Le chrétien évangélique: un irresponsable qui délire!! L’église évangélique, une secte à fuir absolument!!

PRÉAMBULE

Je discutais avec ma femme hier soir sur une situation malheureuse qui s’est produite dimanche dernier (16 décembre 2018) à l’église Nouvelle Vie de Longueuil, en banlieue de Montréal. Une église d’environ 4 000 âmes. Cette situation impliquait ma belle-mère (la maman de ma femme), qui fréquente cette assemblée et y travaille comme employée. Elle fut invitée à prier sur l’estrade pour un jeune garçon. Puis, sans avertissement, une femme haïtienne s’est mise en transe et à faire le bacon. Cette femme s’est pratiquement lancée sur ma belle-mère, dont ses maigres 90 livres (je n’ai pas la conversion en kilo) furent projetés au sol. Comme ma femme l’expliquait à sa mère, c’est une agression physique. Ma belle-mère a eu peur, mais plus de peur que de mal finalement. Mais que voulez-vous, ce n’est pas la faute de cette femme un peu trop bien-portante, il paraît que c’est le Saint-Esprit qui l’a projeté. Mais comble de malheur, le Saint-Esprit n’a pas vu la trop mince silhouette de ma belle-maman. Il a dû avoir des remords 😉

 

L’ÉMOTIONNEL AVANT LE RATIONNEL

Ma femme me questionnait au sujet de la culture haïtienne et du Voodoo, puisque c’est une pratique répandue et culturelle. Est-ce que le Voodoo aurait eu quelque chose à voir avec la situation qui s’est produite à l’église Nouvelle Vie? Ma réponse fut simple: NON. L’émotionnel avant le rationnel, et voilà ce qui se produit dans ces sectes religieuses. D’ailleurs, lorsque ma belle-famille nous visite ou que nous nous rendions chez l’un des membres de ma belle-famille, nous évitons le sujet de l’église Nouvelle-Vie. Je suis un ennemi juré de cette assemblée, une calamité. Mais je suis le conjoint d’une des filles de la famille, alors, le respect est de mise de part et d’autre. D’ailleurs, je suis invité au mariage d’une de mes belles-sœurs l’été prochain, elle qui est aussi membre de Nouvelle-Vie. Vous comprendrez que je n’assisterai pas au mariage, mais je serai de la réception. Et non, ce n’est pas parce que je suis un pique-assiette 😉

Je dois mentionner cependant que je suis très apprécié par ma belle-famille, malgré nos différends. Ma belle-mère, elle est toujours la bienvenue à la maison et c’est même moi qui insiste pour que nous l’invitions. La même chose avec ses sœurs et leurs conjoints, dont l’un avec qui j’ai une bonne relation. Ce n’est toutefois pas de l’église Nouvelle Vie dont je voulais m’entretenir avec vous, mais de la discussion qui allait suivre, qui émanait de la situation qui s’y est produite dimanche dernier.

 

NE DONNEZ PAS AUX PAUVRES, L’ÉGLISE EN A PLUS DE BESOIN

Voyez-vous, mon questionnement était relatif à la fréquentation des églises évangéliques de la part des adeptes. Qu’est-ce qui motive une telle adhésion et fidélisation à une secte religieuse? D’autant plus que c’est un fait connu: l’église Nouvelle Vie insiste fortement sur la fidélité de ses membres à donner la dîme et l’offrande. Dois-je rappeler que la dîme signifie 10% de ses revenus avant impôt?! L’offrande? C’est le supplément à la dîme. Donc, une somme supplémentaire à la discrétion du donateur. Mais attention: l’église Nouvelle Vie n’est pas seule en ce domaine. Les églises évangéliques, bien qu’elles se targuent de n’imposer la dîme, agit avec toute son acuité d’abus spirituel pour vous convaincre que vous faites le bon choix devant Dieu de donner votre dîme et offrande. Personne ne vous tord un bras, mais à force de répéter ceci aux adeptes:

  • Malachie 3.10 Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes, Afin qu’il y ait de la nourriture dans ma maison; Mettez-moi de la sorte à l’épreuve, Dit l’Éternel des armées. Et vous verrez si je n’ouvre pas pour vous les écluses des cieux, Si je ne répands pas sur vous la bénédiction en abondance.

