Fausses croyances: les impacts.

Comme un domino, une fausse croyance, lorsqu’elle est découverte, fait tomber tout le reste de la construction de pensée religieuse de l’individu. Plusieurs en sortent meurtries. Bien entendu, lorsque l’on découvre des fausses croyances que l’on a cru jusque là et qu’on a défendu avec vigueur, fermeté et en évoquant la défense de la vérité comme une bonne sentinelle de Dieu, c’est comme recevoir par surprise toute une raclée qu’on ne s’attendait pas à recevoir. C’est tomber de haut. De très haut même. Au début, on ne veut pas croire que ce que nous avons appris, est faux, erronée, ou encore, on se munit d’euphémismes pour attendrir le choc en s’avouant à peine que certaines choses ne sont peut-être pas exactes ou à nuancer.

Mais c’est le début d’un long processus de délivrance. Mais comme pour ceux et celles qui sont sortis des drogues dures ou de l’alcoolisme, c’est un long combat rempli d’embûches et de souffrances. Surtout de souffrances. Comme le domino, il suffit d’une fausse croyance comme point de départ pour faire tomber tout le reste, mais un morceau à la fois. Les fausses croyances sont en file d’attente les unes derrière les autres pour être mises à terre, comme chaque morceau d’un domino.

 

Voici un exemple imagé de l’impact d’une fausse croyance sur le reste des croyances.

 

Comment débute cette réflexion : lorsque la communauté ne fait pas ce qu’elle dit ou n’est pas ce qu’elle prétend être.

Détecter une fausse croyance que l’on a cru va alors être le point de départ pour déconstruire toute la série de fausses croyances qu’on s’est bâtit tout au long de notre parcours religieux, comme l’exemple du domino ci-haut. Déconstruire ce bâtiment est l’équivalent de détruire, lentement mais surement, tout le shem de pensée, les mécanismes de défenses religieux (réponses toutes faites, arguments d’autorités, se déresponsabiliser de toutes réflexions en instrumentalisant la Bible et Dieu par procuration) et être démuni de sa personnalité construite de toutes pièces par les exigences religieuses imposées ou que l’on s’est imposé. L’individu s’isole de lui-même de la communauté, même s’il demeure dans la communauté. Il partage de moins en moins les croyances du groupe. Il peut même devenir irritable, arrogant, voir même, insupportable, car le choc de plus en plus brutal entre la vérité et la fausse croyance place l’individu dans une impasse où il remet tout en question et se remet lui-même en question. Douloureux passage obligé.

Il suffit pour certains d’avoir été échaudés pour se questionner. De mauvaises expériences relationnelles au sein du groupe, des incohérences dans le crédo de la religion, les guerres intestines pour le pouvoir, l’hypocrisie souvent dénoncée par d’anciens adeptes et que l’on découvre par soi-même la véracité de ce la dénonciation cette hypocrisie, considérée par les adeptes fidèles de la religion, comme des propos calomniateurs de ceux et celles qui, selon ces adeptes religieux, se révèlent à appartenir au Diable. Les adeptes de la religion du dissident à en devenir vont le considérer comme un faux croyant qui montre son vrai visage. La communauté n’est jamais fautive à ses propres yeux. Elle, tout ce qu’elle croit, c’est la vérité et point de salut hors de sa religion. Ceux et celles qui quittent doivent être laissés à eux-mêmes et les adeptes n’entreront plus en contact avec le dissident, ce méchant diable qui aurait tenté de détruire la communauté.

 

CONSÉQUENCES

Pour le dissident, c’est le début de la délivrance, mais un passage obligé par la dépression chez plusieurs, car non seulement perdent-ils le réseau social le plus important de leur vie, mais ils perdent aussi tous leurs repères. Ils perdent une grande partie de leur personnalité, bien que fabriquée de toutes pièces par les règles inhérentes de la religion. Puisqu’ils sont maintenant seuls et sans repère, ils doivent maintenant se reconstruire et trouver d’autres repères. Certains retombent dans le piège en passant d’une religion à une autre, comme le font les personnes ayant une dépendance affective. Plutôt que de vivre leur déception, elles retombent dans les bras d’une autre personne, afin d’adoucir le mal et le vide créé par l’absence de l’être aimé. Or, cela s’avère à être pire, car la personne a enfouit sa souffrance et maintenant, elle se forge une nouvelle personnalité sur commande pour plaire à un autre. Cette personne n’a pas pris le temps de faire une bonne et parfois longue introspection.

 

On ne quitte pas un mensonge pour aller en croire un autre. C’est dingue. Il faut du temps pour se rebâtir. Et malheureusement, certains rejettent tout du revers de la main. C’est une réaction normale, mais la foi en Jésus-Christ, on l’a ou on ne l’a pas. Ceux et celles qui ont cette foi vont néanmoins se rebâtir et se distingueront de ceux et celles qui n’en ont que les apparences. La construction se fait sur une période plus ou moins longue. Cela dépend du temps que nous avons consacré à la religion. Si cela faisait 30 ans que la personne était dans sa religion, elle ne passera pas aussi facilement à autre chose que la personne qui n’en a passé que deux. Mais dans les deux cas, on peut mal réagir ou encore, s’en sortir presque indemne au bout de ce processus.

 

CONCLUSION

Le temps seul est une excellente chose. Jésus, les disciples, les prophètes anciens et plusieurs autres personnages de la Bible ont eu des temps de solitude, des remises en question, ont vécu le découragement, l’abandon et ainsi de suite. Leur vie n’a pas été un long fleuve tranquille. Jésus a été abandonné dans le moment le plus important de sa vie terrestre. Le prophète Élie s’est retrouvé totalement seul, dans le découragement après avoir délivré Israël des prophètes de Baal et d’Astarté. Il a connu des temps glorieux, puis, l’abandon et le découragement. Le roi David, avant d’être roi, fut poursuivi et sa tête était mise à prix par le membre le plus influent du peuple élu! David a vécu le découragement, mais il a toujours conservé son respect pour ceux et celles qui l’ont calomnié. Que dire des croyants hébreux du 1er siècle, alors qu’ils étaient pourchassés par leurs frères de sang hébreux, demeurés dans le judaïsme.

