juive devant Rome. Le règne de Christ a enfin accouché lorsque Christ est revenu pour rendre son jugement sur les méchants, en l’an 70, ces méchants qui ont rejeté la promesse, le Messie et Dieu fait chair.

Cette espérance vit maintenant en nous. Elle n’est pas à venir. Ce qui est très encourageant, c’est que tout ce que Dieu a dit, Dieu l’a fait. Tout ce qu’il a dit, il l’a accompli. La confiance que nous avons en Christ se résume à ces mots: Dieu fait ce qu’il dit. Dans nos relations avec nos proches, n’est-ce pas rassurant et apaisant lorsque l’on peut compter sur quelqu’un de fiable, qu’il fait tout ce qu’il nous a dit ou promis?

 

« Que nous reste-t-il »

La vie éternelle, le témoignage que Dieu fait tout ce qu’il dit. Voilà ce qui est encourageant. Et l’Église, elle, rend témoignage que tout ce que Dieu dit, il le fait. Tout ce qu’il a dit, il l’a accomplit. Ma confiance n’est donc plus qu’une confiance en une personne, mais une foi que j’ai reçu de lui, par sa merveilleuse grâce.

 

 

Patrick Galarneau

 

Publicités

Publié par

lafoisansreligion

À la fin de l'année 2013, c'est avec un feu de plus en plus ardent que j'ai eu à coeur d'enseigner la Bible à nouveau, mais cette fois, en priorisant le contexte historique et la pensée des différents auteurs. Ma présence sur le net n'est pas nouvelle et ce que je fais n'est pas nouveau. Toutefois, c'est en 2014 que s'est matérialisé ce projet de "La Foi Sans Religion", qui consiste en des enseignements de mise en contexte; des mises en gardes contre la religion évangélique et les sectes chrétiennes; des avertissements contre les ministères dits « prophétiques »; des dénonciations sur les œuvres mauvaises de ces manipulateurs et enfin, des encouragements sur ce site, sur facebook, sur youtube et sur les différents réseaux sociaux. Tous ces éléments pourront servir aux chrétiens prudents et même, aux non-chrétiens qui désirent comprendre un peu plus la distinction à faire entre la foi et la religion. Je travaille en collaboration avec tous ceux et celles qui œuvrent de cette manière et je félicite toutes ces personnes à travers le monde qui mettent tous leurs efforts pour avertir les gens qui ignorent les nombreuses subtilités et danger de cette mouvance, à leur manière, selon leur contexte respectif. Affermir la foi des uns et des autres, tout en les accompagnant dans leur démarche pour sortir des griffes des manipulateurs. Je suis très préoccupé par l'actualité internationale, religieuse et politique. La majorité de mes contacts sont français et africains. Il est donc normal que je sois préoccupé par la politique internationale. Vous pouvez aussi consulter ma page facebook. Je vérifie les profils avant d'accepter de nouvelles demandes d'amitiés et ce, afin d'éviter les nombreux faux profils qui pleuvent sur ce réseau. Ma chaîne youtube porte le même nom que ce site: "la foi sans religion", où vous pouvez consulter les différents sujets que j'aborde.

Une réflexion sur “Mais que nous reste-t-il?”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s