Lorsque j’ai reçu le baptême par immersion dans l’église évangélique, on m’a demandé de me retirer dans une pièce, afin de déterminer en assemblée si l’on m’acceptait comme membre de la secte. Il s’agit en fait d’une simple formalité. C’est évident que j’allais être accepté, puisque le membre a une responsabilité de s’impliquer financièrement à la secte évangélique. Lorsque l’on m’a demandé de revenir en avant, l’assemblée a applaudi et m’a signifié que je faisais maintenant parti des leurs. C’était sensé être un jour de bonheur (il faut maintenant en rire, c’est tellement puéril 😉 )

Par la suite, l’assistant pasteur, un jeune de mon âge à qui il ne manquait que la Kippa pour être un excellent religieux juif pharisien, est venu chez moi, après qu’il m’ait demandé un rendez-vous. Il m’a cité le passage de Malachie ch.3, v.10, puis m’a dit que j’avais une responsabilité devant Dieu de donner. Que j’étais libre de donner ou pas (bien sûr lol), mais que le passage cité (sans contexte, évidemment), devait me convaincre que pour plaire à Dieu, je devais donner. Puis, pour motiver mon désir de donner, Dieu allait m’ouvrir les écluses des cieux et me donner encore davantage que ce que j’avais donner. On sait très bien que c’est de la foutaise, mais à ce moment-là, peu importe les bonnes choses qui allaient se produire dans ma vie, c’était parce que Dieu aurait récompensé ce que j’avais donner à l’église, qui est l’équivalent de donner à Dieu. Mais s’il m’arrivait malheur ou que j’étais malade, c’est fort possiblement parce que je lui avait désobéi ou pire: je n’avais pas donné de mon argent, ce qui fait en sorte que mon avarice serait puni. Voyez-vous la manipulation?

Dans un tel cas, j’étais responsable de mes actes ou de mes inactions. Dans le malheur, Dieu me puni, dans le bonheur, Dieu me récompense. Ainsi, j’étais pris au piège de la manipulation ecclésiastique. En sortir, c’était blasphémer contre le Saint-Esprit, comme enseigner dans l’église et répéter par mon père. Le blasphème contre le Saint-Esprit signifiait que j’avais rejeter une fois pour toute le salut de Dieu et que même si je voulais revenir, Dieu ne m’accepterait pas. Ainsi, je subissais l’enfer et je brûlerais éternellement, selon leur interprétation frauduleuse de Hé.10.25-39. Or, ce passage parlait des juifs de la génération de Jésus qui, ayant été témoins de sa révélation, se ses actions en concomitance avec les prophéties anciennes mais que les juifs rejetèrent en toute connaissance de cause, pour cette génération, il leur était impossible de revenir à Dieu pour le crucifier une seconde fois. En effet, une fois le Temple détruit (qui devait accueillir le Messie), les juifs ne purent que constater que Jésus fut bel et bien le Messie, mais qu’il était maintenant trop tard pour revenir en arrière, puisqu’il aura fallut le jugement final de Dieu pour les convaincre. Voici le passage en question:

  • 25 N’abandonnons pas notre assemblée (le mot en grec est ÉPISUNAGOGE et non EKKLÉSIA. Le mot traduit en français n’est donc pas ASSEMBLÉE), comme c’est la coutume de quelques-uns; mais exhortons-nous réciproquement, et cela d’autant plus que vous voyez s’approcher le jour.

    26 Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés,

    27 mais une attente terrible du jugement et l’ardeur d’un feu qui dévorera les rebelles.

    28 Celui qui a violé la loi de Moïse meurt sans miséricorde, sur la déposition de deux ou de trois témoins;

    29 de quel pire châtiment pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l’alliance, par lequel il a été sanctifié, et qui aura outragé l’Esprit de la grâce?

