Missionnaire pour Jésus, tué.

Un jeune missionnaire américain de 27 ans a été tué.

Le jeune Américain mort sous les flèches de la tribu d’une île indienne interdite d’accès souhaitait introduire le christianisme dans cette communauté coupée du monde moderne, selon ses derniers écrits révélés jeudi par des médias.

Source:

https://www.msn.com/fr-ca/actualites/monde/il-voulait-%C2%ABapporter-j%C3%A9sus%C2%BB-%C3%A0-la-tribu/ar-BBPZflt?ocid=ientp

John Chau a péri en tentant d'entrer en contact avec une tribu coupée du monde.

 

ÉVANGÉLISATION QUESTIONNABLE

Bien que la mort de ce jeune homme soit regrettable, il y a lieu de se questionner sur la pertinence de l’évangélisation. Une mauvaise interprétation implique ensuite une mauvaise application. Il s’agit d’une cause à effet.

Pas question ici de questionner les motifs et la bonne disposition de cœur du jeune homme. Je suis convaincu que les motifs étaient honorables. Cependant, lorsque des chrétiens affirment que Dieu suscite en leur cœur un désir de se rendre dans des contrées du monde afin de les évangéliser, je me dis que cela relève davantage d’un désir personnel dont Dieu est le prétexte par procuration.

 

La majorité des chrétiens justifient plusieurs de leurs réflexions et de leurs actions par un prétendu appel de Dieu qu’on ne peut prouver. Qui nous prouve que Dieu a parlé à ces personnes? Lorsque les résultats semblent positifs, les chrétiens disent que c’est Dieu qui a béni. Mais encore là, n’est-ce pas l’action humaine qui doit être mise en relief, dans ce que l’on tente de justifier par la main opérante de Dieu? Et lorsque les résultats sont négatifs, ont dit quoi alors? La mort par meurtre est-elle l’oeuvre de Dieu? Bien sûr, les chrétiens diront que c’est le Diable qui veut contrecarrer les plans de Dieu.

Ce qui est assez consternant, c’est cette capacité des chrétiens évangéliques d’avoir la tête dans les nuages et nous remplir de sornettes tout droit sorti du Patois de Canaan, un langage qui a pour but de remplir le vide de réponse claire, concise et précise. La logique perd sa place de choix dans le raisonnement évangélique, car la sagesse du monde est folie pour Dieu, disent-ils, fièrement… mais naïvement. Or, le défunt roi Salomon disait qu’un homme intelligent réfléchie et calcule longuement d’abord avant d’entamer un projet. C’est logique et dénué d’angélisme. Pourtant, c’est dans la même Bible que lisent les chrétiens évangéliques.

 

Pourquoi ce jeune homme s’est-il rendu dans un endroit dangereux, le sachant préalablement? N’y a-t-il pas en effet une sorte de roman à l’eau-de-rose qui enrobe le christianisme évangélique? Comme si le danger serait subitement écarté par la main puissante de Dieu et que la tribu serait soudainement transformée? Est-ce de la naïveté ou une belle candeur d’un jeune homme encore dans l’utopie caractérisant une jeunesse en manque d’idéaux?

 

LA NATURE FAUSSÉE DE L’ÉVANGÉLISME

Le catholicisme a été, jadis, prosélyte. Les protestants sont plutôt rigides et cristallisés dans l’histoire de la réforme. Le mouvement évangélique est né du protestantisme et s’en est détaché pour devenir un mouvement dynamisé par le prosélytisme des jeunes évangéliques, en particulier.

Mais évangéliser pourquoi? Dans le N-T, nous constatons en effet que les apôtres et disciples évangélisaient partout où ils passèrent. Mais quelle est dont la vocation réelle de l’évangélisation? La très grande majorité croit qu’il s’agit de faire entrer dans le royaume, tous ceux et celles que Dieu a prédestiné. D’autres croient qu’il s’agit de témoigner pour que les gens du monde fasse un choix éclairé entre la repentance ou la condamnation jusqu’à ce que Jésus revienne chercher les siens. Et pour que Jésus revienne, il faut que l’entièreté des élus soient entrés dans le christianisme évangélique. Après quoi viendra la fin. C’est du moins l’interprétation de la mouvance évangélique, puisque ce mouvement est issus du dispensationnalisme. Ainsi, nous serions dans le temps de la grâce, une grâce qui, selon les apôtres de la dispensation, serait sur le point de se terminer. La patience de Dieu s’effriterait contre le monde actuellement et c’est ce qui explique pourquoi les chrétiens évangéliques se préoccupent à ce point des catastrophes dans le monde, et simultanément, les évangéliques doivent avertir le monde sur la colère de Dieu, qu’il faut se repentir et croire en Jésus, afin d’éviter sa colère.

