Le système de croyances collectif: le processus.

LE PROCESSUS

L’adhésion à un système de croyances collectifs tasse progressivement l’estime personnelle et la confiance en soi, afin de faire place de plus en plus à ce système de croyances. Et lorsque le système de croyances est bien ancré, la personne n’arrive plus à se définir dans ce qui a construit son identité, sa personnalité et son individualité.

Si après un moment sa petite voix intérieure lui indique que certaines choses clochent dans le système de croyances collectif, le croyant va se convaincre que ses pensées viennent du Diable, plutôt que d’assumer de front les irrégularités du système de croyances collectif auquel il a adhéré et la raison est fort simple : ce serait d’admettre que ce système de croyances est faux et qu’il s’est trompé. Mais plus que cela : ça aurait pour résultat de créer un vide intérieur puisque ce système de croyances a modulé son comportement, ses attitudes, son adaptation linguistique pour être conforme aux règles implicites de la bonne entente relationnelle entre adhérents au même système de croyances.

Comme ce système a construit une nouvelle identité, une nouvelle personnalité, de nouveaux comportements, une nouvelle estime de soi qui passe inévitablement par ce système de croyances collectif, le croyant peut tomber dans une dépression majeure s’il remet ce système de croyances en question en découvrant des erreurs qui lui paraissent flagrantes, car tout ce qui a construit sa nouvelle identité s’effondre comme un château de cartes. Il devient alors très déçu de ceux qu’il admirait et qui l’ont guidé dans ce système de croyances, et c’est ce qui explique pourquoi les religieux qui ont côtoyé ce dissident le taxeront, à tort ou à raison, de frustré et d’amer.

 

LES CONSÉQUENCES

Que se produit-il quand le croyant questionne lui-même le système de croyances collectif?

Le meilleur exemple que j’ai trouvé, ce sont des ex-témoins de Jéhovah. Pour plusieurs, ne leur parlez plus d’un dieu ni d’un système de croyances collectif, ils vous enverront paître. Ils perdent tout leur réseau social et deviennent des ennemis du groupe auquel ils appartenaient. Préalablement, ils se sont sentis coupables d’avoir eu de telles pensée. Ils pensent même qu’ils ont peut-être fait une erreur en remettant en cause les valeurs de ce système, mais ils ont franchi un point de non-retour. Ils se sont isolés sans nécessairement s’en être rendus compte et ont pensé qu’ils étaient soit fous, soit qu’ils se sont rebellés contre Dieu. Et comme la remise en question des valeurs intrinsèques de ce système de croyances est interdite de par sa raison d’être, les autres membres du groupe rejettent le dissident le laissant à lui-même, ce qui a pour résultat de provoquer un grand sentiment de vide, de rejet, de tristesse et de déception. Ce comportement s’observe dans tous les milieux religieux, toutes dénominations confondues. Le dissident broie du noir. Il est faux de prétendre que celui-ci quitte soudainement le système de croyances pour passer à d’autre chose du jour au lendemain sans qu’il y ait un impact majeur sur sa vie. On ne déconstruit pas pour se reconstruire en une journée. C’est un long processus. La déconstruction laisse un grand vide et provoque de l’angoisse. Le dissident se remet en question longuement avant de se reconstruire avec un autre système de pensées.

 

LE REJET

Pendant ce temps, si le dissident ose critiquer et dénoncer ce système de croyances, il se verra encore plus isolé par les réactions en chaînes des défenseurs de la « bonne » doctrine, qui lui enfonceront en pleine gorge qu’il n’est rien d’autre qu’un frustré amer qui s’est perdu dans ses raisonnements anti-christ, et c’est là que les autorités religieuses de ces dénominations, au lieu d’écouter attentivement, font le contraire : le jugement qui pointe du doigt le dissident, et une série de condamnation sur ce dernier qui implique que les membres du groupe n’ont plus à avoir de contact avec le dissident. Ils justifieront leurs jugements par des passages bibliques pour mieux s’en laver les mains. Et si le dissident réplique, il se verra alors taxer de rebelle à Dieu, puis le coup de massue finale : l’indifférence.

Et un des problèmes du rejet, c’est que, sans pour autant tout rejeter en bloc, plusieurs ministères auto-proclamés voient le jour. Et là, c’est la guerre contre la dénomination que le dissident a vomi. Il y a actuellement plusieurs ministères frauduleux que, lorsque l’on fouille un peu, on se rend vite compte que ce sont des dissidents qui créé leurs ministères hors des assemblées locales. En soit, ça n’a rien de mal, puisque l’église locale n’est pas du tout le dépositaire de la bonne morale ni de la foi en Christ. Cependant, parce que les églises locales n’ont pas pris leurs responsabilités, qu’ils ont condamné au lieu d’écouter, on constate une recrudescence fulgurante de ministères prophétiques, alarmistes, de dénonciations et condamnations. Il y a une véritable guerre de clochers qui se joue actuellement grâce à l’émergence des réseaux sociaux de masses.