    30 Car nous connaissons celui qui a dit: A moi la vengeance, à moi la rétribution! et encore: Le Seigneur jugera son peuple.

    31 C’est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant.

    32 Souvenez-vous de ces premiers jours, où, après avoir été éclairés, vous avez soutenu un grand combat au milieu des souffrances,

    33 d’une part, exposés comme en spectacle aux opprobres et aux tribulations, et de l’autre, vous associant à ceux dont la position était la même.

    34 En effet, vous avez eu de la compassion pour les prisonniers, et vous avez accepté avec joie l’enlèvement de vos biens, sachant que vous avez des biens meilleurs et qui durent toujours.

    35 N’abandonnez donc pas votre assurance, à laquelle est attachée une grande rémunération.

    36 Car vous avez besoin de persévérance, afin qu’après avoir accompli la volonté de Dieu, vous obteniez ce qui vous est promis.

    37 Encore un peu, un peu de temps: celui qui doit venir viendra, et il ne tardera pas.

    38 Et mon juste vivra par la foi; mais, s’il se retire, mon âme ne prend pas plaisir en lui.

    39 Nous, nous ne sommes pas de ceux qui se retirent pour se perdre, mais de ceux qui ont la foi pour sauver leur âme.

Les églises évangéliques, comme Nouvelle Vie, et les églises baptistes évangéliques où j’ai été fidèle ou pasteur, on enseignait qu’il ne fallait pas quitter notre église locale, sauf sous recommandation pastorale pour aller dans une autre église locale évangélique. Alors là, je pouvais affirmer que j’étais encore un vrai chrétien. On cite régulièrement ce passage pour contraindre les adeptes en leur faisant peur. On fait de Dieu un dieu sévère qui puni, une fois que vous êtes pris dans les griffes de la secte. Et comme c’est étrange qu’au début, on vous présente Dieu comme un sauveur du monde, qu’il va alléger vos fardeaux et qu’il sera votre rocher, votre soutient dans les moments difficiles. Mais si vous osez penser quitter la secte, on vous brandit un dieu sauvage, sanguinaire qui est sans pitié pour les dissidents. En réalité, perdre un membre, c’est perdre un revenu pour l’église.

 

Mais revenons à l’aspect financier et la manipulation par la torsion des passages bibliques

Les chrétiens évangéliques omettent bien de parler du contexte du passage de Malachie ch.3. On cite le verset 10 avec force, mais bon dieu qu’on ose pas parler du contexte du passage ni du contexte spécifique et historique. On a l’herméneutique muet dans de tels cas.

Voici donc les neuf premiers versets du chapitre que l’on ne mentionne pas:

  • Voici, j’enverrai mon messager; Il préparera le chemin devant moi. Et soudain entrera dans son temple le Seigneur que vous cherchez; Et le messager de l’alliance que vous désirez, voici, il vient, Dit l’Éternel des armées. Qui pourra soutenir le jour de sa venue? Qui restera debout quand il paraîtra? Car il sera comme le feu du fondeur, Comme la potasse des foulons. Il s’assiéra, fondra et purifiera l’argent; Il purifiera les fils de Lévi, Il les épurera comme on épure l’or et l’argent, Et ils présenteront à l’Éternel des offrandes avec justice. Alors l’offrande de Juda et de Jérusalem sera agréable à l’Éternel, Comme aux anciens jours, comme aux années d’autrefois. Je m’approcherai de vous pour le jugement, Et je me hâterai de témoigner contre les enchanteurs et les adultères, Contre ceux qui jurent faussement, Contre ceux qui retiennent le salaire du mercenaire, Qui oppriment la veuve et l’orphelin, Qui font tort à l’étranger, et ne me craignent pas, Dit l’Éternel des armées. Car je suis l’Éternel, je ne change pas; Et vous, enfants de Jacob, vous n’avez pas été consumés. Depuis le temps de vos pères, vous vous êtes écartés de mes ordonnances, Vous ne les avez point observées. Revenez à moi, et je reviendrai à vous, dit l’Éternel des armées. Et vous dites: En quoi devons-nous revenir? Un homme trompe-t-il Dieu? Car vous me trompez, Et vous dites: En quoi t’avons-nous trompé? Dans les dîmes et les offrandes. Vous êtes frappés par la malédiction, Et vous me trompez, La nation tout entière!

