Fausses croyances: les impacts.

Comme un domino, une fausse croyance, lorsqu’elle est découverte, fait tomber tout le reste de la construction de pensée religieuse de l’individu. Plusieurs en sortent meurtries. Bien entendu, lorsque l’on découvre des fausses croyances que l’on a cru jusque là et qu’on a défendu avec vigueur, fermeté et en évoquant la défense de la vérité comme une bonne sentinelle de Dieu, c’est comme recevoir par surprise toute une raclée qu’on ne s’attendait pas à recevoir. C’est tomber de haut. De très haut même. Au début, on ne veut pas croire que ce que nous avons appris, est faux, erronée, ou encore, on se munit d’euphémismes pour attendrir le choc en s’avouant à peine que certaines choses ne sont peut-être pas exactes ou à nuancer.

Mais c’est le début d’un long processus de délivrance. Mais comme pour ceux et celles qui sont sortis des drogues dures ou de l’alcoolisme, c’est un long combat rempli d’embûches et de souffrances. Surtout de souffrances. Comme le domino, il suffit d’une fausse croyance comme point de départ pour faire tomber tout le reste, mais un morceau à la fois. Les fausses croyances sont en file d’attente les unes derrière les autres pour être mises à terre, comme chaque morceau d’un domino.

 

Voici un exemple imagé de l’impact d’une fausse croyance sur le reste des croyances.

 

Comment débute cette réflexion : lorsque la communauté ne fait pas ce qu’elle dit ou n’est pas ce qu’elle prétend être.

Détecter une fausse croyance que l’on a cru va alors être le point de départ pour déconstruire toute la série de fausses croyances qu’on s’est bâtit tout au long de notre parcours religieux, comme l’exemple du domino ci-haut. Déconstruire ce bâtiment est l’équivalent de détruire, lentement mais surement, tout le shem de pensée, les mécanismes de défenses religieux (réponses toutes faites, arguments d’autorités, se déresponsabiliser de toutes réflexions en instrumentalisant la Bible et Dieu par procuration) et être démuni de sa personnalité construite de toutes pièces par les exigences religieuses imposées ou que l’on s’est imposé. L’individu s’isole de lui-même de la communauté, même s’il demeure dans la communauté. Il partage de moins en moins les croyances du groupe. Il peut même devenir irritable, arrogant, voir même, insupportable, car le choc de plus en plus brutal entre la vérité et la fausse croyance place l’individu dans une impasse où il remet tout en question et se remet lui-même en question. Douloureux passage obligé.

Il suffit pour certains d’avoir été échaudés pour se questionner. De mauvaises expériences relationnelles au sein du groupe, des incohérences dans le crédo de la religion, les guerres intestines pour le pouvoir, l’hypocrisie souvent dénoncée par d’anciens adeptes et que l’on découvre par soi-même la véracité de ce la dénonciation cette hypocrisie, considérée par les adeptes fidèles de la religion, comme des propos calomniateurs de ceux et celles qui, selon ces adeptes religieux, se révèlent à appartenir au Diable. Les adeptes de la religion du dissident à en devenir vont le considérer comme un faux croyant qui montre son vrai visage. La communauté n’est jamais fautive à ses propres yeux. Elle, tout ce qu’elle croit, c’est la vérité et point de salut hors de sa religion. Ceux et celles qui quittent doivent être laissés à eux-mêmes et les adeptes n’entreront plus en contact avec le dissident, ce méchant diable qui aurait tenté de détruire la communauté.

 

CONSÉQUENCES

Pour le dissident, c’est le début de la délivrance, mais un passage obligé par la dépression chez plusieurs, car non seulement perdent-ils le réseau social le plus important de leur vie, mais ils perdent aussi tous leurs repères. Ils perdent une grande partie de leur personnalité, bien que fabriquée de toutes pièces par les règles inhérentes de la religion. Puisqu’ils sont maintenant seuls et sans repère, ils doivent maintenant se reconstruire et trouver d’autres repères. Certains retombent dans le piège en passant d’une religion à une autre, comme le font les personnes ayant une dépendance affective. Plutôt que de vivre leur déception, elles retombent dans les bras d’une autre personne, afin d’adoucir le mal et le vide créé par l’absence de l’être aimé. Or, cela s’avère à être pire, car la personne a enfouit sa souffrance et maintenant, elle se forge une nouvelle personnalité sur commande pour plaire à un autre. Cette personne n’a pas pris le temps de faire une bonne et parfois longue introspection.

