Naître de nouveau… ou se faire du cinéma (partie 1)

Dans une conversation avec mes enfants hier soir avant le dodo, ma fille m’a expliqué ce qu’un pasteur jeunesse évangélique a dit aux enfants de l’école du dimanche d’une église de Montréal au Québec.

Ce dernier aurait dit à ses élèves que ceux-ci doivent faire une différence dans ce bas monde. Ils doivent être différents des non-croyants. Que leur différence doit transparaître aux yeux des non-croyants. Que si personne ne remarque la différence chez eux, c’est qu’ils ne sont pas des lumières du monde. Ma fille aurait répondu à l’hurluberlu qu’elle n’était pas Jésus, qu’il y en avait qu’un qui était la lumière du monde. Bien répondu ma chère fille 😉

 

Ma fille de 12 ans et mon garçon de dix ans se chamaillent souvent. Mon garçon n’est pas toujours évident, malgré sa très belle sensibilité. Sa grande sœur en a peur par moment, car le p’tit môsieur est impulsif dans ses réactions pas toujours empreintes de douceur. Ma fille n’est pas toujours tendre dans ses paroles à son endroit toutefois. Néanmoins, les deux croient en Jésus et aiment les histoires que je leur raconte à ce sujet. Ils en redemandent. Me questionnent régulièrement. Me font part de leurs réflexions souvent plein de sens. Mais ont-ils cessé leurs disputes? Les guerres de mots? Mis tous leurs désaccords de côté? Bien sûr que non. Alors, ils ne sont pas des lumières du monde, ils ne sont pas nés de nouveau d’après ce charlatan évangélique.

 

LE PARAÎTRE

Dans la religion, le paraître prend l’ascendant sur le savoir être. Les évangéliques utilisent intellectuellement le verbe « être » régulièrement. Que ce soit pour expliquer que Jésus est lui-même le verbe « être », qu’il faut « être » né de nouveau pour comprendre. Qu’être chrétien c’est « être » disciple de Christ. Que Dieu transforme notre « être » et notre savoir « être ». Mais non. Il faut que ça « paraisse » que nous sommes chrétiens. Il faut, il faut et il faut. L’obligation est là, bien présente, sans nuance aucune. Aller à l’église tous les dimanches matins fait de vous des chrétiens fidèles à Jésus-Christ. Mais oui, on insistera sur le « naître de nouveau », comme si cela relevait d’un choix personnel. Évidemment, je pouvais, en tant que spermatozoïde, exiger de mes créateurs biologiques, de naître. Ben oui, puisque je suis en train de vous écrire et que vous me lisez. J’ai certainement eu quelque chose à voir avec ma propre naissance, vous comprenez? Loin de moi le calvinisme, je n’adhère à aucune école de pensée. Alors allons-y, simulons la nouvelle naissance afin d’éviter les discours et accusations culpabilisants de la part de ceux qui prêchent le dimanche matin et qui, par cette seule position d’autorité autoproclamée, les dispense de tout soupçon sur leur propre salut.

 

INVITATION AU JUGEMENT DE VALEUR

Je ne devrais jamais être déprimé, avoir des envies de mourir (ce n’est pas mon cas, mais c’est peut-être le cas de d’autres chrétiens), il faut que j’exprime de la joie. Je ne peux pas me présenter à l’église avec une face de carême, ni être en dispute avec ma femme ou mes enfants. Je dois transpirer l’amour de mon prochain, de ma femme, de mes enfants, du voisin, du pasteur, des fidèles de l’église et de n’importe qui finalement. Je simule l’amour, certes, mais au moins, personne ne me soupçonne sur mes véritables sentiments à leur égard. Ça fait un monde évangélique rempli d’hypocrites, mais qu’à cela ne tienne, j’ai l’air chrétien… et d’une lumière dans ce monde de ténèbres, comme aiment le dire les élitistes évangéliques.