Le texte nous parle de celui qui sera le Messie: Jésus-Christ. Il fut promis à Israël. Il s’agit même prophétiquement de Jésus qui accuse les religieux juifs des différents maux que subissent les gens du peuple. Les pharisiens se vantaient de donner la dîme, plus que quiconque, mais leur cœur était loin de Dieu et de plus, ils opprimaient les gens du peuple en leur imposant de lourds fardeaux religieux. La dîme concernait le peuple d’Israël, particulièrement la tribu de Lévis, et cela devait servir un temps, jusqu’à la révélation du Dieu fait chair: Jésus-Christ.

Mais chez les évangéliques, on évite de parler du contexte. Si on le fait, les gens comprendront alors qu’il n’est pas nécessaire de donner ni sa dîme ni son offrande. Ils comprendront même que l’église en soit n’est non seulement nécessaire, mais totalement obsolète (cela devait servir le temps que les juifs de la diaspora soient tous avertis qu’un sauveur en Israël est venu et accompli toutes les prophéties anciennes; l’an 34 à 68, après vinrent les tribulations, grandes révoltes et le jugement final sur Israël entre l’an 70 et 73)

NOTES: DANS LE MONDE SÉCULIER, ON DISTINGUE DE MANIÈRE ERRONÉE LE SECTARISME DE LA SIMPLE RELIGION, À L’OBLIGATION DE DONNER DE SON ARGENT VERSUS LE VOLONTARIAT. OR, LA MANIPULATION AVEC LAQUELLE LES CHEFS RELIGIEUX USENT DE LEUR AUTORITÉ ECCLÉSIASTIQUE, AINSI QUE LEUR INFLUENCE DE PAR LEUR POSITION D’AUTORITÉ RELIGIEUSE, LE FIDÈLE EST CONTRAINT DE DONNER, MÊME SI LES APPARENCES SEMBLENT INDIQUER LE CONTRAIRE. LA MANIPULATION EST EXERCÉE DE MANIÈRE INSIDIEUSE, PAR UNE TORSION DES PASSAGES BIBLIQUES ET CE, AFIN DE SE SERVIR DE DIEU PAR PROCURATION POUR OBTENIR LE RÉSULTAT SOUHAITÉ PAR LE DIRIGEANT.

 

Une loi encore en vigueur dans notre législation au Québec, nous obligerait à donner la dîme à l’église Catholique si celle-ci l’exigeait. Bien entendu, l’église Catholique n’oserait jamais avoir recours à cette disposition législative, déjà qu’elle perd des plûmes depuis des décennies en cote de popularité et ce, au profit de l’athéisme, du paganisme et des différents courants évangéliques (et de ses sous-branches dénominationnelles, plus louches les unes que les autres). Néanmoins, cela nous ramène à la nécessité des églises évangéliques et des religions en général au Québec, aux dons de ses adeptes. Depuis une dizaine d’années, approximativement, les banques ne prêtent plus d’argent aux églises évangéliques. Je ne peux pas vous parler des autres religions, je n’en sais rien. Étant donné que j’ai œuvré au sein du pastorat évangélique, il y a bien des années, nous devions quémander auprès de riches donateurs canadiens et américains, afin de construire de nouveaux lieux de cultes. Et encore, le problème de zonage nous limitait dans l’érection de nouveaux lieux de cultes, d’autant plus que la diversité ethnico-cultuelle firent en sorte de partager le ratio des lieux de cultes avec les autres religions dans les différents zonages.

