Crise de foi, crise existentielle

INTRODUCTION

Je constate que plusieurs anciens adhérents à une religion sont actuellement en crise de foi et à une remise en question existentielle. Cet article n’est que l’embryon de ce sujet que je veux explorer.

 

D’UN POINT DE VUE NIHILISTE

Depuis que le mal est entré dans le monde, la mort nous attend tous au fil d’arrivée. Personne n’y échappe, qu’importe son statut social. C’est depuis la mort que sont nées les religions. Elles ont toujours eu pour objectif d’apprivoiser la mort, afin de donner un sens à une vie éphémère. À quoi bon vivre si c’est pour mourir? Il serait plus avantageux de nourrir l’espoir d’une vie après la mort que d’admettre qu’après cette vie, c’est terminé. Il y a davantage de religieux que d’athées pour cette simple raison. Il faut donner un sens à cette vie, car pour l’homme, depuis toujours, ça n’a aucun sens que la vie se termine ainsi, dans l’injustice. En effet, certains auront connu une belle vie luxueuse, fait du tort à des masses d’individus, violer, voler, tuer et décider du sort de millions d’âmes sous leur régime. Les films hollywoodiens se terminent par l’accomplissement final de la vengeance (que l’on justifie) de la victime et nous sommes heureux de quitter la salle de cinéma en nourrissant nos émotions et nos espoirs d’une justice que l’on trouve difficilement dans la vraie vie.

 

Il faut donc un dieu qui ait créé l’univers et qui va décider du sort des méchants, qui fera justice et tranchera entre les bons et les méchants. S’il n’y a pas eu justice ici-bas, il y en aura au moins une dans l’au-delà, tel est l’espoir de millions et de millions d’âmes ayant foulé cette Terre depuis que l’être humain eut souffle de vie. Les croyants des différentes religions crient en l’air, espérant que Dieu entende leurs supplications et leur désir de justice envers ce monde rempli de méchanceté et de mécréants. Ils réalisent que leur vie ne tient qu’à un fil, la mort qui se tient tapis au seuil de la porte de nos misérables existences. Les chefs religieux sont ceux vers qui se tournent la majorité des être humains lorsqu’un proche décède, dans l’espoir de trouver un réconfort utopique, un mirage duquel ils s’illusionnent volontairement pour apaiser leur souffrance de la perte d’un être cher. Ils veulent croire qu’il y ait un au-delà, un lieu de célébration pour ceux qu’ils aiment, et un enfer pour ceux qu’ils considèrent mauvais de par leurs oeuvres sur Terre. Ils acceptent qu’une autorité religieuse célèbre les obsèques de l’être chéri mais qui les a quitté, et lui rende hommage.

 

Tout ce brouhaha pour apaiser la souffrance causée par la mort, ces obsèques, ces pierres tombales, ce respect que l’on accorde à la sépulture du défunt et dont il ne faut pas disposer du corps autrement que d’une volonté de ce dernier qui se qualifie au passé, retournant ainsi à la poussière, mais dont on ne peut se résoudre à effacer la mémoire. Les oraisons funèbres sont conventionnelles, protocolaires, exercée dans une sobriété où il est très mal vue de ne pas afficher une tristesse comparable à celle des proches du défunt. Ces religieux qui ont omis ces paroles de Jésus « laisse les morts enterrer leur mort et toi, suis-moi« , afin de consoler les proches, pour obéir aux conventions sociales et religieuses face à la mort, un mal irrémédiable que l’on tente de pallier maladroitement en faisant miroiter un paradis où le bonheur, la félicité et la paix sont au rendez-vous. La Terre est remplie de pierres tombales, de mémoires du passé, les morts enterrés sont plus nombreux que les vivants qui seront morts eux aussi, incessamment.

 

Chacun vit sur du temps emprunté, dans une attente plus ou moins longue du trépas. Comment être heureux et joyeux lorsque tous et chacun font face au couloir de la mort du condamné? Pourtant, malgré cette implacable condamnation, les gens trouvent le moyen de rire, s’amuser, tromper les autres, chercher la richesse, dépouiller les autres, se marier, ou être heureux dans la vie. Or, la mort peut frapper à la porte subitement comme un imposant poids-lourd sur la route qui ne voit pas votre petite voiture. Le choc est terrible, l’impact ne se mesure plus, vous retournez subitement à la poussière du sol auquel vous avez été tiré. Vous n’avez pas eu le temps de dire au-revoir à ceux et celles que vous chérissez tendrement, tout comme ils n’ont pas vu venir la terrible tragédie et doivent vous saluer éternellement à chaudes larmes en s’agenouillant devant votre cercueil. Ils auraient tant de choses à vous dire, mais ils ne les ont pas dites, ne voyant pas la mort venir de si près. Ils l’ont fuit dans les choses de la vie, les soucis du quotidien, les responsabilités familiales et professionnelles, les ambitions, les richesses, courir après le vent quoi!