 

Des exemples de gens connaissant profondément Dieu mais se retrouvant à faire cavalier seul, il y en a eu des tonnes, et pas juste dans la Bible, mais travers l’histoire. Ils ont dû se remettre en question, déconstruire leurs propres fausses croyances afin de s’attacher pleinement au Seigneur. Ils y ont laissé leur orgueil, ont été humilié, calomnié, méprisé et ce, par des gens de la religion à laquelle ils appartenaient. Mais ces hommes mentionnés plus haut, sont connus et aimés de Dieu. 🙂

 

 

Patrick Galarneau

Publicités

Témoins de Jéhovah et Évangéliques, versus une foi épurée, simple et dénuée d’angélisme.

J’ai trouvé sur un site un comparatif des expressions de foi entre les deux premières catégories. J’ai trouvé intéressant comme comparaison et je me suis permis d’y ajouter une troisième colonne, afin d’exprimer mon angle de vue sur la foi.

Ainsi, la troisième colonne, celle de droite, c’est mon ajout.

 

Bonne lecture 😉

 

Sources:

https://www.bible-ouverte.ch/messages/autres-religions-et-bible/127-doctrine-temoins-jehovah.html

Témoins de Jéhovah Évangéliques Foi épurée et simple
La Bible

·        est pleinement inspirée de Dieu

a la même valeur dans toutes ses parties

La Bible

·        est pleinement inspirée de Dieu

est remplie d’une dynamique historico-sotériologique (heilsgeschichtlich) (Ancien Testament -Nouveau Testament, Promesse – Accomplissement, Loi – Evangile, Lettre – Esprit)

La Bible

 

Est pleinement inspirée de Dieu et est un magnifique témoignage des actions passées de Dieu, en concomitance avec ses décrets. Tout a été pleinement accompli jusqu’à la destruction du Temple de Jérusalem

·        est centrée sur le royaume de Jéhovah

ne peut être interprétée valablement que par la Société de la Tour-de-Garde.

·        est centrée sur Christ et son œuvre rédemptrice

s’interprète par elle-même et peut être comprise dans ses déclarations nécessaires au salut par chaque chrétien, sous la direction du Saint-Esprit.

Toutes les prophéties du passé sont centrées sur Jésus-Christ, pour et par Israël. Par extension, tous ceux et celles qui croient en Jésus comme Dieu fait chair, est sauvé, mais par le bon vouloir de Dieu et non d’un choix personnel d’adhésion intellectuelle.

 

·        se comprend par le recours très fréquent aux préfigurations, aux parallélismes et aux allégories

·        contient des dates pour le calcul exact d’événements historiques et. eschatologiques

a, dans la « Traduction du Monde nouveau « , gagné sa forme voulue de Dieu, notamment par l’insertion du nom de Jéhovah.

·        se comprend principalement à partir du sens du mot et du contexte

·        contient des dates, mais ne rend pas possible une chronologie sans lacunes, et met en garde contre les spéculations concernant des dates de la fin des temps

se base sur le texte des manuscrits hébreux, araméens et grecs, dont la « Traduction du monde nouveau » s’écarte par des paraphrases, des insertions de mots tordant le sens, des traductions erronées, des annotations et un apparat critique qui induisent en erreur.

Le croyant ne spécule plus sur la fin des temps, puisqu’elle a déjà eu lieu. Le croyant croit que les prophéties se sont pleinement réalisées et qu’elles étaient centrées sur Christ et sur personne d’autre. Il n’y a donc aucune prophétie à venir, tout est accompli.

Le contexte historique est la fondation périphérique qui enrichit et met en relief la réalisation complète des prophéties, qui ne se comprennent autrement que par le contexte historique.

        La doctrine de la Tour de Garde La foi évangélique La foi en Christ
Dieu

·        porte le nom de « Jéhovah  »

est un; la doctrine de la Trinité n’est pas biblique et est d’origine païenne.

Dieu

·        porte le nom de « JHWH  » (tétragramme), qui est probablement prononcé « Jahweh »

est un Etre en trois Personnes: Père, Fils et Saint- Esprit; il est vrai qu’on ne trouve pas le terme Trinité dans la Bible, mais bien des déclarations implicites et explicites y font référence.

Dieu

 

Porte le nom de YHWH (tétragramme), juxtaposé par le nom de Adonaï que l’on prononce ensuite Yahwe. Il s’agit d’une seule personne se manifestant sous plusieurs noms et de plusieurs manières. La culture linguistique et conceptuelle des grecs permet la fausse impression d’un Dieu se distinguant en trois personnes, se distinguant de la culture hébraïque et arabique.

Jésus-Christ Jésus-Christ Jésus-Christ
·        est un fils de Dieu, voire l’archange Michaël (la première créature de Jéhovah), devenu un homme parfait, et qui après sa mort et sa résurrection (dans le sens d’une création nouvelle) fut élevé à un rang angélique supérieur

est, en tant qu’homme parfait, au même rang qu’Adam.

·        est le Fils de Dieu, c’est-à-dire le Fils, la deuxième Personne de la Trinité, vrai Dieu et vrai homme à la fois

est en tant que vrai homme et vrai Dieu infiniment supérieur à Adam et à toutes les créatures.

Est Dieu fait chair. Il est le « Je suis » qui est apparu à Moïse. Le terme « fils » est reprit de la culture hébraïque, alors que le 1er fils héritait du patrimoine et avait la même autorité que le patriarche. Le terme « fils » signifie « chef suprême ». Jésus est donc « chef suprême » et non un fils au sens propre du mot. Il s’agit d’une image prise du monde des hommes afin d’illustrer la personne de Dieu de manière adaptée aux contemporains de Jésus.
       Le Saint-Esprit

est la « puissance opérante » impersonnelle ou manifestation inspirante de Jéhovah.

       Le Saint-Esprit

est Dieu, c’est à dire la troisième Personne de la divine Trinité: Il parle, pense, enseigne, connaît l’avenir; on peut lui mentir et blasphémer contre lui; il est le Consolateur (Paraclet) qui, après l’ascension de Christ, le représente au sein de son Eglise.

Le Saint-Esprit

 

C’est l’esprit de Dieu, l’essence même de la personne de Dieu, qui s’est fait chair. Il n’y a pas de Dieu esprit puis un esprit saint. Il n’y a qu’un Dieu, se manifestant de multiples manières. Jésus devait monter pour que son esprit descende et demeure toujours avec les disciples.

·        n’a pas d’âme, mais est une âme

·        meurt totalement lors de sa mort terrestre; il n’y a de résurrection que dans le sens d’une création nouvelle complète sur la base d’un modèle stocké dans la mémoire de Jéhovah

ne va pas à la perdition et aux tourments éternels (enfer ) s’il rejette Jéhovah, mais sera simplement anéanti, l’enfer signifie « tombe » et est un lieu de repos.