 

On ne quitte pas un mensonge pour aller en croire un autre. C’est dingue. Il faut du temps pour se rebâtir. Et malheureusement, certains rejettent tout du revers de la main. C’est une réaction normale, mais la foi en Jésus-Christ, on l’a ou on ne l’a pas. Ceux et celles qui ont cette foi vont néanmoins se rebâtir et se distingueront de ceux et celles qui n’en ont que les apparences. La construction se fait sur une période plus ou moins longue. Cela dépend du temps que nous avons consacré à la religion. Si cela faisait 30 ans que la personne était dans sa religion, elle ne passera pas aussi facilement à autre chose que la personne qui n’en a passé que deux. Mais dans les deux cas, on peut mal réagir ou encore, s’en sortir presque indemne au bout de ce processus.

 

CONCLUSION

Le temps seul est une excellente chose. Jésus, les disciples, les prophètes anciens et plusieurs autres personnages de la Bible ont eu des temps de solitude, des remises en question, ont vécu le découragement, l’abandon et ainsi de suite. Leur vie n’a pas été un long fleuve tranquille. Jésus a été abandonné dans le moment le plus important de sa vie terrestre. Le prophète Élie s’est retrouvé totalement seul, dans le découragement après avoir délivré Israël des prophètes de Baal et d’Astarté. Il a connu des temps glorieux, puis, l’abandon et le découragement. Le roi David, avant d’être roi, fut poursuivi et sa tête était mise à prix par le membre le plus influent du peuple élu! David a vécu le découragement, mais il a toujours conservé son respect pour ceux et celles qui l’ont calomnié. Que dire des croyants hébreux du 1er siècle, alors qu’ils étaient pourchassés par leurs frères de sang hébreux, demeurés dans le judaïsme.

 

Des exemples de gens connaissant profondément Dieu mais se retrouvant à faire cavalier seul, il y en a eu des tonnes, et pas juste dans la Bible, mais travers l’histoire. Ils ont dû se remettre en question, déconstruire leurs propres fausses croyances afin de s’attacher pleinement au Seigneur. Ils y ont laissé leur orgueil, ont été humilié, calomnié, méprisé et ce, par des gens de la religion à laquelle ils appartenaient. Mais ces hommes mentionnés plus haut, sont connus et aimés de Dieu. 🙂

 

 

Patrick Galarneau

Publicités

Publié par

lafoisansreligion

À la fin de l'année 2013, c'est avec un feu de plus en plus ardent que j'ai eu à coeur d'enseigner la Bible à nouveau, mais cette fois, en priorisant le contexte historique et la pensée des différents auteurs. Ma présence sur le net n'est pas nouvelle et ce que je fais n'est pas nouveau. Toutefois, c'est en 2014 que s'est matérialisé ce projet de "La Foi Sans Religion", qui consiste en des enseignements de mise en contexte; des mises en gardes contre la religion évangélique et les sectes chrétiennes; des avertissements contre les ministères dits « prophétiques »; des dénonciations sur les œuvres mauvaises de ces manipulateurs et enfin, des encouragements sur ce site, sur facebook, sur youtube et sur les différents réseaux sociaux. Tous ces éléments pourront servir aux chrétiens prudents et même, aux non-chrétiens qui désirent comprendre un peu plus la distinction à faire entre la foi et la religion. Je travaille en collaboration avec tous ceux et celles qui œuvrent de cette manière et je félicite toutes ces personnes à travers le monde qui mettent tous leurs efforts pour avertir les gens qui ignorent les nombreuses subtilités et danger de cette mouvance, à leur manière, selon leur contexte respectif. Affermir la foi des uns et des autres, tout en les accompagnant dans leur démarche pour sortir des griffes des manipulateurs. Je suis très préoccupé par l'actualité internationale, religieuse et politique. La majorité de mes contacts sont français et africains. Il est donc normal que je sois préoccupé par la politique internationale. Vous pouvez aussi consulter ma page facebook. Je vérifie les profils avant d'accepter de nouvelles demandes d'amitiés et ce, afin d'éviter les nombreux faux profils qui pleuvent sur ce réseau. Ma chaîne youtube porte le même nom que ce site: "la foi sans religion", où vous pouvez consulter les différents sujets que j'aborde.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s