 

Le jeune homme qui a quitté l’Amérique pour une île perdue en bordure de l’Inde est décédé sous les flèches de la tribu indigène car on lui a enseigné ces sornettes évangéliques, tout droit sorti d’un conte pour enfants moyenâgeux. Cette croyance a des origines dans l’ignorance et la superstition des peuples européens du Moyen-Âge, un phénomène eurocentriste uniquement.

 

CE QU’EST L’ÉVANGÉLISATION EN RÉALITÉ

Les écrits des auteurs du N-T ne dépasse pas les années 70′. Du moins, les événements relatés par les auteurs ne dépassent pas l’an 70′. Les événements relatés sont au plus tardif en l’an 68′. Le Temple de Jérusalem était encore debout, bien que menacé de destruction Par Rome depuis les débuts de l’occupation romaine en Judée au 1er siècle avant J-C.

Lorsque Jésus a accompli la loi et les prophéties à son sujet, qu’il est mort et ressuscité et qu’eut lieu la pentecôte, les apôtres et disciples ont eu l’autorisation de quitter Jérusalem et la Judée afin d’annoncer la bonne nouvelle à tous les juifs hors-Judée et ce, afin qu’eux aussi entendent et constatent que les écritures furent accomplis. C’était ça l’évangélisation! Atteindre les juifs de toutes les contrées de la Terre connue, avant que ne vienne le jugement final sur Israël. Et ce jugement venait très bientôt. Même Jésus a dit que tous ne seront pas morts lors de son glorieux retour. Et en effet, son retour a bien eu lieu et il a jugé Israël par la main des romains. Mais avant cela, tous les juifs de par le monde connu devaient avoir reçu l’avertissement que le jugement final allait survenir très bientôt, mais surtout, que le Christ est bel et bien apparu en leur temps, ce qui mettait fin ainsi à la notion de prophétie, puisque tout est maintenant accompli.

 

La chute de Jérusalem et de son Temple est l’accomplissement de Da.9 à 12. Avec la destruction du second Temple, Dieu trace la fin de la prophétie, de l’Église, de la notion pastorale et de l’évangélisation, puisque Dieu a rendu son jugement final sur Israël, à qui fut promis le Christ.

 

CONCLUSION

Mais dans la fausseté de croyance dispensationnaliste, ces temps ne se sont pas produits. Ou pour les plus illuminés, ces temps sont arrivés, mais doivent se produire à nouveau, comme si on pouvait recoller la tête de Marie-Antoinette et la lui couper à nouveau. Comment cela se fait-il que l’auteur de l’épître aux hébreux, lui, semble démontrer que Jésus, lui, est moins généreux en refusant de se sacrifier une seconde fois pour s’assurer que tous entreront dans le royaume (Hé.10.25-39)? Pourquoi Jésus n’a t-il pas répéter l’histoire? Pourquoi les prophéties ne se sont jamais reproduites une seconde fois, mais que pour le jugement sur Israël, cela doit se faire une seconde fois?

La raison est simple: la vie chrétienne chez les évangéliques manque d’espoir. Sans prophétie à venir, pourquoi aller à l’église? Pourquoi espérer?

Or, un jeune homme est mort pour une fausse croyance, car lui aussi espérait en quelque chose que les évangéliques se font croire à eux-mêmes, afin de maintenir la flamme et la fibre religieuse, empreinte d’une foi à la fois édulcorée, et mal encadrée par la faute de ces fausses croyances. La vérité aurait libéré ce jeune homme des fantasmes d’un angélisme utopique frisant le délire religieux.

 

Paix à son âme, nous nous verrons une première fois et éternellement dans le royaume, mais dommage d’être mort pour une mauvaise cause…

 

 

 

Patrick Galarneau

Publicités