L’homme

·        est une âme en tant qu’être dans sa totalité (Gesamtwesen), mais il a aussi une âme dans le sens d’un noyau indestructible de sa personnalité

·        passe, lors de sa mort terrestre, à un état intermédiaire sous la forme d’une personnalité indestructible (existence qui continue sans le corps terrestre), en attendant la résurrection (revêtement d’un corps éternel)

va à la « géhenne » (enfer de feu, éloignement de Dieu, perdition éternelle), s’il rejette le Dieu trinitaire. L’enfer est caractérisé dans la Bible comme un lieu de tourments incessants et conscients.

L’homme a été fait à l’image de Dieu, de par sa personnalité, ses aptitudes, sa capacité créatrice mais à partir d’un point de repère (Dieu à partir de Tohu-Bohu), son intelligence et son essence. Une image amoindrit par son statut de créature matérialisé, mais aussi par sa nature pécheresse qui s’ensuivit.

 

Rien n’indique clairement que le rejet de Christ entraîne l’âme de la personne dans un feu de souffrance éternelle au sens propre. La culture antique possède une forme d’expression, orale et écrite, allégorique, d’angélismes et de superstitions.

La doctrine de la Tour de Garde Croyances évangéliques Croyances simplistes
        La rédemption

est accomplie en ce que le Christ-Michel comme second Adam sacrifie son corps parfait au poteau des tourments, créant un fondement pour les hommes, afin qu’ils parviennent également à la perfection par des œuvres adéquates. Des œuvres humaines sont donc nécessaires à la rédemption.

        La rédemption

est accomplie par le sacrifice expiatoire de Jésus-Christ qui a, à la croix, vaincu le péché, la mort et le diable. Les œuvres humaines sont la conséquence et le fruit de la foi en Jésus comme Rédempteur, mais en aucun cas la condition du salut.

La rédemption

 

est accomplie par le sacrifice expiatoire de Jésus-Christ qui a, à la croix, vaincu le péché, la mort et le diable. Les œuvres humaines ne sont pas automatiquement la conséquence et le fruit de la foi en Jésus comme Rédempteur et ne peut en aucun cas être une condition du salut.

       L’Eglise

·        existe comme communauté de salut (Heilsgemeinde) des Témoins de Jéhovah qui, en tant que telle, affronte les états et communautés religieuses (= Babylone. la prostituée) en s’éloignant d’eux le plus possible

·        se compose de 144’000 personnes rassemblées depuis Pentecôte. mais spécialement au sein de la Société de La Tour de Garde, pour régner comme classe céleste avec Christ, et plusieurs millions d’autres brebis (= « une grande multitude de peuples » (Volksmenge) qui sont destinées à une vie éternelle sur la terre renouvelée en paradis (et non pas dans le ciel)

possède, sous la forme d’une corporation dirigeante (leitende Körperschaft) au sein de la Société de la Tour-de-Garde, un règne visible de Jéhovah sur la terre.

       L’Eglise

·        est la communion invisible de tous les chrétiens rachetés et nés de nouveau par le sacrifice parfait de Christ qui ont reçu par la foi l’Esprit de Dieu, et qui se rassemblent dans différentes dénominations visibles où subsistent des hypocrites et des incroyants

·        est fragmentée aujourd’hui en dénominations. comportant des chrétiens issus des nations et des Juifs messianiques, qui seront unis plus tard dans l’éternité, dans la gloire céleste

est soumise au Christ seul comme son Chef. sans représentant terrestre (au moins dans le Protestantisme).

L’Eglise

 

Est le Temple invisible de tous les croyants rachetés, nés de nouveau par le sacrifice ultime et complet de Christ à la croix. D’abord pour Israël, pour l’accomplissement entier de la loi et les prophètes, dans le but d’apporter la solution ultime et la cessation des sacrifices perpétuels et annuels d’Israël, jusqu’à la destruction de l’ancienne alliance par le jugement définitif sur les juifs s’étant eux-mêmes sortis de la promesse et de l’élection par leur refus de croire que Jésus était bien le Christ annoncé, par extension, Dieu suscite dans le cœur d’une multitude d’individus de par le monde, toutes époques confondues, la foi comme moyen de s’approcher de lui, dans sa grâce.

Les temps de la fin

·        ont commencé en 1914, lorsque Christ établit son règne invisible et jeta Satan sur la terre; Christ est donc présent, invisible, depuis 1914; il n’y a pas de retour visible de Jésus-Christ

·        convergent vers la bataille d’Harmaguédon, dans laquelle les ennemis de Jéhovah et de la Société de la Tour-de-Garde seront anéantis dans le monde entier; puis la terre sera purifiée des effets de cette destruction par les survivants et transformée en un paradis qui durera éternellement et qui est destiné à la grande multitude des peuples (Volksmenge)

offrent une espérance céleste au nombre limité des 144’000 spécialement élus de la classe johannique (Johannes-Klasse).

      Les temps de la fin

·        ont commencé avec l’élévation et l’ascension de Christ (en l’an 33 env.), tandis que les signes des temps (avant tout la fondation de l’Etat d’Israël en 1948) annonçant le retour de Christ se multiplient; Christ, dans l’avenir, reviendra visiblement en puissance et en gloire.

·        convergent vers le retour de Christ, la disparition du monde présent et la création d’un nouveau ciel et d’une nouvelle terre précédée peut-être par un règne – limité temporellement – de mille ans (1)

offrent une espérance céleste à tous les hommes qui aiment Jésus-Christ et lui appartiennent.

Les temps de la fin

 

Ont commencé avec Jean_Baptiste, qui préparait le chemin de Jésus (Hé.1.1-2) et s’est terminé avec la destruction définitive du judaïsme par la destruction du Temple, de Jérusalem et de la Judée par les romains en l’an 70’. D’ailleurs, Jésus avait avertit que tous ne seront pas morts lors de son retour glorieux (Mt.24). Plusieurs anti-christ se sont présentés avant et après Jésus, afin de délivrer Israël de l’idolâtre romaine. Les zélotes ont étampé leur propre monnaie, avec laquelle il n’était impossible ni d’acheter ni vendre sans celle-ci, après leur libération par la force du joug romain. Les chrétiens hébreux furent persécutés puis tué pour avoir refusé de se soumettre. Les autres ont trouvé refuge dans la ville refuge de Pella, tout juste avant que le Seigneur entre en jugement contre Israël

La foi sans religion: les choses se précisent.