 

Mais si l’église Évangélique a besoin de l’argent de ses fidèles, c’est que l’argent demeure le nerf de la guerre. Il n’y a pas de dieu qui tienne ici. Ce n’est pas le Seigneur qui envoie une manne soudaine sur les églises évangéliques. En scrutant de près les états financiers des assemblées locales, comme je l’ai déjà fait (et j’ai les états financiers d’une association d’églises au Québec pour 2016-2017), pouvez-vous imaginer la répartition des dons dans les différentes sphères de viabilité d’une seule assemblée locale? La majeure partie des avoirs est soumise au bâtiment et tous les frais afférents, inhérents à l’entretient du bâtiment. On ne s’en rend pas compte au premier coup d’œil, mais les réfections, les travaux d’entretiens, l’électricité, le chauffage, les salaires pastoraux, les salaires d’employés de soutient, les différentes factures (que ce soit pour internet ou de sous-contractants), ect… toutes ces factures sont payées à même les contributions des adeptes. Sans ces dons, point de religion. Il n’y a pas de dieu dans un état financier, malgré tous ces beaux sparages sur l’estrade de ces conducteurs des croyants à vanter et promulguer l’intervention divine dans leurs activités. Le comptable, lui, voit des chiffres, pas la prétendue intervention divine dans les états financiers. Et rappelons que ce sont des êtres humains qui donnent de leur propre argent, parfois durement acquis de leur dur labeur, car point de pitance sans potence.

 

Or, cette manne sert aussi à octroyer un salaire pastoral, parfois de manière plutôt généreuse, sans que ce dernier n’ait à lui-même se rendre à la potence d’un dur labeur pour gagner sa pitance. Le pasteur ne partage pas la dureté du travail des uns, gagnant confortablement sa vie au dépend de ceux qu’il est sensé servir. En effet, la fonction pastorale, dans l’ancienne alliance ainsi que des premiers balbutiements de l’église primitive, a toujours signifié être serviteur des uns et des autres. Jésus en fut d’ailleurs l’archétype. Le pasteur, dans la période de transition entre l’ancienne et la nouvelle alliance (l’an 34 à l’an 73 de notre ère), gagnait sa pitance en mangeant chez les gens, et non en quémandant un salaire et ce, malgré l’interprétation frauduleuse que l’on retrouve dans les traductions bibliques dont les commanditaires sont partiaux et dénués de désintéressement. L’histoire prouve les faits.

 

Comment se fait-il que l’on retrouve autant de lieux de cultes? Il y a certes de l’argent à faire. C’est sans compter que les chefs religieux bénéficient d’avantages fiscaux intéressants et qui ne sont pas à la portée du simple travailleur et qui plus est, fréquente fidèlement un lieu de culte. Et que dire encore de la fonction pastorale, qui est un emprunt du judaïsme, lui-même un emprunt de la deuxième période intermédiaire de l’Égypte ancienne. Cette fonction n’a plus rien à voir avec le monde d’aujourd’hui: le pastorat de l’église apostolique était intimement lié à l’accomplissement prophétique sur Israël, Jérusalem et son Temple, ainsi qu’à la Judée du 1er siècle. Après la destruction du Temple, le pastorat, comme la prophétie, devint caduque et obsolète. Ces fonctions ne devaient durer que le court temps missionnaire des apôtres et disciples pour annoncer la bonne nouvelle aux juifs de la diaspora et ensuite, vint le jugement final sur Israël. Et c’est ce sujet final qui permit de fermer officiellement le canon biblique (officiellement fermé en l’an 395, après l’acceptation de l’épître aux hébreux, dernier livre admis). Il n’a jamais été question de poursuivre dans la lignée du christianisme antique.

