Prière, penser positivement: Bénéfique? 1ere partie

D’emblée, je vous dirais OUI!

 

Cette semaine, j’étais en voiture sur la route, alors que j’étais de retour du travail par un beau mardi après-midi sous la neige et le froid. La radio était ouverte et l’émission radiophonique portait sur le sujet d’une étude scientifique.

Cette étude consistait à établir une corrélation entre le cerveau et la guérison physique. En effet, ceux et celles qui ont confiance en la médication qu’ils doivent prendre, sont ceux et celles qui ont le plus de chances de guérison, alors que l’autre groupe d’étude, lui, démontre de moins bons résultats à cause de sa méfiance du médicament.

Personnellement, j’ai toujours cru qu’il y avait une corrélation entre le fait de penser positivement et la guérison. La prière? Nous y reviendrons.

 

CONFIRMER SA MÉFIANCE

Pour illustrer ce principe, je vais le transposer dans les rapports relationnels, un sujet qui en intéressent plus d’un:

Imaginons ceci: une jeune femme qui a vécu de mauvaises expériences amoureuses et débute une nouvelle relation, mais sous le coup de la méfiance. Durant la relation, elle fait preuve de jalousie, épie son amoureux, fouille dans ses affaires, comme si elle cherchait à se réconforter dans sa pensée négative au sujet des hommes, que ce sont tous des infidèles.

 

Situation fictive, mais qui se produit régulièrement (un classique, quoi):

Et supposons ceci:  son amoureux a effectivement été infidèle.

Et voilà. ça confirme que tous les hommes sont des infidèles. Maintenant, la jeune femme confronte son amoureux et lui fait des reproches, lui disant qu’elle avait bien raison de ne pas lui faire confiance, que c’est justifié qu’elle l’épie, fouille dans ses affaires et cherche à contrôler ses allées et venues. Et plus que cela: elle le traite de menteur, d’hypocrite, de salaud et qu’il est bien comme tous les hommes qu’elle a connu et du genre masculin en général.

Cette jeune femme en discute avec ses amies et elle leur dresse un portrait de son amoureux, un autre salaud qui a profiter de sa naïveté et sa grande bonté de cœur. Ses amies, considérant le seul côté de la médaille de leur amie, confirme qu’elle a bien fait d’être suspicieuse et de mettre cette relation en veilleuse. Puis, quand une des amies croisent par hasard (ou non) le « parfait salaud » qui sert d’amoureux à leur amie sans reproche, elle le dévisage, faisant exprès pour faire ressentir à cet homme qu’il ne vaut rien.

Et voilà, la réputation de cet homme est terni auprès de tous ceux et celles qui sont proches de la jeune femme en question. Pendant ce temps, la jeune femme se demande pourquoi elle tombe toujours sur des salopards de ce genre. Ses amies lui suggèrent de se changer les idées, de rompre avec cet homme et de passer à autre chose et surtout, de penser à elle.

 

Le problème, ce ne sont pas les autres, mais soi-même

Or, dans la très grande majorité des cas, c’est justement ça le problème: elle a pensé seulement à elle et non à l’autre. À force d’insister sur le fait que son homme n’est qu’un menteur, un hypocrite, un potentiel salaud qui pourrait la tromper, elle l’a conditionné de manière négative, ce qui aura pour triste résultat de confirmer sa propre méfiance et de pousser son homme dans les bras d’une autre. Elle lui a rentré dans la tête tout au long de cette relation, qu’il n’était sûrement pas mieux que les autres. Elle l’a convaincu de force que c’était une précaution pour elle de fouiller dans ses affaires, de vérifier ses allées et venues et de le questionner de manière suspicieuse. Son amoureux est de moins en moins enclin à rentrer tôt à la maison, il sait qu’il doit passer aux douanes quand il rentre à la maison. Il préfère de plus en plus la compagnie de ses amis, de ses collègues de travail et trouve toutes sortes de prétextes pour justifier ses retours tardifs, ce qui nourrit davantage la méfiance de cette jeune femme.

 

Situation fictive, sans infidélité

Et dans les sorties avec les collègues et /ou amis, l’homme rencontre des femmes qui lui sourient, se montrent agréables, courtoises et le font sentir comme quelqu’un de bien. Et cela ne signifie aucunement que les deux parties se désirent mutuellement, il ne s’agit que de gens adultes qui se trouvent charmants, sans pour autant avoir un désir d’aller plus loin.

Cependant, cet homme est malheureux de ne pas avoir ce sentiment de bien-être quand il revient à la maison. Il angoisse juste à l’idée de terminer sa soirée pour tenter d’inventer une raison qui justifierait son retard. Il sait qu’il devra s’expliquer et possiblement avoir une querelle avec sa conjointe. Il se sent coupable, mais il n’a rien fait de répréhensible. Il sait qu’il ne peut lui dire la vérité, car il va perdre toutes ses énergies à expliquer la même chose toute la nuit, de manières diverses, et qu’il ne verra pas la lumière au bout du tunnel.