Le 1er janvier prochain, ça fera six ans que ce projet existe. Ma première action, ce fut la visite de l’Église Nouvelle Vie, dans laquelle je suis demeuré deux mois complets, afin d’en connaître le fonctionnement. Je n’avais ni site si compte youtube à cette époque. C’est venu en 2014 pour youtube, et 2015 pour ce présent site. Par le passé, j’étais hébergé par CenterBlog, depuis 2008. Déjà à ma première visite, il y avait anguille sous roche: l’église Nouvelle Vie annonçait plusieurs grands projets. Que ce soit une maison de retraite, des autobus pour aller chercher les adeptes, un projet pour l’aide en Haïti, bâtir 100 églises (copié sur l’AEBEQ) et une maison des jeunes, tous ces grands projets furent présentés en grande pompe sur les 3 grands écrans géants, avec une petite musique de fond pour nous tirer des émotions positives, sans compter les envolées d’émotions de Claude Houde, pasteur-manipulateur de l’Église Nouvelle-Vie.

 

Que se passe-t-il ensuite? Il y a une première quête d’argent dans le lieu de culte. Ensuite, les portes s’ouvrent et on vient tout juste d’installer un long comptoir avec une série d’ordinateurs par lesquels les gens se ruent pour aller faire un don en ligne! Il n’en fallait pas plus pour que je questionne Jocelyn Olivier, trésorier de l’Église Nouvelle Vie, mais aussi trésorier de l’ITF (institut de théologie pour la francophonie). Autour du 4 février 2014 (la date exacte est à vérifier), je rencontre Jocelyn Olivier, puisque Claude Houde n’est jamais disponible lorsque quelqu’un commence à questionner, flairant la possibilité du suspicion des questions. Ces manipulateurs disent que leur agenda est très serré. Mais si j’avais proposé un don en argent, l’agenda se serait sans doute libéré.

 

J’ai passé exactement 130 minutes dans le bureau de Jocelyn Olivier. J’avais neufs questions. Parmi ces questions, il y en avait qui touchaient le volet des projets grandioses. Ce que Jocelyn Olivier m’a répondu, c’est qu’on ne sait pas si ces projets verront le jour, ce sont des propositions de projets. Ma question suivante fut embarrassante: « alors, pourquoi demander aux adeptes d’inscrire sur leur enveloppes de dons (pour reçu d’impôts), quels projets ils soutiennent, puis, pourquoi installer des ordinateurs dans le but d’offrir des dons en lignes pour ces projets »?

Jocelyn Olivier s’est montré beaucoup moins loquace que son illustre gourou.

 

Vint ensuite des illuminés comme Shora Kuetu, congolais d’origine, mais français. Il était sensé opérer des guérisons et des délivrances de possessions démoniaques. Or, dans une vidéo que j’ai publié sur youtube, je fais la démonstration que ce sont des comédiens qui agissent comme de prétendus possédés du Diable. Cela fut confirmé par plusieurs ex-adeptes, dont son principal collaborateur. Ce même Shora Kuetu a placé des gorilles à l’entrée d’un hôtel, afin de m’intercepter et me refuser l’entrée. Je n’avais même pas atteint l’entrée que déjà, ils étaient plusieurs gorilles à m’intercepter… sur le trottoir! J’ai filmé la conversation, avec les menaces de poursuites judiciaires par le numéro deux de la mafia kuétiste. Cependant, ce que ce zigoto ne savait pas, c’est qu’au Québec, nous avons le droit de filmer dans l’espace publique. De plus, la loi stipule qu’on ne peut refuser l’entrée à qui que ce soit (sauf si la personne commet un acte de désordre public), dans un endroit public, comme les églises et les hôtels.

 

Il y a eu ce foutu de Claude Ignerski et un tas d’autres. Mais ce qui a fait déborder le vase, c’est l’affaire Claude Guillot, dont l’AEBEQ a camouflé l’histoire sous le tapis pendant plus de 30 ans. Pendant ce temps, le Guillot a fait d’autres victimes. Sans compter les différents procès de prophètes qui ont cours actuellement au Québec, mais aussi dans d’autres pays de la francophonie.

 

Mais ça va beaucoup plus loin: les différents gouvernements américains sont élus par des Lobbys: NRA, juifs, sionistes et évangéliques. D’ailleurs, le président américain élu est toujours entouré d’évangéliques. Ces parasites veulent contrôler les présidents. Ne soyons donc pas étonnés que Donald Trump ait déclaré Jérusalem comme capitale d’Israël. Les gazaouis? Les évangéliques les méprisent et souhaitent leur éradication. Si cela devait se produire, sachez que ça viendra de l’influence directe des évangéliques américains. Et eux, ils diront que c’est Dieu qui accompli sa promesse envers Israël. Si vous évoquez le droit de vivre des gazaouis, les évangéliques américains vous taxeront d’antisémites. Car vouloir un état gazaoui, c’est s’opposer à Israël donc, à Dieu. Ça, c’est leur foutaise à eux. Eux et leurs croyances de débiles. La vie a plus de valeur à leurs yeux pour Israël que pour Gaza et tout autre pays en général, mais surtout si ces pays sont musulmans.

 

CONCLUSION

Les choses se précisent donc pour ce projet dont j’avais un feu brûlant en mon cœur: le mouvement évangélique est l’ennemi numéro 1! Les évangéliques du Québec sont sous l’influence de l’extrême droite religieuse américaine. Vous connaissez ces évangéliques américains qui crient « God hate fags »? Ou encore, manifestent violemment contre les médecins pratiquants des avortements? Il y a déjà eu des actes criminels contre des médecins aux USA, par des fanatiques religieux. Le Texas est un état typiquement chrétien évangélique, principalement des blancs de classe moyenne et élevée. Donc, républicain. En 2008, ils représentaient 42% de l’électorat aux USA. Seulement 20% d’évangéliques auraient voté pour Obama. Ils étaient nombreux à voter pour Bush, un méthodiste (église méthodiste, sous-branche du mouvement évangélique). Et combien d’évangéliques ont voté pour Trump? Plus de 80% parait-il. Ils sont prêts à élire un déséquilibré, désaxé, imprévisible, raciste, misogyne et ignorant, si ce dernier mange dans la main des évangéliques. Il a élu Jérusalem capitale d’Israël, alors, c’est forcément un homme de Dieu. Les évangéliques sont dangereux et dangereusement aveugles.