 

DONNER DE VOTRE ARGENT, JE VOUS DONNERAI DE L’ESPOIR

La religion rapporte. On offre un second espoir en recrutant des individus sous le prétexte d’un retour de Jésus. Le mouvement évangélique repose sur cette fausse théorie d’un Jésus qui doit revenir (selon l’interprétation dispensationnaliste de 1.Thess.5 et Mt.24). On invite les gens à accepter Jésus dans leur coeur et ainsi, Jésus les délivrera de leur vie misérable, tout en promettant une vie éternelle. Ce décisionnalisme, autre colonne fondamentale du mouvement évangélique, est symptomatique d’une fraude intellectuelle et spirituelle qui veut que l’on tienne les captifs en otage et donc, que les paroles écrites dans le saint livre soient directement adressées de manière contemporaine aux auditeurs de ces églises. Les paroles écrites dans ce livre ont un contexte particulier et ne sont pas à transposer dans un contexte autre et ne sont pas non plus intemporelles, comme si ce livre devenait un grimoire dans les mains des magiciens.

Les dispensationnalistes sont ceux qui affirment que Jésus reviendra sur un nuage blanc au son du Shofar, par un ange, et à cet instant, les chrétiens morts reviendront à la vie (ce qui a inspiré les films de zombies) et sortiront de leurs tombes pour s’envoler dans les airs en premier, puis les chrétiens vivants seront transformés, vêtus de robes blanches, et s’envoleront dans les airs pour rejoindre Jésus sur le nuage blanc. Par la suite, et ça excite les esprits faibles en manque d’estime d’eux-mêmes et qui ont subi le rejet (ce qui explique leur adhésion à la secte religieuse), Jésus entrera en guerre contre le méchant monde. Ce sera un véritable carnage. Dieu fera baigner les armées du monde dans un bain de sang à Jérusalem, ces armées qui auront osé attaquer Israël. Jésus détruira les gens qui n’auront pas cru en lui et les fera tuer, selon leur triste interprétation complètement débile d’un livre aussi nuancé qu’allégorique de l’Apocalypse. Et pour rendre vrai leur délire, on atteste que le livre de l’Apocalypse fut rédigé en l’an 96. Soit, après que Jérusalem fut détruite. Ce qui signifierait que la destruction de Jérusalem et du Temple ne seraient pas le jugement final de Dieu, mais qu’il serait en des temps proches du nôtre. Ça, c’est vendeur! Et observer ce qui se vend le plus dans le monde: les livres et les films qui abordent l’apocalypse.

Or, ce livre raconte ce qui allait survenir lors de la destruction du Temple de Jérusalem en l’an 70, et fut rédigé au plus tard en l’an 67-68. Et possiblement même entre l’an 54 et 66. Il n’y existe aucun fondement historique à une date aussi tardive que l’an 96.

Les chrétiens évangéliques, eux, veulent un carnage! Ils veulent voir de leurs yeux un Jésus vengeur et qui va faire baigner les non-évangéliques dans un bain de sang. Oh, bien sûr, ces hypocrites vont aller vers vous avec le sourire, l’amour sur la main et en vous disant à quel point Jésus a transformé leur vie dans une vie d’amour et de piété, mais derrière votre dos, ils souhaitent votre destruction sans pitié si vous refusez de croire à leurs sornettes. Ce sont des chasseurs de sorcières. Ils accumulent des catastrophes naturelles et des catastrophes causées par l’homme afin de les faire coller à des prophéties bibliques et ce, afin de se donner l’espoir qu’ils verront de leurs yeux la fin de la vie humaine et eux, seront présentés sous les yeux jaloux et remplis de regrets des non-croyants, comme les élus que Dieu aime. N’est-ce pas un beau fantasme de délirants religieux? N’est-ce pas un beau souhait pour tous ces évangéliques dont l’estime personnel est basse? Et ceux qui ont une triste vie, c’est une véritable jouissance.

 

CONCLUSION

Parfois, j’ai plutôt l’impression que le christianisme est plutôt fondé sur la superstition, le mensonge, la torsion de la vérité que sur la vérité elle-même, qui émane des faits implacables. L’aspect scientifique et pragmatique sont trop souvent écartés au profit d’angélismes abstraits qui ne veulent rien dire concrètement. On a l’impression que, avec ces chrétiens de tout acabit, le saint livre dégage une aura de sainteté et qu’on a qu’à lire ou prononcer les paroles du saint livre et ça y est, quelque chose de magique transforme soudainement les individus en êtres angéliques qui acceptent Jésus dans leur coeur. C’est très puéril et ça fait un peu « compte pour enfants », ou les dessins animés « les Schtroumpfs », alors que le grand manitou du village (comme le pasteur d’une église), consulte son grimoire de recettes magiques et voilà, on peut transformer notre environnement et les individus.