 

Beaucoup d’âmes font profession de foi, puisque les religions usent des peurs viscérales, telles, les souffrances éternelles, la condamnation à mort, la futilité de cette vie éphémère, et d’un dieu sévère qui punit celui qui ne croit pas en lui. Puis, on fait miroiter un paradis céleste, où bonheur et vie sans fin seront au rendez-vous. Aucun pleur, aucun souvenir douloureux mais de plus, les retrouvailles de nos proches que nous avons tant affectionné, pourraient s’y retrouver, si seulement ils ont adhérer au même Dieu que nous. Un Jésus, un Allah, un Bouddhas, un Krishna, un Moïse, une déesse Artémis, un Baal, une divinité indienne… prêts et disposés à vous accueillir dans leur nirvana.

 

N’eut été de la mort, les religions seraient absentes. Il n’y a plus d’utilité religieuse devant la vie éternelle. La mort est un gros marché pour les salons funéraires. Il y aura toujours des morts. Mais c’est un marché encore plus imposant pour les religions, car elles ont pour objectif de vous faire traverser cette vie plus facilement, mais à la manière du cyanure, qui vous endormira pour que vous n’ayez pas à subir les terribles souffrances et la douleur. Vous mourrez, mais avec une espérance que peut-être, il y aura une vie meilleure après la mort. Les religions vous accompagneront depuis le berceau jusqu’au cercueil, afin de faciliter l’apprivoisement de la mort à venir. On vous préparera toute votre vie pour faire face à cette éventualité. On exigera de votre part une fidélité à la religion pour laquelle vous avez adhéré, afin que Dieu ait pitié de vous et ne vous châtiasse pas de vos manquements. Vous aurez des rituels à répéter, à observer, des commandements à obéir, afin d’être trouvés agréables par ce dieu. Les religions organiseront vos vies pour qu’elles soient conformes aux attentes d’un dieu illusoire qu’ils ont fabriqué de toutes pièces, en matériaux ou dans les concepts abstraits. Les religion ont l’art du mensonge rassurant, afin que vous ne souffriez pas d’une vérité dérangeante.

 

CONCLUSION

Je crois en Jésus-Christ, par la foi donnée par Dieu. Cela ne vient pas de moi et je n’ai pas choisi de croire, sinon, je serais soit comme vous, c’est-à-dire, un religieux qui apaise sa conscience, sa peur de la souffrance, de la condamnation qui pèse sur le pécheur, et de la mort. Ou encore, je serais athée et rejetterais l’idée d’un quelconque Dieu, faisant face à l’implacable réalité d’une mort qui ne me rendra pas justice devant les méchants, mais qu’il me faudrait accepter en faisant la paix, si je le peux et si j’en ai la force, avant de mourir. Toutefois, je n’y peux rien. Mon salut ne m’appartient pas. Ma foi ne m’appartient pas. La grâce de Dieu, c’est la sienne et il l’offre à qui il le veut, selon son bon plaisir.

 

 

Patrick Galarneau

Publicités

Publié par

lafoisansreligion

À la fin de l'année 2013, c'est avec un feu de plus en plus ardent sur mon cœur que le Seigneur suscita en moi un désir de le servir d'une manière particulière. Ma présence sur le net n'est pas nouvelle et ce que je fais n'est pas nouveau. Toutefois, c'est en 2014 que s'est matérialisé ce projet de "La Foi Sans Religion", qui consiste en des enseignements de mise en contexte; des mises en gardes contre les faux bergers; des avertissements contre les faux ministères; des dénonciations sur les œuvres mauvaises et enfin, des exhortations sur ce site, sur facebook, sur youtube et sur les différents réseaux sociaux. Tous ces éléments servent à l'édification de l'Église. Je suis un des nombreux outils que le Seigneur utilise. Je travaille en collaboration avec tous ceux et celles qui œuvrent pour lui d'un cœur droit et vaillant et je félicite tous ces ministères diversifiés à travers le monde qui servent, à leur manière, le corps de Christ pour son édification et pour affermir la foi des uns et des autres. Je suis très préoccupé par l'actualité internationale, religieuse et politique. La majorité de mes contacts sont français et africains. Il est donc normal que je sois préoccupé par la politique internationale. Vous pouvez aussi consulter ma page facebook. Je vérifie les profils avant d'accepter de nouvelles demandes d'amitiés et ce, afin d'éviter les nombreux faux profils qui pleuvent sur ce réseau. Ma chaîne youtube porte le même nom que ce site: "la foi sans religion", où vous pouvez consulter les différents sujets que j'aborde.

2 réflexions au sujet de “Crise de foi, crise existentielle”

  1. Wow, t vraiment mélangé !

    Il est écrit: «Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné.» Marc‬ ‭16:16‬ ‭LSG‬‬

    «celui qui ne prend pas sa croix, et ne me suit pas, n’est pas digne de moi.» ‭‭Matthieu‬ ‭10:38‬ ‭LSG‬‬

    «Or sans la foi il est impossible de lui être agréable; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent.» ‭‭Hébreux‬ ‭11:6‬ ‭LSG‬‬

    «Examinez-vous vous-mêmes, pour savoir si vous êtes dans la foi; éprouvez-vous vous-mêmes. Ne reconnaissez-vous pas que Jésus-Christ est en vous? À moins peut-être que vous ne soyez réprouvés. ‭‭2 Corinthiens‬ ‭13:5‬ ‭LSG‬‬

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s