 

La foi sans religion, depuis les 5 dernières années, ce n’est pas de combattre les évangéliques, mais de combattre leur idéologie, leurs fausses croyances et leur expansion. Plus le temps avance, plus il devient claire que le mouvement évangélique est une puissante secte religieuse aux longues tentacules. Je n’ai pas parlé de la guerre contre les russes en Afghanistan, des guerres pour le pétrole en Irak, des purges de gouvernements en Afrique pour l’or, les diamants, le pétrole et autres ressources naturelles, ou l’instrumentalisation des extrémistes islamiques et leur curieuse coopération avec l’Arabie Saoudite. Le rapport avec les évangéliques? J’y reviendrai un jour. Pour le moment, je vous laisse deviner 😉

Missionnaire pour Jésus, tué.

Un jeune missionnaire américain de 27 ans a été tué.

Le jeune Américain mort sous les flèches de la tribu d’une île indienne interdite d’accès souhaitait introduire le christianisme dans cette communauté coupée du monde moderne, selon ses derniers écrits révélés jeudi par des médias.

Source:

https://www.msn.com/fr-ca/actualites/monde/il-voulait-%C2%ABapporter-j%C3%A9sus%C2%BB-%C3%A0-la-tribu/ar-BBPZflt?ocid=ientp

John Chau a péri en tentant d'entrer en contact avec une tribu coupée du monde.

 

ÉVANGÉLISATION QUESTIONNABLE

Bien que la mort de ce jeune homme soit regrettable, il y a lieu de se questionner sur la pertinence de l’évangélisation. Une mauvaise interprétation implique ensuite une mauvaise application. Il s’agit d’une cause à effet.

Pas question ici de questionner les motifs et la bonne disposition de cœur du jeune homme. Je suis convaincu que les motifs étaient honorables. Cependant, lorsque des chrétiens affirment que Dieu suscite en leur cœur un désir de se rendre dans des contrées du monde afin de les évangéliser, je me dis que cela relève davantage d’un désir personnel dont Dieu est le prétexte par procuration.

 

La majorité des chrétiens justifient plusieurs de leurs réflexions et de leurs actions par un prétendu appel de Dieu qu’on ne peut prouver. Qui nous prouve que Dieu a parlé à ces personnes? Lorsque les résultats semblent positifs, les chrétiens disent que c’est Dieu qui a béni. Mais encore là, n’est-ce pas l’action humaine qui doit être mise en relief, dans ce que l’on tente de justifier par la main opérante de Dieu? Et lorsque les résultats sont négatifs, ont dit quoi alors? La mort par meurtre est-elle l’oeuvre de Dieu? Bien sûr, les chrétiens diront que c’est le Diable qui veut contrecarrer les plans de Dieu.

Ce qui est assez consternant, c’est cette capacité des chrétiens évangéliques d’avoir la tête dans les nuages et nous remplir de sornettes tout droit sorti du Patois de Canaan, un langage qui a pour but de remplir le vide de réponse claire, concise et précise. La logique perd sa place de choix dans le raisonnement évangélique, car la sagesse du monde est folie pour Dieu, disent-ils, fièrement… mais naïvement. Or, le défunt roi Salomon disait qu’un homme intelligent réfléchie et calcule longuement d’abord avant d’entamer un projet. C’est logique et dénué d’angélisme. Pourtant, c’est dans la même Bible que lisent les chrétiens évangéliques.

 

Pourquoi ce jeune homme s’est-il rendu dans un endroit dangereux, le sachant préalablement? N’y a-t-il pas en effet une sorte de roman à l’eau-de-rose qui enrobe le christianisme évangélique? Comme si le danger serait subitement écarté par la main puissante de Dieu et que la tribu serait soudainement transformée? Est-ce de la naïveté ou une belle candeur d’un jeune homme encore dans l’utopie caractérisant une jeunesse en manque d’idéaux?

 

LA NATURE FAUSSÉE DE L’ÉVANGÉLISME

Le catholicisme a été, jadis, prosélyte. Les protestants sont plutôt rigides et cristallisés dans l’histoire de la réforme. Le mouvement évangélique est né du protestantisme et s’en est détaché pour devenir un mouvement dynamisé par le prosélytisme des jeunes évangéliques, en particulier.

Mais évangéliser pourquoi? Dans le N-T, nous constatons en effet que les apôtres et disciples évangélisaient partout où ils passèrent. Mais quelle est dont la vocation réelle de l’évangélisation? La très grande majorité croit qu’il s’agit de faire entrer dans le royaume, tous ceux et celles que Dieu a prédestiné. D’autres croient qu’il s’agit de témoigner pour que les gens du monde fasse un choix éclairé entre la repentance ou la condamnation jusqu’à ce que Jésus revienne chercher les siens. Et pour que Jésus revienne, il faut que l’entièreté des élus soient entrés dans le christianisme évangélique. Après quoi viendra la fin. C’est du moins l’interprétation de la mouvance évangélique, puisque ce mouvement est issus du dispensationnalisme. Ainsi, nous serions dans le temps de la grâce, une grâce qui, selon les apôtres de la dispensation, serait sur le point de se terminer. La patience de Dieu s’effriterait contre le monde actuellement et c’est ce qui explique pourquoi les chrétiens évangéliques se préoccupent à ce point des catastrophes dans le monde, et simultanément, les évangéliques doivent avertir le monde sur la colère de Dieu, qu’il faut se repentir et croire en Jésus, afin d’éviter sa colère.

 

Le jeune homme qui a quitté l’Amérique pour une île perdue en bordure de l’Inde est décédé sous les flèches de la tribu indigène car on lui a enseigné ces sornettes évangéliques, tout droit sorti d’un conte pour enfants moyenâgeux. Cette croyance a des origines dans l’ignorance et la superstition des peuples européens du Moyen-Âge, un phénomène eurocentriste uniquement.

 

CE QU’EST L’ÉVANGÉLISATION EN RÉALITÉ

Les écrits des auteurs du N-T ne dépasse pas les années 70′. Du moins, les événements relatés par les auteurs ne dépassent pas l’an 70′. Les événements relatés sont au plus tardif en l’an 68′. Le Temple de Jérusalem était encore debout, bien que menacé de destruction Par Rome depuis les débuts de l’occupation romaine en Judée au 1er siècle avant J-C.