Le gars (et même des femmes, soit dit en passant) ne parlera certainement pas de ses addictions pornographiques lors d’une poignée de mains avec un(e) chrétien(ne) dans l’entrée de l’église. Même pas de ses quelques visites rares ou occasionnelles sur les sites pornographiques ou les revues du même acabit. Il va plutôt lui servir une recette de mots vides du Patois de Canaan, afin de faire la démonstration qu’il est non seulement né de nouveau, mais qu’il fait preuve de zèle, de fidélité comme un bon soldat de Christ et qu’on peut le considérer comme étant « des nôtres ». Car oui, être « des nôtres », c’est un langage sectaire qui instrumentalise les propos de l’apôtre Jean, mais interprété de façon frauduleuse. On ne veut surtout pas perdre son réseau social le plus important: l’église. Et dans bien des cas, c’est le seul réseau social. Que voulez-vous, la secte prend beaucoup de place dans une vie de zélés.

 

L’AFFAIRE RICHARD PICOTIN

Il y a deux ou trois ans, un certain Richard Picotin a fait son « coming out ». Il est maintenant un gay avoué, et non plus un gay demeuré accroché après un ceintre du placard. Il a dit, et je cite: « j’accepte mon homosexualité » et ce, après avoir consulté les Chamans de l’Église Nouvelle Vie, qui ont fait des incantations pour faire sortir le « démon de l’homosexualité » du corps de M. Picotin. C’est de ce même Richard qu’est sortis le célèbre cantique « Christ est roi ». Les églises évangéliques du Québec comme de l’Europe francophone l’ont chanté à l’unisson aussi souvent qu’ils vont sur le trône pour éjecter un numéro deux. Mais maintenant qu’il est ouvertement gay, les églises, pour plusieurs, ont banni ce cantique, car il a été conçu par un gay. Quand je vous parlais de jugement de valeur… Richard Picotin est un homme fini dans le mouvement évangélique. Il a bien tenté de se repentir de son homosexualité depuis son adolescence, tenté de le camoufler et faire croire qu’il est un chrétien exemplaire qui a vaincu ses démons grâce à la nouvelle naissance qui, faut-il le rappeler, est une invitation de la part des prédicateurs, copié-collé du non moindre hurluberlu de Billy Graham, avec ses ridicules campagnes d’évangélisation qui ne font rien d’autre que des clones d’hypocrites évangéliques.

Richard Picotin a décidé de devenir honnête et totalement transparent. Il est maintenant crucifié. Ça me rappelle quelqu’un, mais je cherche encore son nom… quel est-il déjà?… 😉

Comme sur les stèles d’Égypte, son nom ne figure pas parmi les sommités du monde évangélique. En fait, il n’y paraît plus. Son nom est effacé des stèles qui ont pour but de conserver dans la mémoire collective, les actes grandioses de ses pharaons évangéliques.

 

Le paraître, c’est ce qui compte. Votre honnêteté vous obligera à faire cavalier seul.

 

 

Suite au prochain article.

 

 

 

Patrick Galarneau

 

Publicités

Publié par

lafoisansreligion

À la fin de l'année 2013, c'est avec un feu de plus en plus ardent sur mon cœur que le Seigneur suscita en moi un désir de le servir d'une manière particulière. Ma présence sur le net n'est pas nouvelle et ce que je fais n'est pas nouveau. Toutefois, c'est en 2014 que s'est matérialisé ce projet de "La Foi Sans Religion", qui consiste en des enseignements de mise en contexte; des mises en gardes contre les faux bergers; des avertissements contre les faux ministères; des dénonciations sur les œuvres mauvaises et enfin, des exhortations sur ce site, sur facebook, sur youtube et sur les différents réseaux sociaux. Tous ces éléments servent à l'édification de l'Église. Je suis un des nombreux outils que le Seigneur utilise. Je travaille en collaboration avec tous ceux et celles qui œuvrent pour lui d'un cœur droit et vaillant et je félicite tous ces ministères diversifiés à travers le monde qui servent, à leur manière, le corps de Christ pour son édification et pour affermir la foi des uns et des autres. Je suis très préoccupé par l'actualité internationale, religieuse et politique. La majorité de mes contacts sont français et africains. Il est donc normal que je sois préoccupé par la politique internationale. Vous pouvez aussi consulter ma page facebook. Je vérifie les profils avant d'accepter de nouvelles demandes d'amitiés et ce, afin d'éviter les nombreux faux profils qui pleuvent sur ce réseau. Ma chaîne youtube porte le même nom que ce site: "la foi sans religion", où vous pouvez consulter les différents sujets que j'aborde.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s