 

 

 

Patrick Galarneau

Publicités

Publié par

lafoisansreligion

À la fin de l'année 2013, c'est avec un feu de plus en plus ardent que j'ai eu à coeur d'enseigner la Bible à nouveau, mais cette fois, en priorisant le contexte historique et la pensée des différents auteurs. Ma présence sur le net n'est pas nouvelle et ce que je fais n'est pas nouveau. Toutefois, c'est en 2014 que s'est matérialisé ce projet de "La Foi Sans Religion", qui consiste en des enseignements de mise en contexte; des mises en gardes contre la religion évangélique et les sectes chrétiennes; des avertissements contre les ministères dits « prophétiques »; des dénonciations sur les œuvres mauvaises de ces manipulateurs et enfin, des encouragements sur ce site, sur facebook, sur youtube et sur les différents réseaux sociaux. Tous ces éléments pourront servir aux chrétiens prudents et même, aux non-chrétiens qui désirent comprendre un peu plus la distinction à faire entre la foi et la religion. Je travaille en collaboration avec tous ceux et celles qui œuvrent de cette manière et je félicite toutes ces personnes à travers le monde qui mettent tous leurs efforts pour avertir les gens qui ignorent les nombreuses subtilités et danger de cette mouvance, à leur manière, selon leur contexte respectif. Affermir la foi des uns et des autres, tout en les accompagnant dans leur démarche pour sortir des griffes des manipulateurs. Je suis très préoccupé par l'actualité internationale, religieuse et politique. La majorité de mes contacts sont français et africains. Il est donc normal que je sois préoccupé par la politique internationale. Vous pouvez aussi consulter ma page facebook. Je vérifie les profils avant d'accepter de nouvelles demandes d'amitiés et ce, afin d'éviter les nombreux faux profils qui pleuvent sur ce réseau. Ma chaîne youtube porte le même nom que ce site: "la foi sans religion", où vous pouvez consulter les différents sujets que j'aborde.

Une réflexion sur “Le chrétien évangélique: un irresponsable qui délire!! L’église évangélique, une secte à fuir absolument!!”

  1. Bonjour Patrick,
    Vous proposez dans vos articles une critique du système religieux et de certaines doctrines évangéliques. Si j’ai bien compris, selon vous, l’histoire s’est arrêtée avec la chute du Temple. Depuis, le peuple juif a été jugé, et tout est terminé. La Bible ne s’adresse pas à nous, puisque son propos n’est plus d’actualité.
    Soit.
    Mais j’aimerais comprendre pourquoi vous vous intéressez à Jésus-Christ ? Est-ce un intérêt purement intellectuel ? Vous aimez l’histoire des idées, et vous voulez en faire profiter vos lecteurs ? S’agit-il d’une question de foi ? Il me semble que vous critiquez des doctrines, mais que vous n’en défendez pas de manière affirmative. Ma question n’a pas pour but de juger vos opinions, mais juste de clarifier un peu les choses. Je ne sais pas si je suis clair dans ma question, mais si la Bible n’est plus d’actualité, pourquoi la lire ? Votre position est-elle finalement déiste, Dieu étant ce grand horloger qui a créé le monde et le laisse maintenant tourner tout seul sans lui ? Dieu a fini de jouer avec le monde, et maintenant il le laisse tranquillement aller ? J’ai peut-être mal compris, mais il m’a semblé que vous disiez avoir une certaine foi ? Que signifie ce mot pour vous ? Je voudrais simplement connaître un peu mieux le point de vue d’où vous vous exprimez. Merci !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s