Lorsque Jésus a accompli la loi et les prophéties à son sujet, qu’il est mort et ressuscité et qu’eut lieu la pentecôte, les apôtres et disciples ont eu l’autorisation de quitter Jérusalem et la Judée afin d’annoncer la bonne nouvelle à tous les juifs hors-Judée et ce, afin qu’eux aussi entendent et constatent que les écritures furent accomplis. C’était ça l’évangélisation! Atteindre les juifs de toutes les contrées de la Terre connue, avant que ne vienne le jugement final sur Israël. Et ce jugement venait très bientôt. Même Jésus a dit que tous ne seront pas morts lors de son glorieux retour. Et en effet, son retour a bien eu lieu et il a jugé Israël par la main des romains. Mais avant cela, tous les juifs de par le monde connu devaient avoir reçu l’avertissement que le jugement final allait survenir très bientôt, mais surtout, que le Christ est bel et bien apparu en leur temps, ce qui mettait fin ainsi à la notion de prophétie, puisque tout est maintenant accompli.

 

La chute de Jérusalem et de son Temple est l’accomplissement de Da.9 à 12. Avec la destruction du second Temple, Dieu trace la fin de la prophétie, de l’Église, de la notion pastorale et de l’évangélisation, puisque Dieu a rendu son jugement final sur Israël, à qui fut promis le Christ.

 

CONCLUSION

Mais dans la fausseté de croyance dispensationnaliste, ces temps ne se sont pas produits. Ou pour les plus illuminés, ces temps sont arrivés, mais doivent se produire à nouveau, comme si on pouvait recoller la tête de Marie-Antoinette et la lui couper à nouveau. Comment cela se fait-il que l’auteur de l’épître aux hébreux, lui, semble démontrer que Jésus, lui, est moins généreux en refusant de se sacrifier une seconde fois pour s’assurer que tous entreront dans le royaume (Hé.10.25-39)? Pourquoi Jésus n’a t-il pas répéter l’histoire? Pourquoi les prophéties ne se sont jamais reproduites une seconde fois, mais que pour le jugement sur Israël, cela doit se faire une seconde fois?

La raison est simple: la vie chrétienne chez les évangéliques manque d’espoir. Sans prophétie à venir, pourquoi aller à l’église? Pourquoi espérer?

Or, un jeune homme est mort pour une fausse croyance, car lui aussi espérait en quelque chose que les évangéliques se font croire à eux-mêmes, afin de maintenir la flamme et la fibre religieuse, empreinte d’une foi à la fois édulcorée, et mal encadrée par la faute de ces fausses croyances. La vérité aurait libéré ce jeune homme des fantasmes d’un angélisme utopique frisant le délire religieux.

 

Paix à son âme, nous nous verrons une première fois et éternellement dans le royaume, mais dommage d’être mort pour une mauvaise cause…

 

 

 

Patrick Galarneau

Brasser de la merde. Mais pourquoi donc?

J’ai connu beaucoup de gens dans le monde évangélique. À tel point que mes enfants en étaient agacés. Agacés car pas moyen d’avoir la sainte paix lorsque je visitais une église en leur compagnie. En effet, lorsque je passais dans une église, des gens venaient vers moi. Des gens que je ne connaissais même pas la plupart du temps. Et pourtant, je suis le type d’individu qui aimerait avoir un don bien particulier : pouvoir être invisible. J’ai toujours rêvé d’avoir ce pouvoir. Je suis très sérieux. Mais je sais aussi que ça n’arrivera jamais.

Si je vais dans une église de l’Association d’églises baptiste du Québec (AEBEQ), vous pouvez être certains qu’ils me connaissent et qu’il n’y a pas moyen que je passe incognito. Ils me connaissent si bien qu’ils ont toutes les raisons inimaginables pour se lever la nuit afin de me haïr. Même chose à « La Bible Parle », où des inconnus sont venus à ma rencontre pour me signifier leur mépris, mais aussi, pour me dire, parfois avec un ton menaçant:

  • « Toi, tu m’as fais chier sérieusement avec tes propos. Mais après réflexion, je trouvais que tu avais raison ».

 

Au MCI d’Alberto Carbone, il est plus facile de passer incognito, mais je ne suis pas le meilleur ami de monsieur Alberto « ShowMan et donnez-moi de l’argent » Carbone. Les Wilkie m’ont fui comme le choléra lorsqu’ils ont pris connaissance de mes activités de « chasseur d’arnaqueurs » (c’est du moins ce que l’on croit à mon sujet). Ces Wilkie qui vendent des produits dans leur église et vendent des bénédictions à 777$, qu’ils appellent « la bénédiction d’Abraham », avec leurs 32 dents bien affichés, on croirait que ce couple s’est fait faire une chirurgie plastique dans la figure pour conserver leur sourire en permanence. Il y a aussi les églises Nouvelle Vie, où je ne peux passer inaperçu, avec leurs gorilles qui m’attendaient par dizaine à la porte d’entrée. Et lorsque Shora Kuetu est venu vendre ses miracles et guérisons à Montréal, des gorilles ont été spécialement attitrés pour m’intercepter à la porte, afin que je ne puisse enquêter sur les supercheries qui s’opéraient à l’intérieur des murs de cet hôtel en 2015 et dont j’oublie le nom.

Étrangement (oui c’est étrange, car je ne suis qu’un quidam dans cet océan du christianisme), j’ai attiré l’attention de plusieurs personnalités du monde évangélique. Des pasteurs, des évangélistes bien connus, des docteurs en théologie qui me disaient « Hey, c’est loin d’être fou ce que tu proposes comme interprétation, je vais y réfléchir ». Il y a aussi une multitude de prophètes qui sont venus à ma rencontre (sur le net). Que ce soit sur facebook ou sur youtube, plusieurs d’entre eux ont envoyé leurs incantations maléfiques à mon endroit tout en faisant le bacon par terre (un taré délirant religieux ne peut faire autrement). Certains ont rédigé des articles ou faits des vidéos pour me traiter de tous les noms. Je pense à des gens comme Sébastien Payet, Kevin Gall, Mark Stoll ou des fanatiques de Shora Kuetu de Claude Ignerski, Henti Viaud-Murat, Dr. Pierre Gilbert, Mario Massicotte, ou de Claude Houde.

