Le chiffre de la bête, Apocalypse 13.18

Apocalypse 13.18: Il faut ici de la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence déchiffre le nombre de la bête, car c’est un nombre d’homme. Son nombre est 666.
 
L’auteur de l’Apocalypse s’est adressé à ses contemporains qui allaient voir et assister au jugement de Dieu sur Israël. Il y a une insistance très particulière de la part de l’auteur, en ce qui concerne l’imminence de ce jugement. En effet, on ne trouve nulle part ailleurs dans la Bible une telle insistance sur l’imminence de ce qui va se produire à leur époque (jugement d’Israël).
 
L’auteur donne des informations codées, afin de ne pas voir ses écrits, révélés par Jésus-Christ en apparition, êtres confisqués par les autorités politiques en place, alors que l’auteur est emprisonné à Patmos, une île de laquelle personne ne pouvait se sauver. Comprenez alors que la lettre devait obligatoirement passer par une autorité supérieure au geôlier de l’auteur de la lettre.
 
Cette lettre pouvait être soumise à examen avant d’être transmise à qui de droit. Le langage codé était une pratique courante dans l’antiquité. Notons également que certains manuscrits ont 616 au lieu de 666, mais voici ce qui est intéressant:
La 1ere lettre de l’alphabet
  • Hébreu : א א (aleph)
  • Grec ancien : ἄλφα (alpha)
  • Latin : A
La 6e lettre de l’alphabet
  • Hébreu: ו ו (waw)
  • Grec: ζῆτα (zêta)
  • latin : F

Avant de vous donner le nom potentiel (que je vous donnerai dans une vidéo à venir), notons que le contexte du texte penche davantage vers une communauté humaine du temps de l’auteur de l’Apocalypse. Le ch.13 nous le démontre. La mer représente les nations: l’empire romain, qui confère un grand pouvoir à un roi, qui sera imposé en Judée et sera un juif hellénisé, qui pourrait représenter la seconde bête qui aura le pouvoir pour agir selon les desseins de la première bête (Rome; l’empereur romain), qui agira en despote contre tous ceux qui s’opposeront à lui et à celui qui lui a donné le pouvoir sur tout Israël.

La Terre représente Israël et ce, dans de nombreux passages à travers la Bible, tant dans l’ancien que le nouveau testament.

 

Le chiffre d’homme? Voici un indice, mais pas forcément véridique à 100% : H6R6D6S.

Il faut également noter qu’il est très peu probable qu’il s’agisse d’un individu, mais plutôt d’une communauté: une ou plusieurs sectes juives, le Sanhédrin (copule avec le roi de Judée), entre l’an 50-67. Ce chiffre, qui semble de plus en plus évident qu’il s’agisse d’une communauté voir même, une famille royale qui se succède sur le trône, ne peut être un individu seul, mais bien un groupe d’individu ayant un grand pouvoir.

 

 

Patrick Galarneau

Publicités