Il prend alors un raccourcis: il lui ment, lui dit que le client était en retard et que son patron lui a demandé de rester plus tard et il a manigancé avec des amis pour construire ce mensonge. Il n’aurait pas eu recours au mensonge si cette femme ne se montrait pas aussi fermée, suspicieuse et méfiante. Et lorsqu’elle fait son enquête, elle s’aperçoit qu’il lui a menti. Là, c’est la querelle. Elle veut le laisser tomber, car s’il a pu lui mentir sur ses prétendus surplus de travail le soir, c’est qu’il a quelque chose à cacher. Elle ne peut plus lui faire confiance. Mais ce qui est ironique, c’est qu’elle n’a jamais eu confiance et elle rejette la faute sur tous les hommes.

 

ANTICIPER LE NÉGATIF, ET IL VOUS ARRIVERA DU NÉGATIF

Le problème récurrent que l’on retrouve dans ce cas de figure (hommes ou femmes), c’est que la personne, comme la femme de la situation fictive ci-haut, s’entretient dans une pensée négative et alors, il lui arrive exactement ce qu’elle anticipait. Parce qu’elle était méfiante dès le départ dans ses relations, elle se réconforte dans le fait que elle, elle est bonne, et lui mauvais. Ses blessures peuvent remonter à sa relation avec son papa, qui l’a possiblement blessé et ça la réconforte de croire que ce n’est pas elle le problème, mais les hommes. Ainsi, elle prend sa propre façon de se guérir de ses blessures avec son papa, dont elle a probablement cru que c’était de sa faute à elle si elle a subi une forme de rejet de son paternel, puis, elle se réconcilie avec elle-même de la plus mauvaise façon en se prouvant que c’est la faute de tous les hommes. Même chose pour les hommes, alors qu’ils ont été blessés par leur maman. Ils répéteront alors sans cesse les mêmes schémas relationnels, tant et aussi longtemps qu’ils ne briseront pas la chaîne qui les tient captif dans de mauvais schémas de pensées.

 

CONCLUSION DE LA 1ERE PARTIE

Personnellement, je me suis retrouvé dans le 2e cas de figure lorsque j’étais jeune. J’étais en relation avec une fille, alors que j’avais 18 ans. Peu importe ce que je disais ou faisait, c’était moi le problème à son avis. Et je me suis aussi retrouvé blessé par ma mère quand j’étais enfant. J’ai eu des soucis avec les filles quand j’étais encore enfant et début d’adolescence. Toutefois, tout ça s’est réglé tôt dans ma vie (avant mes 18 ans): j’ai pardonné totalement à ma mère, ce qui m’a amené également à voir les femmes de manière positive.

Ce qui est triste, c’est de constater que plusieurs entretiennent ce genre de schémas de pensées négatives et s’entretiennent là-dedans. Le pire, c’est qu’ils ont raison de se croire victime, mais ils ont provoqué eux-mêmes cette situation et s’enferme dans un cercle vicieux d’auto-suggestion/confirmation de leurs mauvaises pensées. De même pour celui qui ne croit pas aux effets du médicament, il en sera de même pour celui qui pense que tout le monde est mauvais.

 

Nous verrons la suite au prochain article.

 

 

Patrick Galarneau

 

Publicités

Publié par

lafoisansreligion

À la fin de l'année 2013, c'est avec un feu de plus en plus ardent que j'ai eu à coeur d'enseigner la Bible à nouveau, mais cette fois, en priorisant le contexte historique et la pensée des différents auteurs. Ma présence sur le net n'est pas nouvelle et ce que je fais n'est pas nouveau. Toutefois, c'est en 2014 que s'est matérialisé ce projet de "La Foi Sans Religion", qui consiste en des enseignements de mise en contexte; des mises en gardes contre la religion évangélique et les sectes chrétiennes; des avertissements contre les ministères dits « prophétiques »; des dénonciations sur les œuvres mauvaises de ces manipulateurs et enfin, des encouragements sur ce site, sur facebook, sur youtube et sur les différents réseaux sociaux. Tous ces éléments pourront servir aux chrétiens prudents et même, aux non-chrétiens qui désirent comprendre un peu plus la distinction à faire entre la foi et la religion. Je travaille en collaboration avec tous ceux et celles qui œuvrent de cette manière et je félicite toutes ces personnes à travers le monde qui mettent tous leurs efforts pour avertir les gens qui ignorent les nombreuses subtilités et danger de cette mouvance, à leur manière, selon leur contexte respectif. Affermir la foi des uns et des autres, tout en les accompagnant dans leur démarche pour sortir des griffes des manipulateurs. Je suis très préoccupé par l'actualité internationale, religieuse et politique. La majorité de mes contacts sont français et africains. Il est donc normal que je sois préoccupé par la politique internationale. Vous pouvez aussi consulter ma page facebook. Je vérifie les profils avant d'accepter de nouvelles demandes d'amitiés et ce, afin d'éviter les nombreux faux profils qui pleuvent sur ce réseau. Ma chaîne youtube porte le même nom que ce site: "la foi sans religion", où vous pouvez consulter les différents sujets que j'aborde.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s