Sans compter la messagerie privée, les courriels et pourriels, soit pour me questionner sur tel sujet, besoin de relation d’aide ou pour m’invectiver. Surtout pour m’invectiver. J’ai dû brandir la menace de poursuite judiciaire contre plusieurs individus, car le harcèlement, l’intimidation et la diffamation étaient récurrents. On ne veut jamais se rendre jusque là, et je n’avais pas l’intention que ça aille plus loin, et fort heureusement, je n’ai pas eu à aller plus loin. Mais aussi, certains me contactaient pour me transmettre des informations privilégiées ( concernant Claude Ignerski de Belgique et du Bénin, Shora Kuetu de France et du Congo, entre autre) ou des documents confidentiels (affaire Claude Guillot du Québec et de l’AEBEQ du Québec, entre autre).

Au Québec, plusieurs ne me connaissent pas, mais plusieurs me connaissent aussi. Et ceux et celles qui me connaissent, et bien, ils me haïssent. J’ai travaillé sur des enquêtes (dont une criminelle) dont les lecteurs ici savent de quoi il s’agit. Mais aussi, on m’a souvent sollicité pour traiter d’affaires louches concernant des évangéliques ou dissidents évangéliques qui se sont pris pour la quatrième personne de la trinité un peu partout dans le monde. Mais aussi, des personnes qui m’ont fait cadeau de leurs bouquins. Je pense entre autre à Alain Rodrigue (Québec), ou Samuel Foucart (France), ou encore, De Morgan Priest (France; récipiendaire cinéaste à Cannes en 2009) qui m’a fait parvenir un T-shirt… et j’en oublie. Autant à Montréal qu’ailleurs, on m’a invité à enseigner, prêcher ou apporter une aide parmi leurs fidèles évangéliques. Depuis 2008, j’ai refusé toutes demandes, sans exception.

 

Dernièrement, je me suis dissocié d’un pasteur de Montréal, qui désirait que je prêche occasionnellement les dimanche matin (du moins, selon ce qu’il m’avait fait savoir) et avec qui nous montions un projet d’enseignements. Personnellement, j’aime les gens discrets, effacés et qui ne prennent pas le crédit de ce qu’ils font. Puisque le monsieur en question s’est arrangé pour se faire inviter en tournée dans des églises pour aller enseigner ce que nous préparions, je me suis aussitôt dissocié de lui. Je n’aime pas l’opportunisme et j’ai effacé tout ce que nous avions préparé ensemble. J’ai tiré un trait de manière aussi prompte que rapide. Ce qui est dommage, c’est que j’ai fais la promotion de son oeuvre via Infochrétienne (avant de le connaître). Ma réputation précédait l’article à leur sujet (l’église en question et ses dirigeants), et espéraient que je rédige un bon papier. Ce qui fut le cas, à leur grand étonnement. Je soutiens toujours que l’oeuvre est bonne, mais je n’aime pas l’opportunisme qui se dégageait du pasteur principal.

 

Parlant d’Infochrétienne, j’ai été approché par son directeur et fondateur, afin de devenir rédacteur pour ce média. J’ai longuement réfléchis. Plusieurs mois de réflexion. C’était quelque part en 2016 je crois. On avait relayé un de mes articles et une vidéo sur leur site quelques mois avant. J’ai finalement décliné l’offre, bien que le médias se targue d’être non-partisan pour une quelconque dénomination. Je voulais demeurer l’électron libre qui a débuté son projet il y a près de 5 ans maintenant. Si j’ai à travaillé pour un médias, celui-ci devra être non-confessionnel et totalement détaché d’une quelconque adhésion, de près ou de loin, à une religion ou expression de foi. Si d’un côté je suis limité dans l’audience, de l’autre côté ma limite se situerait sur l’opinion et les faits à rapporter. Je ne pouvais pas me permettre une plus grande audience au détriment de ma liberté de dire ce que je dois dire.

 

BRAVO CHAMPION, TU TE VANTES DE TES EXPLOITS

Évidemment, le monde francophone en est un d’autoflagellation et d’hypocrites jouant les victimes pour mieux s’intégrer à un groupe social. L’autodérision passe tellement mieux. Ça va vous rendre sympathique. Mieux vaut afficher sa pauvreté que sa richesse. On ne parle pas de ses avoirs au Québec ni en France ni ailleurs dans la francophonie. Héritage catholique.

Alors, comment puis-je oser étaler mes prétendus exploits (qui n’en sont pas du tout) et mon « name dropping » publiquement? C’est de la vantardise, de la vanité, un besoin d’attention. En réalité, je me moque de ce que c’est, et je me moque de ce que la majorité pense ou croit. On sait très bien que le QI collectif n’est pas très élevé en matière de discernement, mais très élevé dans la matière de « jugement des autres »

Ce n’est pas mon problème si cet « étalement » rend mal à l’aise les francophones ou n’importe quel individu. Mais la raison de cet étalement est au paragraphe suivant 😉

 

POURQUOI BRASSER DE LA MERDE? BESOIN D’ATTENTION? VENGEANCE?

Ce n’est pas de ma faute si TVA nouvelles a échappé la nouvelle sur un individu accusé de sévices physiques à l’endroit d’élèves d’une école biblique de Victoriaville. Il m’a fallu 5 petites minutes pour découvrir l’accusé et hop, les journalistes me contactent pour savoir comment je l’ai découvert.

Ce n’est pas de ma faute si les victimes de Claude Guillot m’ont contacté suite à mes articles. Ok, c’est de ma faute si j’écris, car mon bras n’a pas reçu une révélation divine pour le faire. Mais je n’ai pas cherché les victimes. Il m’a fait plaisir de travailler avec certaines d’entre elles cependant.

Je ne connaissais pas Claude Ignerski. Ce n’est pas moi qui s’est mis à fouiller le net pour faire la « chasse aux hurluberlus délirant religieux ». C’est un contact bien connu en France qui m’a interpellé à plusieurs reprises et comme par hasard, j’avais un bon lien avec la maison d’éditions où Claude Ignerski fut publié. Le lendemain suivant la conversation que j’ai eu avec le directeur de la maison d’éditions, les bouquins d’Ignerski ont été retiré de la maison d’éditions.

Et parlant de ce contact bien connu des français: ce n’est pas de ma faute s’il a vu de mes vidéos sur youtube et qu’il a voulu entrer en contact avec moi. Bien qu’il était connu pour ses apparitions au cinéma français, je ne le connaissais pas et je ne l’ai pas cherché.

Ce n’est pas de ma faute si on m’a transmis des informations sur Shora Kuetu ou Kacou Philippe. Je n’ai jamais cherché ces illuminés, mais oui, j’y ai travaillé suite à ces « magnifiques » trouvailles. C’est un pasteur du médias francophone évangélique le plus lu dans le monde qui m’a contacté, et probablement parce que je publiais régulièrement des commentaires sur ce médias.

