La résurrection: un fait historique?

Il est difficile pour nous de prouver la résurrection. Pourtant, nous avons la fête de la résurrection dans notre calendrier. En fait, il s’agit de la Pâques, mais nous savons très bien que c’est la résurrection de Jésus que nous célébrons. Nous confondons les deux puisque nos sociétés occidentales fondent leurs croyances ancestrales sur le judéo-christianisme. Les apôtres et disciples nous ont légué un magnifique témoignage des accomplissements prophétiques de Jésus comme Messie. Mais la résurrection est-elle historique?

 

CROIRE OU AVOIR LA FOI?

Lorsque Dieu s’est manifesté dans une colonne de feu pour séparer l’armée égyptienne de son peuple, beaucoup crurent parce qu’ils ont vu. Juste avant, le peuple était sur le point de lapider Moïse, car ils étaient acculés au pied de la mer et l’armée égyptienne fonçait tout droit sur eux pour les exterminer. Mais avaient-ils la foi? Parmi le peuple, plusieurs avaient la foi, mais les autres crurent uniquement parce qu’ils ont vu. Ce n’est pas ce genre de croyance que Dieu espère chez ses créatures.

Lorsque Thomas exigeait de voir Jésus avec les trous dans ses mains pour croire au témoignage de ceux et celles qui ont constaté le tombeau vide, n’a-t-il pas agit avec la même méfiance qui caractérisait ses ancêtres en pleine fuite devant les égyptiens? Croire et avoir la foi, ça semble être deux choses totalement distinctes. Les faits historiques ne peuvent être niées. La foi n’est donc pas le motif ni un pré-requis si on s’en tient aux faits historiques. Beaucoup d’hébreux ont fabriqué un veau d’or pour l’adorer lorsqu’ils ont constaté que Moïse les avait quitté depuis près de 40 jours sur la montagne pour, supposément (selon ces hébreux à la nuque raide), aller à la rencontre de Dieu.

Pourtant, ils ont bel et bien vu des miracles se produire sous leurs yeux et ce, à de nombreuses reprises lors de leur périple depuis les fléaux en Égypte jusqu’à leur exode dans le désert. Malgré cela, ont-ils eu la foi? Jésus lui-même ne s’est pas attardé auprès des gens d’Israël qui lui réclamaient des miracles pour le croire, car prouver son identité messianique relevait de la foi et non de preuves qui se seraient inscrites dans des faits historiques pour les contemporains de Jésus. Ces juifs seraient-ils devenus soudainement des croyants ayant la foi? Peu importe tout ce que l’on dira ou l’on fera pour prouver que Jésus est Dieu, ce n’est pas ce qui va produire la foi. On peut y contribuer, mais au final, la foi relève de la grâce de Dieu et de personne d’autre.

 

CONCLUSION

Ce n’est pas utile de se chamailler avec les non-croyants et leur balancer des passages et des versets. Ce n’est pas non plus utile de le faire avec les religieux pour prouver son point. D’ailleurs, je ne vous ai cité aucun passage pour prouver que Jésus est bien Dieu et pourtant, peu de chrétiens s’offusqueront de la pauvreté de citations dans ce présent article, puisque j’affirme que Jésus est Dieu. Mais imaginez si j’exprime une idée peu commune au sujet de la foi et que je ne cite aucun passage pour appuyer mes propos… Dans un tel cas, ça ne sera pas bien long pour qu’on me rappelle de citer des passages et des versets. Ensuite s’engage un discours de sourds où l’on se querelle à coups de versets. Tout cela est assez puéril et stérile.

Personnellement, je ne crois pas que l’on ait besoin de nous prouver historiquement la résurrection de Jésus. La foi, on l’a ou on ne l’a pas. Le témoignage des apôtres et disciples nous renseigne sur ce qui s’est produit, mais ais-je besoin d’une date dans le calendrier pour le croire, ou bien, ais-je besoin de la grâce de Dieu pour me faire don de la foi?

 

La résurrection est réelle pour quiconque croit en lui. Ce dernier possède donc la vie éternelle. Sans résurrection, notre foi est vaine et n’est rien d’autre qu’un ramassis de croyances religieuses. Jésus est-il Dieu? Absolument! Est-il ressuscité? Sans l’ombre d’un doute. Heureux celui qui croit sans avoir vu!

 

 

 

Patrick Galarneau

Publicités