 

SOLUTIONS

La solution pour le dissident, c’est de demeurer seul, à défaut de trouver des gens de confiance. D’ailleurs, le dissident ne fait plus confiance à qui que ce soit. Il dira dorénavant que son seul enseignant, c’est Christ, et il a raison! Cependant, il y a des dangers à cela. Le dissident est méfiant et aussitôt qu’on lui propose un enseignement, il se dresse et refuse d’écouter. Il devient non-enseignable, et cela se comprends. C’est entre autre pour cette raison que, pour ma part, je laisse la porte grande ouverte à des gens de toutes confessions, de positions théologiques, de pasteurs, de sans-église locale, d’athées venir débattre sur les différents sujets sur ma page Facebook. Pour plusieurs, c’est considéré comme un véritable chaos et de discussions corsées, car il y a des croyants de divers bagages de vie. Il y a un nombre considérable de dissidents qui y viennent. Ils ont eux aussi besoin d’être en relation avec les autres et parfois, de déverser leur amertume. Car une fois que cela a été fait, que nous les avons écoutés amplement, ils se sentent mieux et sont mieux disposés aux échanges cordiaux et qui sait, de reprendre progressivement de meilleurs sentiments à l’égard de Dieu, des croyants tout azimut et une meilleure conception du monde qui les entoure.

 

CONCLUSION

Il est donc inutile d’entrer dans le jugement de l’autre, les accusations et la condamnation. Tous ces dissidents ne vivent pas nécessairement de la frustration, de l’amertume ou du rejet. Pour les plus jeunes qui ne sont pas demeurés longtemps dans ce système, ils n’éprouvent pas les mêmes difficultés que les plus vieux. Les jeunes ont un large réseau social et se retourne très rapidement. Et comme plusieurs n’y sont pas passés plusieurs années dans ce système de croyances collectif, qu’ils n’y ont pas adhéré mais sont plutôt demeurés en superficie, ils n’ont pas à se déconstruire, ils remplacent les erreurs de ce système par, soit d’autres erreurs, mais de ce que j’ai pu observer, ils sont beaucoup plus allumés et remplacent les erreurs par des vérités. Ce n’est pas nécessairement le cas des plus anciens de ce système. Le processus est non seulement très long, mais douloureux. Ce sont des dizaines d’année de vie, d’implication, de fausses croyances jetées à la poubelle. C’est un réseau social qui prend le bord.

 

Soyons compréhensifs et compatissants, au lieu de juger et condamner.

 

 

Patrick Galarneau

Publicités

Publié par

lafoisansreligion

À la fin de l'année 2013, c'est avec un feu de plus en plus ardent que j'ai eu à coeur d'enseigner la Bible à nouveau, mais cette fois, en priorisant le contexte historique et la pensée des différents auteurs. Ma présence sur le net n'est pas nouvelle et ce que je fais n'est pas nouveau. Toutefois, c'est en 2014 que s'est matérialisé ce projet de "La Foi Sans Religion", qui consiste en des enseignements de mise en contexte; des mises en gardes contre la religion évangélique et les sectes chrétiennes; des avertissements contre les ministères dits « prophétiques »; des dénonciations sur les œuvres mauvaises de ces manipulateurs et enfin, des encouragements sur ce site, sur facebook, sur youtube et sur les différents réseaux sociaux. Tous ces éléments pourront servir aux chrétiens prudents et même, aux non-chrétiens qui désirent comprendre un peu plus la distinction à faire entre la foi et la religion. Je travaille en collaboration avec tous ceux et celles qui œuvrent de cette manière et je félicite toutes ces personnes à travers le monde qui mettent tous leurs efforts pour avertir les gens qui ignorent les nombreuses subtilités et danger de cette mouvance, à leur manière, selon leur contexte respectif. Affermir la foi des uns et des autres, tout en les accompagnant dans leur démarche pour sortir des griffes des manipulateurs. Je suis très préoccupé par l'actualité internationale, religieuse et politique. La majorité de mes contacts sont français et africains. Il est donc normal que je sois préoccupé par la politique internationale. Vous pouvez aussi consulter ma page facebook. Je vérifie les profils avant d'accepter de nouvelles demandes d'amitiés et ce, afin d'éviter les nombreux faux profils qui pleuvent sur ce réseau. Ma chaîne youtube porte le même nom que ce site: "la foi sans religion", où vous pouvez consulter les différents sujets que j'aborde.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s