Ce n’est pas de ma faute si un certain Patrick machin-chose, poursuivit en justice par d’ex-adeptes de son église à Montréal, se trouvait à être le beau-frère d’une connaissance à moi et sur qui j’ai écrit par rapport à la manipulation de ce prophète autoproclamé.

Je ne sais même pas comment je me suis retrouvé avec 5 000 contacts et plus de 2 500 suiveux facebook. Vraiment, je n’en sais rien. Strictement rien. Mais je ne les ai pas cherché. J’en ai éliminé au moins 1 500 parmi ces quelques 7 500.

Je ne contacte jamais les journalistes. Ce sont eux qui me trouvent. Et plus d’une fois. En fait, je ne sais plus combien de fois cela s’est produit. Souvent en tous les cas.

 

Enfin bref, je fais ma petite affaire de mon côté et je travaille seul. Si on me contacte, c’est probablement parce que j’ai la réputation de brasser de la merde. Mais pourquoi brasser de la merde? Parce que j’aime la vérité. Tout simplement. Quand vous dites la vérité, vous dérangez. Mais quand vous dites la vérité, vous attirez les regards, car la vérité est logique, implacable et ne laisse aucune place aux tergiversations ou extrapolations les plus farfelues. J’enseigne sur le net (ok, pas depuis quelques mois, avec la naissance du bébé, mais depuis 2014 jusqu’au printemps dernier).

Mes enseignements plaisent à certains et en font suer plus d’un dans le monde évangélique. J’ai visité beaucoup d’églises et plus d’une fois chacune. J’ai écris au sujet de mes visites… et pas toujours positivement. Un pasteur très connu au Québec et dans la francophonie s’est même permis de mettre en garde ses adeptes contre moi. Je ne le savais pas, c’est ma sœur qui, comme par hasard, allait dans l’église de ce pasteur qui m’a mise au courant. Je suis donc allé rencontrer ce pasteur personnellement. Non, ce ne fut pas une confrontation de Titans, ni une guerre épique digne des duels du Moyen-Âge. Ce fut même cordial.

Des pasteurs au Québec ont avertis leurs adeptes de ne pas me suivre sur les réseaux sociaux, que j’enseignais le mensonge et tout le tralala que peuvent vomir les manipulateurs religieux évangéliques. Bien entendu, quand on ne lèche pas le derrière des sbires bien-pensants de cette mouvance, vous êtes le démon. Et quand les médias commencent à s’intéresser à eux, ils disent à leurs adeptes que le Diable a débuté sa persécution contre l’Église de Dieu. Franchement.

Et non, je n’aime pas que l’attention soit dirigée vers moi. D’ailleurs, je la fuis régulièrement. Je ne répond même plus à mes courriels, messageries privées ou les commentaires sur youtube et peu de fois sur facebook. Je suis peut-être un solitaire qui aime l’anonymat, sans pour autant être misanthrope J’aime le genre humain, mais je méprise profondément la supercherie, la manipulation et ce désir qu’éprouvent plusieurs hurluberlus de vouloir être reconnus, et toujours être reconnus mieux que les autres, plus élevés que les autres, d’être populaires… Je méprise cela du fond du coeur.

 

Ces Claude Houde, Claude Ignerski, Shora Kuetu, Sébastien Payet, Kevin Gall, Pierre Gilbert, Mario Massicotte, Kacou Philippe et tous les imbéciles autoproclamés qui manipulent les gens, ces nombreux pasteurs en recherche de pouvoir avec la peur au ventre du vrai monde « pas manipulable » et qui ont peur de travailler pour vrai, dans le vrai monde… Oui, tous ces zigotos qui font de la religion un marché lucratif sur le dos des naïfs, me pue au nez.

 

Mais la principale raison de ce brassage de merde, c’est que je connais les rouages de la manipulation évangélique. Bien que je sois un très petit joueur sur la scène, je sais que ma contribution a permis à plusieurs personnes de ce défaire de l’esprit sectaire. J’ai débuté en 2005, sur le forum du TopC. À l’époque, une certaine Claire Poujol, psychothérapeute, était sur ce forum et nous échangions très souvent sur les shem de pensées des manipulateurs et des victimes dans le monde évangélique.

Les manipulateurs ne se présentent pas avec un air bête. Ils ne vous disent pas qu’ils sont manipulateurs. Ils sont même extrêmement sympathiques et ce sont les derniers que vous soupçonnez d’être un manipulateur, fourbe et menteur. Ils emprisonnent votre jugement et votre discernement par une attache émotionnelle et complice. Autrement dit, si vous avez du plaisir en leur compagnie, que vous riez ensemble, faites certaines activités ludiques, que le gars semble gentil, courtois, souriant… comment votre jugement peut-il croire que ce gars-là puisse vous manipuler et vous mentir?

À contrario, celui ou celle qui dénonce la fourberie du manipulateur, lui, il n’est pas sympathique et vous n’êtes pas attaché émotionnellement à lui. Puisqu’il a un rôle ingrat, le dénonciateur n’est pas cru par la masse naïve… sauf lorsqu’un des adeptes se rend compte qu’il a été floué. Malheureusement pour le manipulateur, il n’a pas commis « le crime parfait », il a laissé des indices de sa fourberie. C’est là que s’opère le brassage de merde. Dénoncer le super sympathique prophète ou pasteur, c’est blesser en plein coeur les manipulés dont le jugement n’est plus du tout objectif, à cause de l’attache émotionnelle qu’a provoqué le manipulateur pour s’assurer de passer sous le radar des soupçons à son endroit.

Vous devenez alors le mal incarné. Personne ne vous croit. Personne ne veut vous croire, malgré la petite voix intérieure que le manipulé veut étouffer, car émotionnellement, il est attaché au manipulateur dont il ignore (ou veut ignorer) le jeu de la manipulation de ce dernier.

 

CONCLUSION

Le brassage de merde est donc le résultat d’une découverte stupéfiante d’une personne suffisamment objective, mais dont la résistance se trouve sur son chemin par les manipulés. Et rarement ce sont les manipulateurs qui vont combattre au front. Ils laissent leurs adeptes le faire à leur place, afin d’esquiver les coups d’épée de la vérité du dénonciateur. Les manipulateur vont au front seulement dans une campagne de séduction, pas de confrontation.

 

Soyez donc vigilants et avertis.

 

 

 

Patrick Galarneau